Varaire. L’épidémie, qui a touché 14 personnes, causée par une bactérie

Des symboles identitaires de l'association ont été dressés à Varaire./Photo DDM, archives, Marc Salvet. ()

Des symboles identitaires de l’association ont été dressés à Varaire./Photo DDM, archives, Marc Salvet.

Le Bois de la Font, à Varaire, où se déroulent des rassemblements des membres de l’association Namaskaram, avait été, le 21 août dernier, le théâtre d’une étrange maladie qui a touché des adultes et des enfants hospitalisés après cette soudaine hécatombe. Le voile est levé sur ce phénomène.

L’association Namaskaram, très controversée, a enfin résolu l’énigme sanitaire qui a perturbé le séjour estival de quatorze personnes (dix adultes et quatre enfants) au Bois de la Font, à Varaire, siège de cette structure (notre édition du 22 août). Plusieurs hypothèses avaient alors été émises après le malaise en série de ces adultes et enfants qui présentaient tous les symptômes d’une gastro-entérite aiguë.

Aujourd’hui, au nom de l’association, Mickaël Leboeuf, gérant du site de Varaire, veut rassurer tous les sceptiques.

Selon lui, les personnes touchées sont désormais hors de danger. «Elles ont toutes été conduites à l’hôpital de Cahors qui a identifié et soigné le mal. Il s’agissait d’une bactérie. Celle-ci n’était pas présente dans l’eau ni dans les aliments consommés par les familles. La bactérie a peut-être été véhiculée par l’une des personnes depuis sa région. Vous savez, les gens venaient de toute la France», précise le gérant.

Celui-ci n’a ensuite pas souhaité s’étendre sur la polémique et le mystère qui entourent cette structure : mouvement à dérive sectaire ou communauté religieuse ? «Je ne veux pas répondre. Je sais que des personnes suspectent l’association qui ne pose aucun souci», poursuit-il. Rien d’autre à déclarer. Plus loquace sur le rassemblement massif qui s’est tenu ce week-end à Varaire, Mickaël Leboeuf confirme «la présence de 700 personnes sur le site. Tout s’est déroulé en accord avec les autorités publiques, sanitaires et locales. Les règles de sécurité ont été respectées», conclut-il. Jointe par téléphone, l’association Namaskaram, nous a immédiatement répondu que «le responsable du site était le plus habilité à répondre».

Soucieux d’écarter toute forme de polémique, ce dernier a fait le «job» avec le petit agacement que l’on peut comprendre dès l’évocation d’une suspicion d’appartenance sectaire. Aucune enquête n’a été ordonnée dans le Lot. L’association Namaskaram, qui a érigé un monument «dédié à la paix universelle» et dont le maître Sri Tathata préside des cérémonies «pour l’élévation de la conscience», veut prendre de la hauteur sur cette suspicion réitérée (lire notre encadré).

Elle réfute l’identification sectaire. Mais la polémique et le doute restent vivaces.


Une antenne anti-secte en projet dans le lot

Présidente de l’association Info-Sectes Midi-Pyrénées, rattachée au Centre contre les manipulations mentales (CCMM), Simone Risch émet des sérieux doutes sur les motivations de l’association Namaskaram et du maître Sri Tathata. «Ce type de rassemblement de masse impliquant des mineurs m’interpelle bien sûr. Cela soulève beaucoup d’interrogations. Je voudrais que la préfecture se penche rigoureusement sur ce type de phénomène dans le Lot. L’inertie des autorités nous interpelle. Nous voulons en savoir plus, éviter toute dérive sectaire et protéger les gens de toute forme d’emprise mentale», insiste-t-elle. Puis elle annonce «le projet de création d’une antenne de l’association Info-Sectes Midi-Pyrénées dans le département du Lot». Contact : 05 61 61 02 97.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2012/08/29/1427804-varaire-l-epidemie-qui-a-touche-14-personnes-causee-par-une-bacterie.html

Confusion des genres

Daniel Picotin, président du CCMM et d’Info sectes Aquitaine, explique les risques du psycho-spirituel.

Daniel Picotin.

Daniel Picotin. (Archives « SO »)

« Sud Ouest ». Le Centre contre les manipulations mentales (CCMM) présente aujourd’hui à la presse « Le Livre noir de l’emprise psycho-spirituelle ». De quoi s’agit-il ?

Me Daniel Picotin. C’est un recueil de témoignages de nouveaux « naufragés de l’esprit » tombés dans la spirale du psycho-spirituel. Comme avocat, je suis moi-même chargé de trois affaires, dont le suicide d’un père de famille. Ces témoignages mettent en cause plusieurs communautés charismatiques catholiques, parmi lesquelles figure la communauté des Béatitudes.

L’Église a déjà été alertée notamment par un ouvrage qui fait référence, « Les Naufragés de l’esprit, des sectes dans l’Église catholique » (1). Comment se fait-il que rien n’ait bougé ?

À l’heure du multimédia et d’Internet, rien ne sert de dissimuler les problèmes pour les cacher. En septembre 2011, la Conférence des évêques de France a commandé un rapport sur le thème « Spirituel et psychologie ». Réservé à l’origine aux évêques, il est aujourd’hui en ligne sur Internet.

Qu’est-ce qui est dangereux dans les pratiques psycho-spirituelles ?

Une confusion des genres, de type apprenti sorcier, en mélangeant théologie, spiritualité, psychologie, psychiatrie et psychanalyse. La synthèse de Freud et de Jésus dans une même session de « christothérapie ».

Comment les participants à ces sessions deviennent-ils des victimes ?

On constate au sortir de ces sessions trop de ruptures, avec les parents, avec la famille, de divorces. S’y ajoutent des méthodes de soins charlatanesques, des manipulations sous forme de suggestions, l’utilisation du faux souvenir induit, de la psychogénéalogie pour rechercher l’origine de la blessure et de la souffrance dans les générations antérieures, la prétendue recherche de la mémoire sensitive, l’utilisation de psychotropes sans véritable contrôle médical… Si l’on note aussi des exigences financières, certaines dérives sexuelles et des conditions de vie destructrices, on est en pleine dérive sectaire.

Qui doit agir ?

Les évêques français doivent mettre fin à ces pratiques dérivantes. Ce n’est pas à l’Église de réaliser des psychothérapies. D’autant que le passage au crible du livret de retraite de Notre-Dame du Puy, par un psychiatre et un psychanalyste, a parfaitement éclairé les évêques sur le caractère faux, réducteur et dangereux de la pratique proposée. Le renouveau charismatique a entraîné un glissement vers un amalgame pentecôtiste, doublé de techniques issues à la fois des sciences humaines et du New Age. Au final, un très mauvais cocktail.

Les pouvoirs publics doivent aussi s’interroger et sanctionner ceux qui s’adonnent à des psychothérapies dans des conditions dangereuses et non encadrées. Nous avons proposé au groupe sectes de l’Assemblée nationale de s’emparer de ce sujet.

(1) Par Thierry Baffoy, Antoine Delestre et Jean-Paul Sauzet, aux éditions du Seuil.

Source : http://www.sudouest.fr/2012/08/28/confusion-des-genres-805575-4834.php

Une secte fanatique fait régner la terreur dans une petite ville mexicaine

28 août 2012 à 17:49
Des dissidents à la Nouvelle Jérusalem, une communauté religieuse, tenant une banderole pour réclamer leur droit de choisir une école, État du Michoacan, au Mexique, le 27 Août 2012.

Des dissidents à la Nouvelle Jérusalem, une communauté religieuse, tenant une banderole pour réclamer leur droit de choisir une école, État du Michoacan, au Mexique, le 27 Août 2012. (Photo Hector Guerrero. AFP)

Ses membres interdisent l’accès à l’école publique, dénonçant les «matières du diable» qui y sont enseignées.

Par CHLOÉ GUTIERREZ

Une secte religieuse fanatique mexicaine empêche depuis la semaine dernière l’accès à l’école laïque dans la petite ville de Nueva Jerusalen (Nouvelle Jérusalem), à l’ouest du Mexique.

Lundi dernier, jour de la rentrée scolaire au Mexique, ils ont provoqué une bousculade pour empêcher des parents de déposer leurs enfants à l’école élémentaire. Quelques coups ont même été échangés, et trois femmes ont été blessées.

Pour la même raison, en août 2011, ce groupe avait assailli les écoles maternelles et primaires, forçant les élèves à suivre les cours dans des maisons privées. Puis cette année, le 6 juin, les fanatiques ont résolu de démolir l’école élémentaire et ont mis le feu à la maternelle.

Les membres de la secte accusent leurs adversaires de vouloir «faire entrer ici la drogue, la délinquance, la prostitution», selon un de ses représentants, Juan Carlos Tellez. Les femmes portent leurs cheveux couverts de tissus colorés, les hommes doivent porter une croix, et les filles, rester silencieuses. Les règles sont strictes, il n’y a pas de centres de santé, les boissons alcoolisées sont interdites et personne ne peut sortir sans autorisation. Interdit aussi de regarder la télévision, écouter la radio ou faire du vélo, et ils ne peuvent lire que les textes approuvés par leurs dirigeants.

Le but: se sauver de l’Apocalypse qui a été annoncée en 1980, puis en 1988, puis en 2000. La nouvelle date de la fin du monde n’est pas encore claire. Les membres de la secte sont persuadés que la ville sera le seul endroit qui sera épargné par l’Apocalypse.

Pour plus d’infos:http://www.bbc.co.uk/mundo/noticias/2012/08/120824_nueva_jerusalen_educacion_michoacan_mexico_an.shtml

La secte impose à ceux qui veulent étudier dans cette petite ville de 13.000 habitants de le faire exclusivement dans leur école paroissiale, non reconnue par l’Eglise catholique. Ils s’opposent à l’enseignement laïque, et aux «matières du Diable» enseignées en classe selon eux. Leurs méthodes d’éducation sont uniquement à base de chants et de louanges.

«Nous parlons du problème, mais pour l’instant c’est tout. Nous allons attendre les ordres», a expliqué à l’AFP Miguel Guerrero, commandant des forces de police qui ont pris position autour de l’école.

Les habitants qui veulent que leurs enfants puissent aller dans les écoles publiques contruites en 2007 ont rejeté une offre des autorités de l’Etat du Michoacan de transporter leurs enfants dans des villages voisins pour pouvoir suivre une scolarité laïque. «Nous ne voulons pas que nos enfants aillent dans d’autres villages pour étudier, il y a des risques sur le chemin», a dit durant une réunion publique Priscila Dominguez, une des porte-parole des habitants qui réclament un enseignement laïc.

Juan Zeferino, 15 ans, a été élève pendant une courte période dans l’école paroissiale. «On n’apprend rien dans cette école, seulement la religion et à lire et à écrire», a-t-il dit à l’AFP. «Il n’y a pas de science. Ils disent que c’est de la pornographie. Quand les livres d’école arrivent, ils déchirent les pages sur la reproduction».

Aussi dans le Journal El Pais:http://internacional.elpais.com/internacional/2012/08/27/mexico/1346102704_592416.html

La petite ville de Nueva Jerusalen, dans l’Etat de Michoacan, pris son essor en 1973, l’année où la Vierge du Rosaire, patronne du lieu, est apparue à une femme appelée «Mama Salomé». Depuis lors, la communauté actuellement dirigé par Martin Le Tours vit selon ses propres règles.

Source : http://www.liberation.fr/monde/2012/08/28/une-secte-fanatique-fait-regner-la-terreur-dans-une-petite-ville-mexicaine_842370

O.S.A. – Les espions de la scientologie (1.29.31)

 

Publié le 26 Août 2012 par Équipe du kiosque

Émission en français de la chaîne Arte
.
L’organisation O.S.A. a avant tout pour mission de contrer ceux – avocats, juristes, politiques, médias, anciens adeptes – qui tentent de dénoncer les agissements des scientologues. Pour ce faire, elle ne recule devant rien : opérations de communication, noyautage de certaines institutions et instances publiques, actes de sabotage, campagnes de diffamation et d’intimidation, etc. Ceux qui critiquent la scientologie se sentent souvent espionnés et directement menacés.
.
En 2010, la secte a traversé une grave crise avec le départ de plusieurs de ses cadres dirigeants, notamment celui qui fut longtemps le chef de l’O.S.A. Son témoignage ainsi que celui d’autres responsables au plus haut niveau permettent de découvrir les différents rouages de l’organisation. Ces membres autrefois zélés attaquent ouvertement le dirigeant actuel de la scientologie, David Miscavige, l’accusant de coups et de maltraitance à leur encontre. Considérée comme une secte extrémiste dans différents pays européens, la scientologie est surveillée de près par les instances publiques. Mais le grand public ignore généralement que la secte a bâti sa propre structure de renseignements, dont certains agents ont été condamnés pour espionnage, cambriolage, coercition et autres délits criminels dûment prouvés. Qui sont vraiment les collaborateurs de l’O.S.A. ? Sur quels réseaux s’appuient-ils ? Au cours de leur enquête, les réalisateurs ont découvert d’étonnants liens entre l’O.S.A. et des décideurs politiques qui ont pignon sur rue à Washington, en particulier au ministère des Affaires étrangères.
.
Pour sa part, la secte affirme que l’O.S.A. est un simple service de presse et d’affaires juridiques qui se contente de récolter par des voies légales des informations sur les esprits critiques et les adeptes renégats.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=i2qvmcgoJiA?feature=player_embedded]

Source : http://kiosquemedias.wordpress.com/2012/08/26/o-s-a-les-espions-de-la-scientologie-1-29-31/

 

Mormon : La polygamie, Brigham Young et ses 55 épouses

Brigham Young, successeur de Joseph Smith en tant que président de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, a eu un très grand nombre de femmes.

Ann Eliza Webb, après avoir décidé de divorcer jeunes en 1873, a publié un exposé intitulé Wife n ° 19. Une biographie ultérieure de Ann Eliza Jeune appelait sa femme La vingt-septième. Il s’avère qu’elle était en fait n ° 52 femme ou à peu près.

Des études récentes, dont le mien, ont trouvé 55 bien documentés mariages. Il ya plusieurs cas discutables, mais la plupart des lecteurs seront d’accord que tout ce qui dépasse 50 est plutôt extravagant dans la mesure où le mariage est concerné. Brigham Young était probablement l’homme le plus souvent marié au 19e siècle en Amérique.

La grande variété des mariages de Brigham Young, il est difficile de leur donner un sens. Il a épousé – a été scellés pour, dans le jargon de Mormon – jeune (Clarissa Decker, 15) et vieux (Hannah Tapfield King, 65). Il a épousé les femmes célibataires et les veuves. Peut-être plus particulièrement, il a été scellée à ses deux premiers belles-mères loi. Peut-être le plus controversé, il a épousé les femmes qui étaient déjà mariées, à certains hommes mormons en règle.

Comme au début de 1842, Brigham Young était monogame satisfait. Il aimait sa femme, Mary Ann Angell. « Ce soir, je suis avec ma femme un seul côté de moi le feu pour la première fois depuis des années,« Young a écrit dans son journal en Janvier 1842. « Nous injoi et feele à PRASE le Seigneur. »

Deux mois plus tard, Young proposition de mariage à un jeune de 17 ans de la Colombie Mormon nommé Brotherton Martha qui venait d’arriver dans l’Illinois. Elle lui a refusé et a signé un affidavit dénoncer son comportement. Néanmoins, en Juin Jeunes proposé une seconde femme, qui l’a acceptée.

Jeune probablement ressenti un certain niveau d’attraction pour Brotherton, qu’il avait connu en Angleterre. Mais la luxure ou l’attirance sexuelle n’était pas la raison de son entrée dans la polygamie. Au lieu de cela, les jeunes cherché une seconde épouse parce que Joseph Smith a instruit que le mariage plural était un commandement divin qui apporterait un certain nombre de bénédictions justes énormes pour l’éternité. Jeune brièvement résisté nouvelle doctrine de Smith, plus tard, expliquant que c’était la seule fois de sa vie qu’il a «souhaité la tombe. » Une fois qu’il a accepté, cependant, il l’a acceptée sans réserve.

Après son mariage plural d’abord, les jeunes mariés plus de trois fois avant de Smith de 1844 assassiner. Young ne vivent pas avec n’importe lequel de ses autres épouses, et ils lui donna pas d’enfants au cours de ces années. Au cours de l’année après la mort de Smith, Young mariés vers 15 femmes. Le mariage céleste est devenu plus d’une réalité terrestre maintenant, comme Young a commencé à avoir des enfants avec plusieurs de ses épouses. Son taux de mariage a atteint un sommet en 1846, au début, quand il a épousé près de 20 autres femmes de Nauvoo de l’église, dans l’Illinois, temple. Peu de temps après, Brigham Young dirigea vers l’Ouest américain, apportant avec lui la plupart des femmes qui l’avaient mariées au cours des quatre années précédentes.

Tout en écrivant à environ 55 mariages crée des défis inhabituels pour un biographe, Young a épousé une série de femmes fascinantes qui sont une mine d’informations sur les débuts de la polygamie mormone et la vie familiale Young:

  • Augusta Adams, déçu d’être parmi d’autres, a écrit des dizaines de lettres à son mari se plaindre de la négligence financière et sexuelle, exprimant la jalousie des autres femmes, et même jurer au jeune. Pourtant, quand des étrangers dépeint les femmes mormones comme esclaves de leurs maris, Adams fortement défendu le mariage plural dans les forums publics.
  • Lydia Farnsworth supplié les jeunes de l’épouser. En 1855, elle a rencontré et lui a exprimé sa « conviction que je suis à toi. » Deux ans plus tard, elle a répété son désir « d’être scellés à vous pour l’éternité. » Jeune sèchement rejeté ses prières. «[L] orsque je veux avoir une femme scellée pour moi», il lui reprocha, dans une lettre: «Je vais révéler le fait. Je ne suis pas guidé par des révélations à venir à travers n’importe quelle femme. » Pour des raisons inconnues, il a ensuite changé d’avis et a accepté la demande de Farnsworth.
  • Zina Huntington pleuré avant de déménager dans une maison avec un certain nombre d’autres épouses de Young. «J’ai pleuré», écrit-elle, «oui pleuré amertume de l’âme y [e] un chagrin et les larmes qui portait sonné d’une lourde coeur. » Bien qu’elle admirait jeunes avec ferveur, elle savait ce qu’elle perdrait en se joignant à un ménage polygame.

Adams, Farnsworth et Huntington étaient tous mariés à d’autres hommes au moment de leur étanchéité à Young. Ces cas impliquent le genre d’histoires scandaleuses qui sont indéniablement intéressant sur les débuts de la polygamie mormone: jilted maris, épouses méprisés et les potins considérable.

Au-delà de ces matières sensationnaliste, les mariages jeunes révèlent beaucoup sur sa personnalité et de l’humanité. Dans les interactions avec ses femmes, il a été à plusieurs reprises et romantique à l’écart, généreux et avare. Même si un homme plus âgé, il pourrait tomber dans l’amour, mais il pouvait aussi se refroidira à ceux qu’il avait aimé. Comme ce fut le cas avec la plupart de ses autres disciples, il pourrait à la fois ravir ses épouses et profondément les décevoir.

Young ne se soucient pas très bien ce que les autres pensaient de ses mariages, et il avait peu de patience – ou le temps – pour ses femmes quand elles ont exprimé leur mécontentement. Lorsque les femmes divorces exigé, cependant, il leur a accordé. Il a également acheté des maisons pour les femmes dans les établissements Utah périphériques pour les épouses qui préfèrent une plus grande indépendance ou la vie privée. Dans le même temps, il a tenté cher de créer une famille harmonieuse et unie, ordonnant à ses épouses et les enfants à se joindre à lui pour prier chaque jour.

Quelles que soient les vives réactions morales polygamie a toujours généré, le mariage plural met en valeur l’un des traits qui définissent le mormonisme début – son audace. Quand ils heurta les conventions et les limites de la politique du 19e siècle, l’économie, la théologie et le mariage précoce, les dirigeants mormons comme Joseph Smith et Brigham Young proposé leurs propres voies audacieuses. Les jeunes ont conduit des milliers de réfugiés en difficulté à travers les plaines et les montagnes Rocheuses, a tenté d’établir un royaume indépendant politique à un moment d’étendre la puissance américaine, voulait que ses disciples de consacrer tout leur propriété à l’église et près de trois femmes mariées notes. Un grand nombre des femmes dans la vie de Young, comme Augusta Adams, Lydia Farnsworth et Zina Huntington, étaient tout aussi audacieuse. Ils ont fait des choix qui sectionnés liens anciens, ouvert de nouvelles possibilités et peut-être inévitablement leur a apporté une mesure de la douleur dans le processus. Compte tenu d’une telle audace, la vie de Brigham Young – et ses mariages – nécessairement produit un mélange enivrant de l’échec et de succès, mais ce n’était jamais ennuyeux.

John G. Turner enseigne les études religieuses à l’Université George Mason et est l’auteur de «Brigham Young: Pioneer Prophète (Harvard University Press).

Source : http://www.huffingtonpost.com/john-g-turner/brigham-young-and-polygamy_b_1792555.html

Traduction : Google

Appel déposée après le refus d’une class option pour abus contre une école Anglicane

 

TORONTO – Un groupe d’anciens élèves d’un collège chrétien dans l’Est ontarien qui prétendent abus n’ont pas la force émotionnelle de poursuivre poursuites individuelles, leur avocat fait valoir.

Un juge a refusé de certifier plus tôt cette année pour leur proposait 200 millions de dollars recours collectif contre Grenville Christian College et ses deux directeurs anciens et le diocèse anglican de l’Ontario, en disant qu’il n’est pas le meilleur moyen.

Mais Loretta Merritt, l’un des trois avocats des plaignants, a déclaré que les individus auraient du mal à aller de l’avant avec le cas de leur propre chef et d’un recours collectif est le meilleur moyen pour eux de se faire entendre.

«Si cette décision devait être maintenue, alors chaque survivant individu aurait à se présenter et de dire« je veux poursuivre une action individuelle, « dit-elle.

« Est-ce que ces gens veulent lancer des actions individuelles? Je ne sais pas. C’est l’une des préoccupations que nous avons et l’une des raisons pour lesquelles nous plaisent. Nous craignons que les individus ne peuvent pas avoir les moyens émotionnelle ou financière pour poursuivre le sur eux-mêmes.  »

Actuellement, il ya cinq plaignants, mais Merritt a dit qu’environ 300 personnes ont été en contact avec elle et son co-conseil de poursuivre de faire partie de la poursuite.

« Nous croyons que le recours collectif est une procédure préférable», a déclaré Merritt. « Il a trouvé que tous les autres critères de certification ont été respectées. »

Grenville Christian College, qui a été dirigée par des prêtres anglicans, fermé en Août 2007 en tant allégations ont fait surface que la violence psychologique, physique et sexuelle étendu aux années 1970.

A cette époque, le président du conseil d’administration cité « l’évolution démographique, la baisse des effectifs et des coûts d’exploitation croissants» comme raisons de la fermeture.

L’école a une réputation élite des écoles privées de l’Ontario, la charge jusqu’à 35.000 $ par an, et énumérés anciens lieutenants-gouverneurs, un sénateur et un diplomate canadien parmi ses clients.

Les plaignants dans cette affaire sont d’anciens élèves du collège, qui a fonctionné à la fois comme une école primaire et l’école secondaire résidentielle, et ils ont allégué dans la plainte qu’ils ont été soumis à des années d’abus.

Le costume revendiqué l’école a été exécuté comme une secte contrôle de l’esprit qui a laissé les anciens élèves traumatisés.

Aucune des allégations ont été prouvées en cour.

Les allégations invité l’Église anglicane d’ouvrir une enquête en 2007 sur les activités de deux prêtres qui étaient directeurs d’école, Mgr Charles J. Farnsworth et le révérend Alistair Haig, en plus d’une enquête menée par la Police provinciale.

L’enquête de la Police provinciale a conclu en Novembre 2008, et aucune accusation n’a été portée.Après des consultations avec la Couronne, ils ont décidé que les accusations n’étaient pas dans l’intérêt public.

Les plaignants ont des revendications sérieuses qui devraient être jugés devant un tribunal, le juge Paul Perell, de la Cour supérieure de justice a statué en mai. Mais une poursuite en recours collectif n’est pas la voie à suivre, il a trouvé.

«La technique est sou sage, façon de chandelle pour sécuriser l’accès à la justice, car il fera la preuve de l’individu membres» revendique plus difficile « , a déclaré Perell dans sa décision.

« En l’espèce, l’opportunité de l’élaboration de la demande comme actes répréhensibles systémiques ne faciliterait pas mais empêchent l’accès à la justice pour les membres individuels du groupe. »

Le procès avait été intenté contre le Diocèse anglican de l’Ontario, mais Perell rejeté la plainte contre eux.

Le diocèse n’était pas disponible pour commenter.

Avocat Geoff Adair, qui représente les défendeurs, a dit s’attendre à la décision du juge en raison de la large gamme de demandes présentées par les demandeurs.

« J’ai soutenu pour ce résultat donc je ne suis pas surpris par le fait qu’il a été accordé», at-il dit. «Mon raisonnement était qu’il y avait une telle variété de plaintes qu’ils ont vraiment ne s’inscrivent pas dans un recours collectif et a dû être jugé individuellement. »

Adair a déclaré que les allégations variait de violence psychologique, physique et sexuelle, en plus de ne pas tenir compte des difficultés d’apprentissage et de ne pas promouvoir les valeurs anglicans, qui, selon lui serait trop loin pour intenter un recours collectif.

Perell reconnu dans sa décision qu’il y avait des points communs entre ce cas et d’autres cas de mauvais traitements présumés dans les pensionnats dans les anciens arrêts de la Cour suprême, mais qu’il y avait trop de questions individuelles dépassés les problèmes communs.

Les demandeurs ont plaidé en faveur d’une «négligence systémique» à l’école dans leur appel, indiquant que la façon dont l’école a été exécuté était en violation de l’obligation pour les étudiants.

Les demandeurs doivent prouver que les blessures étaient le résultat de l’adoption de l’école des enseignements d’un petit-Orléans, dans le Massachusetts, le groupe a appelé la Communauté de Jésus », ce qui est une tâche beaucoup plus difficile que de prouver qu’il a été blessé parce que le père Farnsworth a battu avec une pagaie, « a déclaré Perell décision.

Merritt a dit qu’elle et son co-conseil sont «prudemment optimiste» après perfectionner l’appel. Ils attendent maintenant que les défendeurs de déposer leurs matériaux répondant sorte que le tribunal peut fixer une date pour une audience à la Cour d’appel, qui devrait avoir lieu avant la fin de l’année.

Source : http://www.winnipegfreepress.com/arts-and-life/life/faith/appeal-filed-in-school-abuse-case-after-class-action-lawsuit-denied-167412805.html

Traduction Google

Narconon paie les honoraires d’intermédiation

 

Par Jarrel WADE Rédacteur mondiale
Publié le: 26/08/2012 02:32
Dernière mise à jour: 26/08/2012 07:31

Le directeur général de Narconon Arrowhead dit l’Tulsa World semaine dernière, le centre propose un «honoraires d’intermédiaire» pour trouver des patients de réadaptation pour toxicomanes, qui, selon lui est une pratique courante parmi les centres de réadaptation.

Narconon Arrowhead PDG Gary W. Smith a dit la facilité de paie des honoraires d’intermédiation à une dizaine interventionnistes ou «représentants sur le terrain » sur une base régulière.

« Nous ne sommes pas le seul programme qui fait cela, » a déclaré Smith. «Ce n’est pas une pratique rare. »

Conseillers en toxicomanie et des anciens étudiants de Narconon ont également confirmé qu’ils font des dizaines de milliers chaque année à partir des honoraires d’intermédiation et plus d’interventions. Tout compte des honoraires d’intermédiation n’a aucune incidence sur l’endroit où ils recommandent un toxicomane aller pour cure de désintoxication.

L’installation est sous enquête après trois décès de patients qui y sont en moins d’un an.

Une enquête de Narconon par le Tulsa World a également constaté un réseau de plus de 200 sites Internet.

Il n’est pas rare pour les familles des personnes dépendantes de la drogue à se tourner vers l’Internet pour de l’aide. Hillary famille Holten a fait. Famille Stacy Murphy a fait, lui aussi, selon les porte-parole de la famille.

Murphy, 20 ans, originaire de Tulsa, et Holten, un 21-year-old de Carrollton, au Texas, ont trouvé leur chemin à Narconon Arrowhead, un centre de désintoxication de drogue enracinée dans la Scientologie.

Les deux femmes, «étudiants» de l’établissement, où il mourut avant d’avoir terminé le programme. Murphy est décédé Juillet 19 et Holten Avril 11.

Depuis leur mort et la mort Octobre 2011 de Gabriel Graves, un homme de 32 ans Claremore, le centre de désintoxication de drogue a été mis en examen par des organismes publics multiples pour des violations présumées criminelles et réglementaires, responsables de l’agence ont confirmé.

Plusieurs anciens étudiants Narconon et les familles des étudiants interrogés par la Banque mondiale a déclaré avoir contacté les conseillers en toxicomanie par le biais de divers sites Web. Les conseillers a alors recommandé l’air de famille dans Narconon de réhabilitation.

Rechercher sur Internet à l’aide de cure de désintoxication, et il ya une chance que vous trouverez l’un des 235 sites détenus et gérés par Goad Dena de Bixby. Goad est propriétaire de sa propre entreprise impliquant les numéros 1-800 hotline attachés à ses sites Internet, at-elle dit.

Ses 235 sites comprennent OklahomaDrugRehabs.net, HeroinAddictionTreatments.net, MethRehab.org et AddictionTreatmentTexas.org, selon l’inscription des sites.

Aiguillon, qui a dit qu’elle était un ancien toxicomane, est diplômé de Narconon avant qu’elle ne commence son entreprise il ya plusieurs années. Elle disait que c’était seulement la réhabilitation qui a travaillé pour lui au bout de cinq tentatives pour obtenir propre. Famille Goad a trouvé Narconon par une recherche sur Internet, at-elle dit.

Goad et son mari, Christopher Clancy, faire des interventions pour les personnes autour de la nation, dit-elle.

« Mon mari est un interventionniste de renommée mondiale », at-elle dit. «La plupart des interventionnistes payer environ 10 grands plus les frais » d’une intervention.

Charges Clancy entre 500 $ et 750 $ habituellement, transport aérien en sus s’il vole, Goad dit.

En plus des frais d’intervention, Goad gagne un «honoraires d’intermédiaire» de rehabs de drogue, généralement de 2 à 5 pour cent de ce que le patient paie finalement à la facilité, dit-elle.

«C’est différent pour chaque installation», at-elle dit. «C’est devenu un joli bien connue chose qu’ils offrent des honoraires d’intermédiation. »

Selon les documents déposés par Narconon IRS comme un but non lucratif, le programme a versé 161 757 $ à Goad en 2008.

Goad a dit qu’elle recommande Narconon seulement si c’est la bonne personne pour l’individu. Environ 50 personnes par mois cure de désintoxication à travers les entreprises Goad, elle a dit.

Pratique Fee

Michael Brose, directeur exécutif de l’Association de santé mentale à Tulsa, a déclaré offrant des honoraires d’intermédiation est une pratique douteuse.

« Nous, en tant que programme de plaidoyer, trouvent que contraire à l’éthique et inappropriée», a déclaré Brose.

Smith a refusé de donner des précisions quant au montant des honoraires d’intermédiation.

«Cela dépend», at-il dit. «Je vais en rester là. Cela dépend».

Smith a dit le propre centre de désintoxication de 800 hotline reçoit près de 2.000 appels par semaine et ne peut accepter que 10 personnes au maximum.

Lorsqu’on lui demande pourquoi l’organisation a besoin de payer des honoraires d’intermédiation si elle obtient 2.000 appels par semaine, Smith a dit que c’est la politique de l’établissement.

«C’est la façon dont nous sommes mis en place, donc je ne sais pas quoi vous dire, » at-il dit. « Encore une fois, nous ne sommes pas le seul qui fait ça. Il ne viole aucune loi. »

Documents de l’organisation fiscaux 2008, 2009 et 2010 ne précise pas combien a été dépensé sur les frais d’intermédiation, mais les listes de plus de 4 millions de dollars dépensés sur les salaires, la rémunération et les avantages sociaux autres en 2010.

Service contracté Goad dans le dépôt 2008 s’élève à plus de $ 161.000, les dossiers montrent.

Smith a confirmé services Goad était attribuable aux frais d’intermédiation.

Narconon dans l’Oklahoma

Narconon a eu une histoire de 20 ans dans l’Oklahoma, et sa société mère, Narconon International, a des programmes de réadaptation à travers le monde, selon les informations produites par l’entreprise. Les programmes comprennent plus de 20 aux États-Unis et de programmes dans les Pays-Bas, Ukraine, Taiwan, l’Espagne, l’Afrique du Sud et plus, l’entreprise affirme.

Narconon Arrowhead, la branche Oklahoma et le site de formation phare pour les autres programmes, a traité plus de 10.000 personnes pour la toxicomanie depuis le début de l’état et bénéficie d’un taux de réussite supérieur à 70 pour cent, selon un communiqué de presse envoyé par l’organisation.

Le programme Narconon est devenu la cible de critiques nationales et les attaques virtuelles par le pirate en ligne soutenu par groupe Anonymous en raison de ses liens profonds avec la Scientologie.

«Quand ces gars-là sont impliqués, les choses s’agitent, » a déclaré Smith à propos de Anonymous. «Ces gars-là ont été impliqués depuis le début. J’ai conseillers agréés, et ils ont mis en plaintes fictives contre eux. »

Approche peu orthodoxe du programme de traitement comprend cinq séances d’une heure par jour sauna et vitamines ingestion. En outre, les patrons, connus sous le nom des étudiants, passer par une formation fondée sur les enseignements de L. Ron Hubbard, selon la littérature utilisée à l’installation.

Narconon a actuellement environ 170 membres du personnel, a déclaré Smith. Parmi le personnel de sept infirmières auxiliaires autorisées, un directeur médical qui est un médecin agréé de médecine ostéopathique, trois d’alcool autorisé et les conseillers en toxicomanie et environ 33 autres membres du personnel spécialement formé ou certifié, selon un communiqué de presse.

Smith maintient la position de l’organisation que le programme n’a pas violé les lois ou les exigences de certification.

« Nous comprenons parfaitement la situation », at-il dit. «Nous avons coopéré avec toutes les autorités tout au long. »

Le programme de l’Oklahoma est actuellement certifié par le ministère de l’Oklahoma de santé mentale et de toxicomanie. Le ministère de la Santé l’Etat est également impliqué dans l’enquête Narconon pour déterminer si toutes les normes de certification ont été remplies, un porte-parole de ministère a confirmé.

Les enquêtes menées par le Bureau de l’Oklahoma State Office d’investigation et Pittsburg shérif du comté sont également en cours.

Narconon est également accrédité par la Commission sur l’accréditation des établissements de réadaptation.

Al Whitehurst, un porte-parole de la commission, a dit qu’il ne pouvait pas confirmer ou nier que l’organisation a commencé une enquête découlant des récents décès.

Whitehurst dit Narconon a un niveau d’accréditation »aux stipulations » qui nécessitent Narconon de déposer des rapports en cours sur certains incidents. Whitehurst ne serait pas élaborée sur la base de la politique d’entreprise.

Intervention pour une vie

Smith a confirmé que Holly Lyn Conklin est parmi les interventionnistes qui ont souvent gagner des honoraires d’intermédiation de Narconon. Conklin possède et exploite intervention Angel et InterventionAngel.com à Tulsa.

Conklin a commencé l’organisme d’intervention d’environ six mois après leur diplôme et travailler à Narconon pendant un an, at-elle dit.

«Je suis un peu, femme minuscule. Beaucoup de gens ne pense pas que je pourrais faire une intervention», at-elle dit. « Je me réfère à des programmes gens partout dans le monde – (programmes) qui sont libres, financé par l’Etat, en 12 étapes, non-12-étape, holistiques».

Un homme qui a été accordé par la Banque mondiale anonymat en raison de préoccupations au sujet de son emploi actuel, a déclaré quand il a suivi le programme Narconon, ils ont offert la «formation représentant sur le terrain » pour les diplômés.

La formation permet aux diplômés de gagner de l’argent en recrutant des gens de Narconon, at-il dit.

L’homme a dit Conklin a recruté pour le programme après avoir été amené à faire une intervention pour sa dépendance à un coût de plus de 3000 $.

Conklin a déclaré que son taux de base est de 2000 $ à 2500 $ par intervention, mais elle le fait souvent gratuitement pour les personnes qui ne peuvent pas se le permettre.

L’homme demanda Conklin sur un programme qu’il avait entendu parler à Sedona, en Arizona, mais Conklin a dit qu’il n’était pas bon et qu’il pointe vers Narconon, at-il dit.

»Elle poussait Narconon grand moment», at-il dit. «Elle était un chasseur de primes. »

Conklin a dit qu’elle n’envoie pas les personnes qu’elle aide à Narconon plus que n’importe quel autre programme.

«Je n’aime pas où ils vont», dit-elle. «Je me soucie qu’ils aillent quelque part. »

Goad et Conklin a dit honoraires d’intermédiation à Narconon gamme de 2 pour cent à 5 pour cent de ce que la personne en cure de désintoxication rend finalement à l’installation de traitement.

Goad a déclaré que le taux moyen de la première phase du programme était d’environ $ 27,000 par patient.

L’homme dit qu’il a perdu plus de $ 20,000 en passant par le programme, mais était heureux d’être fait avec l ‘ »étrange » expérience.

«Je ne sais pas comment ils définissent la réussite», at-il dit. «La plupart des gens étaient là pour la deuxième ou troisième fois. »
Familles, amis du défunt installation de protestation

Un groupe d’environ 40 amis et la famille d’un étudiant décédé récemment Narconon Arrowhead ont manifesté devant le complexe Samedi, chantant pour la justice et à l’aide d’un mégaphone pour atteindre les personnes à l’intérieur.

Robert Murphy, le père de 20 ans, Stacy Murphy, a commencé la protestation par une prière. Stacy Murphy est décédé le 19 Juillet.

« Nous prions pour toutes les familles endeuillées qui ont perdu des enfants», at-il dit.

Les manifestants, parmi lesquels figuraient au moins trois personnes qui ont déclaré être membres des groupes d’activistes en ligne anonymes, des signes de poche et chanté pour la justice.

Toujours à la protestation était la mère de 32 ans, Gabriel Graves, un homme Claremore décédé à l’installation en Octobre 2011.

Shirley Anne Gilliam a déclaré immédiatement après la mort de Basedow, elle a reçu environ six ou sept coups de téléphone anonymes des élèves racontent sa mort de Gabriel était suspecte.

«Les enfants étaient terrifiés », at-elle dit.

Gilliam a déclaré qu’elle protestait à encourager les autorités à fermer l’établissement.
Titre Original Print: Narconon paie les honoraires d’intermédiation  »

Source : http://www.tulsaworld.com/news/article.aspx?subjectid=11&articleid=20120826_11_A1_ULNSai211204

Traduction Google

La Rochelle : le mouvement sectaire Hare Krishna s’affiche en toute impunité

Une centaine d’adeptes du mouvement Hare Krishna ont déambulé dans les rues de La Rochelle samedi midi

Départ du rassemblement à quelques mètres de l'université d'été du PS.

Départ du rassemblement à quelques mètres de l’université d’été du PS. (Photo Dominique Jullian)

Ils ont laissé le loup entrer dans la bergerie. Par inadvertance ou par manque de méfiance. Une centaine d’adeptes du mouvement Hare Krishna ont déambulé dans les rues de La Rochelle samedi midi, avec l’autorisation de la mairie. Sans qu’elle sache leur véritable identité. Ce courant lié à l’hindouisme, très influent dans les années 1970, figure sur la liste parlementaire des organisations sectaires depuis 1995. En 2009, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) l’a placé sous observation.

Si la Ville de La Rochelle se défend de cautionner un tel rassemblement, on se demande comment ces fidèles de Krishna ont réussi à défiler dans le centre-ville sans être nullement contrariés par la municipalité.

Début juillet, les organisateurs ont tout simplement montré patte blanche, se présentant comme des artistes indiens de confession hindoue. En croisière en Europe, ils ont proposé une escale dans le port de la Pallice afin d’offrir aux Rochelais un défilé en costume traditionnel, avec chansons et danses à l’appui. Sans préciser le nom du mouvement, ni leur intention de distribuer un bon paquet de tracts.

Mensonge par omission

Tout n’est qu’une question de formulation, dans un mensonge par omission. « Exprimé ainsi, nous n’avions aucune raison de refuser la présence de danseurs indiens. Ils ne se sont pas présentés comme apparentés à Hare Krishna. Sinon, jamais nous n’aurions autorisé le prosélytisme d’une secte dans les rues de La Rochelle », assure l’adjointe au maire Joëlle Laporte-Maudire, quelques heures après le rassemblement. Quant à la préfecture, elle n’était tout bonnement pas informée de leur venue.

Coïncidence fortuite

Ces hommes et femmes en tenue colorée sont partis de Londres en bateau dimanche 19 août. Durant leur périple, qualifié de « retraite spirituelle », le groupe a débarqué sur les terres espagnoles et néerlandaises. En France, ils ont effectué un seul arrêt, à La Rochelle. Bien que les organisateurs parlent de coïncidence, leur cortège s’est élancé à quelques pas de l’espace Encan, lieu de rassemblement de l’université d’été du PS.

Sans faire de parallèle, samedi, deux types de badges circulaient parmi les Rochelais et les touristes : roses pour les participants à la réunion annuelle des socialistes et bleus pour les membres du mouvement Hare Krishna. « Si nous avions cité le nom de notre communauté, nous n’aurions peut-être pas obtenu l’autorisation, en effet. Mais nous n’avions rien fait de mal. Ce n’était pas méchant », plaide Frédéric Tessier, l’un des organisateurs du mouvement en France. Certes, aucun trouble à l’ordre public n’a été signalé. Leur défilé a débuté vers midi devant l’office de tourisme. Les adeptes ont marché tout en récitant un mantra et en dansant lorsque le lieu le permettait.

« Nous purifions l’air de la ville. Nous lui enlevons toutes les mauvaises ondes », lance Divya, experte-comptable à Londres et affiliée au mouvement depuis plus de vingt ans. Les badauds ont observé leur passage d’un œil amusé, interloqué ou même indifférent. Mais tous se sont vu proposer un document vantant les mérites de leur communauté. Place de la Caille, près de l’hôtel de ville, un discours a été prononcé appelant les Rochelais à les rejoindre « pour danser et chanter ». La proposition n’a pas remporté un franc succès. Le loup est remonté à bord, bredouille, dans l’après-midi.

Source : http://www.sudouest.fr/2012/08/27/un-air-d-effraction-804624-1391.php#xtor=EPR-260

Affaire Thierry TILLY : «Mais qui est le gourou de qui?

 

Le procès qui s’ouvre cet automne à Bordeaux, à partir du 24 septembre durant deux à trois semaines, va mettre au jour une affaire d’emprise mentale des plus stupéfiantes.

L’instruction de cette affaire d’emprise mentale hors norme s’est achevée le 16 avril. Soupçonné d’avoir placé sous sa coupe toute une famille d’aristocrates du Lot-et-Garonne, Thierry Tilly, 48 ans, y comparaîtra pour « escroquerie, séquestration, acte de torture, extorsion de fonds et abus d’état de faiblesse ». De la grand-mère jusqu’aux petits-enfants en passant par les parents, il aurait asservi tout un groupe durant une dizaine d’années, en le ruinant au passage. Château, appartements, placements, tout a disparu. Soit un préjudice estimé à près de 5 millions d’euros.

Au terme de neuf années d’instruction achevée, selon nos informations, depuis le 16 avril dernier, l’affaire ne cesse d’intriguer, tout comme la personnalité des prévenus et des victimes. Comment une famille éclairée a-t-elle pu être manipulée par Thierry Tilly, qui avec un visage avenant à la Bill Gates, intelligent et hypermnésique, s’est forgé un caractère insolent bâti sur une biographie inventée.

Quand il se présente en 1997 à Ghislaine de Védrines, qui dirige une école de secrétariat à Paris, il est responsable d’une société de nettoyage industriel. Très vite, il se dit agent secret d’une organisation mondiale. Puis à toute cette famille, il indique que, lui, le général de cette armée secrète, a été mandaté pour protéger les grandes familles méritantes, comme eux, les Védrines. Ces derniers représentent en effet une grande lignée aristocratique protestante. Des nobles fiers de leurs ancêtres mais qui vivent aussi avec leur temps. Ils ont certes gardé le château de Monflanquin, mais tous semblent avoir les pieds sur terre. À l’époque, Ghislaine travaille donc, son frère, Philippe, est cadre d’une compagnie pétrolière et son autre frère, Charles-Henri, est gynécologue à Bordeaux. Ce dernier s’était même lancé en politique en 1995, figurant sur la liste d’Alain Juppé lors des municipales. Il y a plus fantaisiste. Dénuement et châtiments Pourtant ces trois-là s’embarquent sans retenue dans les délires de Tilly, entraînant avec eux leur vieille mère de plus de 80 ans, depuis décédée, leurs enfants, leurs conjoints respectifs, excepté l’un deux : Jean Marchand. L’époux de Ghislaine de Védrines a assisté impuissant au naufrage de onze membres de sa famille, parmi lesquels se trouvaient aussi ses deux enfants.

Aux ordres de Thierry Tilly, tous ont fini dès 2001 par vivre claquemurés dans le château. Au programme : dénuement et châtiments. Puis, Thierry Tilly part en Angleterre. Fait incroyable : le gourou présumé n’est plus là mais tous restent à sa merci. « Tilly a fait de l’emprise mentale à distance », raconte Jean Marchand. D’ailleurs, comme un seul homme, une partie du groupe traversera la Manche en 2008 pour rejoindre son protecteur à Oxford. De nouveau, tous sont sous-alimentés et les uns châtient les autres. L’une d’elles, Christine de Védrines, est particulièrement maltraitée. Elle restera ainsi plusieurs jours éveillée, debout sur un tabouret. Seule contre tous. Les autres se relaieront pour lui broyer les lobes d’oreille et l’empêcher de dormir, comme elle le racontera plus tard au juge. Ce groupe a finalement quitté le monde de la folie fin 2009 après avoir été « exfiltré ». Une opération commando menée à Oxford avec l’aide d’un criminologue et d’une psychanalyste. Au terme d’une approche délicate, ces derniers sont parvenus à convaincre les reclus d’Oxford de partir. Un seul les a suivis sur-le-champ, les autres ont regagné la France plus tard.

Après l’arrestation de Thierry Tilly, qui nie tout en bloc, l’enquête a fait apparaître trois autres noms dont celui de Jacques Gonzales, adepte de croyances ésotériques comme le Channeling (en contact avec l’au-delà, NDLR). À 65 ans, il serait présenté comme le gourou du gourou. À la tête d’une fondation humanitaire au Québec, il aurait récupéré une partie de l’argent des Védrines. « Mais il pensait qu’il s’agissait de dons », indique son avocate, Me Sylvie Reulet, en précisant que son client, à la différence de Thierry Tilly, n’a jamais eu de démêlés avec la justice. « On ne devient pas escroc à 60 ans ! », dit-elle. « Mais qui est le gourou de qui ? C’est bien la question », estime pour sa part Me Édouard Martial, l’avocat de Jean Marchand. Aujourd’hui, les Védrines sont ruinés. « La loi devrait mieux protéger les victimes de manipulation mentale », souligne Me Picotin, l’avocat de plusieurs victimes, qui, dès octobre prochain, soumettra au groupe secte de l’Assemblée nationale diverses propositions de loi. Quant à Jean Marchand, il a renoué avec ses enfants et sa femme, mais, confie-t-il, « plus rien ne peut être comme avant ».

Source : Le Figaro.fr et http://www.avocat-sectes.com

Narconon de la scientologie: un héritage de l’échec et la mort

Récits poignants de la « con » de Narconon et son histoire de morts mystérieuses continuent de faire surface.

24 août 2012 0
Par Passer presse , Contributor

Récemment, l’organisation Narconon, dont la mission déclarée est «d’éradiquer les problèmes d’abus de drogues et d’alcool grâce à la prévention efficace des médicaments, à l’éducation et aux services en réadaptation pour toxicomanes», a été dans les nouvelles pour une série de morts sur son site phare, Narconon Arrowhead .

Un certain nombre d’articles ont été publiés dans le Village Voice, peut-être le récit le plus d’être une interview avec le vétéran journaliste Bob Oklahoma Lobsinger , dont le titre Narconon citation au sujet était: «Ils ont menti à chaque étape du chemin. »

Dans le premier des articles Village Voice , Tony Ortega, l’éditeur de la voix et peut-être le pire ennemi de la scientologie dans les médias ces jours-ci, a noté que Narconon « est également embourbée dans des litiges dans le Michigan et en Géorgie, il a été chassé du Québec, et a également apparemment abandonné au Royaume-Uni.  »

Dans le deuxième article , Senor Ortega a cité les témoignages que Rena Weinberg, la tête d’un organisme de regroupement sans but lucratif, l’Association for Better Living and Education (ABLE), avait été fait prisonnier dans le camp de concentration de type de prison pour cadres scientologues appelé  » The Hole « d’au moins 2007 à 2012. Il a également noté que, bien que Narconon a été lancé par l’Arizona prison détenu projet de loi Benitez en 1966, Narconon a été constituée en 1970, « deux autres personnes impliquées dans cette intégration étaient Henning Heldt et Arthur Maren« Arte », des membres de la Scientologie» Bureau du tuteur ‘ .  »

C’est comme un petit monde de la Scientologie. Avant mon départ en 1996, je savais Arte Maren assez bien, et pour une courte période dans les années 1980, j’ai partagé une maison avec Henning Heldt, Marie, sa femme, leur fille Letty, et un couple d’autres personnes, dont l’un était un étrange personnage du nom de Robert Wiseman.

Comme je l’ai lu sur les décès récents de Narconon (trois en un an), et l’histoire des attaques Lobsinger avait souffert aux mains de la Scientologie, j’ai pensé à une autre mort Narconon connecté en 1986, d’une actrice de talent qui avait été ma petite amie .

Comme je l’ai regardé le « Rock Center » segment à propos de Narconon sur NBC le soir, après l’article Lobsinger est apparu, et a appris plus sur la mort de Gabriel Graves, Hillary Holten, et Stacy Murphy, l’angoisse des parents ébahis du défunt m’a rappelé à quel je me sentais quand Laura Hippe est mort.

J’avais daté Laura pour un couple de mois en 1985 et elle avait fait pression sur moi pour aller vivre avec elle. Préoccupé par l’intention de prendre une semaine de vacances avec elle pour en parler, je suis passé par une intersection de Hollywood tard dans la nuit et ma Honda Accord a été aveuglés par un Chevrolet massif ancien. Je me suis retrouvé avec une voiture atteint, une main cassée, et j’ai appris que mon assurance ne rembourser le prêt bancaire à la voiture. Laura m’a gracieusement pris à l’intérieur et un chirurgien orthopédiste sa mère travaillait pour réparer ma main sur le crédit.

À l’époque, j’ai fait un séjour en tant que dactylographe temp dans les cabinets d’avocats, et avec une main cassée, je n’avait pas de travail. J’ai donc travaillé sur l’écriture d’une seule main, comme mon autre main guérie, et j’ai été autour de Laura tout le temps, car elle a enseigné à l’acte de sa maison, qui était seulement un demi-pâté de maisons du Centre célébrité à Hollywood Hills. Elle fait plutôt bien, avec des clients comme l’Wayans Damon puis aspirant. J’ai pensé que peut-être vivre avec Laura et ayant une relation plus profonde pourrait fonctionner, mais au moment où le plâtre enlevé ma main, j’ai appris un secret bien gardé. Laura était un alcoolique avec un problème à long terme.

La révélation est venue un jour où un commissaire aux comptes (conseiller Scientologie) sont venus chez elle avec un électromètre à faire un contrôle sur elle, pour voir si elle buvait. « Regardez ça! » Laura m’a chuchoté avec enthousiasme, puis s’assit en face de l’auditeur, qui a demandé à ses quelques questions, puis il dit: « L’aiguille est flottant. » Cela signifie que les (soi-disant) Laura était libre de ses problèmes.Elle m’a confié lorsque l’auditeur a quitté qu’elle avait « eu » un problème, mais il avait disparu. Tout à coup, je comprends l’odeur étrange de sa peau à certains moments, et le comportement étrange, je n’avais pas compris. Elle avait été me tromper comme elle dupe que le vérificateur et l’électromètre.

Barmaids.jpg balancerLaura était une actrice de talent qui avait été aller à certains endroits, en vedette dans le premier film, elle sortit pour, les serveuses battantes , réalisé par Goldie Hawn ex-mari, Gus Trikonis. (Sur l’affiche, c’est Laura sur la gauche.) Elle avait également étéStay Hungry and Run Logan, et a été la guest star dans des émissions télévisées comme Baretta. Elle avait été aller à certains endroits, et puis elle est tombée dans la Scientologie. Une fois dans la Scientologie, elle a quitté prendre des pilules de perte de poids pour rester mince et son poids gonflé. Elle m’a avoué qu’elle a commencé à boire beaucoup pour tuer profonde douleur physique. Elle n’a jamais pris cette place avec un médecin, elle a essayé de tout gérer à la scientologie.

Laura formés et certifiés en tant que « classe IV » auditeur au Celebrity Centre, et sur le côté d’audit, avancé à travers la tristement célèbre « Mur de Feu » niveau, Thétan Opérant 3.Compte tenu des promesses de la scientologie au sujet de ces mesures sur « Le Pont vers la liberté totale», Laura ne devrait pas avoir un soin dans le monde. Pourtant, elle était alcoolique.

J’ai essayé d’aider Laura arrêter de boire, mais la maladie semble avoir eu une trop forte emprise sur elle. Enfin, je lui ai dit que j’allais sortir parce qu’elle ne voulait pas « gérer » (un terme que la Scientologie scientologues dévoués, comme je l’étais alors, utilisez trop souvent quand ils sont frustrés).

Ce n’était pas une chose très intelligente à dire de ma part. Je savais très peu de choses sur l’alcoolisme, et encore moins sur l’histoire de Laura. Tard un soir, je rentrais du travail et a trouvé Laura à froid sur le plancher. Je pouvais voir une boîte ouverte de nettoyant à proximité – Je l’intuition qu’elle avait tenté de se suicider; ses mains devenaient bleues. J’ai frénétiquement sa reprise, elle a vomi quelques-uns, et les ambulanciers sont arrivés peu de temps après que j’ai appelé.Volant de la voiture de Laura, j’ai suivi l’ambulance à l’hôpital Reine des Anges et sa mère a rencontré Laura et sa sœur dans la salle d’attente.

« Elle a fait ça avant, vous savez», dit sa mère, Flora.

J’ai été stupéfait. Je n’avais aucune idée. Flora m’a informé que chaque fois qu’un copain majeur de Laura l’a quittée au cours de la boisson, Laura tenter de se suicider. Apparemment, elle avait traversé trois ou quatre épisodes comme celui-ci. Je suis resté avec Laura 36 heures en ligne droite pour s’assurer qu’elle l’a fait. Elle n’avait pas d’argent ou d’assurance médicale et était en retard dans ses impôts sur le revenu, qui ont tous eu à voir avec l’influence scientologie $, de sorte qu’elle ne pouvait pas se permettre un meilleur hôpital. Enfin, un psychologue lui a dit d’une période de 72 heures d’observation obligatoire était nécessaire.

Laura eut le souffle coupé, si vous avez eu un suivi psychiatrique ou psychologique, vous n’étaient pas admissibles à la scientologie. Elle a parlé son chemin hors de la suspension obligatoire, en disant que c’était tout simplement un malentendu et qu’elle avait été en état d’ébriété et a pensé qu’elle avait bu la médecine.

Un lavage de cerveau sur les règles de la Scientologie, je suis allé avec elle. Une fois que j’ai eu à la maison, c’était à mon tour de l’infirmière Laura retour à la santé, que je croyais que j’ai accompli. Mais alors, les odeurs étranges et des comportements maladroit revint. Enfin, je lui ai dit que je me déplaçais sur et elle est devenue comme folle, brisant une porte verrouillée tout à me crier dessus. J’ai déménagé le lendemain.

J’ai vérifié avec elle après qu’elle s’est calmée, et cette fois, heureusement, elle a pris des mesures pour faire face à des choses dont elle avait besoin pour réparer. Elle a perdu du poids, a commencé à chercher en payant ses impôts, et quittez avoir un ami annuler ses cours parce qu’elle était ivre. (Il a dit aux étudiants qu’elle était malade.) Ce n’est qu’alors qu’elle voulait sortir avec moi à nouveau. Je ne voulais pas, mais je ne voulais pas qu’elle fasse quoi que ce soit émotionnellement drastique.

J’avais emménagé dans la maison avec les Hennings à Los Feliz et a rencontré Robert Wiseman colocataire, un plombier qui était à l’époque gagner sa vie comme un «agent de domaine de l’éthique,« aider les gens avec la Scientologie éthique «technologie». Wiseman a été bénévole à temps partiel pour l’avancée Angeles Los Organisation (AOLA), où les gens sont devenus « OT », alors j’ai pensé que peut-être il pourrait aider à Laura.

Sa solution était de monter dans l’installation de Narconon, et elle «achevé» le programme en un temps record, jaillissant sur la façon dont elle se sentait beaucoup. Puis j’ai découvert qu’elle avait beaucoup bu à nouveau. J’ai conduit à sa maison pour retourner un livre qu’elle m’avait prêté et j’ai été choqué de voir revenir le coroner du comté de Los Angeles fourgonnette sur la pelouse de duplex de Laura. J’ai marché intérieur et Wiseman a descendu les escaliers.

« Laura est morte, Passer, » at-il déclaré question d’un ton neutre, et j’ai en quelque sorte tombé en morceaux.

Je n’ai jamais su si elle sortait Wiseman (tabou pour les scientologues counseling d’autres, mais les gens ne pas tout le temps). Il a quitté la ville au bout de quelques jours, et j’ai appris qu’il avait escroqué une femme sur ses économies – elle est venue près de la maison à la recherche de lui. Une enquête a été tenue par AOLA, et au Celebrity Centre, la couverture du magazine Celebrity encadrée avec Laura Hippe a été pris vers le bas de l’affichage dans le couloir célébrité le lendemain. Ils allaient essayer d’effacer toutes les preuves qu’elle n’avait jamais été affilié à la scientologie.

Des années plus tard, un abruti anonyme posté sur une page Web qui après le suicide de Laura, j’avais tout de suite appelé Heber Jentzsch et lui et moi et l’Office du Gardien (équipe succès de la Scientologie, une fois dirigée par Henning Heldt) avait couvert le tout en place. C’était un ramassis de mensonges, mais que pouvais-je faire? Le service de police de Hollywood policier a confirmé que Mme Hippe m’avait parlé de sa fille et il était très intéressé au sujet de la connexion Narconon qui avait échoué.

Mais comme d’habitude, il n’en fut rien. Scientologie ne s’est jamais étudié. Qu’est-ce qui s’est passé avec Laura Hippe dans cet établissement LA Narconon? Je ne saurai jamais, tout comme nous le saurons probablement jamais la vérité sur les trois décès récents de Narconon Arrowhead.

Comme je l’ai lu sur les décès Arrowhead Narconon sur un site de NBC, j’ai pensé que c’était ironique que Laura Hippe était né dans l’Oklahoma.

J’ai lu d’autres articles sur Narconon, y compris une autour de son implication passée avec les Kings de Los Angeles champion de la Coupe Stanley. L’article dit: « Clark Carr, président de Narconon International, a déclaré qu’en 2005, en Californie éducateurs de drogue Narconon a donné en direct, des présentations en personne à 142.000 enfants, de conférences dans le monde entier plus de 500.000, ainsi que la tenue de sessions de formation avec la police et d’autres organismes.  »

J’étais sûr que ces chiffres ont été fortement gonflés. Je interviewé Tennessee Williams pour un magazine de théâtre Carr avait publié dans les années 1970. Le magazine plié avant Carr pourrait publier l’interview. J’ai secoué la tête quand j’ai lu que Carr était à la tête de Narconon. En autant que je sache, il n’avait aucune formation médicale que ce soit, autre que ce qu’il aurait pu apprendre dans la Scientologie.

Comme le montre l’histoire récente, la scientologie «connaissances» sur la manipulation des médicaments peut être terriblement dangereux. Ce que les gens ont besoin de comprendre, cependant, est que le « con » a été une grande partie de Narconon pendant un temps très long, et il est à plusieurs reprises été mortel. Narconon, comme la Scientologie, il suffit de s’en aller.

Source : http://www.themortonreport.com/celebrity/hollywood/scientologys-narconon-a-legacy-of-failure-and-death/

Traduction Google