Le nouveau projet de David Lynch : la paix dans le monde

24lynch1-articleLarge-v2

Une question qui revient régulièrement sur les lèvres des cinéphiles : quand est-ce que David Lynch réalisera un nouveau long métrage? Ou, chez les plus anxieux parmi eux : en fera-t-il un autre? Difficile à dire. Pour l’instant, le maître de l’inquiétante étrangeté applique son esprit non pas à la représentation du monde, mais bien à son sauvetage. Son objectif principal : rien de moins que la paix mondiale.

La nouvelle vocation du fameux cinéaste est racontée dans unreportage particulièrement bien écrit, publié vendredi dans le New York Times Magazine. Le texte porte principalement sur la relation entre Lynch et la Méditation transcendantale (MT), et sur son admiration pour son fondateur, le controversé Maharishi Mahesh Yogi (1917-2008), dont le culte de la personnalité a causé pas mal d’inconfort au cours des dernières décennies.

L’implication soutenue de Lynch dans la MT a commencé peu de temps après la sortie de son chef-d’oeuvre, Mulholland Drive, en 2001. L’année suivante, il s’est rendu dans un enclos isolé à Vlodrop, aux Pays-Bas, pour y passer un mois en compagnie de Maharishi dans le cadre d’un «Enlightenment Course» offert à ses adeptes. Malgré les frais d’admission de 1 million $, il n’a jamais rencontré le gourou en personne; ce dernier demeurait à l’étage du dessus, et communiquait avec le groupe via téléconférence.

Lynch est retourné à Los Angeles un «homme transformé». En 2003, il a fait connaître son intention de construire des «palais de la paix» partout dans le monde, où des milliers de fidèles méditeraient nuit et jour. Deux ans plus tard, le cinéaste a été approché par des collaborateurs de longue date de Maharishi, avec l’idée de lancer une fondation qui aiderait les enfants en difficulté à travers la méditation. De là est née la David Lynch Foundation for Consciousness-Based Education and World Peace, qui aurait permis de décupler la pratique de la Méditation transcendantale.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=6gM_sXiUPvo]

Après la sortie de INLAND EMPIRE, en 2006, Lynch a entamé une tournée mondiale de deux ans l’ayant mené dans 30 pays, discutant de méditation, de créativité et de paix lors de conférences bondées de jeunes participants. Pour ses événements de levées de fonds, il est souvent accompagné sur scène par le comédien britannique Russell Brand, prêchant la bonne nouvelle à des mécènes de New York et de Los Angeles. Des personnalités comme Howard Stern, Laura Dern, Clint Eastwood, Jerry Seinfeld et Martin Scorsese ont filmé des témoignages dans l’espoir d’aider Lynch à récolter son objectif de 7 milliards $.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=2Ic-ioVxyGA]

L’auteure de l’article du Times, Claire Hoffman, pratique la MT depuis l’âge de trois ans. Si elle apprécie ses bienfaits thérapeutiques, elle demeure sceptique par rapport à ses prétentions holistiques à l’échelle globale. Elle rejette le prosélytisme qui transparaît de la part de ses plus ardents adhérents, dont son sujet principal, qui semble croire au Maharishi Effect. Selon cette hypothèse paranormale, la paix mondiale pourrait survenir si «1% de la racine carrée de la population du monde méditait et irradiait la positivité».

Dans une entrevue menée avec Lynch dans une limousine roulant sur Mulholland Drive – en écho à la scène d’ouverture du film du même nom – elle lui a demandé de décrire la MT en ses propres mots :

Des choses comme le stress traumatique, l’anxiété, la tension, le chagrin, la dépression, la haine, la colère amère et égoïste, et la peur commencent à s’envoler. Et c’est un immense sentiment de liberté lorsque ce poids lourd de la négativité commence à s’envoler. C’est comme de l’or circulant depuis l’intérieur et les ordures qui sortent. Les choses dans la vie qui étaient près de vous tuer, qui vous stressent, vous dépriment, vous rendent triste, vous font peur – elles ont de moins en moins de pouvoir. C’est comme si vous construisez un gilet pare-balles de protection. Vous commencez à briller de l’intérieur.

Sur le front cinéma, Hoffman rappelle une déclaration d’Abel Ferrara qui date de 2011, alors que le réalisateur de Bad Lieutenant a assuré que Lynch n’était plus intéressé à faire du cinéma, et qu’il plaçait dorénavant tous ses efforts à promouvoir sa fondation. Mais elle termine son reportage sur une note d’espoir, relatant une discussion téléphonique avec un associé de Lynch, Bob Roth, qui lui a dit que le cinéaste travaillait sur un nouveau scénario «typiquement sombre».

Le principal intéressé a d’abord répondu en s’en prenant au messager, «Bobby a une grande gueule», avant d’ouvrir une porte. Son «prochain film» n’aura rien avoir avec la MT (en 2009, il avait annoncé sont intention de réaliser un documentaire sur Maharishi) et sera bel et bien lynchien. «Je crois que les gens vont probablement le reconnaître» a-t-il conclu, sans vouloir en dire davantage.

***

Pour ceux qui ne seraient pas trop enchantés par la mission spirituelle de David Lynch, je vous propose de vous rabattre sur cet hommage-vidéo intitulé Beautiful Nightmares, publié il y a deux semaines sur le site Press Play :

[vimeo 58998722 w=560 h=300]

(Photo : un auto-portrait de David Lynch réalisé en décembre dernier alors qu’il travaillait à l’atelier de lithographie Idem Paris, une expérience qui lui a inspiré ce court métrage, que j’ai présenté récemment).

Source : http://blogues.lapresse.ca/moncinema/siroka/2013/02/26/le-nouveau-projet-de-david-lynch-la-paix-dans-le-monde/

Des chercheurs s’attaquent au mythe de Mère Teresa

27/02/2013 – 14h37
Serge Larivée, chercheur du département de psychoéducation de l’Université de Montréal, remet en cause la béatification de Mère Teresa, obtenue en 2003 grâce au pape Jean-Paul II, dressant un portrait peu flatteur de la religieuse, entre argent sale, positions ultra-réactionnaires et miracle frelaté.
L’AUTEUR

Guillaume Roche

L’article intitulé « Les côtés ténébreux de Mère Teresa« , qui va être publié dans la revue Studies in Religion au mois de mars, n’est pas à l’avantage de Mère Teresa. Les conclusions de Larivée et ses deux collègues se basent sur la lecture de 500 ouvrages évoquant la vie de la religieuse décédée en 1997 à Calcutta (Inde).

Grosso modo, Mère Teresa acceptait l’argent des dictateurs, ne voulait pas entendre parler de divorce ou d’avortement et laissait les malades souffrir dans ses institutions caritatives à l’hygiène douteuse.

Larivée confie à Lapresse.ca que « dans ses centres d’hospitalisations, les patients étaient laissés à eux-mêmes. Ils recevaient peu de soins palliatifs ou de médicaments pour soulager leurs douleurs, car pour Mère Teresa, souffrir rapprochait de Dieu« Il note également qu’elle « s’est opposée aux interruptions de grossesses des femmes bosniaques qui avaient été violées par des Serbes« .Toujours selon les chercheurs montréalais, la réputation de Mère Teresa serait une vaste opération de relations publiques menée par le Vatican pour revitaliser le catholicisme. Le miracle qui lui a par exemple permis d’être béatifiée serait de l’esbroufe. « Les sœurs religieuses de l’hôpital où était traitée une femme qui avait de graves douleurs à l’abdomen ont payé la patiente et son mari pour qu’ils affirment que Mère Teresa avait guéri ses douleurs« Il ressort que la femme en question a été soignée grâce à des médecins et non pas seulement par l’opération du Saint Esprit.

Mère Teresa savait aussi récolter les dons pour sa fondation. Et parmi les donateurs, l’ancien président des USA Bill Clinton ou feu Lady Diana côtoient des noms nettement moins glorieux. « Elle a notamment reçu des dons de l’ancien dictateur haïtien, Jean-Claude Duvalier. Un homme lui a également offert un jet privé, et plus d’un million de dollars qui avaient été volés à des caisses de retraite de petits épargnants, aux États-Unis. Lorsqu’il a été cité en procès, elle a même écrit une lettre à la cour, pour le défendre« , révèle encore le chercheur.

Avec toutes ces casseroles, Larivée se demande malicieusement comment la religieuse a pu être récompensée par le prix Nobel de la Paix.

Via : Lapresse.ca

Illustration : Túrelio, Wikipedia

Source : http://fluctuat.premiere.fr/Societe/News/Des-chercheurs-s-attaquent-au-mythe-de-Mere-Teresa-3679850

E.U. – McEntee: Il est aussi temps de légaliser la polygamie

Colonne »Consentir les adultes devraient avoir les mêmes droits – que ce soit dans les mariages de même sexe ou au pluriel.

Par peg McEntee

Première publication 25 février 2013 16:47 • Dernière mise à jour le 25 février 2013 23:10

Dans la Constitution de l’Utah, la «tolérance parfaite du sentiment religieux est garantie. »

Mais, après des décennies de condamnation sévère de la pratique de la foi LDS de la polygamie, les fondateurs de l’Etat a écrit que les mariages polygamiques ou multiples sont « à jamais interdite. »

Photos

Il n’a pas complètement fonctionné, et il n’y a aucune raison de croire qu’elle ne le fera jamais. Bien que relativement peu nombreux, les familles polygames vivent non seulement dans des communautés isolées, mais aussi dans la vallée du lac Salé, qui abrite des milliers de membres des Frères Unis apostoliques.

Après avoir lu dimanche Salt Lake Tribune projet sur une nouvelle petite ramification de l’Eglise fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (FLDS), je suis arrivé à penser une fois de plus sur la nature du mariage.Et, comme un fervent partisan de la droite de couples de même sexe de se marier, il me vint que des adultes consentants qui entrent dans le mariage plural devraient avoir les mêmes droits.

Après avoir couvert la polygamie dans l’Utah depuis plus de deux décennies, je suis très conscient de l’abus qui peut et qui a eu lieu dans des enclaves polygames. Vous ne cherchez pas plus loin que Warren Jeffs, le leader despotique qui FLDS déchiré des familles, des hommes bannis et se trouve dans une prison du Texas pour, entre autres crimes, « mariage » une fille de 12 ans.

En particulier lorsque les filles et les femmes sont passés autour comme vaches allaitantes, la polygamie peut être décrit que comme un mal.

Pourtant, une grande partie de l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Indonésie sont à majorité musulmane et les mariages polygames. Il ya des abus, certes, tout comme il ya des mariages entre un homme et une femme.

Mon soutien à charnières mariage gay sur ces facteurs: un âge mûr, couple d’amoureux devraient avoir les mêmes droits et protections que les couples hétéros et d’avoir gouvernements reconnaissent leurs syndicats, et que chaque individu entre dans la relation sans pression financière ou ecclésiastique.

Dans les histoires de dimanche, William E. Jessop – une fois un homme hache Jeffs – est aujourd’hui le leader de quelque 100 partisans Jeffs anciens qui se réunissent pour des services en Hildale, la ville jumelée avec Utah Colorado City, en Arizona Après les services, les hommes et les femmes jouent volley-ball et les garçons jouer au basket dans un gymnase de l’école secondaire.

Le règne Jeffs a d’énormes difficultés pour son troupeau. Maintenant, le contingent Jessop pouvez utiliser l’Internet et complice avec lequel ils le feront. Les filles mineures ne sont pas obligés de se marier, dit Jessop, et il veut que les jeunes hommes et les femmes pour obtenir éducations et des carrières.

Source : http://www.sltrib.com/sltrib/news/55899102-78/marriage-mcentee-polygamous-utah.html.csp

Traduction Google

USA: le yoga à l’école visé par une plainte en Californie

Créé le 21-02-2013 à 21h30 – Mis à jour le 23-02-2013 à 12h30

LOS ANGELES, 21 fév 2013 (AFP) – Dispenser des cours de yoga à l’école « piétine la liberté religieuse des citoyens », estiment des avocats américains qui ont porté plainte contre des établissements scolaires de Californie, dont le programme de yoga relève selon eux d’une intrusion des croyances hindoues.

Le National Center for Law and Policy (NCLP), qui a déposé sa plainte mercredi auprès d’un tribunal de San Diego contre le comté scolaire de Encinitas, lui reproche d’avoir accepté 533.000 dollars de la Fondation Jois, en échange de cours de yoga de 40 minutes donnés deux fois par semaine aux écoliers.

Cette « organisation fondée sur la religion » –qui tire son nom du maître yogi indien Krishna Pattabhi Jois, dont les « fidèles » comprennent notamment Madonna et Sting– disposerait ainsi d’un « accès à des élèves jeunes et influençables pour tester et montrer les qualités de +santé et bien-être+ de son programme », écrit l’association de défense des libertés civiles dans un communiqué.

Cette plainte a été déposée au nom d’un couple de parents d’élèves, Stephen et Jennifer Sedlock, et leurs enfants.

« Peu importe à quel point nos écoles ont besoin d’argent, souligne Dean Broyles, avocat et président du NCLP, la liberté de religion n’est pas à vendre ».

L’avocat argue que les cours prodigués « représentent une violation sérieuse de la confiance publique », citant dans sa plainte la Constitution californienne qui « interdit l’usage des ressources étatiques à des fins religieuses ». Dans une mini-biographie publiée sur le site du NCLP, M. Broyles se définit comme chrétien.

Le yoga, particulièrement diffusé en Californie, n’est pas obligatoire pour les élèves des cinq écoles concernées, qui peuvent en être dispensés.

Mais selon l’avocat, cette solution « a hélas conduit au harcèlement, aux discriminations, au bizutage et à la marginalisation des enfants qui, pour de bonne raisons, ont refusé le programme ».

Le NCLP ne recherche pas des dommages financiers mais la fermeture du programme, qu’il exige depuis plusieurs mois, précise-t-il.

Ce programme –dépouillé de connotations religieuses et adapté aux enfants, selon le comté scolaire– fait par ailleurs l’objet d’une étude universitaire qui doit déterminer si le yoga à l’école permet de réduire la violence, le bizutage et l’absentéisme, rapporte le Los Angeles Times.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20130221.AFP4455/usa-le-yoga-a-l-ecole-vise-par-une-plainte-en-californie.html

L’incroyable saga de Marcial Maciel, le padre qui bernait les Papes

LES LÉGIONNAIRES DU CHRIST

JEAN MERCIER

CRÉÉ LE 13/05/2010

Marcial Maciel avait pour règle d'or de s'attirer l'amitié des papes. Ici avec Jean Paul II. / Photo : AFP/NOTIMEX/FOTO/CORTESÍA/COR/REL
Marcial Maciel avait pour règle d’or de s’attirer l’amitié des papes. Ici avec Jean Paul II. / Photo : AFP/NOTIMEX/FOTO/CORTESÍA/COR/REL

Accusé d’abus sexuels, le fondateur des Légionnaires du Christ est parvenu durant 60 ans à garder les faveurs du Vatican. Jusqu’à ce que l’actuel pape s’en mêle.

Avril 2005. Alors que la planète pleure Jean Paul II, un jeune monsignore d’origine maltaise, Charles Scicluna, enquête au Mexique sur la toute-puissante Légion du Christ. Fondée en 1941 par le père Marcial Maciel, elle est la principale source de vocations sacerdotales. Scicluna, responsable de l’instruction des crimes sexuels au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi, est mandaté par son patron, le cardinal Ratzinger. Il va récolter des informations accablantes.

Les hommes auditionnés par le prélat 
racontent la même scène infernale, qui a massacré leur enfance et leur adolescence dans les années 1940 et 1950. Prétextant être malade, Maciel s’alitait et faisait appeler un petit séminariste dans sa chambre. Il le forçait à le masturber pour, disait-il, apaiser ses douleurs. Puis il prenait son plaisir sur ses victimes. Le prêtre leur faisait jurer de garder le silence, assurant qu’il avait pour cela une permission spéciale du pape. Et allait jusqu’à donner l’absolution aux garçons qui se sentaient coupables. On apprendra en 2009 que Maciel, par ailleurs toxicomane, avait eu trois enfants de deux femmes différentes. Il y a quelques jours, le 1er mai, le Vatican déclarait que l’homme était un imposteur : « Les comportements très graves et immoraux du père Maciel, confirmés par des témoignages irréfutables, se présentent parfois comme de vrais délits et démontrent une vie sans scrupule ni authentique sentiment religieux. » La Légion, infectée jusqu’à l’os, doit être totalement refondée.

Pourquoi a-t-il fallu tant d’années pour que l’effroyable vérité soit assumée ? Tout commence en 1997, lorsque huit anciens séminaristes se décident à crier leur souffrance dans le Hartford Courant, un quotidien américain. Ils le font après avoir alerté l’Église dans les années 1970, et constaté son silence. En 1998, ils portent le dossier sur le bureau du cardinal Ratzinger, à la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Pendant six ans, le cardinal Ratzinger ronge son frein. Il aurait reçu de ses supérieurs des consignes pour ne pas mettre son nez dans les affaires de la Légion. Angelo Sodano, « Premier ministre » de Jean Paul II, était l’un des « parrains » de Maciel, comme nous le révélions dans notre enquête, en juin 2004. Des légionnaires nous avaient rapporté que le secrétaire d’État avait pistonné la Légion pour lui permettre d’obtenir les autorisations de construire son immense complexe universitaire à Rome.

Transgressant la loi du silence, le futur Benoît XVI ouvre l’enquête en décembre 2004. Sans doute Ratzinger s’est-il scandalisé du faste avec lequel le Saint-Siège a célébré les 60 ans de sacerdoce de Maciel, le 30 novembre 2004, en présence de Jean Paul II… Pour la Légion, c’est le choc. Un mois plus tard, fin janvier 2005, son chapitre général annonce la retraite de Marcial Maciel, officiellement pour raison d’âge, car il a 85 ans. Trois mois après, Jean Paul II est mourant. Lors du chemin de croix du vendredi saint au Colisée, Ratzinger dénonce les « souillures » du clergé. Maciel est dans le collimateur. Le 15 avril 2005, trois jours avant le conclave, alors que Scicluna enquête au Mexique et que commence à circuler le nom de Ratzinger comme pape, La Vierencontre le nouveau patron de la Légion, Alvaro Corcuera. Lequel, interrogé sur le pronostic, apparaît angoissé en dépit d’un sourire de façade.

Pas de chance pour Maciel : c’est Ratzinger qui est élu pape ! L’élucidation de la vérité devient inéluctable. Mais rencontre des résistances. Un mois après l’élection de Benoît XVI, en mai 2005, la salle de presse du Vatican annonce qu’aucun procès canonique ne sera engagé. La Légion respire… On a donc voulu torpiller l’enquête de Scicluna et de Benoît XVI. Mais ceux-ci ne se laissent pas intimider. En mai 2006, la Congrégation pour la doctrine de la foi condamne officiellement Maciel « à une vie réservée de prière et de pénitence, en renonçant à tout ministère public ». Enfin, la vérité éclate, car le Vatican précise à mots ­couverts qu’il s’agit d’abus sexuels, donnant raison aux accusations parues en 1997 dans la presse.

Remontons 62 ans en arrière. À l’époque où l’Église a raté l’occasion d’agir. En 1948, des mises en cause visent déjà Maciel et conduisent Rome à annuler l’autorisation canonique de la Légion. Mais l’homme parvient à renverser les événements à son avantage. Les accusations reprennent. En 1956, le préfet de la Congrégation des religieux, le cardinal Valerio Valeri prend au sérieux de nouvelles plaintes gravissimes d’abus sexuels sur des mineurs, en provenance du Mexique. Sentant la menace, le 15 septembre 1956, Maciel édicte le fameux « vœu de charité » auxquels doivent s’engager illico tous les légionnaires, et qui leur interdit de dire du mal d’un supérieur, sous quelque prétexte que ce soit. Six jours plus tard, le cardinal Valeri suspend Maciel de ses fonctions. Deux limiers en viennent à la conclusion que le fondateur doit être démis. Mais l’enquête est interrompue par la mort de Pie XII, en 1958. Profitant de la vacance du siège apostolique, le cardinal vicaire de Rome, Clemente Micara, un ami de Maciel, rétablit celui-ci dans sa charge.

Cet épisode funeste sera déterminant. Officiellement, Rome a tranché en faveur de l’innocence de Maciel. Pendant les 40 années qui suivront, dès que des accusations feront surface, on considérera qu’il s’agit de calomnies. À chaque fois, la Légion montera au créneau pour défendre Maciel, un saint vivant, selon elle. Même après la mise en pénitence de son fondateur par Benoît XVI, en 2006, pour abus sexuels. À la mort de Maciel, elle déclare que « le cher père fondateur est parti pour la patrie céleste ».

À son décès, le 30 janvier 2008, la découverte de la vérité s’accélère. Surprise, celui que l’on croyait « seulement » pédophile avait plusieurs autres vies, menées sous des pseudonymes. Fin 2008, la Légion du Christ communique en interne sur ce qui sera révélé en janvier 2009 par la presse, à savoir : l’existence d’une femme et d’une fille. En août 2009, on apprend que le prêtre avait deux autres enfants avec une autre femme. En décembre 2009, la Légion reconnaît qu’un des ouvrages de référence de Maciel, le Psautier de mes jours, est le plagiat d’un livre écrit en 1941 par un poète espagnol, Luis Lucia Lucia, paru sous le titre Psautier de mes heures. Pour couronner le tout, en mars dernier, deux de ses fils affirmeront avoir été violés par leur père.

Dans un texte publié le 25 mars dernier, la Légion fait son mea culpa. « Nous exprimons notre douleur et nos regrets à toutes les personnes qui ont souffert du fait des actions de notre fondateur. (…) Nous voulons demander pardon à toutes les personnes qui l’ont accusé dans le passé, que nous n’avons pas crues et que nous n’avons pas su écouter, car à cette époque nous ne pouvions pas imaginer de tels comportements. »

Devant le désastre, le pape a décidé
, l’an dernier, de mener une enquête complète. Confiée à cinq évêques, elle a rendu ses conclusions le 30 avril. Rome reconnaît une omerta savamment orchestrée. « La plus grande partie des légionnaires était maintenue dans l’ignorance de cette vie, en particulier grâce au système de relations construit par le père Maciel, qui avait su habilement se créer des alibis, gagner la confiance, la confidentialité et le silence de ses proches et renforcer son propre rôle de fondateur charismatique. En écartant toutes les personnes qui doutaient de son bon comportement (…), on a créé autour de lui un mécanisme de défense qui l’a rendu inattaquable. »

La complicité de l’entourage est donc clairement évoquée. Le 1er mai dernier, le Vatican a ainsi décidé de placer sous tutelle la Congrégation en nommant un « délégué » et en annonçant un « visiteur » pour les 1 050 consacrés du mouvement Regnum Christi. Sur le fond, Rome exige que la Congrégation redéfinisse son « charisme » et qu’elle prenne ses distances « avec une logique de l’efficacité à n’importe quel prix », allusion évidente à l’opportunisme de certaines méthodes de levée de fonds ou de recrutement.

Rome souligne désormais  »la nécessité de réviser l’exercice de l’autorité », ceci « pour respecter la conscience ». Une référence aux abus de pouvoir sur la vie intérieure des personnes et à l’hyper­contrôle (lire les récits des témoins dont les noms ont été changés). Les légionnaires accepteraient encore que tout leur courrier soit lu, y compris leurs courriels, reçus ou envoyés.

Certains observateurs préconisent un changement radical, comme George Weigel, le journaliste américain spécialiste de Jean Paul II, jadis mystifié par la Légion, qui suggère de la dissoudre et demande de communiquer à tous les membres la liste des crimes de Maciel afin de purifier la mémoire. « La Légion ne pourra jamais se référer à l’intuition originale de son fondateur » reconnaît le père Thomas Brenti. « Je continue à l’appeler Nuestro Padre. Si j’apprenais que mon papa avait fait des choses terribles, je continuerais à l’appeler papa. Il a été notre père spirituel, et c’est pour cela que je l’appelle encore Nuestro Padre, même si c’est un père spirituel indigne. »

L’incroyable imposture de Maciel a infecté le sommet de l’Église. Quatre papes, de Pie XII à Jean Paul II se sont laissé berner. Wojtyla et Maciel, nés la même année, ont des points communs. Ils sont issus de l’Église des catacombes. Maciel grandit dans un Mexique où la foi était hors la loi. Jean Paul II apprécia sans doute son côté « résistant » qui conforta le pape dans son rêve d’une reconquête spirituelle. D’ailleurs, Maciel le « coacha » lors de son premier voyage, début 1979, au Mexique. La Légion était vue comme une réponse à l’émergence des sectes pentecôtistes et un rempart face à la théologie de la libération. Les légionnaires étaient beaux, joyeux, disciplinés. Pieux et missionnaires. Exactement ce dont rêvait Jean Paul II.

Quatre papes n’ont rien trouvé à redire sur deux règles perverses, qu’on ne rencontre dans aucun autre ordre religieux, et que Benoît XVI a abolies en 2006. La première instaurait la confusion entre la direction spirituelle et la hiérarchie. Les légionnaires devaient se confesser à leur supérieur, au mépris d’une règle multiséculaire de l’Église. La seconde était le « vœu de charité », qui interdisait de dire du mal d’un collègue ou d’un supérieur. Elle a permis que Maciel s’entoure d’un manteau de silence.

Pire, l’enquête de Jason Berry – le journaliste qui a dévoilé les crimes de Maciel dès 1997 – a révélé un système de corruption à grande échelle. À Rome, la Légion aurait obtenu des faveurs, soit contre des enveloppes de billets glissées aux responsables de la Curie, soit contre des avantages en nature. En 1991, Angelo Sodano aurait vu la fête de sa nomination comme cardinal organisée par la Légion. Le secrétaire particulier de Jean Paul II, Stanislas Dziwisz, aurait eu droit à la même faveur quand il a été élevé à l’épiscopat en 1998. En revanche, en 1997, Ratzinger aurait, d’un sourire glacial, repoussé l’enveloppe qu’on lui tendait après une conférence.

La Légion s’est rendue indispensable à l’Église. Elle a créé l’agence Zenit, organe de référence pour certains internautes catholiques. En 1991, elle a construit à Rome le séminaire Maria Mater Ecclesiae qui forme gratuitement des jeunes venus de pays pauvres. Elle s’est fait déléguer l’organisation logistique de la rencontre qui réunit chaque année à Rome les nouveaux promus à l’épiscopat. Pleine de sollicitude, la Légion n’a pas son pareil pour mettre un sherpa légionnaire à la disposition d’un évêque étranger quand il arrive dans la Ville éternelle… Un lobbying très professionnel.

L’affaire jette un trouble sur le pontificat de Jean Paul II. Ce n’est pas un hasard si le Vatican a décidé de ralentir la course à la béatification. Derrière cette précipitation se trouvait l’archevêque de Cracovie, Stanislas Dziwisz. On constate aussi que le doyen du collège cardinalice (celui qui préside le conclave en cas de vacance du pouvoir) n’est autre qu’Angelo Sodano, ex-zélateur de Maciel. On comprend mieux ainsi l’affirmation du père Thomas Brenti : « Il nous faudra peut-être 25 ans pour nous en remettre. »

Source : http://www.lavie.fr/hebdo/2010/3376/l-incroyable-saga-de-marcial-maciel-le-padre-qui-bernait-les-papes-11-05-2010-6304_127.php

Témoignage

LES LÉGIONNAIRES DU CHRIST

Bernard, ancien séminariste légionnaire : « La Légion a piégé des gens avides de sainteté »

CRÉÉ LE 13/05/2010

« Tout reposait sur la séduction spirituelle. L’une des techniques passait par les courriers que nous devions envoyer chaque mois à Maciel, quand nous étions au noviciat, pour lui ouvrir notre cœur. Plus tard, on recevait une longue lettre sur du beau papier, signée de Maciel. On nous encourageait à la lire devant le Saint-Sacrement. J’ai été flatté de recevoir plusieurs lettres me répondant sur les points que j’avais abordés. C’était très valorisant de savoir que le fondateur prenait la peine de m’écrire aussi personnellement. Par la suite, j’ai su qu’une batterie de scribes écrivaient à sa place. Le problème est que j’ai confié des choses très intimes, qui étaient lues par un inconnu. 


J’avais cru à la supercherie, car on nous expliquait que Maciel était un véritable saint, qu’il se sacrifiait de façon démentielle, ne dormant pas plus de trois heures par nuit.
La Légion a piégé des gens avides de sainteté. On nous martelait que la vocation légionnaire était une affaire de générosité, de sacrifice. Chaque doute que nous ressentions par rapport à la Légion ou notre vocation était un manque de générosité. La vocation était une affaire de volonté, de persévérance. On se sentait coupable si on était mal dans sa peau. Refuser de se sacrifier, c’était se condamner au malheur, comme si Dieu ne nous laissait pas d’autre choix que de devenir prêtre dans la Légion.
Sur le plan de la chasteté, nous étions dans un univers culpabilisant à l’extrême, impliquant le refoulement de toute expression de tendresse. On nous demandait de vivre un refoulement affectif et, en même temps, d’être dans l’hyperséduction. On draguait les riches pour récupérer leurs sous, les familles pour avoir leurs gamins, les évêques pour obtenir leur soutien. On était pris dans une sorte de torsion. Heureusement, j’ai appris depuis que la chasteté n’est pas tant la maîtrise des pulsions que la justesse des rapports entre les gens. Si on est possessif, on n’est pas chaste. À la Légion, le supérieur est investi de tant de pouvoir qu’il ne peut pas être chaste. Il fallait, par exemple, que je me confesse à mon supérieur hiérarchique qui savait tout de mon intimité devant Dieu. J’ai « calé » lorsqu’au bout de plusieurs années, je me suis retrouvé en situation de recruter.

Chaque mois, on devait remplir un fichier Excel avec tous nos objectifs et nos contacts. J’ai réalisé que je n’étais pas là pour devenir sergent recruteur. Le système était d’autant plus pervers que nous étions portés à croire que notre succès de recruteur était lié à la qualité de notre prière, de notre sainteté. Heureusement, j’avais fait une expérience spirituelle du Christ extrêmement forte avant de connaître la Légion, ce qui m’a protégé et m’a empêché de faire la confusion entre mon amour pour Jésus et mon « efficacité » apostolique. Néanmoins, quand je suis sorti, j’en avais mal au ventre. Je me disais que je faisais peut-être l’erreur
de ma vie, qui me vaudrait peut-être un jour l’enfer. »

Source : http://www.lavie.fr/hebdo/2010/3376/bernard-ancien-seminariste-legionnaire-la-legion-a-piege-des-gens-avides-de-saintete-11-05-2010-6297_127.php

Source : http://philippehua.com/2013/02/26/lincroyable-saga-de-marcial-maciel-le-padre-qui-bernait-les-papes/

E.U. – Le fils poursuivi par le pasteur Calvary demande « qui est Jesus Sue » ?

 


ReligionNewsBlog.com • Jeudi Février 21, 2013


Ignorant ce que la Bible enseigne aux chrétiens concernant le dépôt de poursuites contre d’autres croyants, Calvary Chapel pasteur Bob Grenier et sa femme, Gayle, dernière Octobre poursuivi leur fils aliéné , Alex Grenier, l’accusant de diffamation et le cyber-harcèlement.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=fiUrr5TjiIo?rel=0]

Alex Grenier gère le siteCalvaryChapelAbuse.com , sur lequel il a posté des messages accusant son père d’avoir commis des sévices infligés aux enfants un crime contre lui et ses trois frères tout en faisant semblant d’être un prédicateur vertical et aumônier de police.

En Juillet 2010, Le Fresno Bee rapporté que deux des trois fils, Paul et Alex Grenier, a déposé des plaintes pénales plus tôt cette année, alléguant leur père physiquement abusé d’elles que les garçons – sauvagement et systématiquement les battre.

À l’époque, les deux fils ont déclaré que leur père, pasteur Bob Grenier de Calvary Chapel Visalia – aumônier bénévole au département de police de Visalia – «a de l’influence à tel point que la police ne sera pas enquêter correctement – et même pas leur donner copie de leur propre plainte.  »

Le journal explique, « Le Grenier des connexions aîné à l’application des lois sont profondément ancrées dans Visalia. L’introduction de son livre auto-édité « Un Miracle commune», raconte son histoire de vie, comprend l’éloge de l’ancien chef de la police Visalia Carden Bob, shérif Bill Wittman et du procureur Phil Cline. Et le personnel au Calvaire Eglise comprend un shérif lieutenant retraité.  »

Dans leur poursuite en diffamation le pasteur et sa femme se référer à des offres site d’Alex comme une «campagne de haine en ligne. » Mais Alex dit que son écriture ne répondent pas à la définition juridique de la diffamation parce que « Le truc que je alléguant est vrai. »

Samedi dernier, Le Fresno Bee a écrit que Paul Grenier, dans les documents judiciaires déposés à l’appui de son frère Alex, confirme que son père lui sexuellement molesté comme un enfant.

Bob Grenier nie les allégations de mauvais traitements, et un troisième fils, Robert, a résisté par ses parents – en disant dans un communiqué soutenant leur action en justice qu’il n’a jamais été témoin de la violence sexuelle présumée ou entendu parler.

Hier, Alex Grenier a lancé un appel à l’action sur son site internet, demandant aux gens de l’aider à faire prendre conscience de la poursuite de son père contre lui .

Un certain nombre de blogueurs ont pris son appel – entre autres en utilisant le hash tag Twitter # WhoWouldJesusSue .

L’un de ces blogueurs Julie Anne Smith, dont l’ex-pasteur a déposé une plainte en diffamation contre elle pour avoir critiqué son ancienne église. Cette poursuite a été rejetée .

Sur son site web Calvary Chapel abus Alex Grenier aujourd’hui posté un communiqué de presse indiquant que la décision sur la poursuite de son père contre lui est dû le Février 25.

Source : http://www.religionnewsblog.com/27058/bob-grenier-defamation-suit

Traduction Google

Royaume-Unis – Un prédicateur de haine musulman encourage la fraude

Musulmane haine prédicateur Anjem Choudary a été secrètement filmé encourager ses disciples à frauder le gouvernement britannique en quête d’avantages de l’État afin de financer la «guerre sainte».

Il a dit que certains chiffres musulmans vénérés islamiques n’avaient jamais travaillé un ou deux jours par an, et que «la situation normale est pour vous de prendre l’argent de la kuffar » (non-croyants).

L’extrémiste musulman se réfère à l’argent ainsi obtenu comme « Allocation Seeker Jihad .  »

Le fauteur de haine aussi proclamé que l’islam est la prise en charge en Europe.

«Maintenant, nous prenons plus de Birmingham et la peupler , « at-il dit.

« Bruxelles est de 30 pour cent, 40 pour cent de musulmans et d’Amsterdam. Bradford est de 17 pour cent de musulmans.

«Ces gens sont comme un tsunami va à travers l’Europe . Et ici nous sommes tout simplement se détendre, reprendre frère Bradford. La réalité est en mutation.  »

Choudary, qui n’a qu’une poignée de partisans, a également dit à son auditoire que David Cameron, Barack Obama et les dirigeants du Pakistan et l’Egypte doivent être tués.

Source : http://www.religionnewsblog.com/27060/woman-pleads-guilty-in-cult-killings

Traduction Google

E.U. – Un leader de secte condamné en appel à la Cour suprême américaine

Culte du chef Tony Alamo a lancé un appel à la Cour suprême américaine dans l’espoir qu’il sera annuler une décision dans un procès civil contre lui.

Deux anciens membres de Tony Alamo Christian Ministries ont reçu 33 millions de dollars chacun, après ils ont poursuivi Alamo pour leur ordonnant d’être battu .

Les avocats des hommes cherchent maintenant à la saisie de six propriétés d’Alamo à Fort Smith, Arkansas, afin de satisfaire au jugement.

«Si le tribunal ordonne que ces biens soient vendus, il aura pour effet de tuer les opérations d’Alamo à Fort Smith, qui a servi comme l’un des centres névralgiques du groupe depuis des décennies « , explique l’avocat David Carter .

Dans ce que les juristes appellent «L’escroquerie», ces propriétés sont actuellement détenus dans les noms des disciples fidèles Alamo.

Alamo pris ces propriétés de son nom après avoir été reconnu coupable d’évasion fiscale , mais les avocats disent qu’il est clair Alamo est le propriétaire.

Le chef de la secte purge une peine de 175 ans après avoir été condamné en 2009 d’amener les jeunes filles à travers des frontières d’état pour le sexe.

Source : http://www.religionnewsblog.com/27060/woman-pleads-guilty-in-cult-killings

Traduction Google

E.U. – Des ossements humains trouvés dans un autel acheté sur eBay

Le bureau du coroner de Los Angeles affirme que certains os et un crâne retrouvé dimanche au sommet d’un autel dans une arrière-cour Pasadena sont des êtres humains .

Un homme dit à une filiale locale NBC que sa sœur avait acheté les os sur eBay, et les ont utilisés pour des raisons religieuses .

Il a dit à la femme pratique le Palo Mayombe .

Palo Mayombe est connu comme le «côté obscur» de la Santeria .

Mais R. Andrew Chesnut, PhD, professeur d’études religieuses à l’Université Virginia Commonwealth, raconte NBC, « Ce qui a attiré mon attention, c’est que l’autel cour était évidemment d’abord un autel à Santa Muerte , le Saint de la mort … dont le culte a été prolifération à la fois aux États-Unis et le Mexique au cours de la dernière décennie.  »

Source : http://www.religionnewsblog.com/27060/woman-pleads-guilty-in-cult-killings

Traduction Google

E.U. – Des documents révèlent la tromperie sur la Légion du Christ

Documents nouvellement rendus publics dans un spectacle Rhode Island que le procès scandale goudronnée Légion du Christblindé informations sur la vie sexuelle de leur fondateur d’une riche veuve qui a donné 30 millions de dollars sur deux décennies, leNational Catholic Reporter, dit .

Un juge vendredi dernier révoqué une ordonnance de protection , libérant des milliers de pages de témoignages, de documents financiers et religieux – qui fournissent une vue rare dans la culture façonnée par son Légion d’origine mexicaine fondateur, le Père.Marcial Maciel Degollado, NCR dit dans l’un de série d’articles sur le groupe.

Source : http://www.religionnewsblog.com/27060/woman-pleads-guilty-in-cult-killings

Traduction Google