Canada : La SQ perquisitionne chez les membres de la secte Lev Tahor en Ontario

RCQC  |  Publication: 29/01/2014 08:53 EST  |  Mis à jour: 29/01/2014 23:16 EST

 
Lev Tahor

Des policiers de la Sûreté du Québec ont exécuté un mandat de perquisition dans les maisons de deux membres de la secte juive Lev Tahor à Chatham, dans le sud de l’Ontario.

La police a affirmé que l’opération était en lien avec une enquête criminelle, mais les officiers sur place ont refusé de préciser la nature des allégations et qui était visé par l’enquête.

Après avoir demandé aux occupants des maisons de sortir, les autorités ont procédé à une recherche des lieux. Ils y cherchaient entre autres des ordinateurs en lien avec une enquête criminelle en cours.

Cette opération survient quelques jours seulement avant qu’un juge ontarien ne décide si 14 enfants du groupe religieux doivent être placés dans des familles d’accueil au Québec, conformément à une ordonnance de la Chambre de la jeunesse du Québec.

Les autorités québécoises craignent que la secte organise des mariages forcés entre des jeunes filles et des hommes d’âge mûr.

Selon des témoignages entendus en cour, les enfants auraient pu se retrouver face à des situations mettant leur bien-être physique et psychologique en danger.(…)

Suite de l’article

Fonctionnement des groupes sectaires (2) : Vous avez toujours tord

Les membres sont informés qu’ils ne doivent pas faire confiance à leurs propres esprits ou leur propre jugement : tout esprit critique est mis à l’écart et sévèrement réprimandé.

Le leader peut expliquer les choses par les raisons suivantes :

 La pensée a été corrompue par le péché.

 Le jugement, l’esprit ou la pensée n’est pas bonne.

 On dispose d’un esprit « criminel ».

 L’esprit est faussé par une toxicomanie

 La personne a besoin d’une complète reprogrammation.

 La pensée est contrôlée par des dépendances, des désirs sexuels ou par Satan

 La pratique du chant, de la méditation ou du yoga est trop récente pour avoir les idées claires.

 La désintoxication de la drogue ou de l’alcool est trop récente pour avoir les idées claires.

– Les membres apprennent à ne pas faire confiance à leurs propres motivations:

 Les motivations ne sont pas bonnes, tout ce qu’ils font pour vous est juste.

 Vous êtes égoïste et vaniteux. Vous devez toujours avancer en suivant la voie du groupe.

 Votre recherche spirituelle est une recherche égoïste.

 Vous êtes paresseux, vous ne travaillez pas assez votre spiritualité

 Vous essayez toujours de faire les choses les plus faciles,

Les membres sont dispensés de ressentir leurs propres sentiments.

Steven Hassan exfiltreur Américain a écrit

« Le contrôle de l’esprit dépend de la création d’une nouvelle identité au sein de l’individu, la doctrine du culte exige toujours qu’une personne soit méfiante vis-à-vis d’elle-même. »

Combattre Cult Mind Control , Steven Hassan, 1988, page 79.

En Scientologie, si vous dites que vous êtes en colère contre quelqu’un d’autre, un scientologue vous demandera: «Qu’avez-vous fait ? ». L’hypothèse est que vous ne pouvez pas être en colère contre quelqu’un d’autre sans avoir commis une «violation de l’éthique », parce que la colère est « down-scale » – la touche « échelle des tons émotionnels ». Donc, si vous êtes en colère parce que quelqu’un vous a fait du tort, vous devez comprendre ce que vous avez fait de mal.

Le professeur de sociologie Dr Lewis Yablonksky (expliquant le contrôle de l’esprit par la secte Synanon) l’explique comme ceci:

« Le développement qui a lieu est mieux décrit comme un «processus de resocialisation». L’individu a eu, en quelque sorte, un « lavage de cerveau » afin d’abandonner ses vieilles habitudes déviantes. «

The tunnel Back, Synanon , Lewis Yablonsky, page 261.

D’après ORANGE,  traduction et modification par Christophe Jaming – Derive sectaire

Pau : l’ostéopathe est-il un charlatan lubrique ou un habile rebouteux ?

Par B.R.

Publié le 17/01/2014 à 06h00
Mise à jour : 17/01/2014 à 09h16

Cinq heures de débats, hier en correctionnelle, autour de pratiques qui posent question.
Cinq heures de débats, hier en correctionnelle, autour de pratiques qui posent question. (ARCHIVES PP)

Didier N., 60 ans, est-il un « monstre lubrique » et un « charlatan », ou bien un professionnel soucieux du bien d’autrui ? Ce sera au tribunal correctionnel de trancher, après les cinq heures de débats – truffés d’un peu de « charabia » – qui se sont déroulées hier après-midi : il rendra sa décision le 3 mars.

Tout débute en août 2010, quand une jeune femme dépose une plainte au commissariat : elle dénonce alors les pratiques de celui qui venait de la masser avec des « gestes déplacés », allant jusqu’à lui mettre un ou des doigts dans l’anus. Les enquêteurs identifieront trois autres victimes, des jeunes femmes âgées d’une trentaine ou d’une quarantaine d’années, qui ont subi des « actes similaires ».

Les policiers s’intéresseront aussi aux annonces que Didier N. déposait alors sur le site Vivastreet. On le découvre tout à tour sexologue, magnétiseur, rebouteux, psychothérapeute, spécialiste en relaxation ou en soins hors cadre réglementé… et même photographe. Il met aussi en avant son expérience d’ostéopathe. Il recevait alors chez lui des « patients » qui souffraient (du dos, des jambes lourdes, etc.) mais aussi des « modèles », qu’il recrutait pour tester une méthode originale de « drainage, de modelage corporel et d’action sur les points d’acupuncture » : il souhaitait faire breveter celle-ci pour ensuite l’enseigner aux cabinets d’esthéticiennes…(…)

Suite de l’article

Les signes qui trahissent un charlatan du coaching

Source : Management
17/01/2014 à 18:52 / Mis à jour le 17/01/2014 à 18:52

© REA
Déceler les imposteurs parmi les spécialistes en développement personnel, c’est possible. Voici les éléments qui doivent vous mettre la puce à l’oreille.

> L’appellation de «thérapeute».  Un coach n’est pas un thérapeute. Méfiez-vous de ceux qui prétendent utiliser des techniques thérapeutiques dans le cadre du coaching.

> Un bel emballage marketing. Certains praticiens se réclament de méthodes affublées du ® («registered») ou du © («copyright»). Il ne s’agit nullement d’une caution scientifique.

> Un diplôme reconnu. L’Etat ne reconnaît aucun diplôme de développement personnel. Seules existent des «certifications» délivrées par des organismes privés.

> Le succès garanti.  «Un praticien qui rencontre 100% de succès est soit un menteur, soit un débutant», indique le coach Pierre Blanc-Sahnoun.

> Un langage ésotérique. Si le coach utilise un jargon pseudo-scientifique étrange ou s’il vous parle d’«ondes cosmi­ques», de «cycles lunaires» ou de «dimension vibratoire», fuyez.

Source : Capital

Pour plus de détail : http://derive-sectaire.fr/?p=1796

Congo-Brazzaville : L’école internationale de la Rose-Croix d’or a abrité une conférence sur le thème « Spiritualité et sexualité »

PAR SéVERIN IBARA, 20 JANVIER 2014

La session a eu lieu samedi 18 janvier à la direction de la ville de cette structure, située dans le sixième arrondissement Ngoyo, en présence des membres de cet établissement religieux et de plusieurs invités

En effet selon les animateurs de cette conférence : « L’abus de la sexualité, la pratique de l’homosexualité rendent insensible l’impulsion divine de l’homme par ce que, en se comportant de cette façon, les organes sexuels de ce dernier ne pourront plus être réceptifs à la force divine en rendant spirituellement l’homme comme un être perdant. Pour un chercheur de la vérité il est souhaitable de faire bon usage de sa sexualité s’il prétend suivre avec efficacité le chemin spirituel. »

Répondant aux questions du public, les orateurs ont indiqué que l’école de la Rose-Croix d’or avait un champ greffé à celui du christ, ayant pour rôle de ramener, à l’aide d’un enseignement ésotérique et universel, l’homme sur le droit chemin. « L’homme qui était créé à la ressemblance de Dieu constitue tout un système appelé microcosme et doit, grâce à un enseignement ésotérique et universel, repartir vers la maison du père créateur. Tout le monde parle de Dieu mais personne ne sait comment s’orienter pour accéder à la connaissance originelle afin d’aider l’homme à retrouver le chemin perdu par ce dernier depuis sa chute », ont-il déclaré.

Aussi, pour une meilleure connaissance de l’enseignement prôné par cette école, les orateurs ont invité les participants au séminaire à participer prochainement aux différentes séances de culte, organisées chaque samedi au sein de ladite école.

Cette conférence était animée par trois membres de la direction de l’école de la ville océane, à savoir Samba Eudes Didi, Poaty Panghoud Valère et Nzimba Feldman.

Source : all africa

Grenoble : après 25 ans de prison, il devient magnétiseur

Ses mains brassent l’air du salon de son petit appartement. Sous le regard d’un Padre Pio miséricordieux accroché au mur et d’une dizaine de Bouddha noyés d’encens, ses doigts cerclés d’or et de jade accompagnent les mots de François Mendez qui résume sa vie. Une existence faite de délinquance, de pas mal de sang et de beaucoup de prison. « 25 ans pleins », précise l’homme de 50 ans. « Et autant de psychanalyse », avait-il pris l’habitude de dire, les paluches posées sur les barres de salles d’audience.

Acquitté d’un double assassinat, condamné pour braquages et tentative d’assassinat, victime de plusieurs tentatives d’homicide, François Mendez, même s’il refuse le terme de “truand”, lui préférant le qualificatif de « marginal idéaliste » (sic), a vu passer sous ses yeux et dans ses pognes trois décennies de banditisme grenoblois. Avant, affirme celui qui se considère comme « un rescapé », de ranger définitivement le 11.43 qu’il portait toujours à la ceinture. Et de décider, à l’aube de la cinquantaine et rattrapé par un don teinté d’ésotérisme, de devenir magnétiseur…

Tatouages et cicatrices comme stigmates d’une époque « démoniaque »

Le gamin qu’il était et qu’il qualifie de « chétif, poltron, complexé et timide » a grandi dans le quartier de l’Abbaye à Grenoble. Entre « les coups de [son] père et les « moqueries de [ses] camarades ». « En réaction, je suis devenu ultra-violent. Je me battais contre tout ce qui représentait l’autorité », explique le quinquagénaire après trente piges de réflexion dont une grande partie dans le frais d’une cellule. « J’avais une serpette et j’aimais le sang », ajoute-t-il. « Mes ennemis, c’était la justice et la police contre lesquels j’avais une haine féroce ». « Et puis on est monté au braquo… » “On”, c’est François Mendez, Pierre Aru, Michel Marrone « et d’autres qui ont, depuis, choisi une autre vie ». Des trois premiers, Mendez est le seul à avoir vu le XXIe siècle, ses deux amis étant prématurément tombés sous les balles Deux décennies durant, quand il n’est pas en prison, François Mendez se traîne une réputation de bandit dangereux et violent mais également d’homme d’honneur qui préfère alors « mourir comme un homme que vivre comme un enculé ».(…)

Suite de l’article

Huit prêtres belges renvoyés pour pédophilie

Source : faitreligieux

La Scientologie inonde Saint-Denis de ses livrets

L’organisation sectaire mène une campagne «contre l’insécurité». Elle distribue des fascicules dans les rues. Ce qui n’est pas du goût de la ville.

Jean-Gabriel Bontinck | Publié le 28 janv. 2014, 07h00


Saint-Denis, samedi. Régulièrement, des scientologues installent leur petite table au bout de la rue de la République. La brochure qu’ils distribuent aux passants  est signée Ron Hubbard, le fondateur de la secte.
Saint-Denis, samedi. Régulièrement, des scientologues installent leur petite table au bout de la rue de la République. La brochure qu’ils distribuent aux passants est signée Ron Hubbard, le fondateur de la secte. (DR.)
Des jeunes souriants dessinés sur des oriflammes, une table avec un slogan un peu niais « Plus cool la vie! » et des centaines de livrets distribués dans la rue : c’est la curieuse recette de l’association le Chemin du bonheur « pour mettre un terme à la…(…)

E.U. : Le procès repose sur le contrôle des églises polygame FLDS

Procès repose sur le contrôle de polygame Eglise FLDS

Par Jim Dalrymple II

| Le Salt Lake Tribune

Première publication le 28 janvier 2014 01h01 • Mis à jour le 28 janvier 2014 07:24

Le tout se résume à ceci: Une paire villes polygames sur la frontière entre l’Utah et l’Arizona contrôlés par l’Église EFSDJ?

C’est la question centrale dans un procès de commencer cette semaine à Phoenix. Le procès est l’aboutissement d’un procès intenté par Ronald et Jinjer Cooke, qui vivent dans la plupart polygame Colorado City, en Arizona, mais qui se sont pas membres de l’Église fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Le Cookes déposé leur procès en 2010 et croient que leurs droits civils ont été violés.

 En un mot, le procès est sur un branchement d’eau résidentiel. Le Cookes déplacé à la communauté en 2007 et en 2008 a demandé à la ville de tourner sur les services publics, y compris l’eau, l’électricité et des eaux usées. En 2010, la ville a finalement manqué d’électricité à la maison, mais a refusé de connecter l’eau. Selon des documents judiciaires, les Cookes croient que la ville a refusé – et donc une violation de leurs droits civils – parce qu’ils ne sont pas membres de l’Église EFSDJ.

documents judiciaires déposés par les avocats de la Cookes affirment que la ville a fait des branchements d’eau pour plus de 100 maisons depuis 2008. Les documents indiquent également que la ville avait beaucoup d’eau pour une nouvelle connexion résidentiel à la maison de la Cookes. Le résultat a été que les Cookes eu « pour transporter de l’eau culinaire sur une base tous les deux jours, ce qui est particulièrement lourde » car Ronald Cooke est désactivé.

Les avocats du Cookes ont également écrit que le personnel de l’église et de la ville ont généralement harcelé la famille, les menaçant de les jeter hors de la maison, creuser leur cour et faire d’autres choses.

Les avocats de Colorado City ont nié les allégations. Dans les documents de la cour, ils disent que le Cookes présenté des demandes de services publics incomplètes, entre autres questions. Ils ont également fait valoir que la ville avait une pénurie d’eau, qui a touché de nouvelles rencontres de l’eau et qui se reflète dans la politique de la ville.

L’affaire touche au cœur de la relation de l’Église EFSDJ avec le gouvernement municipal de Colorado City et Hildale. Documents judiciaires passées dans l’affaire ont inclus des lettres de fonctionnaires de la ville de chef EFSDJ emprisonné Warren Jeffs , ainsi que des détails sur un réseau de surveillance qui aurait été partagé à la fois par le gouvernement et l’église.

Le point, selon des documents judiciaires, est que les villes sont contrôlées par des dirigeants EFSDJ, avec des patrons municipaux de faire respecter les édits de Jeffs dessus de la loi. Les avocats de Colorado City ont nié ces allégations et interrogé les avocats sur des données probantes pour la Cookes et le gouvernement ont déposé à ce jour.

C’est maintenant au jury de décider si les villes ont violé les droits de la Cookes et de discrimination à leur encontre pour des raisons religieuses. La sélection du jury commence mardi matin, à l’ouverture d’arguments à suivre.

Source : salt lake tribune – Traduction Google

E.U. : la véritable histoire de l’église polygame

Persévérant locale après avoir vécu la vie de la polygamie0

Par Garit Reid , Grey-Bruce cette semaine

Carol Christie avec son livre de la propriété: La véritable histoire de l'Église épouse polygame.

Carol Christie avec son livre de la propriété: La véritable histoire de l’Église épouse polygame.

 

Depuis 40 ans, la vie pour les résidents Owen Sound Carol Christie était, selon ses propres mots, «horrible», parce que, à l’âge de 17 ans, elle est devenue un membre ne veut pas de l’Eglise de Jésus-Christ restauré, une émanation fondamentaliste de l’Église mormone courant ( situé à proximité de Chatsworth). Bien que Christie était dans une relation polygame avec un homme appelé le Prophète. Elle a dit qu’elle a traversé une série de violence physique, mentale et psychologique pendant son temps là-bas.

Christie, qui est maintenant de 60 ans s’est échappé de l’église en Mars 2008, elle craignait pour sa vie à cause de la vie dangereuse, elle avait été pendant des années.

Christie a déclaré l’un des moyens qu’elle a pu surmonter cette épreuve est sa force de volonté et grâce à cela était capable d’écrire un livre qu’elle espère ne sera pas seulement l’aider, mais aussi d’autres qui sont ou qui ont quitté les cultes religieux similaires .

Le livre, publié en Avril 2013, est intitulé Propriété: La véritable histoire de l’Église épouse polygame raconte l’histoire de Christie de faire partie de l’Église de Jésus-Christ restauré et la douleur, les coups, la torture mentale et l’absence totale d’une vie qui est venu d’être une femme dans une relation polygame avec Le Prophète qui était deux personnes au fil du temps Christie était là. Le premier prophète étant Stan roi et la deuxième Fred King, Christie dire Fred étant le pire comme il est enclin à coups physiques.

Christie a déclaré que le livre a été un processus positif comme il l’a aidé à traverser des moments difficiles, mais finalement Christie veut utiliser cette plateforme pour faire autant de personnes au courant de la destruction de la polygamie et pour le débarrasser de l’existence.

«Je n’avais pas prévu d’écrire un livre. Je recevais des conseils et de traiter avec mon avocat et on m’a demandé de faire un journal et écrire les choses. De ce que je me rappelais tellement et la pile de papiers ne cessait de croître », a déclaré Christie. « John, mon mari et je l’ai regardée un jour et nous avons pensé qu’il y avait suffisamment là pour un livre, alors que tout a commencé à partir de là. La rédaction du livre a été une bonne thérapie pour moi et il y avait des moments où il était difficile pour John et moi ayant pour rappeler l’horreur de tout cela.  »

Une autre raison que j’ai écrit ce livre est d’informer le public de ce qui se passe « , at-elle poursuivi. Ce genre de chose n’est pas juste se passe au niveau local, mais dans tout le pays « .

Christie a dit qu’elle veut rendre les gens conscients de la gravité de la polygamie est particulièrement lorsqu’il est mélangé avec le fondamentalisme religieux. Dit-elle avec ce livre les gens sont capables d’avoir une sorte de perspicacité sur ce qui se passe pour les personnes dans ces situations. Elle a dit que non seulement aide les victimes, mais aussi fait prendre conscience que ce qui se passe dans leur propre cour.

«Je tiens à rendre le public conscient de ce qui se passe et d’obtenir le soutien, non seulement pour moi, mais pour attirer l’attention sur la polygamie, qui est contre la loi », a déclaré Christie. « Il existe encore et je voudrais porter des accusations et de les coller et avoir le problème de la polygamie adressée. »

Christie a déclaré que le livre a également permis de se correspond avec des gens qui ont vécu des expériences similaires et elle a dit que cela a été une autre façon d’aider son accord avec ce qu’elle a vécu.

« Il a été bon pour moi parce que je ne pouvais vraiment communiquer avec les gens qui ont vécu des expériences similaires. Nous avions tellement en commun car il ya des moments où je me suis senti comme un poisson hors de l’eau parce que les gens qui ont eu des expériences dans ce ont jamais parlé « , dit Christie. « Et maintenant, d’avoir quelqu’un de communiquer avec moi, où mon mari John connaît beaucoup de ce que j’ai vécu, et nous connecter, mais de parler à quelqu’un qui a vécu les mêmes expériences a été vraiment bon. Il a vraiment été un grand soutien pour moi et il m’aide parfois à ne pas se sentir seuls dans mes pensées « .

Christie a deux fils un qui vit au nord de Wiarton et a échappé à un an avant elle et un autre qui est toujours dans l’église. Elle a dit qu’elle espère un jour, elle peut être réuni avec lui.

Christie a déclaré que le livre a très largement fait et il a permis à elle et son mari de se rendre dans l’Ouest et favoriser la conscience pour le livre ainsi que localement dans la région d’Owen Sound. Elle dit que c’est une mission de la sienne pour éradiquer la polygamie partout.

« J’ai des rêves au sujet de faire une différence au niveau local et d’avoir l’arrêt de culte que j’ai été impliqué », a déclaré Christie. « Il s’agit d’une enquête de police actif en cours et j’espère que des accusations sont portées et ce problème peuvent être traitées. »

Christie au cours des dernières années a été en mesure de mener une vie normale et elle a même fait une croisière à Hawaï et sera aller en Floride pendant trois semaines le mois prochain. Elle dit que ce sont des choses qu’elle pensait qu’elle ne serait jamais capable de faire et même quelque chose comme faire une promenade est une bénédiction pour elle.

« Je ne sais pas pourquoi j’ai si bien ajusté. Je suppose que sa détermination et le genre de personne que je suis. J’ai toujours été une personne forte, mais j’ai certainement eu mes moments de faiblesse « , dit Christie. « Il fut un temps avant mon départ où je voudrais aller au lit le soir juste était là et prier Dieu qu’il vient me prendre dans mon sommeil. À l’époque, je ne savais pas comment prendre mon souffle, en raison de l’agonie de tout cela était tellement horrible. « 

Pour plus d’informations sur le livre, visitez www.gingerpress.com.

Source : owensoundsuntimes.com – Traduction Google