Que croient les mormons ?

Les mormons croient que Dieu et Jésus Christ ordonnèrent au prophète Joseph Smith de fonder une nouvelle église, au début du XIXe siècle. Sur les lieux mêmes de la vision divine, dans l’Etat de New York, les croyants viennent aujourd’hui se recueillir par dizaines de milliers chaque annéee. Durée: 02:10

Il faut prendre au sérieux l’infiltration des mouvements sectaires dans la santé

Créé le 30-10-2012 à 15h50 – Mis à jour à 16h10

PARIS (Sipa) — Il faut que tous les acteurs de la santé, des médecins au ministère, puissent « prendre au sérieux » et « de manière urgente » l’infiltration de mouvements sectaires dans ce secteur, a expliqué mardi à Sipa Georges Fenech, l’ex-président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), avant son audition mardi par une commission d’enquête sénatoriale sur le sujet.

La situation n’est « pas marginale, pas folklorique ». Il est « presque déjà trop tard » tant tous les domaines de la santé sont infiltrés, a-t-il ajouté.

Le spécialiste déplore la « perte de confiance » dans le système de santé avec les affaires du sang contaminé, de l’hormone de croissance, du Mediator et des prothèses mammaires PIP, avec pour conséquence le fait que de plus en plus de patients se tournent vers des « charlatans ».

La semaine dernière lors de son audition par la commission d’enquête sénatoriale, l’actuel président de la Miviludes, Serge Blisko, a fourni un inventaire à la Prévert de quelques-unes des 400 pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique qui peuvent exister: méthodes de faux souvenirs, reiki (technique d’apposition des mains d’origine japonaise, NDLR), massages Tui Na, kinésiologie, respiranisme, instinctothérapie, tourisme néo-chamanique…

L’absence d’un cadre légal clair favorise cette prolifération qui peut s’accompagner dans certains cas de la vente d’appareils et de produits divers censés apporter bien-être et/ou guérison, a-t-il commenté.

Selon le président de la Miviludes, on dénombre aussi 1.800 structures d’enseignement ou de formation « à risques » dans le domaine de la santé.

Quant à l’infiltration du système de santé par les mouvements sectaires, elle peut s’exercer de plusieurs manières: par le biais de médecins déviants (environ 3.000 aux côtés de plusieurs dizaines de milliers de pseudo-thérapeutes autoproclamés), par l’introduction de méthodes à risque au sein de l’hôpital, par le biais de la formation des personnels paramédicaux et par des actions de lobbying ou de prosélytisme, a-t-il rapporté.

Parmi les préconisations qu’il a faites devant les sénateurs de la commission d’enquête, le président de la Miviludes a demandé le renforcement des moyens d’action du Groupe d’appui technique (GAT) sur les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutiques, placé auprès de la direction générale de la santé (DGS).

En trois ans, ce groupe a évalué moins d’une dizaine de pratiques sur les 400 existantes. A la demande de la Miviludes, le GAT va bientôt publier un avis présentant les dangers de la méthode de Biologie totale des êtres vivants (BTEV) mise au point par un médecin dont le nom n’est pas cité, mais qui est l’un des adeptes de la Nouvelle médecine germanique du Dr Ryke Geerd Hamer. La BTEV préconise de « reprogrammer le patient » pour le traitement des pathologies lourdes et la Nouvelle médecine germanique affirme par exemple que la culpabilité des fumeurs plus que l’ingestion de tabac est cause de cancer.

La commission d’enquête sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé a été constituée à la demande du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE). Elle doit rendre un rapport dans six mois, soit en avril. Elle est présidée par le sénateur UMP du Vaucluse Alain Milon et son rapporteur est Jacques Mézard, sénateur RDSE du Cantal.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121030.FAP2617/il-faut-prendre-au-serieux-l-infiltration-des-mouvements-sectaires-dans-la-sante.html

Les mormons entrent dans la lumière

Créé le 30/10/2012 à 06h52 — Mis à jour le 30/10/2012 à 08h39

RELIGION – En France, la candidature de Romney à la présidentielle américaine leur permet de faire parler d’eux…

Avec ou sans iPad, les intervenants se succèdent au pupitre et témoignent de leur foi devant une assemblée endimanchée. Il y est question de Jésus-Christ, mais surtout du livre de Mormon, récit sacré des relations de Dieu avec une mystérieuse civilisation de l’Amérique ancienne. Mais d’Amérique contemporaine et de Mitt Romney, candidat républicain à la présidentielle et adepte du mormonisme, il n’est nullement question lors de cet office religieux à l’église mormone de Torcy (Seine-et-Marne).

«L’Eglise est neutre en politique, affirme Christian Euvrard, un fidèle actif. Mais il est évident que cela a un impact pour nous, c’est l’occasion de nous faire connaître. Comme dans la foulée des Jeux olympiques de Salt Lake City [en 2002], c’est le “mormon moment”», concède-t-il. Se faire connaître pour faire reculer ce qu’il perçoit comme des «préjugés». Car «les gens pensent encore que nous sommes une secte même si les stéréotypes, comme celui selon lequel nous serions polygames, disparaissent progressivement».

Jamais classée comme secte

Si la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires n’a jamais classé l’Eglise de Jésus­-Christ des saints des derniers jours comme secte, les critiques ne manquent pas contre les mormons: leur obsession de la généalogie pour effectuer des baptêmes post mortem, leur prosélytisme, leur rigorisme moral (interdiction de consommer de l’alcool, du thé ou du café, d’avoir des relations sexuelles hors mariage).

«Sur ces sujets, c’est vrai que nous sommes à contre-courant de la société, reconnaît David Magalhaes, l’évêque mormon de Torcy, impeccablement cravaté. Mais j’ai des amis, qui ne sont pas dans l’Eglise, qui trouvent que nous avons raison de nous imposer cela: nos enfants ont moins de risques de tomber dans la drogue ou d’avoir des problèmes de sexualité extravertie.»

«Nous avons une réputation d’intégrité, de travailleurs, complète Pierre Lazeras, un médecin de 64 ans, converti au mormonisme à l’âge de 24 ans. Je ne cache pas mon appartenance à l’Eglise. Mais, s’inquiète-t-il, si Romney est élu, est-ce que l’opinion ne va pas associer ses décisions avec l’Eglise mormone?»

 Alexandre Sulzer

La longue marche de la médecine chinoise à l’hôpital

(AFP) – Plébiscitée par un nombre grandissant de patients ou de praticiens, la médecine chinoise, et plus spécialement l’acupuncture, cherche sa place à l’hôpital comme médecine complémentaire alors que son efficacité clinique est toujours en cours d’évaluation.

Sous la pression des malades, près de la moitié des hôpitaux de l’AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) ont déjà ouvert leurs portes à l’acupuncture, avec 16 consultations assurées aujourd’hui par des professionnels de santé, médecins ou sages-femmes qui ont reçu une formation spécifique.

L’acupuncture est, selon l’AP-HP, utilisée pour traiter les douleurs en gynécologie-obstétrique, en gériatrie, en addictologie, mais aussi pour lutter contre les effets secondaires des médicaments anticancéreux.

Le Qi Gong, une gymnastique traditionnelle chinoise qui s’efforce de mobiliser l’énergie vitale ou « Qi », est pour sa part utilisé en addictologie à l’hôpital Beaujon à Clichy, mais aussi dans l’accompagnement physique des patients obèses.

« Il s’agit d’une médecine complémentaire qui intervient pour traiter des symptômes pour lesquels nous n’avons pas grand chose à proposer », précise le Dr Catherine Viens-Bitker, directrice du projet sur les médecines complémentaires à l’AP-HP.

Elle explique que l’AP-HP a décidé de s’intéresser à la médecine chinoise et aux autres médecines complémentaires telles que l’hypnose, l’homéopathie, la sophrologie ou l’ostéopathie, en raison d’une forte demande des patients (30 à 60% y auraient recours). « On se doit de pouvoir dire aux patients que le traitement est efficace et garantir la qualité de l’offre de soins », explique-t-elle.

Une autre gymnastique chinoise qui passe pour avoir un effet bénéfique sur le corps, le Taijiquan ou Tai chi, n’est en revanche pas encore proposée à l’AP-HP.

C’est également le cas pour la médecine chinoise par les plantes, vieille de plusieurs millénaires, en raison d’une réglementation européenne qui a fortement restreint depuis l’an dernier l’importation de médicaments traditionnels à base de plantes, précise le Pr Alain Baumelou, néphrologue et chargé d’un Centre intégré de médecine chinoise à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Créé pour coordonner les expériences en cours, le Centre s’efforce de faire avancer la recherche clinique, en coopération avec la Chine, suite à un accord gouvernemental signé en 2007 et à un nouvel accord signé récemment entre le ministère chinois de la santé et l’AP-HP.

« Pour l’instant, nous mettons l’accent sur l’évaluation et non sur les soins », explique le Pr Baumelou, en soulignant que les études scientifiques menées à ce jour sur l’efficacité de l’acupuncture, principalement en Chine et aux Etats-Unis, sont restées plutôt décevantes. « Mais il y a indéniablement une amélioration de la qualité de vie, même si on ne sait pas si c’est à cause de la prise en charge ou à cause de la technique », ajoute-t-il.

L’efficacité de l’acupuncture sur la douleur n’est pas officiellement reconnue par les autorités sanitaires françaises, même si la Haute Autorité de santé mentionne cette technique parmi les traitements d’appoint pouvant être utilisés dans la polyarthrite rhumatoïde. La Grande-Bretagne vient pour sa part d’émettre pour la 1ère fois un avis positif pour son utilisation dans le traitement des lombalgies.

Parmi les recherches lancées par le Pr Baumelou figurent les effets de l’acupuncture sur les douleurs lombaires pendant la grossesse, ainsi qu’une étude sur une plante de la pharmacopée chinoise qui pourrait avoir un effet positif dans l’atteinte rénale observée chez les diabétiques.

Le Dr Baumelou va devoir se rendre en Chine, toute étude sur cette plante étant pour l’instant impossible en France.

source AFP le 11/10/2012

Corée – La Coupe de la Paix supprimée

(EQ)

Organisée tous les deux ans depuis 2003, la Coupe de la Paix, tournoi amical international très lucratif fondé par la secte Moon, va être supprimée. L’Eglise de l’Unification l’a annoncé ce lundi, deux mois après la mort de son fondateur, le milliardaire sud-coréen Sun-Myung Moon, qui laisse derrière lui une succession conflictuelle pour ses fils.

La Coupe de la paix, se disputait habituellement les années impaires en Corée du Sud, sauf en 2009 en Espagne, et compte à son palmarès le PSV Eindhoven, Tottenham, Lyon, Aston Villa et enfin Hambourg. (Photo Presse-Sports)

Source : http://www.francefootball.fr/#!/news/2012/10/29/143603_la-coupe-de-la-paix-supprimee.html

Juliano Verbard a quitté la Réunion (coeur douloureux et immaculé de marie)

Juliano Verbard a quitté la Réunion

Consulter le dossier


L’ex-gourou de la secte « Coeur douloureux et immaculé de Marie » a quitté le département. Il est actuellement incarcéré dans un centre de réorientation au sud de Paris. Une information Antenne Réunion. 

Antenne Réunion vous révèle en exclusivité que Juliano Verbard a quitté l’île depuis maintenant plus de deux semaines. Après avoir défrayé la chronique à plusieurs reprises, le gourou de la secte « Coeur douloureux et immaculé de Marie » a été transféré dans la plus grande discrétion.

Son avocat Maître Nicolas Normand a confirmé cette information restée secrète pour des raisons de sécurité. Lors de son dernier procès, l’homme qui se faisait surnommé « Petit Lys d’Amour » avait d’ores et déjà fait part de sa volonté d’être emprisonné en métropole.

La loi exige que les longues peines de prison soient purgées dans une prison centrale. A la Réunion, seule la Maison d’Arrêt du Port aurait pu accueillir Juliano Verbard pour qu’il puisse purger sa peine mais c’est vraisemblablement pour des raisons de sécurité que ce gourou a été transféré en métropole.

Juliano Verbard est donc actuellement incarcéré au sein d’un Centre de réorientation du sud francilien, dans l’attente d’une place définitive dans une Prison centrale.Quant à son amant – Fabrice Michel -, il patiente actuellement à la prison de Domenjod avant de rejoindre Julian Verbard. Les deux hommes sont pacsés et ils devraient pouvoir être incarcérés dans le même centre pénitentiaire.

Condamné à 13 ans de réclusion criminelle pour son évasion de la prison de Domenjod, Juliano Verbard a d’ores et déjà écopé d’une peine de quinze ans de prison pour « viols et agressions sexuelles » et d’une peine de neuf ans de prison pour l’enlèvement du petit Alexandre. Pour l’heure, aucune décision n’a été prise quant au cumul de ces trois peines.

Condamné le 1er juin dernier à 13 ans de réclusion criminelle pour « évasion, séquestration, prise d’otages et détournement d’aéronef« , Juliano Verbard n’a pas fait appel. Au terme d’un procès très médiatique de 10 jours, l’homme que l’on surnommait Petit Lys d’amour s’est plié au verdict rendu par les jurés (cf linfo.re : 13 ans sous les verrous pour Petit Lys d’Amour).

E.U – TOM CRUISE N’A PAS QUITTÉ LA SCIENTOLOGIE, IL A UNE MÉDAILLE POUR LE PROUVER !

TOM CRUISE, BIEN LOIN D’AVOIR QUITTÉ LA SCIENTOLOGIE

Tom Cruise, bien loin d'avoir quitté la Scientologie

On pensait Tom Cruise prêt à abandonner la Scientologie pour Katie Holmes et Suri, mais l’acteur vient de prouver le contraire en jouant les guest-stars lors d’un événement organisé par son église.

La rumeur courait depuis la rentrée : Tom Cruise serait prêt à dire bye-bye à la Scientologie pour faire revenir Katie Holmes et sa fille Suri. Mais en l’espace d’une soirée, l’acteur a réussi à prouver le contraire. Plus que jamais, Tom Cruise reste attacher à la secte, tant pis pour Suri… Le 20 octobre, la star de « Mission Impossible » était ainsi l’invitée d’honneur d’une soirée organisée par la Scientologie dans le Sussex de l’Ouest, une région du sud de l’Angleterre.

Selon le « Daily Mail », 2 500 convives étaient présents dans le manoir de Saint Hill et tous avaient payé près de 2 500 euros pour passer la soirée en compagnie de Tom Cruise. Désireux de prouver son allégeance à la secte, l’acteur avait laissé en plan le tournage de son nouveau film « All You Need Is Kill » et arborait sa médaille « de la liberté des valeurs », soit la plus haute distinction d’un membre de cette Secte uniquement créée pour lui.

Un témoin présent à la soirée raconte : « Tom semblait ravi de voir qu’autant de sympathisants avaient fait le déplacement. C’était sa première apparition à un événement organisé par l’église depuis son divorce et il est clair qu’il est loin de s’être éloigné de la religion ». Il semble qu’en plus Katie Holmes ne soit plus qu’un lointain souvenir pour Tom Cruise, puisque celui-ci n’était pas venu seul, « il était accompagné d’une femme aux cheveux noirs et courts et qui portait une robe en velours rouge ».

Tom Cruise semble à présent plus que jamais attaché à la Scientologie. Alors qu’un proche de l’acteur confiait récemment : « Il se rend enfin compte qu’avoir été un tel avocat de la Scientologie ne lui a pas fait autant de bien qu’il l’aurait espéré : il a vécu trois divorces et son image est de plus en plus mauvaise », il apparaît que celui-ci a eu tort sur toute la ligne. Séparé de Suri depuis plusieurs semaines, Tom Cruise mettrait tout de même tout en œuvre pour organiser des vacances de noël en compagnie de sa fille. Reste à savoir ce que pense l’église du rapprochement de l’acteur avec un membre de sa famille qui a quitté la secte…

Anaïs Orieul

Source : http://www.closermag.fr/content/73547/tom-cruise-na-pas-quitte-la-scientologie-il-une-medaille-pour-le-prouver

Suisse: Expulsion probable de Mgr Williamson de la FSSPX. Des « bruits » de plus en plus insistants

Mgr Williamson avait défrayé la chronique en 2009 en émettant publiquement des doutes sur l’existence des chambres à gaz (apic/ag/rz)

Rupperichteroth (Allemagne), 21 octobre 2012 (Apic) L’évêque traditionaliste et négationiste Richard Williamson semble proche d’être expulsé de la Fraternité sacerdotale St-Pie X (FSSPX). Le Père Niklaus Pflüger, 1er assistant général de la FSSPX a déclaré dans l’édition d’octobre du mensuel allemand « Kirchliche Umschau », que le britannique a reçu un « avertissement canonique ».

Si Williamson continue sa « campagne internet » contre la Fraternité et son Supérieur général, sa « séparation d’avec la Fraternité deviendra inévitable », affirme le Père Pflüger. L’évêque aurait « manœuvré en coulisse avec des idées impitoyables ». Pour l’assistant général de la Fraternité, c’est une « tragédie » que Williamson « ne reconnaisse plus l’autorité du Supérieur général depuis des années », Mgr Bernard Fellay.

Une querelle déjà longue

Depuis un peu plus d’une semaine, des bruits de plus en plus insistants courent sur une possible expulsion de l’évêque britannique. Des sites internet catholiques traditionalistes ont fait part récemment d’un ultimatum lancé par Mgr Fellay à Williamson, qui serait actuellement déjà expiré.

Au printemps 2012, le Britannique, accompagné de deux autres évêques, avait fustigé à travers plusieurs courriers les tentatives de rapprochement de la FSSPX avec Rome. Bien que membre de droit en tant qu’évêque, Mgr Williamson avait aussi été exclu par ses pairs de la participation au Chapitre général de la Fraternité, réuni à Ecône en juillet 2012.

Source : http://www.kipa-apic.ch/index.php ?pw=&na=0,0,0,0,f&ki=236494

 

Steve Jobs : Il se soignait… avec des jus de fruits !

 

La biographie du génie de l’informatique vient de paraître en France, et on y apprend comment Steve Jobs préférait les carottes au scalpel pour se soigner.On y apprend, entre autres, que, gravement malade, il s’imposait des régimes végétariens très stricts . Mais pour soigner son cancer du pancréas, le fondateur d’Apple, Steve Jobs, mort le 5 octobre, a préféré d’étranges méthodes à la chirurgie moderne durant neuf mois, avant de céder au bistouri.

La biographie de Steve Jobs est bourré de révélations. C’est ce qu’on apprend dans la biographie du visionnaire qui vient de paraître en France et qui cartonne déjà aux Etats-Unis. « Je ne supportais pas l’idée qu’on m’ouvre le corps, alors j’ai décidé d’essayer d’autres méthodes », a confié un jour Steve Jobs à Walter Isaacson, son biographe, avec une pointe de regret dans la voix. Il raconte dans son livre que le génie « s’était imposé un régime végétarien strict à base de grandes quantités de carottes crues et de jus de fruits frais. A cette alimentation, il ajouta des séances d’acupuncture, divers remèdes à base de plantes, et de temps à autre, quelques traitements dénichés sur Internet ou conseillés par des gens de tous horizons, dont un médium. Pendant un temps, il fut même sous l’emprise d’un naturopathe… »

« Il a perdu du temps » Une obstination qui a duré neuf mois après l’annonce du diagnostic, jusqu’en juillet 2004, au grand dam de ses proches, pétris d’inquiétude. « Steve est venu me trouver quand il tentait de se soigner en mangeant des racines de pissenlit. Je lui ai dit qu’il était cinglé ! », témoigne dans le livre Andy Grove, patron d’Intel. « Il a perdu du temps », confirme le Dr Florence Huguet, cancérologue à l’hôpital parisien Tenon. En effet, son cancer était une tumeur neuroendocrine du pancréas, une affection rare, mais au développement lent et donc souvent soignée avec succès, tandis que le cancer « ordinaire » du pancréas ne laisse guère plus de six mois de survie aux malades. Détectée très tôt chez Steve Jobs, la tumeur aurait pu être retirée avant de se répandre dans son corps. « Le problème, se rappelle sa femme, Laurene, c’est que Steve ne voulait vraiment pas qu’on l’opère. C’est difficile de forcer quelqu’un à cela. » « Les méthodes alternatives sont très bien, mais uniquement en accompagnement d’un traitement médical classique, argumente le Dr Huguet. Pour traiter une tumeur, le moyen le plus efficace à ce jour est d’avoir recours à la chirurgie pour l’enlever. »

Diète de carottes au citron Steve Jobs n’a pas attendu la fin de sa vie pour entretenir un rapport particulier à la nourriture. L’homme était végétarien depuis les années 1970, après avoir lu Diet for a small planet, une bible prônant l’alimentation sans viande. Il a ensuite régulièrement soumis son corps à des régimes extrêmes, comme le fait de ne manger qu’un seul type d’aliments durant plusieurs semaines : diète de fruits, diète de carottes arrosées de jus de citron… En 2009, après sa greffe de foie, Jobs s’est mis à consommer uniquement des jus de fruits frais. « Il exigeait sept ou huit variétés différentes alignées devant lui, qu’il goûtait avec une cuillère pour pouvoir faire son choix », lit-on dans sa biographie. Puis Jobs reprit ses jeûnes, contre l’avis médical, alors que sa maladie s’aggravait. Il pensait pouvoir atteindre « l’illumination » en s’abstenant de manger…

Sans Ritchie, pas de Jobs

Dans l’ombre du grand Steve Jobs, un autre génie a disparu ce mois-ci sans faire de bruit médiatique. Dennis Ritchie, considéré par beaucoup comme l’inventeur de l’informatique moderne, est mort seul en silence à 70 ans, à son domicile dans le New Jersey (Etats-Unis), après un long combat contre la maladie. Très peu de médias ont évoqué sa disparition, au grand dam des « geeks », spécialistes de la technologie, qui savent que sans cet homme, la plupart des ordinateurs, mais aussi des smartphones, des tablettes, des GPS, n’auraient jamais existé. Dennis Ritchie a notamment inventé le langage informatique C, aujourd’hui omniprésent, et cocréé le système d’exploitation Unix. Une base qui est à l’origine de Mac Os, le système d’exploitation de toutes les machines Apple, d’Androïd, le système d’exploitation des smartphones, des modems tels que la Freebox et de nombreux logiciels… Dennis Ritchie était un inventeur discret et peu connu du grand public. Steve Jobs un innovateur, qui a su, lui, utiliser et valoriser la technologie « brute » de Ritchie.

Source : France Soir 28/10/2011

Serge Blisko : « nous allons alerter les universités et les hôpitaux des risques d’infiltration »

Créé le 26-10-2012 à 14h47 – Mis à jour à 16h32
Olivier Hertel
Par 
Sciences et Avenir
L’enquête de Sciences et Avenir révèle les dérives sectaires et thérapeutiques dans les hôpitaux et universités en France. La réaction de Serge Blisko, président de la Miviludes.
Serge Blisko, président de la Miviludes. Yves Malenfer/ Matignon
Serge Blisko, président de la Miviludes. Yves Malenfer/ Matignon

SERGE BLISKO est président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Dans sa réaction aux révélations de l’enquête de Sciences et Avenir, il évoque notamment sa volonté d’alerter les présidents des universités et s’inquiète en particulier de la situation de l’université d’Angers.

Auditionné au Sénat le 24 octobre par la commission d’enquête sur les risques de dérives sectaires dans le domaine de la santé, Serge Blisko a réaffirmé sa volonté d’être ferme sur ces sujets en proposant quelques pistes de réflexion pour améliorer la réglementation (voir encadré).

Sciences et Avenir: Êtes-vous inquiets de l’infiltration de mouvements pseudo-thérapeutiques au sein des hôpitaux et des universités déjà dénoncés par la Miviludes ?

Serge Blisko: Oui, car ce que nous découvrons avec votre enquête, ce sont leurs méthodes d’entrisme. Par exemple, je regrette la
facilité avec laquelle des diplômes, reconnus au niveau européen, sont délivrés dans des universités privées à l’étranger, dont on ne sait pas grand-chose. Mais se pose aussi la question des diplômes universitaires (DU)* qu’on a vu fleurir un peu partout en France, sans vraiment de contrôle. Le problème, c’est que ces DU représentent une source de revenu importante pour les universités.

SeA: Allez-vous intervenir ?

SB: Nous allons alerter les présidents d’universités, mais aussi la conférence des doyens des facultés de médecine, pour qu’ils prennent conscience que certains DU sont la porte ouverte à toutes les dérives. Quant à Angers, nous devrons en discuter avec le nouveau cabinet du ministre de la Santé, car il y a là un vrai problème. Mais il reste que les universités disposent d’une grande autonomie. Enfin, pour ce qui est de l’infiltration des hôpitaux, nous alerterons la Fédération hospitalière de France et les organisations patronales des établissements de santé.

SeA: Ces mouvements noyautent des colloques comme Ecomédecine, placé sous le haut patronage de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. N’est-ce pas un étrange mélange des genres ?

SB: Effectivement, car les mouvements dont vous parlez recherchent auprès de partenaires prestigieux un gage de respectabilité. Ce système de haut patronage en particulier devrait sûrement être revu, car il ne veut rien dire et peut être détourné. Or, il n’est pas toujours facile de vérifier le contenu de ces manifestations auxquelles un ministre accorde sa confiance.

Propos recueillis par Olivier Hertel

 

Les pistes évoquées par Serge Blisko :

Lors de son audition au Sénat, Serge Blisko a proposé quelques pistes de réflexion pour améliorer la lutte contre les dérives sectaires dans le domaine de la santé et dans les universités. Voici les plus importantes :

1/ Solliciter une enquête du ministère de l’enseignement supérieur sur le contenu des diplômes universitaires d’enseignement à des pratiques non conventionnelles

2/ Interdire des pratiques qui auront été jugées dangereuses par le groupe d’appui technique GAT de la direction générale de la santé et dont le rôle est d’évaluer les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutiques.

3/ Lancer une campagne nationale de sensibilisation aux pratiques sectaires dans le domaine de la santé

4/ Renforcer le contrôle des rectorats sur les formations faussement diplômantes ou l’usage illicite du titre d’université ou de master

5/ Interdire toute certification de modules de formation à des pratiques thérapeutiques non validées

6/ Soumettre à l’avis du GAT l’introduction de pratiques non conventionnelles à l’hôpital, selon une procédure d’urgence

Source:  http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/decryptage/20121026.OBS7211/serge-blisko-nous-allons-alerter-les-universites-et-les-hopitaux-des-risques-d-infiltration.html