L’hindouisme, 7e religion de Belgique

Bientôt une 7e religion en Belgique ? L’hindouisme s’apprête à déposer une demande de reconnaissance. Un chemin long et tortueux. Les hindouistes de Belgique peaufinent leur dossier : d’ici quelques semaines, ils demanderont que leur religion soit reconnue officiellement en Belgique

La communauté Krishna installée à Durbuy veut que l’hindouisme soit reconnu comme une religion positive. . « Cela fait deux ans que nous travaillons sur le dossier pour qu’il soit le plus complet possible. Il est disponible en anglais et en néerlandais. Nous sommes en train de terminer la traduction en français, » explique Mahaprabhu. Mahaprabhu, c’est le nom hindou de Martin Gurvich, le responsable de la communication de l’ASBL radhadesh. Sous ce nom difficile à prononcer se cache la communauté Krishna installée au château de la petite Somme, à Durbuy. Mais quand Martin Gurvich s’exprime, il ne représente pas juste la communauté « Vishnu » de Belgique : il est secrétaire du forum hindou de Belgique, créé en mars 2007. Une douzaine d’associations hindouistes travaillent actuellement ensemble sur la demande d’officialisation de leur religion, une dizaine d’autres pourraient les rejoindre, soit un peu plus de la moitié des 40 variétés de la religion présentes sur notre territoire. L’importance d’être reconnu « Il y a en Belgique plus de 20 000 personnes qui se sentent rattachées à l’hindouisme.Une reconnaissance officielle leur permettrait de se sentir au même niveau que les autres Belges. Notre priorité, c’est vraiment d’être reconnus comme une religion qui est positive pour la société belge », explique Martin Gurvich. Il insiste sur l’aspect moral de la reconnaissance, qui prime selon lui sur une simple démarche administrative. « La Belgique est différente de ce qu’elle était il y a 150 ans, dans sa polarisation entre laïcs et chrétiens. Nous, on veut montrer que la Belgique du XXIe siècle est composée de beaucoup de communautés différentes. Cette ouverture peut enlever les tensions passées. » La reconnaissance entraînerait un subside de l’État, qui n’est pas négligeable pour une communauté qui a toujours vécu sur ses fonds propres. Mais les hindouistes sont aussi intéressés par les implications du côté de l’enseignement. « Il nous faudra des années pour mettre au point un programme, former des professeurs, reconnaît Martin Gurvich. Mais entre-temps, on aimerait que les enfants soient dispensés de suivre les cours de religion, comme en Flandre, à la demande des parents. Nous estimons que la morale laïque est une conviction comme une autre, proche de la laïcité organisée. » Le chemin de l’hindouisme sera peut-être aussi compliqué que celui du bouddhisme, qui a introduit déjà en 2006 une demande de reconnaissance en Belgique comme philosophie non confessionnelle, encore non aboutie aujourd’hui… Mais le forum hindou de Belgique est motivé

source : Journal Belge « L’AVENIR DU LUXEMBOURG » du 28.01.2013

Belgique – Médecine parallèle : le refus des doyens

SOUMOIS,FREDERIC

Page 9

Samedi 26 janvier 2013

Santé Les enseignants refusent d’enseigner « ce qui n’a pas été démontré par la science »

L’annonce fait l’effet d’une bombe : ce vendredi, unanimes, les doyens des dix facultés de médecine du pays ont affirmé ensemble « qu’il ne peut être question pour leurs facultés d’enseigner des pratiques non conventionnelles de médecine, dont l’efficacité n’a pas été scientifiquement démontrée ».

On les appelle couramment médecines « alternatives ou parallèles », mais c’est ignorer que depuis 1999, une loi reconnaît l’existence de quatre « médecines non conventionnelles », soit l’homéopathie, la chiropraxie, l’ostéopathie et l’acupuncture. Depuis cette date, il fallait définir, pour protéger le patient, quel diplôme détenir pour les exercer et quel geste médical serait autorisé à ces praticiens. Mais la mise en œuvre a tardé. « Il fallait avancer pour protéger le patient qui a recours à ces techniques », explique la ministre de la Santé Laurette Onkelinx : un Belge sur 3 a déjà consulté un thérapeute non conventionnel au moins une fois dans sa vie. En l’espace d’un an, 7 % avaient consulté un ostéopathe, 6 % un homéopathe, 3 % un acupuncteur et 2 % un chiropracteur. L’on compte en Belgique 600 acupuncteurs, 340 homéopathes (dont 75 % de médecins), 110 chiropracteurs et un millier d’ostéopathes (kinés dans 83 % des cas).

Mercredi, une commission d’experts, qui associait des praticiens de ces médecines à des représentants des facs de médecine, a présenté à la Chambre des propositions de critères minimaux de reconnaissance. La commission d’experts propose par exemple que l’homéopathie soit réservée aux médecins, dentistes et sages-femmes. L’acupuncteur devrait passer un diplôme de bachelier ou un master en soins infirmiers ou kiné et avoir suivi 1.500 heures de formation pendant trois ans… L’ostéopathe devrait être bachelier universitaire en sciences médicales, de la motricité ou en kinésithérapie et avoir suivi d’un master en ostéopathie.

Un danger pour le patient

Si l’avis de la commission d’experts est suivi, il faudra donc créer ces nouvelles formations. Mais, d’ores et déjà, les patrons des facultés de médecine disent qu’ils ne le feront pas. Au nom de la sécurité des patients. Pour eux, ce qui n’a pas été scientifiquement démontré porte en soi un danger pour le patient. Pour autant, ils ne ferment pas totalement la porte : « Nous sommes prêts à intégrer les éléments de ces pratiques non conventionnelles qui, à l’issue d’une évaluation scientifique sérieuse et basée sur une expérimentation rigoureuse, se révéleraient porteurs d’une efficacité démontrée. » Si les patients désirent recourir à ces médecines non conventionnelles, les doyens « recommandent fermement l’obligation d’un diagnostic et d’une indication de traitement par un praticien diplômé médecin ou dentiste ». En outre, accorder à ces praticiens l’accès à la prescription d’examens médicaux tels que de la radiologie, « s’apparenterait à de l’exercice illégal de la médecine ».

Au cabinet Onkelinx, on souligne que les représentants des facultés de médecine ont hélas souvent joué « à la chaise vide » lors des réunions paritaires qui ont abouti aux actuelles propositions, se privant ainsi de faire entendre leur voix. Si les actuelles propositions des experts ne sont pas définitives, il faudra justifier précisément pourquoi on s’en écartera. On n’est pas près d’enseigner l’acupuncture dans une unif belge…

pourquoi cette posiTION ?

« La médecine que nous pratiquons est basée sur les preuves scientifiques »

Pour le professeur Yvon Englert, doyen de la faculté de médecine de l’ULB et président des doyens francophones, cette prise de position n’est pas une réaction de rejet a priori. « S’il y a des éléments à prendre dans ces pratiques, prenons-les. Mais nous ne pouvons enseigner que ce que la science a démontré et ce qui a été testé, prouvé, modifié sur la base des essais cliniques et de bonnes pratiques qui sont sévèrement élaborées. Au nom précisément de la sécurité du patient, nous refusons d’enseigner ce que la science ne démontre pas. Nous ne pouvons pas enseigner la magie et les techniques qui ne sont fondées sur aucune connaissance sérieuse. »

Pourtant, l’ULB diplôme déjà des étudiants en ostéopathie ? « Précisément : cet enseignement-là porte sur une forme d’ostéopathie articulaire proche de la kinésithérapie qui développe la validation scientifique de certaines de ces pratiques. Mais cet enseignement ne peut être de nature à faire valider dans son ensemble l’ostéopathie qui prétend souvent traiter de manière irrationnelle un grand nombre de plaintes et maux. Le développement de la médecine moderne est basé sur l’évidence, sur la preuve. Si l’on vous donne un médicament, si l’on vous opère, si on fait passer un examen douloureux ou pénible, vous exigez très normalement que cela soit sur la base de règles précises, de bonnes pratiques et d’essais cliniques. De la science publique, partagée, vérifiée. Pour des millions de patients. Par des millions de praticiens. Une science qui doit évoluer au fil des découvertes, voire des déconvenues, bien entendu. Mais qui n’est pas basée sur une simple opinion ou une simple conviction. »

Mais le succès des médecines alternatives n’est-il pas l’aveu d’impuissance de la médecine conventionnelle ? « Sans doute. Et je ne jette la pierre à aucun patient. Si les gens utilisent ces pratiques, il est normal de les encadrer. Mais on ne peut pas nous obliger à enseigner les pratiques de rebouteux au même titre que la médecine expérimentale qui, même si elle n’est pas parfaite, est le fruit de standards scientifiques élevés, de démonstrations rigoureuses. Que nous voulons absolument conserver. »

Source : http://archives.lesoir.be/medecine-parallele-le-refus-des-doyens-pourquoi_t-20130126-0293PG.html%C2%A0?firstHit=160&by=20&when=-1&sort=datedesc&pos=170&all=1320100&nav=1

Sectes : les sénateurs mènent des auditions sur internet et la cybercriminalité

29 JANVIER 2013 7 H 00 MIN0 COMMENTAIREVUES: 1

Sénat

Le Sénat – DR

Mardi 29 janvier 2013, la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé auditionne la direction générale de la gendarmerie nationale (ministère de l’intérieur) sur la veille internet et la cybercriminalité (16h30).

Y participent : le chef d’escadron Pascal Thys, de la division de lutte contre la cybercriminalité du service technique de recherches judiciaires et de documentation (STRJD), le lieutenant-colonel Bernard Popineau, de la division des opérations judiciaires du STRJD, le lieutenant-colonel Yvan Carbonnelle, chargé de mission à la direction des opérations et de l’emploi de la DGGN (pilotage de la lutte contre les dérives sectaires et représentant de la gendarmerie au comité exécutif de pilotage opérationnel de la Miviludes).

La commission organise ensuite une table ronde, ouverte au public et à la presse, consacrée à internet avec Google France représenté par Benoit Tabaka, directeur des politiques publiques – sécurité, et Mme Maria Gomeri, directrice juridique ; Aufeminin.com représenté par Christophe Decker, directeur général délégué, et Nicolas Evrard, responsable pôle santé ; Doctissimo.com représenté par Valérie Brouchoud, présidente, et Christophe Clément, directeur-adjoint ; Pages jaunes représenté par Christophe Leblanc, directeur des relations institutionnelles et Emmanuel Thoorens, directeur des opérations ; et enfin, Allodocteur.fr représenté par Charlotte Tourmente, médecin et journaliste pour le site.

Source : http://www.comptes-publics.fr/2013/01/29/sectes-les-senateurs-menent-des-auditions-sur-internet-et-la-cybercriminalite/

Miviludes : une proposition de loi retirée subitement de la commission des lois au Sénat

Sénat : nouveau scoop de Paris Tribune.info

C’est une procédure exceptionnelle de retirer un texte inscrit à l’ordre du jour.

La commission des lois du Sénat devait examiner la proposition de loi du sénateur du Cantal Jacques Mézard (RDSE). Fait rare, elle y a renoncé (cf. article Les parlementaires demandent l’immunité pour les présidents de la Miviludes ).

Que s’est-il passé le 23 janvier 2013 en commission des lois ?

Enregistrée à la présidence du Sénat le 18 décembre 2012, la proposition de loi du sénateur du Cantal Jacques Mézard (RDSE, Rassemblement Démocratique et Social Européen) instituant l’immunité juridictionnelle des membres de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires dans le cadre de leurs fonctions (Miviludes) a pour rapporteur le sénateur de la Nièvre Gaëtan Gorce (PS).Le 20 décembre 2012, le président de la commission des lois le sénateur du Loiret Jean-Pierre Sueur (PS) soulève un problème de calendrier : « En raison de l’existence d’une commission d’enquête sur les dérives sectaires dans le domaine de la santé, certains s’étaient interrogés en conférence des présidents sur le calendrier d’examen de cette proposition de loi qui a finalement été retenu ».Le sénateur de Seine-et-Marne Jean-Jacques Hyest (UMP) dépose une motion tendant au renvoi en commission : « Alors qu’une commission d’enquête sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé * est actuellement en cours au sénat, les auteurs de cette motion souhaitent que la commission d’enquête puisse aboutir ses travaux et que le sénat puisse ensuite délibérer sur ce texte ».

Le sénateur du Vaucluse Alain Milon (UMP) qui préside depuis le 10 octobre 2012 ladite commission d’enquête demandée par le groupe RDSE dépose également une motion.

Le calendrier n’est pas remis en cause. Le rapporteur socialiste dépose un amendement le 21 janvier 2013. L’ordre du jour de la commission des lois est réglé comme du papier à musique : les travaux de la commission des lois sont prévus le mercredi 23 janvier 2013 ; et si le texte est voté, c’est l’examen en séance publique le 30 janvier 2013.

Or, fait rarissime, la proposition de loi est retirée de l’ordre du jour des travaux de la commission des lois le 23 janvier 2013, comme l’attestent les étapes du parcours de la proposition de loi publiés sur le site internet du Sénat. C’est une procédure exceptionnelle de retirer un texte inscrit à l’ordre du jour.

Contacté par Paris Tribune sur les raisons de ce retrait, sans raison officielle jusqu’à aujourd’hui, un interlocuteur du groupe PS explique :

« La décision (a été) prise lors de la dernière réunion des travaux de la commission, réunion faite le mardi 22 janvier à 14h30 ». Le sénateur du Vaucluse Alain Milon (UMP) avait signalé « l’existence » d’une commission d’enquête sur les mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé ; « Monsieur Milon avait posé une motion parce qu’il voulait attirer l’attention sur l’existence de la commission (…) c’est cette commission qui fait que tout le monde a préféré attendre le résultat » ; le sénateur UMP aurait eu un « souhait » : « qu’on tienne compte des travaux de la commission » ; « lancée en octobre, elle finit ses travaux fin février «  ; « et du coup il est probable… ils (les sénateurs, NDLR) se sont plutôt mis… tombés d’accord sur le fait que le rapport amènerait un texte et que ce serait du coup plus cohérent d’avoir un texte plus global plutôt que d’avoir cette proposition de loi limitée à l’immunité juridictionnelle ». Dans la perspective d’ « une proposition de loi plus globale (…) ils ont pris cette décision de façon commune et tout-à-fait sereine, il n’y a pas de souci sur le sujet ».

En réalité, c’est bien lors de la réunion de la commission des lois du 23 janvier 2013 que son président a déclaré :
« M. Gorce prépare depuis quelques semaines un rapport sur la proposition de loi de M. Jacques Mézard instituant l’immunité juridictionnelle des membres de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) dans le cadre de leurs fonctions. M. Mézard devrait demander à la prochaine Conférence des Présidents que le texte soit retiré de l’ordre du jour, sans doute pour attendre les conclusions de la mission d’information sur le sujet. Nous n’examinerons donc pas aujourd’hui le rapport de M. Gorce, mais ce travail n’est pas perdu, il reste en réserve ».

Egalement contacté par Paris Tribune, le sénateur du Cantal Jacques Mézard (RDSE) auteur de la proposition de loi visant à accorder l’immunité aux présidents de la Miviludes devrait l’expliciter : alors qu’il est difficile pour un citoyen d’obtenir une condamnation pour diffamation, surtout à l’égard de propos contenus dans un rapport officiel, est-ce que sa proposition de loi vise à porter atteinte à l’appréciation des juges ? Est-ce que pour les auteurs de la proposition de loi et de l’amendement, les juges sont considérés comme étant sous influence ?

Le retrait de la proposition de loi en commission des lois intervient également après la publication d’un communiqué de la TFP le 22 janvier 2013 diffusé le jour même aux 49 membres de la commission des lois et au secrétariat de celle-ci ainsi qu’à la presse. La Société française pour la défense de la Tradition, de la Famille et de la Propriété s’insurge :
« (…) Si un texte est proposé pour faire échec à une procédure en cours, alors il s’agit d’une loi privée conçue pour qu’un individu échappe à la loi générale. C’est l’instauration d’un privilège exorbitant. C’est la violation des libertés publiques et individuelles. C’est la négation des principes fondamentaux du droit et de notre société (…) ».

La seule proposition de loi qui sera examinée le 30 janvier 2013 en séance publique sera celle présentée par le sénateur de Lozère Alain Bertrand (RDSE) et les membres du groupe RDSE : une « proposition de loi visant à créer des zones d’exclusion pour les loups ».

* La commission d’enquête

La commission d’enquête sur les mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé a été créée à l’initiative du sénateur du Cantal Jacques Mézard (RDSE).Le 30 mai 2012, celui-ci, avec le sénateur de Lozère Alain Bertrand (RDSE), enregistre à la Présidence du Sénat une proposition de résolution tendant à créer une commission d’enquête sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé.Le 3 juillet 3012, la commission des lois désigne comme rapporteur son vice-président, le sénateur de l’Isère Bernard Saugey (UMP), sur la proposition de résolution présentée par le sénateur Jacques Mézard (RDSE) tendant à créer une commission d’enquête.

Le 11 juillet 2012, la commission des lois examine pour avis le rapport du sénateur Bernard Saugey (UMP) qui s’appuie sur une approximation : « (…) On estime qu’aujourd’hui quatre Français sur dix ont recours à des médecines alternatives, dont 60 % chez les malades du cancer, que 4 000 psychothérapeutes autoproclamés ne sont inscrits sur aucun registre et que 3 000 médecins seraient en lien avec des mouvements à caractère sectaire (…) ».

Le 5 septembre 2012, le groupe RDSE demande la création de la commission d’enquête sur les mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé au titre de la procédure qui permet à tout groupe politique de faire application de son « droit de tirage annuel ».

Le 10 octobre 2012 c’est la création formelle de la commission d’enquête. Elle est présidée par le sénateur du Vaucluse Alain Milon (UMP).

Le 23 janvier 2013, ni le groupe PS ni le groupe RDSE ne pouvaient ignorer qu’une commission d’enquête avait démarré ses auditions dès le 24 octobre 2012 ; le rapporteur de ladite commission d’enquête n’étant autre que le sénateur du Cantal Jacques Mézard (RDSE).

La décision de retrait de la proposition de loi en commission n’a probablement pas été prise « de façon tout-à-fait sereine ».

– Article du 23 janvier 2013 : Les parlementaires demandent l’immunité pour les présidents de la Miviludes.

Source : http://www.paristribune.info/Miviludes-une-proposition-de-loi-retiree-subitement-de-la-commission-des-lois-au-Senat_a7115.html

E.U. – Une surveillance accrue pour le culte FLDS (Mormon) polygame


ReligionNewsBlog.com • Vendredi Janvier 25, 2013


Un culte polygames du mormonisme, dont le prophète est de servir la vie en prison, arrive sous une surveillance accrue par les autorités américaines.

  • Arizona procureur général annonce enquête criminelleLes autorités pensent que maréchaux à Colorado City, Arizona – une ville dominée par l’Église fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours – sont empêchent les femmes de quitter la secte polygame .«Les femmes qui voulaient échapper ont été retenus de force par les maréchaux contre leur gré, «procureur général Tom Horne a déclaré lors d’une conférence de nouvelles.Au mois de février 2012, les autorités étaient si préoccupés par le comportement des agents de police à Colorado City que le législateur Arizona discuté un projet de loi qui obligerait la ville de dissoudre son corps de police.

    Au moment où la République de l’Arizona a écrit:

    Les enquêteurs et les anciens membres de l’église se plaignent que les agents de la ville ignorer la loi et à la place exécuter les directives des dirigeants spirituels .

    Selon les normes de l’Arizona et du Conseil agent de la paix de formation, Colorado moyenne 10 agents de la ville à un moment donné. Une demi-douzaine d’entre eux ont été déclassés au cours des dernières années, certains pour faute avec des mineurs et d’autres après déclarant leur allégeance au Prophète FLDS dessus de la loi .

    Ce projet de loi a été rejeté , de même qu’un projet de loi similaire qui a visé les forces de police dans la ville jumelle de Colorado City de Hildale, dans l’Utah.

  • En ce qui concerne la sonde a annoncé criminelle Associated Press dit

    L’église n’a pas de porte-parole pour parler en son nom, et [Warren] Jeffs, dont on dit encore régner la secte, est emprisonné à vie au Texas après avoir convictions sur la sexualité des enfants et les frais de bigamie.

    L’enquête criminelle a annoncé mardi reflète celle qui a atterri en prison Jeffs.

  • Lors de la conférence de nouvelles à laquelle il a annoncé la sonde, Horne a été rejoint par une jeune mère de six enfants qui ont fui le culte .Ruby Jessop Barlow, sœur de l’activiste anti-polygamie Flora Jessop – elle-même un ancien membre FLDS qui ont échappé au culte en 1986 – a déclaré aux autorités étatiques, elle a été forcée à se marier à l’âge de 14 et retenue contre son gré pendant 12 ansavant de s’échapper en Décembre.Selon l’Arizona Republic a dit Flora Jessop épreuve Barlow illustre le contrôle exercé par les sectaire auto-proclamé prophète Jeffs Warren, qui continue de diriger l’église derrière les barreaux.
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=aFOSqOW85zQ?rel=0]

Le document affirme que les arguments « Wives Sister ‘un sol couvert de la polygamie vieux , et Whitehurst fournit plus de détailssur l’audience sur son blog.

  • Dans d’autres FLDS-culte des nouvelles connexes, Ron et Jinger Cooke – citoyens de Colorado City, mais non membres de l’église abusive – ont déposé des poursuites civiles droits contre les gouvernements municipaux et les services publics dans les villes frontalières jumelles de Hildale, l’Utah et Colorado City, Arizona.Pour les quatre dernières années et demie, ils ont essayé d’obtenir un raccordement à l’eau à la maison Northern Arizona qu’ils partagent avec leurs trois enfants, mais les FLDS refuse de les brancher.Arizona station de télévision KTVK signale que

    Les Cookes ont également documenté avec leurs propres caméras plusieurs incidents où FLDS hommes et les garçons en sont venus à leur domicile pour les harceler et les intimider .
    Lors d’un incident tel homme FLDS conduit une pelleteuse sur leur propriété et ont commencé à creuser leur cour avant tout les flics se FLDS en protégeant le conducteur pelle rétrocaveuse.

  • Par ailleurs, les avocats FLDS ont maintenant jusqu’au 28 janvier pour répondre aux tentatives de l’État du Texas à saisir leur quête inlassable de ranch de Zion .

À propos de l’Église fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours

Avec environ 10.000 fidèles, l’ Église fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (FLDS) est le plus grand parmi lesdizaines de groupes dissidents mormons .

La plupart de ces groupes séparés de l’Église mormone après qu’il a été contraint d’abandonner la polygamie dans les milieu des années 1800.

Jusque-là, la polygamie avait été l’une des doctrines les plus importantes fondateur Joseph Smith – tant et si bien qu’il est canonisé comme l’article 132 de la Doctrine et de pactes , l’un des Mormons Les principales textes scripturaires.

Dans son livre, sous la bannière du ciel: une histoire de foi violente , écrit Jon Krakauer

Le prophète vénéré décrit le mariage plural dans le cadre de « la doctrine la plus sainte et importante jamais révélé à l’homme sur la terre» et a enseigné que l’homme a besoin d’au moins trois épouses pour atteindre la «plénitude de l’exaltation» dans l’au-delà. Il a averti que Dieu avait explicitement ordonné que «tous ceux qui ont cette loi révélée à eux doivent obéir à la même chose … et si vous ne demeurez pas que covenenant, alors, vous êtes damné, car personne ne peut rejeter cette alliance et être autorisés à entrer dans mon la gloire. « 

Alors que la doctrine mormone a subi des changements importants dans l’histoire de l’église – sur la base de sa conviction que Dieu donne des révélations en cours, qui peut être ou ne pas en contradiction avec ses proches plus tôt – c’est l’abandon de la doctrine du mariage plural qui a conduit à la formation d’un certain nombre de groupes dissidents.

Les membres de ces groupes sont appelés mormons fondamentalistes . Ils croient que, conformément à ce qu’ils considèrent être les doctrines fondamentales du mormonisme, le mariage plural inclus, ils tiennent à une forme plus pure de la foi de l’Église mormone grand public. Au total, il ya environ 37.000 fondamentalistes mormons.

Pendant ce temps, en dépit de son nom officiel – L’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (LDS) – est lui-même considéré comme un culte théologique du christianisme , parce que ses enseignements fondamentaux et pratiques violent les doctrines essentiellesde la foi chrétienne.

La plupart des groupes de mormons fondamentalistes dissidents voler sous le radar, mais quelques-uns ont eu des démêlés avec la justice. Parmi ceux-ci, le FLDS a capté l’attention tant par sa pratique des mariages forcés, y compris les mariages arrangés entre les femmes mineures et plus fidèles.

En raison de l’extrême maintenir le leadership de la FLDS a sur ses disciples, le groupe n’est pas seulement un culte théologique de l’Église mormone (et, par extension, un culte du christianisme), mais elle peut être considérée comme une secte dans le sens sociologique du terme ainsi. [ Comprendre les différences entre les définitions théologiques et sociologiques du terme «secte»]

En Août 2012, un jury du Texas a condamné FLDS chef Warren Jeffs à la vie en prison pour avoir agressé sexuellement deux disciples mineurs qu’il a prises comme épouses à ce que son église considérés comme des « mariages spirituels .  »

En dépit d’être emprisonné, Jeffs règne toujours ses adeptes avec une poigne de fer – facilitée par le fait qu’ils croient qu’il est un prophète envoyé par Dieu.

Source : http://www.religionnewsblog.com/27027/increased-scrutiny-for-polygamous-flds-cult

Traduction Google

E.U. – Narconon en face à la révocation de sa licence dans l’État de Géorgie

… Etat se penche sur Narconon de la Géorgie

La Géorgie Etat Département de santé communautaire a notifié Narconon de Géorgie, il a l’intention de révoquer la licence de la clinique pour se déformer comme un établissement de désintoxication résidentiel.

  • Narconon de la Géorgie a été trouvé en train de violer sa licence en exécutant un programme de réadaptation de drogue résidentiel, tandis que seulement autorisés à fonctionner comme une clinique externe.
  • «En prétendant être un programme résidentiel, ils peuvent évidemment payer beaucoup plus,« procureur Jeff Harris dit WSB la radio .

    Il est Narconon poursuit au nom de la famille de Patrick Desmond Desmond après décédé en 2008. ( Lire la suite ici ) directeur exécutif de Narconon est accusé dans ce procès de dire à la fois la famille de Desmond et de l’administrateur judiciaire de drogue dans le comté de Brevard, Floride, que la sienne était une installation de 24 heures de traitement résidentiel où il n’est pas. […]

    Alors que le résultat est un motif de Narconon de prétendre qu’il s’agit d’un programme résidentiel, même si il n’est pas autorisé en tant que telle, a déclaré M. Harris une clinique externe n’est pas sous contrôle comme beaucoup par les régulateurs comme c’est un programme résidentiel.

  • The Atlanta Journal-Constitution, l’action en nullité

    est venu après la dernière sonde du ministère du centre de Norcross traitement, le quatrième depuis le début de l’année. Dans ses conclusions, DCH a déclaré que l’examen des dossiers judiciaires d’un procès du comté de DeKalb a révélé des déclarations sous serment du directeur exécutif de l’établissement confirmant qu’il a été sciemment fonctionne comme un programme résidentiel lorsque concédés sous licence uniquement pour les services ambulatoires .

  • WSB TV a diffusé une série de cinq rapports en Octobre au cours de laquelle un dénonciateur dit au journaliste Jodie Fleischer elle modifié tête de Narconon à supprimer le mot «ambulatoire» en écrivant aux tribunaux et aux agents de probation à travers le pays.

    Dossiers a également montré 21 des 28 patients interrogés, qui ont dit qu’ils étaient inspecteurs de l’Etat ici de l’extérieur de l’État, dans le cadre du programme résidentiel de Narconon.

    Le commissaire DCH a annoncé qu’il lançait une enquête sur la conduite de nouvel état de l’installation, et les enquêteurs ont effectué une inspection surprise de la facilité de Norcross le mois dernier.

    Pour la première fois, les inspecteurs cité violations, qui relèvent de niveaux plus grave de l’Etat, ce qui signifie qu’ils «causé la mort ou de graves dommages physiques ou émotionnels» ou «constituent une menace imminente et sérieuse». […]

    Aussi récemment qu’en Novembre, le site appartenant à l’organisation mère, Narconon International, était encore la promotion du programme Géorgie résidentiel. Cependant, à plusieurs reprises enquêteurs de l’État a annulé les violations résultant de plusieurs années de plaintes, de peur que la preuve ne tiendrait pas devant un tribunal.

  • Barbara Marschalk, avocat de Narconon de la Géorgie, a déclaré que son client a demandé une audience, comme le permet la loi de l’État. Un porte-parole a dit DCH WSB ces audiences TV peut prendre des mois pour planifier et le programme est autorisé à rester ouvert pendant cette période.

 Les carences formuler sur Narconon de la Géorgie Fichier PDF
 Narconon réponse
 WSB Radio Nouvelles Reporter Pete Combs a commencé enquête Narconon de la Géorgie après avoir appris la plainte déposée contre l’organisation de désintoxication par la famille de Patrick Desmond. Cette série de rapports comprend des documents généraux et de documents. Remarque: Narconon démystifiée par son propre expert , et la connexion Narconon Scientologie

Qu’est-ce que Narconon?

Quels autres problèmes ne sont actuellement confrontés à Narconon?

  • Les parents d’une jeune femme de 21 ans qui est mort au Texas au printemps après avoir passé deux jours à Narconon Arrowhead dans l’Oklahoma a intenté un procès contre l’organisation dernier Août.
  • En Novembre, une poursuite a été déposée contre Narconon Arrowhead par un homme qui souffrait de la même maladie que la femme qui a été retrouvée morte dans l’établissement plus tôt cette année.
  • Derniers responsables de la santé en avril dans Québec, Canada a ordonné le centre de réhabilitation pour toxicomanes Narconon à Trois-Rivières pour évacuer et de déplacer ses résidents 32, invoquant des préoccupations par rapport aux procédures qui « peut représenter un risque pour la santé » et un manque de médecins sur le personnel .

Source : http://www.religionnewsblog.com/27010/scientology-front-group-narconon-faces-license-revocation-in-state-of-georgia

Traduction Google

E.U. – Un guérisseur qui à condamné à la mort une jeune fille était un hypocrite

ReligionNewsBlog.com • Jeudi Janvier 10, 2013


Un pasteur autoproclamé condamné à la mort guérison par la foi d’une jeune fille de 15 ans a été exposée comme un hypocrite, deux mois après sa mort, après qu’il fut révélé qu’il cherchait un traitement médical pour ses propres conditions.

Jessica Lynn manivelle est mort en Septembre 2002 d’une forme rare de cancer des os.

Ariel Ben Sherman, qui se décrit comme celui de la fille « père spirituel », a convaincu sa mère, Jacqueline manivelle, d’ignorer un avis médical et le traitement plutôt que compter uniquement sur ​​guérison par la foi .

Sherman, qui est décédé le mois dernier, pasteur de New Life Ministries (également dénommé «New Life Tabernacle» et «Universal Life Church») – une petite maison à base de groupes religieux à Lenoir City, Tennessee.

Crank Jessica était un membre de sa congrégation.

Les deux Crank et Sherman initialement face à des accusations d’infractions majeures enfants victimes d’abus parce qu’elle n’aurait pas à tenir compte des conseils de professionnels de la santé que Jessica besoin d’un traitement pour une forte croissance sur son épaule.

Le 6 mai 2002 Crank emmené sa fille à une clinique sans rendez-urgence parce que la fille a eu une croissance de basket-ball entreprises sur son épaule.

Le personnel des dispensaires arrangé pour Jessica à voir le même jour à l’Université du Tennessee Medical Center, mais l’adolescent n’est jamais arrivé.

Autorités ont finalement retrouvée le 26 Juin, dans une maison louée par Sherman.

The Sentinel Nouvelles Knoxville rapporté que Jessica, sa mère et son jeune frère, Israël, vivaient là, avec plusieurs membres de Sherman New Life Tabernacle groupe.

Mais au moment où elle se trouvait son cancer était trop avancé pour la sauver.

En 2003, un juge a rejeté l’accusation portée contre Sherman, statuant l’État n’a pas à montrer ministre Sherman avait toute responsabilité quant à manivelle Jessica. Mais en 2008, la Cour suprême du Tennessee a confirmé le cas de négligence contre Sherman.

Conviction

En 2009, un autre juge a refusé de rejeter les accusations négligence envers les enfants contre Crank Jacqueline et Sherman.

la date du procès a finalement été fixée en mai dernier – près de dix ans après la jeune fille est morte.

8 mai 2012: WBIR rapports sur les convictions de Sherman et manivelle

Sherman et Crank ont tous deux été trouvé coupable de négligence envers les enfants délit . Ils ont été condamnés à 11 mois, 29 jours de probation sans surveillance.

Après Sherman est mort, le Sentinel Knoxville Nouvelles ledit

Un argument juridique a pris fin avec la mort de Sherman – Sherman si avait une obligation légale de diligence envers les adolescents.

Toujours devant la cour d’appel de décider est de savoir si le droit de l’État d’exemption spirituelle qui permet aux parents de renoncer au traitement médical en faveur de la guérison par la foi est en violation de la Constitution américaine et de ses garanties d’égalité de protection.

«Ce sont les grandes questions constitutionnelles », a déclaré Harvey, «et tout le monde impliqué attend avec impatience ce que le tribunal dit sur ces questions. »

Enchevêtrements de Sherman avec la loi et sa carrière en tant que chef de file des sectes religieuses n’ont pas commencé à Loudon County.

Les dossiers judiciaires pénales dans le comté de Polk, Oregon, montrer qu’il a été inculpé en 1985 de trois chefs de mauvais traitements criminelle et deux chefs de voies de fait du quatrième degré.

Ces accusations, a rejeté sept ans plus tard, les abus qui auraient participé des enfants dans une communauté religieuse qu’il avait établie à West Salem, Oregon

Hypocrisie

Plus tôt cette semaine, le Sentinel Nouvelles Knoxville a indiqué que

quand il s’agissait de son propre cancer et la pneumonie, Ariel Ben Sherman a été soigné dans un hôpital en Caroline du Sud, les dossiers montrent.

«C’est triste et ironique,« Loudon County District Attorney général adjoint Frank Harvey. […]

Certificat de décès Sherman a montré qu’il est mort à 78 ans le 28 novembre dans un hôpital en Caroline du Sud d’arrêt respiratoire pendant le traitement des petites cellules du cancer.

« Il (Sherman) vivaient selon une norme différente», a dit Harvey.

 

Source : http://www.religionnewsblog.com/27016/ariel-ben-sherman-faith-healing

traduction Google

Japon – Aum Shinrikyo successeur de la secte Aleph gagne son procès pour diffamation


ReligionNewsBlog.com • Mercredi Janvier 16, 2013


… Cult anciennement connu sous le nom Aum Shinrikyo gagne plainte pour diffamation

  • La Cour de district de Tokyo a ordonné au gouvernement métropolitain de Tokyo mardi à payer des dommages et présenter des excuses au groupe Aleph religieux, précédemment connu sous le nom Aum Shinrikyo , pour libérer un rapport d’enquête sur le 1995avoir tenté d’assassiner le chef de la police nationale, Takaji Kunimatsu , qui a suggéré le culte était derrière l’attaque.
  • Japonaise Kyodo agence de presse dit

    La police de Tokyo a publié le rapport d’enquête le 30 Mars 2010, après le délai de prescription à l’attaque manqué. Il dit que l’attaque était un acte de terrorisme par les membres de la secte. Les policiers mis un aperçu du rapport sur son site Web pendant un mois environ.

    Dans sa décision mardi, le juge président Hiroshi Ishii a déclaré que le rapport était illégal et il a critiqué pour la course à l’encontre du principe d’innocence jusqu’à preuve de sa culpabilité.

    La police de Tokyo a fait valoir au cours du procès que le rapport n’a pas diffamer Aleph parce que c’est un groupe différent de Aum. Le tribunal a jugé, toutefois, que Aleph continue d’être généralement considéré comme Aum et que le rapport a été préjudiciable au groupe.

    Le procès n’a pas précisé si le contenu du rapport a été fait ou s’il y avait des motifs suffisants de soupçonner l’implication d’Aum.

  • Selon le quotidien Asahi Shimbun

    Dans sa décision, le tribunal a reconnu que la police n’a pas fait une allusion à Aleph dans le rapport. Mais il pris le parti de Aleph à la demande diffamation, citant deux cas.

    Il a dit tout de suite après le rapport de police a été libéré, Aleph heurtées à l’opposition locale sur son projet de construire son usine dans le quartier de Tokyo Adachi.

    Il a également déclaré que Aleph a été reconnu comme «dans un état sous le contrôle absolu de Matsumoto » quand il est venu sous surveillance.

    Le tribunal a déclaré que ces cas étaient des motifs de jugement que Aum Shinrikyo et Aleph ont été effectivement perçue comme identiques et donc le rapport de police entamé la réputation Aleph.

    La Cour a également noté que le rapport a reçu une large couverture médiatique et pourrait être utilisé à l’avenir comme la base de l’argument que les membres de la secte étaient les coupables.

  • Aum Shinrikyo est surtout connu pour son Mars 20, 1995 attaque terroriste dans le métro de Tokyo, au cours de laquelle les membres de sectes publié gaz neurotoxique.
  • Avant cette attaque, dont le culte espérait susciter Armageddon, Aum Shinrikyo avait déjà une longue histoire de violence
  • Après l’attaque au gaz neurotoxique, Aum a perdu son statut officiel en tant qu’organisation religieuse
  • Face à la surveillance du gouvernement et de la police de montage, en Janvier 2000, Aum Shinrikyo revendiqué à se distancier de son fondateur, culte du chef Shoko Asahara (de son vrai nom Chizuo Matsumoto), qui est dans le couloir de la mort .Le groupe a également changé son nom pour Aleph , après le sanscrit pour «expansion illimitée.
  • Le culte reste sous surveillance , tout comme une émanation nommé Hikari no Wa , qui a été créé en 2007.
  • Agence japonaise de la police nationale dit qu’un total de 6.583 personnes ont été victimes de l’attaque au gaz sarin 1995 dans le métro de Tokyo et sept autres crimes commis par Aum Shinrikyo.
  • En Juin 2012 la police au Japon a arrêté la dernière Aum Shinrikyo fugitif.
  • Treize membres de la secte Shinrikyo culte sont condamnés à mort, y compris Shoko Asahara.
    aum_cult_of_doom_TIME
  • Dernière Décembre publique du gouvernement japonais Agence du renseignement de sécurité (AIPS) a publié un rapport qui montre Aleph et Hikari no Wa gagné un nombre record de nouveaux adeptes en 2012: 255 membres.Japon Daily Press a écrit

    La plus forte augmentation démographique est celui des 35 ans ou moins, ce qui représente 22% de nouveaux adeptes à la fin de 2008, mais maintenant à 32%. Ceux dans leur 20s en particulier ont augmenté de 7% à 19% au cours des quatre mêmes années. Aleph a été trouvé pour être entrée dans les campus universitaires Avril, le début de l’année scolaire au Japon, et de nouveau en mai et en Novembre, quand les festivals sont souvent détenus. Ils ont ensuite mis des dépliants pour leur organisation sur les babillards destinés aux clubs de l’école sans permission.

    L’AIPS est préoccupé par ces actions que les affiches ne sont pas spécifiquement le nom Aleph ou révéler la nature religieuse du groupe. Alors que le nombre de nouveaux membres est en augmentation, le nombre total de disciple montre pas de changements radicaux que les gens régulièrement quitter le culte ainsi.

  • Les adeptes de Aleph seraient toujours adorer Shoko Asahara .

Source : http://www.religionnewsblog.com/27019/aum-cult-damages-apology

Traduction Google

E.U. – Un suspect comparaît devant le tribunal pour le cas Béthanie Deaton


ReligionNewsBlog.com • Jeudi Janvier 17, 2013


Un homme qui a avoué le assassiner la femme de son chef de la secte religieuse est apparu en cour aujourd’hui.

Après l’audience Micah Moore a été libéré sous une caution 250.000 $. Il est de retour en cour en raison de Février.

Dernière Novembre Moore a été chargée au premier degré assassiner après qu’il a avoué avoir tué Bethany Deaton, afin de l’empêcher de révéler qu’elle était agressée sexuellement.

Avant sa confession de police avait traité la mort Deaton comme un suicide.

Une déclaration Cause probable montre Moore a déclaré aux enquêteurs qu’il a tué Deaton, à la demande de son mari, Tyler Deaton.

Associé à la Maison Internationale de Prière à Kansas City, Tyler Deaton a mené une petite communauté spirituelle à son domicile où il vivait avec sa femme et plusieurs hommes.

L’église, la controverse dans les milieux chrétiens pour l’théologie, a tenté de se distancier de Tyler Deaton.

Selon des documents judiciaires plusieurs des hommes qui vivent dans la commune de Deaton a raconté aux détectives, ils ont participé à un «groupe sexuel», ayant des relations sexuelles avec l’autre, et que cela faisait partie d’une «expérience religieuse. » Les hommes dans le groupe aurait également engagé des rapports sexuels avec Tyler Deaton.

Moore a dit à la police que Bethany a été abusé sexuellement par lui et les autres hommes dans le groupe

Malanie Morgan, un avocat de Moore, selon la confession de Moore at-elle été faite, en disant qu’il était « bizarre, absurde et le plus important, pas vrai. »

Dans un communiqué, Morgan a dit de la confession Moore:

Ils étaient des déclarations d’un homme désemparé et confus jeune de moins extrêmes pressions psychologiques à la suite du suicide de son ami prématurée Béthanie et la suppression soudaine de son chef spirituel, Tyler Deaton, de leur communauté religieuse très soudée.

Les doctrines enseignées dans cette communauté touchée état mental de Michée et malheureusement dominé sa pensée. Micah fiction à la police ont mené au dépôt de la plainte dans cette affaire.

Néanmoins, en Décembre un grand jury a inculpé pour assassiner au premier degré.

Aucune accusation n’a été déposée contre Tyler soit Deaton ou de la Chambre internationale de prière.

Source : http://www.religionnewsblog.com/27029/suspect-makes-court-appearance-in-bethany-deaton-case

Traduction Google

E.U. – les tueurs de la secte des Vampires continue leur peines à perpétuité


ReligionNewsBlog.com • Lundi Janvier 21, 2013


… Vampire-sectes tueurs perdre offre pour une nouvelle audience de détermination

Rod Ferrell et Howard Scott Anderson
  • Une cour d’appel a jeté sur les dernières tentatives des condamnés vampires tueurs Rod Ferrell culte et Howard Scott Anderson pour obtenir une révision de la condamnation.
  • Les deux sont condamnés à perpétuité pour la mort de matraquage du couple Richard Florida et Ruth Wendorf en 1996.
  • Ferrell, qui avait 16 ans au moment des meurtres, a conduit ce qui était connu comme le « clan vampire « – un groupe que les autorités avaient dit quelque 25-30 membres.
  • En Février 1998 Rod Ferrell a été condamné à mort , mais en Novembre 2000, la Cour suprême de Floride a annulé sa condamnation à mort et les a réduits à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle parce qu’il avait commis le crime alors qu’il était encore mineur.
  • Trois adolescents ont été condamnés ainsi , tandis qu’un quatrième – la fille du couple assassiné – a été disculpé. Les quatre témoigné qu’ils croyaient réclamation Ferrell d’être âgé de 500 ans, et ils l’appelaient leur «faiseur». Ils ont dit aux enquêteurs qu’ils étaient plus près d’une famille.
  • Howard Scott Anderson a plaidé coupable d’être un principal à assassiner au premier degré et a été condamné à la prison à vie. Il était initialement prévu qu’il tuerait Ruth, mais il ne pouvait pas le faire, alors Ferrell tués tous les deux Ruth et Richard. Howard a rejoint Ferrell dans les objets de valeur qui minent autour de la maison. Comme Ferrell, il était aussi âgé de 16 ans lorsque le crime a été commis.
  • Ferrell et Anderson a quitté la scène Ford du couple Explorer et ramassé trois autres, dont Heather. Trois jours plus tard, le groupe a été arrêté.
  • Charité Keesee et Dana Cooper a plaidé coupable à une variété de charges moins graves, qui comprenait connaître sur le plan Ferrell pour tuer les parents d’un Wendorf Heather – le cinquième membre du groupe.
  • Heather Wendorf a été disculpé par un grand jury en 1998, qui a constaté qu’elle ne savait pas que Ferrell prévu d’assassiner ses parents.
  • Keessee a été libéré de prison en Mars 2006. Cooper a été libéré de prison en Octobre 2011.
  • La Cour suprême américaine a statué que l’année dernière obligatoires vie sans libération conditionnelle, les peines étaient inconstitutionnelles pour les tueurs mineurs. Mais une cour d’appel à Miami a statué que la décision de la Haute Cour ne s’applique pas rétroactivement à ceux déjà condamnés. La Cour d’appel 5e arrondissement à Daytona Beach convenu.
  • Les «vampire» les aspects de l’affaire a donné lieu à beaucoup de spéculations. Selon l’accusation, les adolescents ont participé à unjeu de rôle qui est allé beaucoup trop loin . Selon les agents de police enquêtant sur ​​le groupe, les adolescents ont bu le sang de chiots qu’ils ont tués. Ils ont également réduit leurs armes pour sucer le sang des autres.

Source : http://www.religionnewsblog.com/27022/vampire-clan-life-sentences