Bugarach prépare … l’après fin du monde

Depuis que les tenants de l’apocalypse veulent s’y réfugier pour échapper à la fin du monde, Bugarach est célèbre dans le monde entier. Touristes et curieux de tout poil se pressent dans ce minuscule village qui inspire moult propositions farfelues, voire malhonnêtes.

Malgré les dérives dues à cet engouement et l’agacement de certains des 194 habitants face à la réputation faite au village audois, son premier magistrat ne regrette pas d’avoir sonné l’alarme.

Voici un an et demi, Jean-Pierre Delord faisait part de ses craintes de voir débarquer des centaines sinon des milliers « d’illuminés » le 21 décembre 2012, date réputée dans certains cercles être celle de la fin du monde. Depuis, il a eu les honneurs de la presse nationale et internationale, du New York Times au Bild, en passant par El Pais et le Daily Telegraph.

En ce mois de juillet, les petits groupes de touristes qui déambulent dans les rues expliquent être venus par curiosité, après avoir entendu qu’il « y aurait éventuellement des trucs bizarres, des soucoupes volantes, des ésotériques », dit Patrick, habitant de l’Oise.

Véronique, une Bretonne, est attirée par la « montagne » dite « sacrée », qui émet « beaucoup d’énergie ». Richard et Karen, des Britanniques, passent leur lune de miel dans les parages et rigolent. « Personne ne croira qu’on cherchait des vaisseaux spatiaux et des aliens cinq jours après notre mariage ».

La toile fourmille de théories sur l’apocalypse, qu’il s’agisse du résultat d’une inversion des pôles ou de la fin du calendrier maya. Certaines théories désignent le pic, ou pech, de Bugarach et ses 1.231 m d’altitude comme figurant parmi les lieux qui seraient épargnés.

A la mairie, Jean-Pierre Delord a amassé une pile impressionnante de courriers. Certains y évoquent leurs états d’âme; un « spécialiste du calendrier maya » calcule la fin du monde pour 2027; un entreprenant offre d’organiser un concert géant avec Pink Floyd; un autre propose aux angoissés d’aller prier pour eux contre la modique somme de 60 euros.

Quand certains ont voulu vendre sur internet d' »authentiques » pierres de Bugarach, Jean-Pierre Delord a porté plainte. Mais il n’est pas a priori hostile à la proposition d’archiver des lettres testamentaires.

Sous surveillance

La mairie a reçu des courriers plus sinistres. Ainsi une carte postale annonce « un sacrifice humain dans les bois ».

« Celle-là, je l’ai montrée aux RG », dit le maire. Désormais, « le lieu est sous surveillance, la Miviludes (Mission interministérielle de lutte contre les sectes) est saisie du problème ». « Je ne voulais pas me retrouver avec des mouvements apocalyptiques qui nous feraient un massacre ».

Pour autant, il n’est pas mécontent d’une publicité énorme qui, d’après lui, perdurera, passé le 21 décembre. « Je serais l’idiot de service si je ne capitalisais pas là-dessus. On est en train d’écrire l’histoire à venir », assure-t-il.

Il en veut pour preuve le village proche de Rennes-le-Château, qui attire 120.000 visiteurs chaque année à cause d’une histoire presque centenaire: nombre d’optimistes y recherchent encore le magot de l’abbé Saunière, un ecclésiastique mort en 1917 et qui aurait laissé une mystérieuse fortune.

De fait, la fréquentation de Bugarach a doublé (20.000 passages sur le pic en 2011), d’après la mairie. Mais le nombre des pancartes signalant des maisons à vendre montre qu’il n’y a pas eu la razzia annoncée sur les biens et certains, en colère, estiment que les retombées économiques pour le village où, disent-ils, les gens ne font que passer, ne compensent pas une publicité jugée néfaste.

« On nous prend pour le village des fous et c’est ça qui va nous rester », dit Sigrid Benard, de la Maison de la nature. Sa clientèle, 70% d' »ésotériques » et 30% de randonneurs, s’est effondrée. « Les randonneurs ne viennent plus. Et les ésotériques qui venaient pour être tranquilles ne veulent pas se retrouver filmés » par la presse mondiale.

 

Source : http://www.lepoint.fr/insolite/bugarach-prepare-l-apres-fin-du-monde-30-07-2012-1491175_48.php

Rapport parlementaire français n°2468 Liste des sectes

Les listes suivantes présentent, classées par ordre alphabétique et pour chaque classe d’effectifs définie, le nom des mouvements pouvant, à l’aune des critères définis, être qualifiés de sectaires. Remarque: Les mentions en italique ne figurent pas dans le rapport parlementaire.

Mouvements sectaires de moins de 50 adeptes

Alliance Rose Croix / Association Recherches Culturelles
AMPARA
Association Culturelle ALPHA
Association de soutien à l’oeuvre de Sundari – L’Ecole de l’essentialisme
Association Le Droit de survie
Association spirituelle d’Haidyakhan
Centre d’applications psychiques « Raphaël »
Centre d’épanouissement et aide François de Sales
Centre de développement humain
Centre de thérapie Dalmatie
Clé de l’univers
Club prélude à l’Age d’or
Communauté de la Thébaide
Communauté Les boucheries
Cosmicia
Cosmos – Intuition – Ailes
Dakpo Shampa Kadgyu
Ecole de la préparation de l’évacuation extra terrestre
Eglise Khristique de la Jérusalem Nouvelle ordre de Raolf, d’Arnold et d’Osmond
Eglise philosophique Luciférienne
El – Etre son corps
Emissaries of the divine light
Enseignement et thérapie de recherches évolutives
Etre-Exister-Energétique
Fondation Saint-germain
Grande loge souveraine internationale magique et theurgique de rite égyptien – Cagliostro
Ermitage du Christ de la paix
Imagine
Insight seminars – Innergy
Institut de psychanimie
Institut de recherches psychanalytiques
Institut Frank Natale
Kofuku no kagaku (institut pour la recherche du bonheur de l’homme)
L’arbre au milieu Attention: suite à des erreurs, il a été dit officiellement que ce mouvement devait être retiré de la liste des sectes du rapport parlementaire.
La nouvelle ère
Le suicide des rives
Landmark education international – Le forum
Le club des surhommes
Le village du verseau Voir fiche descriptive nouvel Age
Les amis de la confrérie Saint-Andréas
Les amis de Marie – Les pauvres de Marie
Les croisés de la nouvelle Babylone
Les jardins de la vie
Loisirs et santé – Le corps miroir
Lumière dorée
MAEV
Méthode Sylva de contrôle mental
Ordonnance des scribes scientifiques et des mystères initiatiques
Ordre des chevaliers de France et de la Trinité Sainte
Ordre du temple universel
Red concept limited
Révélation de la 7ème heure
Sanctuary
Savoir changer maintenant
Shinji Shumeikai France
Spiritual Emergence Network France – Respiration holotropique
Viveka

Mouvements sectaires de 50 à 500 adeptes :

Amis de la croix glorieuse de Dozule
Arche de Marie
ASPIRAL
Association de défense des libertés d’expression dans l’institution française (ADLEIF)
Association de méditation en France
Association Nouvelle Acropole France (ANAF)
Association pour l’unification du christianisme mondial: Voir : Fiche descriptive secte Moon
Association pour la promotion des arts industrieux (APPAI)
Association pour la recherche et l’étude de la survivance (APRES)
Association Vo Vi de France – Amis de la Science du non être de France
ATHANOR
AZAZEL INSTITUTE INC
Centre d’Etudes Gnostiques
Centre d’information OSHO
Centre de documentation et d’information et de contact pour la prévention du cancer
Centre de méditation Mahatayana
Centre du cygne Djivana Prana – Source de vie
Centre du Paraclet
Centre international de parapsychologie et de recherche scientifique du Nouvel Age Voir fiche descriptive nouvel Age
Cercle initiatique de la licorne Wicca occidentale Voir fiche descriptive Wicca
Comètes oxygènes – Le moulin du soleil
Communauté pour la propagation de la vie universelle
Communion de satonnay
Eckankar France
Eija
Energie et création – Energie et créativité
Energy world
Espace culturel Etre maintenant (ECEM)
Etude tradition et recherche en énergétique (E.T.R.E.)
Faculté de parapsychologie
Famille de Nazareth
Fédération française pour la conscience de Krishna
Fédération internationale pour le développement de l’alimentation instinctive (FIDALI)
Fondation Elan vital
Harmonie holistique
Humana France – TVIND
Iesu no mitama kyokai (Eglise du Saint Esprit de Jésus)
Institut de recherche physique et conscience
Institut de Saint-Preux
Institut des sciences holistiques de l’Ouest
Institut théologique de Nimes (voir L’ITN une secte?)
L’Eglise à Paris
La famille (ex-enfant de Dieu) Voir : Fiche descriptive famille
La science du mental
La voie de la lumière (unité de recherches pour l’évolution de la lumière)
La voie internationale
Le grand logis
Lectorium rosicrucianum (Rose-Croix d’or)
Lumière du Maat
Maha Shakti Mandir
Mandala 33
Mission Swmi Atmananda Atma Bodha Satsanga
Mission Timothée (Ce mouvement semble avoir été listé par erreur, lire notre avis)
Mouvement humaniste
Office culturel de Cluny – Fédération nationale d’animation globale
Ogyen Kunzang Choling
Ordo Templi Orientis
Ordre apostolique – Therapeutic healing environment
Ordre du Graal ardent
Ordre du lys et de l’aigle
Ordre monastique d’Avallon
Ordre rénové du Temple (ORT)
Oxyon 777 (ex-Harmonia)
Paravidya sagesse suprême
Partage international communication Mission Maitreya: Voir fiche descriptive nouvel Age
Philosophe de la nature
Reine de la paix – Ordre du coeur immaculé de Marie et de Saint Louis de Montfort
Reiyukai
Saint Bani
Saman
Seimeikyo Europe
Siderella
Sister mouvement rasta
Société holosophique de France
Star’s edge international – Méthode Avatar
Sukyo Mahikari – Lumière de vérité
Tradition Famille Propriété
Trans-mutations
Venture
Vital Harmony SA

Mouvements sectaires de 500 à 2.000 adeptes

Alliance universelle Voir : Fiche descriptive Christ de Montfavet
ANTHROPOS – Association pour la recherche sur le développement holistique de l’homme Voir fiche descriptive nouvel Age
Association Subud de France – Susila Dharma France
Association Sri Chinmoy de Paris
Culte Antoiniste
Domaine d’Ephèse Voir fiche descriptive nouvel Age
Eglise évangélique de Pentecôte de Besançon Voir notes complémentaires 
Eglise universelle de Dieu notre avis
Eglises du Christ international en France
Fraternité blanche universelle Voir fiche descriptive nouvel Age
Fraternité Notre Dame
Invitation à la vie intense
L’oeil s’ouvre
La maison de Jean Voir fiche descriptive nouvel Age
La parole de foi – Evangélisation mondiale Voir fiche: Benny Hinn – escroc de la foi

Mouvement du Graal en France
Ontologie méthodique culture et tradition
Paris Dharma Sah – Lotus Sangha of European social buddhism
Société internationale de trilogie analytique -sarl-
Union des associations centres et groupes Sri Sathya Sai
Université spirituelle internationale des Brahma Kumaris
Vie chrétienne en France – Centre de vie chrétienne
Viswa Nirmala Dharma – Sahaja Yoga

Mouvements sectaires de 2.000 à 10.000 adeptes

Association Lucien J. Engelmajet (Le Patriarche)
CEDIPAC SA (ex-GEPM)
Chevaliers du Lotus d’or
Communauté des petits frères et des petites soeurs du Sacré-coeur (contre réforme catholique)
Eglise de scientologie de Paris Voir : Fiche descriptive dianétique/scientologie
Eglise néo-apostolique de France Voir : Fiche descriptive de l’union des chrétiens apostoliques (dissidence)
Eglise universelle du royaume de Dieu
Energie humaine et universelle France – HUE France Voir fiche descriptive nouvel Age
Institut de science vedique maharishi Paris – C.P.M. – Club pour méditants (  » Méditation transcendentale  » )
Mouvement Raëlien français Voir Fiche descriptive secte Raël
Shri Ram Chandra Mission France
Soka Gakkai internationale France

Mouvement sectaire de plus de 10.000 adeptes

Enfin, le nombre des Témoins de Jéhovah peut être estimé à 130.000.Voir témoins de Jéhovah

Source : http://www.info-sectes.org/pages/sectes.htm

Lutte anti-secte: et si Israël copiait la France ? Rencontre avec Georges Fenech

Le député UMP du Rhône, Georges Fenech, a été nommé, mardi 23 septembre 2008, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), par l’ancien premier ministre François Fillon. M. Fenech est entré en fonction à son poste le 1er octobre 2008 en remplacement de Jean-Michel Roulet. Il a longtemps été juge d’instruction, et a notamment dirigé la commission d’enquête parlementaire qui fit suite au massacre des membres de la secte de l’Ordre du Temple Solaire. Il a aussi enquêté sur l’activité de l’Eglise de Scientologie à Lyon, l’enquête ayant aboutit à la condamnation de plusieurs de ses dirigeants.

L’Etat d’Israël ne devrait-il pas prendre le train en marche, comme l’ont fait la Suisse, l’Allemagne, et l’Autriche par exemple, et s’inspirer à son tour du modèle français, positif et efficace, en matière de lutte contre les dérives sectaires ? C’est le chemin que suit actuellement l’Australie.

Ne devrait-on pas, à Jérusalem, créer une MIVILUDES à la sauce israélienne ? Un état des lieux nous parait d’autant plus approprié que 20% des israéliens se déclarent francophones !

JSSNews : Monsieur le député, La Miviludes comprend trois domaines d’intervention prioritaires : 1/ L’assistance au monde de l’entreprise, où les salariés sont parfois soumis à un « coaching charlatanesque ». 2/ La protection  des mineurs, vigilance quant à la déscolarisation des enfants, car ce sont des cibles potentielles. 3/ Et enfin, la santé publique, méfiance face à tous les gourous thérapeutiques. Pourriez-vous développer ?
Georges Fenech : Effectivement, ce sont les trois axes majeurs de préoccupation de « la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires », organisés et structurés en pôles.

Nous avons un pôle santé, avec deux agents de l’état, un pôle mineurs, avec deux agents également, issus de l’éducation nationale, et de la protection judiciaire de la jeunesse, et un pôle emploi, formation professionnelle, qui est lui plutôt compétent en matière de charlatanisme au niveau de la formation professionnelle.

Nous avons organisés cette année même, au moi de février, un colloque en partenariat avec la ministre de l’apprentissage et de la formation professionnelle, Nadine Morano, et nous avons publié un guide qui est disponible sur notre site internet. C’est un guide pratique pour lutter contre le dévoiement de la formation professionnelle. C’est aujourd’hui un sujet extrêmement important, vous savez, il y a environ 60 000 organismes de formation professionnelle en France, et d’après nos estimations, il y a environ 10% de créations d’organismes qui tournent autour du coaching, ou du développement personnel.

C’est bien entendu parfaitement légal, ce sont des formations tout à fait admises et nécessaires pour certaines fonctions, notamment les cadres dirigeants, mais nous nous sommes rendus compte que sur ces 10% d’organismes, il y a encore 10% qui sont en réalité des « faux nez » d’organismes sectaires qui ont infiltrés la formation professionnelle. Pourquoi ? Parce qu’il y a énormément d’argent en jeu. On parle de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaire en ce qui concerne la formation professionnelle, et ensuite, parce que c’est une manière de faire du prosélytisme et du recrutement. Nous avons donc mis au point des grilles de lecture pour les salariés, les chefs d’entreprises, pour Pôle-Emploi, avec lesquels nous avons signé un partenariat, conjointement avec le directeur de Pôle-Emploi, pour donner des grilles de lecture, des outils, pour repérer ces organismes de formation professionnelles, qui sont en réalité des structures à caractère sectaire, et leur retirer leurs agréments lorsque les faits sont avérés.

Nous avons ensuite la question très sensible et très douloureuse des enfants. Les enfants dans les organisations sectaires, avec tous les problèmes liés à l’éducation, à la santé, ou plutôt au manque de soin, par idéologie des parents, qui considèrent que la maladie est envoyée par Dieu, et qu’il faut donc les traiter autrement que par des méthodes conventionnelles. Du temps où j’étais président, ce pôle a aussi édité un guide pratique de protection des mineurs contre les dérives sectaires. J’y tenais d’autant plus que moi-même, lorsque j’étais parlementaire, lors de mon premier mandat, j’avais présidé en 2007 la troisième commission d’enquête parlementaire sur les sectes, dédiée spécifiquement à la protection des mineurs, que ce soit au niveau de la santé mentale ou physique. Nous avons fait évoluer les textes, faits en sorte qu’il y ait aujourd’hui plus de formation de tous les acteurs de terrain, et ce guide est aussi un moyen de sensibiliser, de former, pour mieux percevoir la maltraitance psychologique. La maltraitance physique, cela se voit, mais la maltraitance psychologique, c’est-à-dire l’endoctrinement, la privation, il faut déjà avoir un minimum de formation pour la déceler, et savoir comment y remédier. Vous savez qu’on considère, qu’il y a, environ 50/60 000 enfants, en France, qui sont touchés directement, ou indirectement par le phénomène sectaire. Donc c’est une priorité incontestable de la mission interministérielle.

Et donc troisième volet, la santé, qui est aussi une priorité, puisque nous avons édité, il y a deux mois maintenant, un guide pratique à destination de tous les personnels santé, mais également de tous les citoyens, sur les dérives thérapeutiques à caractère sectaire, puisque aujourd’hui on a dénombré quelques 400 pratiques non-conventionnelles à visées thérapeutiques (les PNCVT). Nous avons œuvré pour la création d’un groupe d’appuis technique auprès du directeur général de la santé (le GAT), chargé de recenser toutes ces PNCVT, les évaluer, parce que certaines sont intéressantes elles peuvent être complémentaires des soins conventionnels, d’autres sont, dirons nous, d’une certaine innocuité, et d’autres sont dangereuses. Je pense notamment au décodage biologique, à la méthode Hamer, à une certaine forme de kinésiologie. Donc aujourd’hui il y a un site internet du ministère de la santé, qui commence à diffuser des fiches pour informer les citoyens. Une fiche est déjà sortie, il va y en avoir une autre qui va sortir bientôt sur le problème de substitut au sang, qui concerne notamment tout le mouvement des Témoins de Jéhovah, qui refuse les transfusions sanguines. On a des points de vue plus scientifiques, ce GAT est composé d’une trentaine de personnalités et institutions tels que l’INSERM (l’institut national de la santé et de la recherche médicale), l’ANSM (l’agence nationale de sécurité du médicament), la MIVILUDES, la justice, ainsi que des personnalités médicales qui travaillent sur ces problématiques.

Voila comment la mission est organisée. Il y a tout ce qui touche aussi, de manière plus générale, aux domaines des atteintes aux biens et aux personnes, à l’emprise mentale, la loi About-Picard sur la sujétion psychologique, les captations d’héritages, les escroqueries, les homicides involontaires, la non-assistance à personnes en danger. Donc vous voyez qu’on est dans un domaine qui est très varié. Aujourd’hui, vous avez des microstructures qui apparaissent régulièrement, ce n’est plus seulement l’apanage des grandes organisations que nous connaissons comme l’Eglise de Scientologie, ou les Raëliens. On se rend compte qu’il y a des microstructures qui naissent un peu partout, notamment autour de la problématique thérapeutique, avec un engouement des français aujourd’hui, et d’ailleurs d’une manière générale, de toutes les populations vers un retour à la nature, la recherche d’une vie plus saine, un meilleur équilibre alimentaire etc. Tout ceci n’est évidement absolument pas condamnable en soi, mais ce sont des domaines dans lesquels vont s’engouffrer les charlatans.

Nous sommes là pour informer les citoyens, nous ne sommes pas là pour interdire, nous ne sommes pas des censeurs de la pensée, que ce soit en matière de religion, de santé, d’éducation, nous sommes simplement là pour donner des indicateurs, ensuite c’est aux gens à se déterminer, et à déterminer leurs vies.

Rejoignez les 24.000 amis de JSSNews sur Facebook !

JSSNews: Il est évident que les périodes de crise comme celle que nous vivons actuellement sont un terreau propice pour les gourous et les charlatans en tous genres n’est-ce pas?
G.F : Le phénomène sectaire est loin d’être en régression, il est plutôt en pleine expansion. Il surfe aujourd’hui sur toutes les grandes crises que traversent la société, que ce soit la crise économique et financière, la crise des religions, la crise morale d’une manière générale, la crise climatique, les crises pandémiques. Toutes sortes de crises donc, qui font que les charlatans se positionnent sur un marché très lucratif pour proposer à la carte toutes sortes de solutions de rechange, d’autres alternatives de mode de vie, etc.

Nous avons fait un sondage, c’était le tout premier sondage que la MIVLUDES a fait, qui a été commandé à IPSOS, et qui a révélé des résultats tout à fait impressionnant et inquiétants.

En effet, environ 20% de nos concitoyens connaissent dans leur entourage au moins une victime de dérives sectaires, que ce soit la santé, l’escroquerie, etc. Ce qui, rapporté à notre population, aurait donné environ 13 millions de français, qui à un moment ou à un autre, ont été en contact avec des dérives sectaires, ou victimes d’une organisation sectaire. Donc cette étude montre que le phénomène n’est pas un phénomène isolé, ou un épiphénomène, mais plutôt un fléau de société qu’il faut savoir combattre.

Nous nous employons à les combattre, tout en gardant un certain équilibre dans cette lutte, car il ne faut pas porter atteinte à d’autres libertés, des libertés individuelles, la liberté de religion, d’éduquer, de se soigner. Il faut donc trouver un juste équilibre, et c’est ce que nous nous efforçons de faire à la mission interministérielle. Il faut lutter vraiment contre ce qui est trouble à l’ordre public, à la santé publique, respecter les libertés individuelles, et surtout, informer et former des acteurs de terrain.

Aujourd’hui, nous avons beaucoup de formations à destination des avocats, des magistrats, des policiers, des gendarmes, des assistantes sociales, des personnels de l’agence régionale de santé, des éducateurs, tout cela se fait de manière diffuse sur l’ensemble du territoire national.

JSSNews: Le problème avec les personnes qui ont été en contact avec des mouvements sectaires, c’est qu’ils peuvent refuser de parler ouvertement de leurs mal-être, par peur des représailles parfois, ou par peur du sentiment d’incompréhension qu’ils pensent nécessairement susciter ? Ils peuvent se cloitrer dans le silence, dans le déni, décliner toute forme d’aide par peur des réactions, ou parce qu’ils ont honte. Comment aider ces personnes en souffrance ?
G.F : Le constat que l’on peut faire effectivement, c’est que les victimes ont beaucoup de mal à se faire entendre. Elles sont d’abord totalement déstructurées, désocialisées, elles n’ont pas de moyens, ne bénéficient pas d’un certain nombre de garanties sociales, ou de prestations sociales. On se retrouve donc face à une population de gens très vulnérables, et tres fragilisés, qui ont passé des années, des décennies parfois, dans des mouvements, dans des communautés, et qui vont devoir se reconstruire à tous les niveaux, psychologiquement, mais aussi socialement. Là je dois dire qu’il y a encore beaucoup d’efforts à faire au niveau des pouvoirs publics, et c’est d’ailleurs un axe de travail que j’ai laissé à mon successeur.

Mais je tiens à saluer l’énorme complémentarité des associations de victimes qui sont reconnues d’utilité publique, et qui sont représentées dans tous les départements de France et d’outre-mer. Vous en avez deux principales. La première est l’UNADFI (l’union nationale des associations des familles et d’individus), qui est présidée par madame Catherine Picard, qui a donné son nom, lorsqu’elle était députée, à la loi About-Picard. Et puis la seconde est l’association CCMM (le centre contre les manipulations mentales), qui a été fondée par l’écrivain prix Goncourt Roger Ikor, à la suite de la mort de son fils dans une organisation sectaire qui prônait « le régime macrobiotique ». C’est aussi un centre tres représentatif, qui fait à la fois un travail d’information, mais aussi de prise en charge des victimes pour les aider et les accompagner dans leur parcours de réinsertion. Quelques fois lorsqu’il y a des procès, les associations vont aider les victimes à se faire entendre devant la justice, en leur apportant une aide par leurs avocats, les associations vivant de leurs cotisations, mais également de subventions du ministère, et du premier ministre.

JSSNews: En France, la loi About-Picard de 2001 permet de réprimer les abus d’ignorance ou de faiblesse. Dans les pays anglo-saxons, la culture est différente. Vous dites que « les américains notamment sont très critiques à notre égard, ils ne comprennent pas que les pouvoirs publics s’ingèrent dans un domaine de la vie privée, ils voient cela comme une atteinte à la liberté de croyance ». N’est-il pas temps que surgisse enfin, malgré des divergences d’ordre cultuelles ou culturelles, une meilleure coordination mondiale dans le domaine de la lutte contre les dérives sectaires ?
G.F : C’est vrai qu’il y a une différence importante d’approche du phénomène sectaire avec le monde anglo-saxon. Les États-Unis par exemple considèrent qu’il n’existe pas de sectes, du reste nous non plus, nous n’avons pas de définition juridique d’une secte. Nous vivons dans un régime de séparation de l’église et de l’état, on ne définit pas la religion, on ne définit pas la secte. Les États-Unis ne comprennent pas l’existence de la MIVILUDES, et l’action des pouvoirs publics français, considérant qu’il s’agit d’une atteinte à la sphère privée. Nous nous en sommes expliqués très souvent, nous avons été épinglés dans des rapports officiels du Département d’Etat sur la liberté de religion. On s’en est donc expliqué avec les américains, et je pense que les choses évoluent. Nous leur expliquons que le domaine de la vie privée ne nous concerne pas, que nous intervenons lorsqu’il y a un danger pour les populations hors d’état de se protéger elles-mêmes comme les mineurs, ou les personnes vulnérables, ou lorsqu’il y a un trouble à l’ordre public, à la santé publique. C’est cela qui constitue notre domaine d’intervention.

Ne caricaturons donc pas l’action de la France, elle est respectueuse des libertés individuelles. Même en Europe on trouve ce clivage, avec les pays plus anglo-saxons, ou nordiques de l’Europe, tels que le Danemark, la Grande-Bretagne, ou d’autres pays, qui n’ont pas cette vision laïque. Ce qui caractérise la France, c’est la laïcité, la séparation de l’église et de l’état, or l’existence de la MIVILUDES leur parait-être comme une espèce d’atteinte à cette liberté de religion, et j’insiste beaucoup sur le fait que bien entendu, ce n’est pas cela.

En Australie, les choses sont en train de bouger, j’y suis allé l’année dernière à leur demande, et ils sont en train de réfléchir pour s’inspirer de notre modèle. Donc, vous pouvez constater que les choses bougent. La MIVILUDES étant unique au monde, il n’y a pas d’autre exemple, excepté le CIAOSN (le centre d’informations et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles), basé à Bruxelles, en Belgique. La France est donc un modèle unique, qui a fait ses preuves, nous existons maintenant depuis 1996. Nous avons donc acquis une expérience, nous avons des gens de qualité, et un savoir-faire qui est nous est envié par un grand nombre de pays.

Sur la même ligne que nous, nous avons l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, le Canada un petit peu, mais c’est vrai que nous faisons souvent un petit peu cavalier seul dans les instances internationales. Nous sommes pris à partie par des ONG, qui sont en fait des « faux-nez » des organisations sectaires, et à chaque fois nous devons expliquer notre politique.

J’ajoute qu’en France, il y a toujours un consensus total, c’est un sujet qui va au delà des clivages politiques. Notre conseil d’orientation qui entoure le secrétaire général, est composé d’une trentaine de personnalités qui viennent d’horizons très divers, et notamment des parlementaires qui viennent de tous les partis politiques, qu’ils soient députés, ou sénateurs. Je mets toujours un point d’honneur à rappeler que tous les textes en matière de lutte contre les sectes, que ce soit la création de la MIVILUDES, la loi About-Picard, l’encadrement du titre de psychothérapeute, ou encore le fameux amendement Accoyer ont toujours été voté à l’unanimité de l’Assemblée Nationale et du Sénat. C’est vous dire à quel point il y a une vue d’ensemble très consensuelle en France sur ces questions là, au delà des clivages politiques.

JSSNews : Dans « Main basse sur la justice » (J.C. Lattès éditeur), vous dites : « Rien, en effet, ne me sera épargné ; les policiers du SRPJ de Lyon accusés de hold-up ; l’expert-psychiatre Jean-Marie Abgrall, trainé devant toutes les juridictions de France et de Navarre […] Moi-même gratifié de deux procès en Suisse, d’une trentaine de plaintes pour atteinte à la liberté, ainsi que violation du secret de l’instruction, tant à Lyon qu’à Paris ». Et ca continue une page entière. Vous évoquez un véritable parcours du combattant, n’est-ce pas ?
G.F : Oui c’est vrai, c’est un parcours du combattant, tous ceux qui ont eu des responsabilités dans ce domaine en ont fait l’expérience, quelques fois difficiles, que ce soient les responsables associatifs, les parlementaires, moi-même, les magistrats, ou la MIVILUDES. On se retrouve face à des organisations qui sont très procédurières, et qui utilisent bien entendu beaucoup les moyens de communication modernes, internet notamment, pour dénigrer leurs adversaires. J’ai moi-même du faire face à de nombreuses procédures judiciaires, j’en ai une qui est encore en cours en ce moment, je dois en effet comparaitre devant le tribunal de Paris au mois de septembre. Cela dit, j’ai toujours gagné mes procès, mais c’est tout de même un frein tout cela, parce que ces organisations sont riches, qu’elles ont les moyens de s’entourer de cabinets d’avocats, et qu’elles n’hésitent pas à employer toutes les voies de recours devant la justice. Il faut l’accepter, c’est ainsi.

On est dans un conflit entre les libertés que nous, nous défendons, et puis ceux qui, au nom de la liberté de religion, ou plutôt de pseudo-religion, portent atteinte en réalité à d’autres libertés. C’est un combat, et un parcours du combattant qui vaut la peine d’être défendu.

JSSNews: Cet acharnement peut se révéler très dissuasif, n’est-ce pas trop difficile à gérer parfois ? Peut-on, selon vous, parler de frilosité de la part des pouvoirs publics, lorsqu’il s’agit de soutenir ceux qui combattent ces dérives et ces pressions ?
G.F : Je crois que les pouvoirs publics réagissent bien en France, et notamment la justice, je vous rappelle que la justice a condamné en 2009 en France l’Eglise de Scientologie pour escroquerie en bande organisée, c’était tout de même une première. Les lois existent, les instruments législatifs existent. On est plus souvent critiqués par ces organisations pour notre dynamisme et notre combativité, que pour notre frilosité, donc je ne crois pas qu’on puisse parler de frilosité des pouvoirs publics.

En France on peut s’enorgueillir du fait que les pouvoirs publics se montrent préoccupés comme il est souhaitable qu’ils le soient. Il existe dans chaque préfecture, un correspondant de la MIVILUDES, au prés de chaque agence régionale de santé, il y a un de nos correspondants, au prés des PJJ (les services de protection judiciaires de la jeunesse), au près de tous les parquets généraux aussi. On a donc un maillage extraordinaire, loin de toute frilosité, au contraire, on est parfaitement armés aujourd’hui pour sensibiliser, informer, et lutter contre les dérives sectaires.

JSSNews : Vous avez modernisé l’outil de travail de la Miviludes, en  « regroupant les structures à dérive sectaire avec un descriptif de leurs méthodes, leurs pratiques, leurs démêlés avec la justice ». C’est une grande banque de données, c’est ça ?
G.F : Nous n’avons pas de liste des sectes en France, puisqu’il n’y a pas de définition de la secte. Il y a des mouvements minoritaires qui s’expriment, qui existent et ne posent aucun problèmes. Nous ne sommes pas là pour lutter contre les sectes, nous sommes là pour lutter contre les dérives sectaires qui peuvent se retrouver, pas uniquement dans les grandes sectes, comme on l’entend habituellement, mais dans toutes sortes d’organisations, qu’elles soient philosophiques, religieuses, ou autres.

Cela peut d’ailleurs aussi toucher les grandes religions. J’ai moi-même mené des investigations concernant la « Communauté des Béatitudes », qui a posé de véritables problèmes. Il n’existe donc aucun domaine qui échappe à ces observations. Pour pérenniser notre travail, Nous avons une sorte de « bureau d’ordres » qui travaille sur des dossiers à chaque fois que l’on nous fait un signalement. Ce sont des dossiers que nous mettons à jour régulièrement, et qui sont d’ailleurs consultables par les organisations qui sont concernées. Et croyez moi, l’Eglise de Scientologie, ou les Témoins de Jéhovah viennent quant ils le demandent consulter leurs dossiers, faire des observations, apporter la contradiction quand ils le souhaitent.

Ces dossiers nous permettent de remplir notre mission prévue par le décret institutif de la mission interministérielle en 2002, c’est-à-dire répondre à toutes les demandes qui nous sont faites par les élus, les maires, etc. Ces questions sont assez variées, par exemple, puis-je louer cette salle pour telle ou telle conférence ? Puis-je autoriser ou refuser le permis de construire pour une salle de culte ? Ce sont des questions qui nous sont posées quotidiennement par des citoyens, par les pouvoirs publics, par les ministères, par les administrations. Il est normal que cette banque de données, come vous dites, soie tenue, mise à jour, et que cela permette à la mission de remplir son rôle.

JSSNews : Vous rajoutez : « On y ajoutera la parole des victimes, mais aussi des responsables des communautés afin de respecter le contradictoire ». Les associations défendant la liberté religieuse se plaignent constamment des méthodes employées dans la lutte contre les dérives sectaires, pourtant, le simple fait d’énoncer qu’on va étudier les points de vue des deux parties pour ne pas être confronté à un point de vue unilatéral prouve votre volonté d’être impartial, non ?
G.F : Je l’espère oui, bien entendu, nous sommes sur une ligne de conduite tout à fait respectueuse des libertés. Nous sommes critiqués bien entendu, mais c’est normal, à partir du moment où l’on agit, on est critiqué. J’espère que nous n’avons pas commis trop d’erreurs mais l’erreur est humaine. De toutes façons, notre soucis est d’informer, pas d’interdire, il n’y a que les tribunaux qui peuvent interdire, dissoudre si nécessaire, grâce à la loi About-Picard, mais cela ne s’est encore jamais produit, parce qu’encore une fois, nous sommes plus dans un régime préventif que répressif.

JSSNews : Il y a eu une importante polémique sur la dangerosité des mouvements sectaires et l’efficacité de la Miviludes déclenchée par Emmanuelle Mignon, alors directrice de cabinet du président de la République, cette dernière, avait déclaré à VSD le 23 février, que les sectes étaient « un non-problème en France » et aussi, « qu’à part publier des rapports annuels, la Miviludes ne fait rien ». Pourtant comme l’a dit Jean-Michel Roulet « On ne peut pas dire à la légère que, quand des gens sans foi ni loi exercent leur emprise, ça n’est pas un problème ». Il est difficile de comprendre la réaction de madame Mignon, est-ce que vous pouvez éclairer nos lanternes?
G.F : Je crois qu’il faut beaucoup relativiser les propos tenus lors de l’interview pour VSD, qui a été faite par le journaliste Emmanuel Fansten. J’ai rencontré Emmanuelle Mignon, j’ai eu l’occasion d’en parler avec elle, elle regrette que les propos aient un peu été sortis de leur contexte, encore que, Emmanuel Fansten soit un journaliste tout à fait sérieux et honnête. Je crois que ce que madame Mignon a voulu dire, c’est qu’elle ne demandait qu’à être convaincue, et qu’elle manquait d’informations.

Elle posait d’ailleurs la question, si l’Eglise de Scientologie ne commet pas d’infractions, on ne voit pas pourquoi on devrait l’interdire ? Je crois que c’était plus une interrogation à laquelle nous avons répondu par le procès de Paris, qui a bien montré qu’il y a eu des infractions qui ont été commises.

Ce que je peux vous dire c’est qu’Emmanuelle Mignon était sur la même ligne que le président Nicolas Sarkozy en matière de lutte contre les dérives sectaires, elle me l’a écrit, le président Sarkozy aussi, me l’avait écrit. C’était d’ailleurs le président Sarkozy lui-même qui m’avait nommé à la tête de la mission, parce qu’il connaissait mon engagement, et qu’il était soucieux de ces questions. Donc je crois que cela s’est avéré être une querelle un peu excessive, et que cette polémique a un peu été monté en mayonnaise. C’est retombé depuis.

JSSNews: Vous avez été invité par le bâtonnier du barreau de Toulouse pour parler de la formation professionnelle. Vous intervenez aussi bien à l’école de la magistrature, qu’à l’inspection du travail, dans les écoles de la police, de la gendarmerie, chez les avocats, les éducateurs, ou encore les médecins. En somme, vous proposez à ces professionnels une grille de lecture qui permette de comprendre s’il existe chez certaines personnes une dérive sectaire potentielle, et comment il est possible de la détecter à temps, ou d’y remédier ?
G.F : Comme je l’indiquai tout à l’heure, nous avons développé différentes formations à l’égard des personnels et acteurs de terrain, cela me parait important qu’il y ait une sensibilisation sur le terrain, et pour cela, il est nécessaire d’avoir des grilles de lecture. Donc on explique, tout d’abord ce qu’est une organisation à caractère sectaire, bien qu’il n’y ait pas de définition de la secte, comme nous l’avons vu. Nous avons environ une dizaine de critères d’identification de la dérive sectaire, qui vont du discours antisocial, à la privation de soins, les démêlés judiciaires, ou encore des exigences financières exorbitantes etc… etc… Enfin toute une série de critères qui nous permettent de considérer qu’une organisation pose problème. Donc, les grilles de lecture dépendent du domaine d’intervention, comment reconnaître le mal-être d’un enfant, si on ne connaît pas l’organisation, si l’on ne sait pas quels sont les services qu’on peut saisir, conformément à la loi ?

Il y a des grilles de lecture pour les organismes professionnels, où on explique ce qu’est, par exemple, le biomagnétisme. Il existait un ordre professionnel du biomagnétisme, qui était vraiment dans une posture complètement charlatanesque, or Pôle-Emploi ne le savait pas nécessairement, nous le leur avons expliqué. Nous distribuons aussi des guides pratiques, on y joint les éléments de connaissance du phénomène sectaire, et surtout les procédures à suivre pour alerter les services compétents.

JSSNews: 80 députés se sont ouvertement inquiétés de ce que certains manuels scolaires de biologie abordent « la théorie du genre sur l’orientation sexuelle ». En effet, l’élu Jean-Marc Nesme dénonce le fait que derrière l’utilisation de l’expression « genre » au lieu du mot « sexe », se cache une idéologie qui cherche à éliminer l’idée que les êtres humains se divisent en deux sexes, c’est-à-dire, en somme, « en deux identités sexuelles distinctes ». Ce problème va-t-il être solutionné ?
G.F : Ici nous ne sommes pas dans le domaine d’actions qui est celui attribué à la MIVILUDES, c’est plus du domaine de la discrimination, c’est un débat qui mérite d’être posé pour éviter justement toutes formes de discrimination, ne pas s’immiscer dans la notion de genre, d’orientation, ou d’identité. C’est un vrai débat, consistant à savoir distinguer l’identité sexuelle, du genre, ou de l’orientation.

On en a d’ailleurs beaucoup parlé à l’Assemblée Nationale cette semaine dans le cadre de la loi sur le harcèlement sexuel qui a été votée à l’unanimité. C’est un débat extrêmement large, qui mériterait que nous en parlions plus longuement.

JSSNews : Parfois les gens qui ont connu de près la désocialisation, surtout après une issue dramatique, peuvent passer toute une vie à se libérer du carcan dans lequel la secte les a enfermés ? Ils sont rentrés en un rien de temps dans le mouvement, mais ne trouvent pas la clé pour en sortir, n’est-ce pas ?
G.F : Lorsqu’on quitte physiquement un mouvement, on ne l’a pas nécessairement encore quitté dans sa tête. C’est toujours très présent. Il faut réapprendre à vivre, à aimer la société, ne pas la considérer comme « le monde de Satan ».
Je vous invite à lire le livre de Nicolas Jacquette «Nicolas, 25 ans, rescapé des Témoins de Jéhovah » où il raconte comment il est en train de se reconstruire après ce qu’il a vécu, et cela suppose des aides extérieures, parce qu’on ne peut pas y arriver par soi-même, cela suppose une vraie psychothérapie, une assistance permanente des associations, et des pouvoirs publics. Quelque fois, la reconstruction nécessite de longues années de travail sur soi.

JSSNews : Pour terminer, il faut mettre en garde la population contre les conséquences financières dramatiques qu’auront sans doute pour elles ces mouvements sectaires, à moyen ou long terme. Ces derniers cherchent à profiter de la crédulité des gens, ou d’un moment de faiblesse, de grande détresse psychologique, et puis c’est l’engrenage infernal.
G.F : Oui c’est certain, on rencontre des victimes qui y ont laissé tout leur patrimoine, toute leur fortune, tout leur héritage, d’où l’éveil nécessaire et la sensibilisation. Attention, a partir du moment où il y a des exigences financières outrancières, c’est l’engrenage. On vous demandera toujours plus d’argent pour vous soigner, ou pour aller rechercher je ne sais quelle expérience unique de néo-chamanisme au Pérou ou ailleurs, tout cela coûte tres cher, et il n’est pas rare de voir des gens qui ont totalement dilapidé leurs patrimoine familial, ce qui aboutit à des suicides, par désespoir de cause. J’ai vu plusieurs exemples comme cela. D’où l’intérêt de l’existence de la MIVILUDES, pour faire prendre conscience aux gens du danger, attention, vous êtes menacé, non seulement dans votre intégrité physique, mais aussi dans votre patrimoine.

Source : http://jssnews.com/2012/07/31/lutte-anti-secte-et-si-israel-copiait-la-france-rencontre-avec-georges-fenech/

Un centre de désintoxication au coeur d’une enquête pour négligence

Vivante, mais tout juste, Heather Landmeier clignote pour communiquer à partir d’un état végétatif.

 

Elle n’a presque pas de contrôle de son corps en dessous de son cou et sera alimenté par un tube pour le reste de sa vie.

Landmeier, 27, une overdose à l’héroïne et l’OxyContin à un hôtel de Tulsa en Mars 2008. Un jour plus tôt, elle a été démis de Narconon Arrowhead, un état-licence non-médicaux centre de désintoxication de drogue dans le comté de Pittsburg, les dossiers montrent.

Famille Landmeier allègue dans des documents judiciaires que son licenciement était lié à la drogue et l’alcool prévus à elle par le personnel de Narconon.

« Heather cru Narconon serait le début de son chemin de la reprise », a déclaré sœur cadette Landmeier, Hilary Landmeier. « Notre famille croit que ainsi. Nous mettons notre confiance en eux. Ils ont vraiment fait de nous croire. »

Cas Landmeier s’inscrit dans le cadre d’une controverse qui entoure Narconon, un centre au sud-est d’Oklahoma qui utilise des pratiques communément associées à la Scientologie et les enseignements de L. Ron Hubbard.

Depuis Octobre, il ya eu trois décès confirmés liés à l’installation. Depuis 2005, il ya eu quatre autres décès, dont trois étaient sur les lieux, selon les dossiers de l’Etat.

La mort la plus récente était Stacy Murphy, un jeune de 20 ans originaire de Tulsa, le 19 Juillet. Dans les jours qui suivent sa mort, au moins deux organismes de l’État et les autorités du comté de Pittsburg ont étudié l’installation.

Le centre fait face revendications de violer l’état mental statuts des établissements de santé et de la loi de protection des consommateurs, ont annoncé les autorités.

Narconon Arrowhead Directeur Gary Smith a refusé une entrevue téléphonique. Dans un bref courriel, Smith, citant les lois fédérales en santé, a déclaré qu’il ne pouvait commenter sur le cas spécifique d’un client de. Dans une déclaration précédente, Smith a déclaré l’organisation vont coopérer ouvertement avec les enquêtes des organismes locaux et de l’Etat ».

Père Murphy allègue sa fille n’a pas été donné l’attention médicale appropriée par le personnel de Narconon. La famille Landmeier revendications Narconon a été négligent. Et un homme Oklahoma qui a passé deux semaines dans l’établissement dit Narconon tente d’endoctriner les gens de la scientologie.

Scientologie basée sur la réadaptation

Narconon Arrowhead a ouvert il ya 12 ans environ en dollars canadiens, une au nord-est communauté de McAlester. L’installation se réfère aux patients comme «étudiants» et met l’accent sur un «processus de purification sauna, » selon le site Web de l’organisation.

Environ 150-200 clients peuvent être entretenus chez Narconon à la fois, avec plus d’espace pour le personnel qui vivent sur le campus, les autorités ont signalé.

Le centre de l’Oklahoma, établissement phare de Narconon International sur plusieurs aux États-Unis, est enracinée dans la Scientologie et également basée sur les enseignements et la « technologie » développé par l’auteur de science-fiction L. Ron Hubbard, selon le site Web de l’organisation.

L’installation de la publicité un chemin non-drogue à la réadaptation qui se concentre sur trois activités: l’exercice, les vitamines et les séances de sauna. Dans la séance de sauna par jour, les participants reçoivent la niacine, une vitamine qui est, puis de l’exercice.

« De là, ils vont dans le sauna pour suer de prendre une pause toutes les 20 minutes et boire beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation », selon le site. « Le traitement sauna dure environ 5 heures par jour au total. Sel et de potassium sont facilement disponibles pour éviter une surchauffe, des maux de tête et d’aider à promouvoir la capacité de transpirer. Après une journée remplie de la transpiration, l’individu est donnée huiles saines pour remplacer ceux perdus dans le processus de transpiration et un régime de vitamine très spécifique.  »

Selon un dépôt à la cour dans le procès de Landmeier, social Betterment Properties International était propriétaire du bien l’année dernière. SBPI est répertorié comme un but non lucratif qui soutient les propriétés utilisées pour les programmes qui suivent les « méthodes développées par L. Ron Hubbard et qui sont associées avec et soutenu par la religion de Scientologie. »

Colin Henderson, un patient à l’installation en Juillet 2007, dit qu’il pense que Narconon est plus concernée par la Scientologie convertit que d’aider les toxicomanes.

« Alors que chez Narconon, j’ai vu de première main les méthodes de formation ont été destinées plus à endoctriner les étudiants dans la Scientologie, » at-il dit.

Cette année, Henderson a déposé une plainte auprès du ministère état de santé mentale et de toxicomanie, invoquant des problèmes qu’il a vécus au cours de son séjour de deux semaines.

Le mardi, la Banque mondiale a demandé à partir ODMHSAS tous les rapports d’inspection et de plainte concernant Narconon. Un porte-parole a déclaré que les rapports ont été compilés et examinés.

Henderson a dit une méthode de valorisation utilisée chez Narconon est appelé un Eyes Open TR0, qui signifie 0 routine d’entraînement. Henderson a dit, tandis qu’au centre, il a été forcé de s’asseoir sur les trois pieds d’un autre patient.

« Vous vous asseyez avec votre dos bien droit, les mains sur les genoux et en regardant dans les yeux que l’autre personne, » a dit Henderson. « Vous ne pouvez pas cligner des yeux, tousser, se déplacer, ou rompre le contact des yeux pendant cinq minutes. »

Si vous échouez, vous devez recommencer, dit-il. Henderson a dit que les patients doivent succès restent encore en incréments de cinq minutes, 10 et 15. Comme les progrès de la classe, les incréments de temps d’augmenter d’une heure, at-il dit.

Les enquêtes

Narconon Arrowhead est autorisé par le ministère de l’Oklahoma santé mentale et de toxicomanie de fournir « des services de désintoxication non médicaux », selon Jeffrey Dismukes, directeur de l’information du public pour ODMHSAS.

« Tous les aspects de l’automne du programme Narconon relevant de la compétence du ministère, » Dismukes écrit dans un courriel. « Il convient de noter que le (ODMHSAS) est en train d’examiner d’autres aspects du programme Narconon afin de déterminer si des composants supplémentaires devraient être soumis à des normes de certification de l’État. »

Le département étudie l’installation, at-il dit.

Depuis la mort de Murphy, les agences impliquées dans les enquêtes de Narconon comprennent ODMHSAS, la Oklahoma State Bureau of Investigation, le Bureau du shérif du comté de Pittsburg et le bureau du procureur du comté de Pittsburg, selon les rapports.

Dismukes a déclaré que les rapports de l’Etat ont été compilées et analysées.

Bien que Narconon est uniquement certifié pour non-médicaux de désintoxication, l’installation a été dans le processus de devenir certifié pour offrir des services de désintoxication médicale, Dismukes dit.

Les allégations de négligence

Stacy Murphy avait volontairement elle-même admis à la clinique et avait été un patient pendant environ six semaines quand elle a reçu un forfait journée à rentrer à la maison, dit son père, Robert Murphy.

Après son retour au centre, elle a commencé à agir étrangement, et le centre lui a donné un test de drogue, qui s’est révélé positif pour les opiacés, at-il dit.

« Elle est morte d’une personne la négliger après qu’ils savaient qu’elle avait de la drogue dans son corps», at-il dit.

Contrairement à Stacy Murphy, Heather Landmeier vécu là-bas et a été expulsé après un contrôle positif pour les médicaments, selon les documents judiciaires.

Après Landmeier d’utilisation des drogues, le licenciement et après un surdosage, Landmeier passé des mois dans les hôpitaux diagnostiqués avec des dommages au cerveau avant d’être libéré de sa famille dans l’Illinois. Ils fournissent des soins 24 heures, Hilary Landmeier dit.

« Nous avons vécu des centaines de miles de là et tout ce qu’on pouvait faire était de leur faire confiance pour prendre soin d’elle», dit-elle. « La seconde, elle en avait besoin le plus, ils ont juste absolument abandonnée. »

Selon des documents judiciaires déposés par les avocats de Narconon, Landmeier était un «étudiant» et plus tard, un «stagiaire» à être toiletté pour rejoindre le personnel du centre. Sa dernière ronde de réadaptation était son troisième fois par le biais de l’installation.

La famille réclame des dommages Landmeier de Narconon pour un montant non précisé de plus de $ 75.000, selon l’avocat de la famille Tulsa, Donald Smolen II.

L’affaire est en cours dans le comté de Pittsburg avant le juge de district adjoint Bland James, les dossiers montrent.

Avocats de la défense pour plaider en Narconon documents judiciaires que Narconon Arrowhead administrateurs rejeté Landmeier dès qu’ils ont été mis au courant de sa consommation de drogues et ne sont pas responsable de son overdose après avoir violé les règles et a quitté les lieux.

Hilary Landmeier a dit qu’elle allait encourager la famille de la personne à Narconon pour les faire sortir le plus rapidement possible, compte tenu notamment des récents décès.

« Mon coeur va juste à la famille » de Stacy Murphy, Hilary Landmeier dit. « Je suis tellement reconnaissante que j’ai ma sœur ici encore. Il ne peut pas être la même Heather que j’avais avant, mais elle est toujours ma sœur …. Aucune famille ne devrait jamais, jamais avoir à passer par quelque chose comme ça.  »
Décès liés à Narconon dans l’Oklahoma

19 juillet: Stacy Murphy, 20 ans, de Owasso.

11 avril: Hillary Holten, 21 ans, Carrolton, au Texas.

26 octobre 2011: Gabriel Graves, 32 ans, de Claremore.

Mars 2009: Dianne Kaysie Werninck, 28.

Janvier 2009: Jean Lafitte, 52.

Avril 2007: Fred Oesterreicher, 53.

Février 2005: Sharon Charlene Nederlander, 44.

Source: Rapports par l’état du médecin légiste et la police locale.
Correspondant du Monde SheilaStogsdill contribué à cette histoire.
Titre Original Print: centre de désintoxication sous surveillance

Jarrell Wade 918-581-8367
jarrel.wade @ tulsaworld.com

Source : http://www.tulsaworld.com/news/article.aspx?subjectid=11&articleid=20120729_11_A1_CUTLIN533677

Traduction Google

Attentats World Trade Center – Nostradamus l’avait prédit… après sa mort !

S’il était facile de prévoir que les attentats qui ont frappé les USA mardi 11 septembre allaient déchaîner les rumeurs les plus folles, nous ne nous attendions pas à ce que les premiers à réagir soient les partisans du fatalisme divinatoire.

Quand l’indicible horreur se produit, il est toujours des catastrophistes pour y voir la réalisation d’une prédiction moyenâgeuse. La catastrophe était écrite dans les Grimoires depuis plus de 500 ans.  » Nostradamus

l’avait prédit «  apprend-t-on par voie de mails reproduits ci-dessous qui se sont répandus sur la toile comme une traînée de poudre et dans toutes les langues. « Il l’avait dit ! »; « tu vois, c’était écrit… »; « D’après ce texte, nous n’en sommes qu’au début »; « Le pire reste à venir ! », voilà quelques commentaires accompagnant les fameuses prédictions.

Heureusement, les Hoaxbusters sont prompts à réagir eux aussi et remontent rapidement à l’origine de la prétendue « centurie » du prophète.

Le texte original provient en fait un essai de Neil Marshall, un étudiant de l’université de Brock au Canada.  Dans cet essai, point de prophétie, mais une véritable critique des soi-disant prévisions et une extrapolation de son auteur qui va, de lui-même, émettre une prophétie, pour prouver qu’un texte suffisamment vague peut se révéler exact dans le futur… Bingo !

Quelques années plus tard (la page est en ligne depuis les années 90), ce qu’il dénonce se produit en effet :

« If you make enough prophecies and are intelligent enough to word them in such a way that they are abstract you become instant future seeer person. »

« Si vous inventez quelques prophéties et êtes assez intelligent pour les construire de manière suffisament abstraite, vous deviendrez instantanément un devin. » De là à penser que ce jeune homme est un prophète, il n’y a pas loin…

Là où la rumeur prend de l’ampleur c’est lorsque les mails que nous recevons sont de plus en plus détaillés sur la pseudo prophétie :

Le texte écrit par Neil Marshall ne faisait aucune mention de date ? Pas de problème, nous recevons une prophétie de Nostradamus qui commence par « In the year of the new century and nine months ».

L’original situe l’action dans « the city of God », on nous envoie plusieurs versions comprenant :

« the city of gold »; « the big city »; « the great new city »; « the city of york » etc.

Passons sur le fait que Nostradamus écrivait ses centuries en vieux français et que absolument personne ne nous en transmet dans cette langue. Le plus incroyable reste à venir : selon les dates indiquées, il aurait écrit cette centurie en 1654 et nous recevons très rapidement un autre mail nous indiquant une autre prophétie du brave homme beaucoup plus précise :

« It has been foreseen that exactly three hundred and fifty years into the future, silver phoenixes shall strike down the twin brothers of oppression that carried the king’s nation, which shall bring upon the apocalypse.
Nostradamus 
(September 11th, 1651) »

Nous sommes donc bien en présence de deux centuries décrivant sensiblement les attentats du 11 septembre 2001 et datées l’une de 1654, l’autre de 1651.

Nous venons de prouver que l’une a été écrite dans les années 90 par un étudiant voulant démontrer la facilité avec laquelle il était possible de prévoir les catastrophes, l’autre si elle émane de Nostradamus, l’aura été post mortem puisque le valeureux devin est mort en 1566 ! Ce qui convenons-le serait encore plus fort…

Article par

Guillaume – HoaxBuster.com

Greffe du coeur: la personnalité change-t-elle aussi?

Et si, en recevant un nouveau cœur, on recevait également des traits de personnalité du donneur?

Scène de chirurgie à l'école de médecine de Hanovre en 2012. Morris McMatzen/REUTERS– Scène de chirurgie à l’école de médecine de Hanovre en 2012. Morris McMatzen/REUTERS –
Samedi 24 mars, Dick Cheney a subi une transplantation cardiaque, après cinq infarctus au cours des 34 dernières années. Et si ce nouvel organe changeait la personnalité réputée glaciale de l’ancien vice-président?L’annonce du succès de l’opération a suscité à gauche une série de plaisanteries à ce sujet. «Dick Cheney a reçu un nouveau cœur, espérons qu’il soit plus empathique», a par exemple titré le blog Jezebel. «Il va peut-être devenir démocrate», suggère encore un lecteur dans un courrier au Los Angeles Times. Une transplantation cardiaque peut-elle changer la personnalité de quelqu’un?

Euphorie temporaire

Oui, mais probablement pas transformer un faucon en colombe. Les transplantations cardiaques entraînent toute une série de changements physiologiques et psychologiques importants, mais différents selon les individus. Un des effets les plus fréquents est tout simplement que ce nouveau souffle a tendance à rendre les patients plus heureux et plus optimistes, allant parfois jusqu’à l’euphorie temporaire.

Ceux qui souffrent d’insuffisance cardiaque grave pensent souvent qu’il ne leur reste plus qu’un ou deux ans à vivre et que leurs activités quotidiennes seront limitées par leur mauvaise circulation.Selon des études, plus d’une personne sur cinq souffrant d’insuffisance cardiaque serait dépressive. Ceux qui ont subi une greffe du cœur réussie peuvent s’attendre à vivre encore dix ans, voire plus, selon leur âge et leur état de santé général. Ils ont en outre tendance à se sentir plus en forme et leur alimentation est moins restreinte.

Le sang qui alimente leur cerveau est de meilleure qualité et cela peut améliorer leurs capacités intellectuelles. Un nouveau cœur n’apporte donc pas une nouvelle personnalité, mais avoir un cœur qui fonctionne peut changer vos perspectives.

Dépression passagère

La transplantation en elle-même peut toutefois être à l’origine de problèmes psychologiques chez certains patients. Le fait de devoir déconnecter temporairement le cœur pendant l’opération peut provoquer des pertes de mémoire à court terme, un déclin cognitif et une dépression passagère – un état surnommé en anglais «pumphead», du nom de la machine qui prend en charge les fonctions cardio-pulmonaires du patient dans le bloc opératoire.

Pourquoi cela arrive-t-il? Les médecins ne sont pas d’accord. L’une des théories est que cela est dû à un apport réduit en oxygène dans le cerveau pendant l’opération. Ces symptômes postopératoires peuvent aussi provenir de l’exposition des cellules sanguines aux surfaces étrangères de la machine cœur-poumons.

Pas de preuve scientifique d’une greffe de la personnalité

Les transplantés cardiaques sont quelques uns à raconter avoir reçu, en plus du cœur, certains traits de la personnalité de leur donneur, mais il n’y a pas de preuves scientifiques. L’histoire la plus connue est probablement celle de Claire Sylvia, ancienne danseuse professionnelle à qui on a greffé le cœur d’un jeune homme de 18 ans mort dans un accident de moto. Dans son livre intitulé Mon coeur est un autre, elle raconte qu’elle a commencé à avoir de folles envies de bière et de poulet du KFC après l’opération – des choses que le donneur appréciait.

Une poignée de chercheurs estiment que de tels traits de personnalité pourraient être transmis par les cellules du donneur, mais la plupart des cardiologues écartent l’idée. Un transplanté peut commencer à aimer des aliments qu’il ne pouvait pas manger avant l’opération, mais toute similarité avec les goûts du donneur ne serait que pure coïncidence.

Will Oremus

Traduit par Aurélie Blondel

L’Explication remercie Lawrence Czer du Cedars-Sinai Heart Institute et Joseph Rogers de l’université Duke.

 

Source : http://www.slate.fr/story/52625/explication-greffe-coeur-personnalite

Technique de manipulation : Libre à vous (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dépanner quelqu’un de quelques euros, signer une pétition, acheter un pantalon :autant de décisions prises librement. Et bien non ! Souvent sans que nous nous en apercevions, on nous pousse à adopter un comportement plutôtqu’un autre. Comment ? Grâce à des techniques simples mais efficaces,identifiées et testées par des chercheurs. Démonstration par Carine Peyrières avec des illustrations de Geoffroy Rudowsky

Source : Dossier Science et Vie Junior – novembre 2003

Libre à vous…

Pourquoi Jonathan a-t-il aidé Léo ? Parce qu’il est naturellement généreux !
Peut­être … Mais l’aurait-il été autant si Léo n’avait pas pris soin d’ajouter à sa requête «Tu es libre de refuser…» ? Pas si sûr…
 
En effet, des chercheurs en psychologie sociale ont constaté que dans une situation similaire, lorsqu’une personne demande directement à une autre de la dépanner, seules 10% acceptent !
En revanche, il suffit qu’elle ajoute une formule du type «Mais vous êtes libre de refuser», «À vous de voir», «C’est comme vous voulez», pour que le nombre de généreux passe de 10 % à 47 % !
 
Les 37 % qui n’auraient pas donné sans cela, ont été manipulés… Et ils ne sont pas les plus radins ! En moyenne, leur don s’élève à 1,07 € (un peu plus que le prix d’un ticket de bus) contre 0,49 € pour ceux qui ont donné sans le « Mais vous êtes libre de…»!
 
Et la technique fonctionne même sur Internet: le simple fait de remplacer «Cliquez ici» par «Vous êtes libre de cliquer ici …» a fait passer la fréquentation d’un site de 65,3 % à 82 % !
 
Pourquoi ça marche ? Parce que tous, tels que nous sommes, nous n’aimons pas être contraints. A tel point que le simple fait de nous sentir libres peut faire pencher la balance et nous inciter malgré nous à prendre une décision !

Source : http://info-sectes.ch/manip-gogo1.html#texte1

Pourquoi ne se brûle-t-on pas forcément en marchant sur le feu?

21 personnes ont été blessées en Californie après avoir marché sur du charbon ardent. Certains adeptes du développement personnel présentent la marche sur le feu comme un surpassement de soi. Pourquoi tout le monde ne se brûle pas?

Firewalk/RossGoodman Via FlickrCC Licence By– Firewalk/RossGoodman Via FlickrCC Licence By –

Vingt-et-une personnes ont été soignées pour brûlures après avoir traversé un tapis de braises de charbon à une conférence de développement personnel organisée parTony Robbins à San Jose (Californie) le 19 juillet. Environ 6.000 personnes ont participé à cette marche sur le feu. Pourquoi est-ce que tout le monde n’a pas été blessé?

Parce que le charbon n’est pas un bon conducteur de chaleur. Autrement dit, bien qu’il puisse devenir très chaud –habituellement entre 537°C et plus de 1.000°C – il ne peut pas transmettre très efficacement la chaleur à d’autres matériaux.

Quand la chair touche un objet chaud qui conduit bien la chaleur, du métal par exemple, elle est souvent brûlée car le métal la chauffe très rapidement.

Mais le charbon –et en particulier la cendre qui recouvre une braise ardente– ne transmet pas très bien la chaleur. Quand la peau entre donc en contact avec le charbon, elle refroidit la surface extérieure du morceau de charbon plus rapidement que la chaleur ne pourra se déplacer de l’intérieur du morceau de charbon pour brûler la chair, au moins au début.

C’est le même principe que celui selon lequel vous pouvez mettre votre main ou toucher une miche de pain dans un four chaud sans vous brûler, alors que vous vous brûleriez si vous touchiez les parois du four ou si vous laissiez votre main sur la miche plus longtemps que quelques secondes. (Le pain, comme le charbon, n’est pas un conducteur thermique efficace).

Disposer correctement les morceaux de charbon

Cela dit, marcher sur le feu n’est pas sans risque: si vous restez sur du charbon ardent pendant trop longtemps au lieu de vous déplacer rapidement, ou si le feu contient des morceaux de métal, de bois ou de sève (qui sont de bien meilleurs conducteurs thermiques que le charbon), vous pourriez vous brûler. De même si un morceau de braise brûlante se colle à votre pied pendant la marche.

La manière dont a été organisée la marche sur le feu de Robbins à San Jose –6.000 personnes qui se partagent une douzaine de rangées de trois mètres de longs recouvertes de charbon– pourrait avoir augmenté les risques des marcheurs de feu de rester coincé sur les braises, augmentant leurs chances d’être blessés. (La plupart des rituels traditionnels de marche sur le feu ne mettent qu’une à deux dizaines de personnes sur une seule rangée de charbons). De plus, même les marches réussies se terminent souvent avec des brûlures superficielles et des ampoules.

Beaucoup de partisans de la marche sur le feu affirment que les marches réussies sont soit le résultat d’une transe psychologique intense soit d’une protection surnaturelle. Robbins a écrit que «les gens changent leur physiologie en changeant leurs croyances», et l’un des marcheurs brûlés interrogé par le San Jose Mercury News a expliqué qu’il avait été blessé car il «n’était pas dans le bon état d’esprit».

Pas besoin d’entrer en transe

Mais les experts et les anthropologues qui ont participé à des marches sur le feu réfutent qu’un état d’esprit particulier soit nécessaire pour les réussir, tant que les braises sont disposées correctement et que l’on ne reste pas dans le feu trop longtemps.

Les rituels de marche sur le feu se sont développés individuellement en Grèce, aux îles Fidji, en Inde et dans d’autres parties du monde. D’habitude, la marche sur le feu consiste en une expérience de transformation spirituelle ou en un rite d’introduction à une secte religieuse.

La marche sur le feu a été introduite au grand public américain dans les années 1980 par Tolly Burkan, un conférencier, coach et auteur de développement personnel, et a été adoptée par Robbins et d’autres théoriciens du développement personnel qui expliquent que ces méthodes aident les gens à découvrir leur potentiel absolu.

L.V Anderson

Traduit par Pauline Moullot

L’explication remercie Loring M. Danforth, auteur de Firewalking and Religious Healing et professeur d’anthropologie au Bates College.

Source : http://www.slate.fr/story/59965/pourquoi-brule-marcher-sur-feu-braises

La chasse a pris fin

 

 

Que y a-t-il de plus dangereux qu’une secte avec ses partisans zélés ? Des hommes ayant perdu tout sens de la raison et agissant selon les bons vouloir d’un maître à penser dont le seul soucis est de tirer profit de la détresse de ces gens. Parfois, ils sont endoctrinés de telle sorte qu’ils commettent l’irréparable en faisant des dommages collatéraux. Le suicide collectif d’adeptes est une chose triste mais cela ne regarde qu’eux, ils sont libres de leur vie et font ce qu’ils veulent avec. La chose la plus déplorable c’est quand dans leur délire exterminateur, ils entraînent des innocents vers la mort. Il y a 17 ans, dans le métro tokyoïte, un terrible drame se déroula.

Le dernier membre de la fameuse secte Aum, encore en fuite, vient d’être arrêté par la police japonaise. Katsuya Takahashi, 54 ans,  a été appréhendé dans le sud de la capitale, près d’un « manga café », véritable refuge pour les adeptes d’animations japonaises où on peut y consulter des mangas, des videos, surfer sur internet, dormir et même manger. Quand les policiers sont venus le chercher, il n’a émit aucune resistance et à immédiatement reconnu les faits. Il s’est présenté à eux très élégamment vêtu, chemise blanche, bien coiffé, bien rasé, comme s’il devait se rendre à un entretien d’embauche. Un contrat à long terme dans une geole de quelques mètres carrés.

Il était  devenu l’objectif de toutes les polices du pays depuis l’arrestation, début juin, d’un autre ex-membre, Naoko Kikuchi, une femme de 40 ans. Les deux comparses étaient toujours en étroite relation.

La chasse à l’homme s’est faite grace à des images de Katsuya Takahashi diffusées sur de nombreux médias. Des clichés, plus ou moins nets, pris par des caméras de surveillance de son bureau. En effet, il continuait sa petite vie tranquille, comme si de rien n’était, sous une fausse identité au guichet d’une banque. Takahashi n’était pas un membre lamba, il était un des instigateurs de l’attentat et un séquestreur aux méthodes tortionnaires. Il avait enfermé chez lui et fait subir les pires supplices au frère d’un membre déserteur de la secte.

Pour se remettre dans le contexte, nous sommes le 20 mars 1995, le quai du métro est bondé par des salary men, des office ladies, dans leur uniforme bien propret, se rendant au travail et par des jeunes allant en cours. Soudainement, les adeptes décident de frapper. Ils disposent des sacs remplis de gaz sarin sur cinq rames du métro en direction du quartier des ministères. Ce produit létal, plus nocif que le cyanure, a été crée durant la Seconde Guerre mondiale par les forces de l’Axe pour occire leur ennemis. La panique s’installe, le composé chimique volatile empoisonne des milliers de personnes. Malgré les efforts pour tenter de regagner la surface, la trappe se referme sur les victimes. Au total, on déplore 13 morts et plus de 6.000 blessés. Les responsables : la secte Aum.

Aum, groupuscule religieux influencé par des préceptes bouddhistes et hindouistes teintés de prévisions apocalyptiques, a vu le jour en 1984. Le père de ce rassemblement mystique, Shoko Asahara, était un simple professeur de yoga, atteint d’une cécité légère mais au fort charisme. Un éloquence telle qu’il rassemblait plusieurs milliers de personnes à chacune de ses conférences. Il s’est laissé emporter par l’engouement et enivré par l’argent, il a perdu la raison. Avec tous les yens entassés sur le dos des faibles gens, il a investi dans une usine chimique dans les environs du Mont Fuji, là où il fut arrêté en 1995. Une arrestation procédé à temps, car ses desseins étaient funestes, la mise en place d’une quantité astronomique de gaz dans le but d’assassiner plus de 3 millions de personnes.

Avant l’attentat du métro, elle avait déjà tâtée le terrain un an plus tôt à  Matsumoto. Un acte criminel, lui aussi avec du gaz sarin et qui avait provoqué  la mort de huit personnes.

En mettant la main sur Takahashi, c’est  la fin d’une longue traque menée sans répit, que les policiers japonais ont mené avec brio. Au final, elle aura fait juger 189 ex-membres en 16 années de procédure, dont 13 ont été condamnés à la peine capitale. Cependant aucun n’a encore eu la corde autour du cou. Il peut paraitre étrange que dans le pays du zen et de la tolérance, la peine de mort soit toujours appliquée. Ce sujet est un vrai débat de société, alors que la Justice nippone s’orientait vers une abolition pure et simple de cette sentence irréversible au début des années 1990, l’attentat du métro a provoqué un revirement massif de l’opinion public.

Même si Aum est décapitée, son leader étant sous les verrous, la loi ne l’a pas démantelée. Cependant, ses faits et gestes sont épiés de près par les forces de l’ordre afin d’éviter un nouveau dérapage mortel. Elle a même change de nom, comme le ferait un criminel en fuite, désormais il faut parler de la secte Aleph dont la politique du nouveau gourou se veut diamétralement opposée à celle d’Asahara. Le gouvernement japonais a une bonne occasion à saisir pour faire de même en revenant sur sa position vis à vis de la peine de mort.

Source : http://www.come4news.com/la-chasse-a-pris-fin-82709

Publié dans Aum. Tagué .

TV : Waco, ordre du Temple solaire, la folie des sectes tueuses

Direct-8 Direct 8 – 20h50

Durée : 1 heure 5 minutes

Sous-titrage malentendant (Antiope).

Stéréo

Interdit aux moins de 10 ans.

En 16:9

Le sujet

Retour sur l’assaut sanglant de Waco et sur le drame des suicides collectifs de l’ordre du Temple solaire, des tragédies liées à des activités sectaires.

Le 19 avril 1993, après 51 jours de siège, les forces spéciales américaines donnent l’assaut sur la résidence de la secte des Davidiens près de Waco, au Texas. L’opération se solde par la mort des 82 habitants. Retour sur cette tragédie, de même que sur celle des suicides collectifs organisés par l’ordre du Temple solaire. En 1995, Joseph Di Mambro et Luc Jouret, les deux grands prêtres de cette secte, décident de quitter la planète Terre et d’organiser un «transfert» vers Sirius.

5707392