France : l’ascension des églises évangéliques

Comme l’Afrique, le vieux continent connaît une montée en puissance des églises évangéliques. En France, les messes gospel et les prêches enflammés des pasteurs séduisent toujours plus de fidèles, parmi lesquels on trouve de nombreux convertis.

En ce 29 décembre, au Centre du réveil chrétien (CRC), ils sont au moins deux cents. « Ils » ce sont les fidèles de cette église évangélique, pentecôtiste, établie dans un ancien supermarché, à Saint-Denis, en région parisienne. Accueillis, dès 09h30, par des hôtesses chargées de les débarrasser de leurs manteaux et de les placer dans une salle de culte gardée par deux colosses en uniforme. « Ils » ce sont des Français originaires d’Afrique ou des Antilles pour la grande majorité,  mais aussi, des personnes comme Yoann du Nord-Pas-de-Calais ou Gwen de New York. Venus en famille, en couple, ou seuls, « Ils » ont pour la plupart moins de trente ans et sont sur leur trente et un : costumes pour les hommes, coiffures et maquillages soignés chez les femmes.

>> Lire aussi : Congo : le Renouveau charismatique ou la contre-attaque de l’église catholique

« Au début, ce qui m’a séduite dans cette église, c’est surtout sa chorale, Total praise. Je suis une fan de gospel », admet Anaïs, 26 ans, Française d’origine congolaise, qui vient au CRC depuis 2007.

La Chorale, c’est par elle que tout commence ce matin-là, après une brève introduction du pasteur en guise de « connexion à Dieu ». Vêtus d’une tunique turquoise et argentée, les choristes entrent en scène. En cinq secondes à peine, ils réveillent l’auditoire et déroule leur répertoire : de la douce « Ouvre les yeux de ton cœur » à la très reggae « Our God is an awesome God (« Notre dieu est un Dieu génial) » en passant par la presque rapée « No matter what (Qu’importe) » ou la très zouk « En Christ je peux toutes choses ». Les paroles sont projetées sur un mur. Pour les néophytes surtout, car la plupart des fidèles les connaissent par cœur… « Est-ce que vous souhaitez louer le nom du seigneur aujourd’hui ? On ne parle pas de Mahomet, ni de Johnny Halliday, mais de Jésus ! », s’exclame alors l’un des choristes. Et à la salle de répliquer avec ferveur : « Oui ! »

Les églises évangéliques ne sont pas des lieux austères: on y trouve de la chaleur, une communauté.

« On associe généralement les églises à des lieux austères. Les églises évangéliques sont tout le contraire : on y trouve de la chaleur, une communauté, explique Anaïs, à qui il arrive souvent de rester « de 10h à 22 heures » à l’église, car « le temps y file si vite ».

Des protestants évangéliques, comme Anaïs, il n’y en a jamais eu autant en France : 460 000 (soit un tiers des 1,7 million de protestants français), rien qu’en métropole. Ils n’étaient que 50 000 en 1950 (soit + 90 % en 60 ans). « L’évangélisme existe en France depuis le 16ème siècle, même s’il a toujours été très minoritaire. Mais à partir des années 70, la multiplication d’églises évangéliques afro-antillaises, lui a donné un nouvel élan », explique Linda Caille, journaliste et auteur de « Soldats de Jésus. Les évangéliques à la conquête de la France »* Si bien que, « dans le paysage religieux français actuel, globalement morne – Islam mis à part – les évangéliques sont les seuls à voir leur effectif croître sensiblement. »

L’Hexagone compte aujourd’hui près de 2 100 églises évangéliques (contre 770 en 1970), selon les chiffres du Conseil national des évangéliques de France (CNEF). « Aujourd’hui, il y a une nouvelle église évangélique tous les dix jours  en France, déclare Daniel Liechti, vice-président du CNEF. Et nous avons lancé des initiatives, comme la formation d’implanteurs d’églises, qui porteront leurs fruits à moyen terme. » Formés par « la voie classique, théologique », ces derniers ont la mission de faire passer le ratio actuel d’une église évangélique pour 30 000 habitants à celui d’une pour 10 000.

48% de convertis

Selon un sondage Ifop de juillet 2012, 48 % des évangéliques français sont des convertis, en majorité des anciens catholiques et des personnes sans religion. Mais les évangéliques séduisent aussi chez les musulmans… Saïd Oujibou, pasteur franco-marocain converti au christianisme depuis vingt-trois ans, dont la paroisse, la Casbah, se trouve dans le très cossu 16e arrondissement de Paris, constate : « Les anciens musulmans que je reçois se sont convertis tout seul et ils sont de plus en plus nombreux. » Et d’ajouter : « Ils ont eu une révélation, à travers un songe, une apparition, une crise mystique ou une lecture de la Bible. » Pour Saïd Oujibou, ce qui plait particulièrement dans l’évangélisme, c’est avant tout « la relation de proximité qu’il permet avec Dieu » et « l’importance accordée à la vie de Jésus ».

Retour, à Saint-Denis. L’évangéliste Bob Bengama est sur scène et exhorte les croyants à faire « la différence entre la réalité et la vérité ». Entre lecture de la bible, exemples de la vie quotidienne et petites blagues, il tient en haleine l’assistance. Certains l’enregistrent sur leur portable, d’autres vont à la pêche aux versets sur leur Ipad. Il rappelle aussi l’importance de participer financièrement à la vie du CRC, avec une logique quelque peu surprenante… « Dans ta réalité, quand tu regardes tes finances, tu te dis parfois que si tu donnes, tu vas être mal (rires dans la salle) ! A ce sujet, je donne souvent un exemple à mon épouse : quand tu es en train de te noyer, si on te rajoute un peu d’eau, cela ne va pas plus te noyer ! »

Le pasteur Michel lui succède, pour un long prêche consacré à la différence entre chrétiens tièdes et vrais chrétiens. « Les chrétiens sont trop souvent dans le compromis, dit-il. Soyez simples ! Si vous voulez servir Dieu, servez-le franchement ! L’évangile s’expérimente au quotidien, se vit. » Histoire de rappeler que sous son apparence cool, festive, moderne, l’église évangélique reste foncièrement rattachée aux écrits millénaires. « Chez les évangéliques français, qui sont très influencés par leurs homologues américains, les convictions sont vissées, explique Linda Caille. On ne plaisante pas sur l’éthique, la famille, la sexualité hors mariage etc… Il y a un réel conservatisme. »(…)

Suite de l’article

CAMEROUN – UNIVERSITÉ D’ETAT : MAGIE NOIRE, SATANISME, HOMOSEXUALITÉ ET SECTES

 

Cameroun - Université d’Etat : Magie noire, satanisme, homosexualité et sectes::CameroonLes témoignages sont plus alarmants et bouleversants dans les universités du Cameroun qui sont prises d’assaut pas les gourous des sectes qui y prêchent l’obscurantisme et l’aliénation des esprits. La situation est à la fois inquiétante et déplorable d’autant plus que dans cette course aveugle à l’inclination aux pratiques mystiques et obscènes, ce sont ceux qui sont supposés veiller à la protection de l’éthique, qui sont les maîtres sorciers.

De Ngaoundéré à Buea en passant par Dschang, Soa, Ngoa-Ekellé à Yaoundé, Bamenda, Maroua, le constat est le même les étudiants sont devenus des chairs à plume que l’on sacrifie que l’autel du savoir. Le chemin du succès passe inéluctablement par l’intégration volontaire ou forcée aux sectes ou aux clubs homosexuels qui recrutent sans condition. Comment en est-on arrivé à ce stade de la décrépitude morale et de la promotion anarchique de l’immoralité ?

Pour certains observateurs avertis, les réponses à ce questionnement sont diverses et tiennent du niveau de dégradation vertigineuse des mœurs dans notre société om la voie da la facilitée est prospectée par la majorité des citoyens qui veulent parvenir au bonheur. Le Cameroun est sous l’emprise du diable disait le défunt Monseigneur Jean Zoa au début des années 90 et ceux qui considéraient à l‘époque ces propos comme une critique politique visant les arcanes du pouvoir, ne peuvent plus dire le contraire en cette période où le bateau prend l’eau de toutes part.

Commerce du sexe et dépersonnalisation

Tout commence à se compliquer pour les étudiants lorsqu’ils franchissent le cap de la 3e année. Pointer le nez en master ou à la soutenance d’une thèse de doctorat devient une épreuve de fil de rasoir qui passe par le parrainage de certains vieux professeurs dont l’inamovibilité rime leur enracinement aux sectes. On leur dit par exemple que Platon était homosexuel et avait pour compagnon Dion et que contrairement à ce que préconise la conception homosexuelle de notre société, cette perversion est le chemin du réveil, de la conscience et de la connaissance du mystère. (…)

Suite de l’article

CAMEROUN – UNIVERSITÉ DE SOA : DES PRÊTRES EXORCISTES POUR LIBÉRER SOA

 

Cameroun - Université de Soa : Des prêtres exorcistes pour libérer Soa::CameroonLa nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans les mini-cités de Soa le mois dernier. Un cadre de la présidence de la République (dont nous taisons le nom volontairement), a perdu l’usage de la parole après avoir avalé du sang humain mélangé à du vin rouge.

Plusieurs jours après cette scène quelque peu insolite, les habitants de cette ville universitaire n’en reviennent pas. Autrefois ville paisible, Soa est aujourd’hui la Mecque de toutes les sectes. Les populations réclament à cor et à cri l’arrivée d’un prêtre exorciste pour purifier Soa. Selon des informations reçues à bonne source, ce cadre de la présidence de la république s’est rendu à Soa pendant les fêtes de fin d’année pour passer les moments inoubliables avec sa maîtresse. Une fois sur les lieux, il lui sera servi un plat de poulet arrosé d’un  verre de vin rouge dans lequel sa maîtresse membre d’une secte y amis du sang humain.

Une fois le verre vide, ce dernier s’aperçoit que le vin avait un goût quelque peu salé et sa saveur semblable à cette du sang humain. Il va dans un premier temps apprécier le vin avant de demander à sa dulcinée où elle l’avait acheté. Elle va lui apprendre que ce vin est spécial dans la mesure où elle l’avait acheté pour consolider leur relation mais surtout pour qu’il fasse son entrée dans le cercle vicieux de la grandeur. Pas suffisamment clair dans sa tête, il va insister sur sa provenance, sa compagne va donc lui avouer qu’il fait désormais parti de la secte et que c’est de la même façon qu’elle s’est aussi retrouvée dans le pétrin.(…)

suite de l’article

Suisse : L’enseignement du créationnisme: l’instruction publique affiche son malaise

Sept écoles privées chrétiennes de Suisse romande enseignent les thèses créationnistes pendant les cours de sciences. En règle avec la loi, cet enseignement suscite un malaise parmi les responsables de l’instruction publique des cantons romands.

« Toutes les matières enseignées sont mises en lien avec les textes bibliques, cette démarche permet à l’enfant de réaliser que Dieu s’intéresse à ce qu’il étudie », explique Eric Tendon, président de l’Association instruire.ch qui regroupe les sept écoles chrétiennes évangéliques de Suisse romande. La particularité de ces écoles est l’enseignement des thèses créationnistes comme véridique, dans leur programme.

« La théorie de l’évolution est aussi présentée mais pas comme une vérité. Pour nous, il est clair que nous avons été créés par Dieu », précise le directeur. Néanmoins les enseignants ont la liberté de présenter leur vision du créationnisme d’une façon plus ou moins stricte*. Ces écoles, réparties dans les cantons de Vaud, Genève, Fribourg et Berne (à Bienne, dans la partie francophone), regroupent environ 200 élèves. Elles assurent l’enseignement obligatoire.

« Nous suivons le programme scolaire de l’école publique. Si l’instruction publique souhaite que nous modifions nos cours, nous considérerons leur demande et essayerons d’y répondre sans trahir nos convictions chrétiennes », explique Eric Tendon. Dans les articles de lois sur l’enseignement privé, les quatre cantons s’alignent sur le fait que le niveau de l’enseignement des écoles privées doit être équivalent ou supérieur à celui des écoles publiques.

Surprise à Genève Confrontée à ces articles de lois, l’instruction publique du canton de Genève affiche son embarras. « Le Département de l’instruction publique (DIP), de la culture et du sport vérifie que l’enseignement par les écoles privées de scolarité obligatoire correspond au plan d’études romand. Il n’intervient pas sur les matières supplémentaires enseignées », explique Martine Boissard-Gos, cheffe du Service de l’enseignement privé du DIP du canton de Genève, étonnée que des écoles genevoises enseignent ces thèses.

« Si tout l’enseignement était basé uniquement sur une thèse, quelle qu’elle soit, notre position serait différente », ajoute la cheffe de service. Selon cette responsable, des directeurs de l’école publique contrôlent les enseignements de toutes les institutions privées du canton, tous les deux ans.

Vaud troublé Dans le canton de Vaud, le directeur de l’enseignement obligatoire n’a pas souhaité prendre position, dans cet article. Par contre, la conseillère d’Etat, Anne-Catherine Lyon, a répondu, par l’intermédiaire de son délégué à la communication, « que le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture n’avait pas connaissance de ces cas et ne pouvait dès lors se prononcer. Ces éléments étant liés aux tâches de surveillance de l’enseignement privé exercées par le département, ils seront examinés ».

La loi sur l’enseignement privé du canton de Vaud stipule que le DIP « peut s’assurer, au besoin par des examens, que l’instruction [dans les écoles privée] est au moins équivalente à celle dispensée par les écoles publiques. Toutefois, il [le DIP] ne se porte garant ni des méthodes ni de la qualité d’enseignement » (art.7, al. 2,3).

Fribourg ferme les yeux En réponse à notre demande, le service de presse du canton de Fribourg nous a écrit que le Conseiller d’Etat, Jean-Pierre Siggen, directeur de l’instruction publique, de la culture et du sport depuis novembre 2013, « était très occupé et ne pouvait nous répondre directement ». Par contre, son responsable de l’information nous a signalé que des visites régulières avaient été effectuées dans l’école chrétienne située dans le canton et « qu’elles n’avaient rien révélé de problématique par rapport aux compétences exigées des élèves ».

En suisse, l’instruction publique est du ressort des cantons. Dans la Constitution fédérale de la Confédération suisse, l’article 62 sur l’instruction publique spécifie uniquement que les cantons doivent fournir « un enseignement de base suffisant, ouvert à tous les enfants. Cet enseignement est obligatoire et placé sous la direction ou la surveillance des autorités publiques. Il est gratuit dans les écoles publiques ».

La position européenne Pourtant, en 2007, le Conseil de l’Europe a publié un rapport sur Les dangers du créationnisme dans l’éducation, qu’il qualifie de « désespérément inadapté aux classes scientifiques ». Cette même année, le Conseil a adopté une résolution pour encourager les Etats membres de l’Europe « à défendre et promouvoir le savoir scientifique » et « à s’opposer fermement à l’enseignement du créationnisme, en tant que discipline scientifique au même titre que la théorie de l’évolution ».

*Pour tous les créationnistes, « les espèces ont été créées séparément en une seule fois et sont restées inchangées dans leurs caractères, depuis l’origine de la vie », explique l’Encyclopédie du protestantisme. Le créationnisme jeune-terre, celui qui a une interprétation la plus littérale des textes bibliques, stipule que la Terre date de 6000 ans, qu’elle a été créée en six jours et que Dieu a créé tous les être vivants tels qu’ils sont.

source : ProtestInter, l’agence de presse oecuménique de langue française, a pris le relais d’ENInews le 26 février 2013.

Russie : un Homme sibérien gagne $ 15,000 de dommages moraux contre une secte yoga

TOMSK, le 16 Janvier (RAPSI) – Un homme dans une petite ville de Sibérie a gagné un procès contre Konstantin Roudnev, chef de la secte religieuse Ashram Shambala, et a accordé des dommages-intérêts pour souffrance morale profonde et des années d’essayer de retrouver son équilibre mental, le tribunal a déclaré dans un communiqué sur son site Internet.

Selon le tribunal, le demandeur, un résident de Strezhevoy, une ville dans la région de Tomsk, en Sibérie occidentale, d’abord visité séminaires organisés par les gourous de visite de la secte en 2003.

« Le comportement du demandeur a changé radicalement après avoir assisté aux séminaires, lire des livres Rudnev, écouté des cassettes audio et bandes vidéo qu’il regardait acheté lors des séminaires, » la déclaration du tribunal lit. « Il a perdu l’intérêt dans tout sauf Ashram Shambala, il se brouilla avec ses parents, a évité le contact extérieur, interrompu ses études et a cessé toute communication avec ses amis. En raison de son implication dans la secte, le demandeur a subi un trouble mental qui affecte chaque partie de l’activité humaine « .

Le tribunal a déclaré que le demandeur «a perdu des années de sa vie à essayer de retrouver la stabilité mentale et ne peut toujours pas mener une vie pleine ou profiter de ses droits civils. »

Le tribunal lui a accordé des dommages moraux d’un montant de 500 000 roubles (15.000 $).

Il ya plus de 20 ans, Konstantin Roudnev, 44 ans, diplômé d’un collège de la construction de machines, a déclaré qu’il était le messie envoyé sur Terre pour sauver les gens. Le culte est censé avoir été créé en 1989 à Novossibirsk et possède des succursales dans 18 régions à travers la Russie, y compris Moscou et Saint-Pétersbourg.

La secte compterait 30.000 membres. Cependant, seulement 16 personnes se sont présentées comme parties lésées dans les cas contre Roudnev. Enquêtes ont été ouvertes contre lui en 1999, 2004 et 2008, mais dans chaque cas, ne sont pas parvenus procès parce que les membres de la secte ont refusé de témoigner contre lui.

En 2010, Roudnev a été arrêté à Novossibirsk et par la suite reçu une peine de prison de 11 ans le 7 Février 2013. Il a été condamné en vertu de quatre articles du Code criminel pour fonder une association religieuse qui porte atteinte aux droits humains et civils, le viol, l’agression sexuelle et l’intention de vendre de la drogue.

Source : rapsinews – Traduction Google

ON A FAIT LA TOURNÉE DES NOUVEAUX SORCIERS

Par Laure Sattia le 23 janvier 2014 à 19h56

PSYCHOMAGICIENS, REBOUTEUX, PASSEURS D’ÂME, ÉNERGÉTICIENS : LES FORCES DE L’OCCULTE S’OFFRENT UN GROS RETOUR DE HYPE. COMMENT ? VOUS N’AVEZ PAS ENCORE VOTRE PERSONAL DEVIN ?

On a fait la tournée des nouveaux sorciers© GETTY IMAGES

La scène se passe dans un café. Agitant leurs cuillères, mes amies retracent leur semaine. L’une d’entre elles, planeur stratégique et carriériste légendaire : « Vous vous souvenez des embrouilles avec ma supérieure ? Cette fois-ci, j’ai bien failli claquer la porte. J’en ai parlé à ma voyante, qui m’a conseillé de prendre sur moi. Selon elle, j’entre dans une phase de lâcher prise. » Au lieu de lui lancer un regard sidéré, sa voisine de droite (que pourtant tout oppose) acquiesce : « La mienne est super. C’est grâce à elle que je n’ai pas quitté Nicolas. C’était juste avant que mon guérisseur ne me débarrasse de ces migraines qui me pourrissaient la vie. » Lequel, armé d’un pendule, cherchait sur son corps la source du mal. Manifestement, les tabous de la rationalité ont sauté au pays de Descartes. On n’hésite plus à parler de son sorcier à haute voix. Pire, on se le recommande (à entendre les numéros qui circulent dans mon open space). C’est en écoutant les recommandations avisées de l’un de ses amis que Ninon s’est tournée vers un guérisseur paranormal qui lui rotait à l’oreille pour venir à bout d’un reflux gastrique la condamnant à un traitement à vie. Cette version écoeurante de L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux a pourtant soulagé l’intéressée. Si je ne la connaissais pas, j’aurais imaginé Ninon comme une militante Greenpeace, hippie portée sur le New Age qui se soigne avec des plantes. Pour comprendre ce qui peut pousser une trentenaire qui bénéficie d’une bonne mutuelle à consulter un rebouteux (ces personnages qui soignaient les gens des campagnes sans avoir fait médecine), j’interroge l’ethnologue Dominique Camus (1), qui a longtemps côtoyé les sorcières et leurs clients. « Quand ils vont consulter un voyant ou un guérisseur, les gens ne le font pas contre le système, ils s’inscrivent en son sein. On n’est pas rationnel ou irrationnel : on peut travailler sur les particules élémentaires et avoir recours à saint Michel. » Ou être président de la République (François Mitterrand) et faire entrer une voyante à l’Elysée (Elisabeth Tessier).

Gourou du Tout-Paris
Le site de l’Institut national des arts divinatoires m’apprend que les consultations de voyantes auraient doublé en dix ans. Quinze millions par an en 2011. Magiciens et guérisseurs ne sont plus de simples scories du passé. Ils sont aujourd’hui ancrés dans le quotidien de l’urbain. Présents au cinéma, dans le dernier film de François Dupeyron,Mon âme par toi guérie. Détournés à la télévision, quand La Connasse réalise une caméra cachée chez une voyante pour Canal+. Mais aussi dans les hôpitaux, de plus en plus nombreux à faire appel à des coupeurs de feu qui auraient le don de stopper la douleur des brûlures avec leurs mains. « Ces pratiques n’ont jamais vraiment disparu, m’explique l’ethno-historien Yvan Brohard. Les gens s’étaient tournés vers la science pendant des siècles. Aujourd’hui, ils reviennent à la tradition et à la nature. » Défiants face à la médecine contemporaine. Inquiets par la multiplication des scandales sanitaires. J’entends parler d’un homme qui guérit par manipulation. Jean-Paul Moureau n’officie pas au fond d’un bois mais dans un immense appartement bourgeois du 16e arrondissement. Le Tout-Paris s’y presse, des people, des politiques et même des médecins. On dit qu’il est le gourou de Nicolas Sarkozy. Et qu’il a sorti Klaus Kinski du coma. L’affiche dédicacée par le comédien encadrée dans son bureau témoigne de leur relation. « L’étiopathie envisage le corps dans son ensemble et soigne avec la main, l’instrument le plus puissant de l’univers. J’agis aussi bien sur les sciatiques que sur la chimie du cerveau. » Un don ? Le praticien calme mes ardeurs. « Je ne crois pas du tout au surnaturel », coupe-t-il. Pourtant, alors que je m’allonge sur sa table d’auscultation, m’apprêtant à lui décrire 1,60 mètres de douleurs, il pose sa main sur mon ventre, comme si quelqu’un lui avait soufflé l’existence de mes ulcères à répétition. « Je sais où les gens ont mal en les voyant entrer dans mon cabinet », m’avait-il glissé plus tôt. « Il est impressionnant, commente Julia, patiente qu’il a délivré de douleurs au dos qu’elle traînait depuis dix ans. Il y a quelque chose de mystique en lui. Si tu insistes un peu, il admet qu’il a un pouvoir.  Je retourne le voir souvent alors qu’à l’origine, j’y allais vraiment juste pour tester. »

Guérisseurs et maître reiki
Shooté à l’expérience nouvelle, amateur de virées exotiques et de drogues de synthèses, le trentenaire des années 2010 sait aussi donner sa chance à la magie. Pour la dimension expérimentale. Dans un article pour la revue Long Cours, l’anthropologue Lætitia Merli explique que « l’homme libéré des entraves judéo-chrétiennes trop strictes peut expérimenter ce qui, quelques décennies plus tôt, était considéré comme marginal, totalement décrié ou infantile. Il peut enfin courir dans les bois, embrasser les arbres, hurler comme un loup, jouer à l’indien. » C’est ce qui a conduit Roberto, 42 ans, concepteur-rédacteur « curieux sans limite » – et bluffé par sa première expérience chez un maître reiki et ses soins énergétiques – à consulter pêle-mêle un étiopathe interprète des rêves, une voyante, des guérisseuses énergéticiennes. « J’aime voir où les gens m’emmènent. Pourquoi ne pas me mettre un champignon sur la tête en dansant nu si ça peut me faire du bien ? Je teste, je n’ai rien à perdre. » Sinon quelques centaines d’euros, pour des résultats jamais garantis. En avril, une commission d’enquête du Sénat s’est inquiétée de l’influence des mouvements sectaires dans le domaine de la santé. Dans lequel la Miviludes (2) vient faire régulièrement le tri. Dans l’espoir, vain, de lutter contre les charlatans, on s’en remet à ses proches. « Alors que je suis capable d’aller chez le premier généraliste venu à côté du boulot, pour ce genre de choses, j’ai besoin que mon magicien soit cautionné par un proche », assure Roberto.

Tarologue et passeuse d’âme(…)

Suite de l’article

Scientologie. Comment elle prospère

/ Marion Riffault /

 

Contrairement aux Etats-Unis, la France a refusé le statut de « religion » à l’Eglise de scientologie Photo EPA

Fondée en 1954 par l’Américain Ron Hubbard, l’Eglise de scientologie revendique aujourd’hui huit millions d’adeptes et affirme être présente dans 165 pays. Comment expliquer un tel succès ? Plongée dans les arcanes d’une institution où argent et spiritualité font bon ménage.

« 5, 4, 3, 2, 1. Effacez. Vous pouvez ouvrir les yeux. » De sa voix grave, Kerry annonce que la séance est finie. Pour la première fois en trois heures, la lumière jaune du plafonnier en plastique remplace la pénombre des paupières. Pendant plus de trois heures, il a écouté la même histoire. Inlassablement, il a répété : « A ce moment-là, qu’avez-vous ressenti ? Vous souvenez-vous d’une odeur, d’une image ? » Kerry est scientologue. Pas besoin d’un badge : costume noir, chemise blanche et cravate crème suffisent. Il porte cet uniforme tous les jours depuis 35 ans. Il fait partie de la Sea Organization, l’élite de la scientologie. « Vous souvenez-vous de tout ce qui vient de se passer ? », demande-t-il. « C’est une sorte d’hypnose, parfois, les gens oublient. » L’analyse s’arrête là. Suivant les principes de la scientologie, Kerry ne tente pas d’interpréter ce qu’il vient d’entendre. Il se lève et ouvre la porte sur un long couloir.

Un « goulag » pour les mauvais éléments

Dehors, la peinture bleue, qui vaut au bâtiment son surnom de « Big Blue », luit sous le soleil californien. Aucune trace de l’agitation de Sunset Boulevard, où le siège mondial de l’Église s’est implanté.Difficile de croire qu’à seulement quelques mètres, des hommes et des femmes sont consignés dans leur chambre, surveillés 24 heures sur 24. « J’étais enfermé dans une pièce avec un autre homme, qui avait la clé de la porte. Je ne pouvais pas sortir. » Chuck Beatty est un revenant. Ce sexagénaire, qui vit à Pittsburg, a passé 27 années au service de la scientologie. « On se levait à 6 h 10 du matin, on prenait le petit-déjeuner, puis on faisait de la pseudo confession-thérapie », se souvient-il. 150 à 200 personnes grouillent dans les parties inférieures du bâtiment bleu. C’est le RPF, le Rehabilitation Project Force. Les anciens de la scientologie y décrivent un « goulag » réservé aux mauvais éléments, hors de la vue des curieux. Pas de téléphone, pas de radio. Aucun contact avec l’extérieur. « Parfois des personnes veulent partir. Elles sont arrêtées physiquement ou quelqu’un est chargé de les suivre dans Los Angeles, et de les ramener. » À l’accueil du siège, Heather offre son plus beau sourire. Elle ne doit pas avoir plus de 25 ans. « Alors, comment c’était ? Pas trop dur ? » Le claquement de ses hauts talons résonne dans le hall ultramoderne. C’est ici que les nouveaux venus sont accueillis. Tiré sur papier glacé, le portrait de Ron Hubbard, père fondateur du culte décédé en 1986, semble veiller sur sa progéniture. « Si vous sentez que vous avez besoin d’aller mieux, la première étape c’est le cours de communication. » C’est donc cela, l’hameçon. La promesse de surmonter des souvenirs douloureux pour atteindre l’épanouissement personnel et professionnel. « Ils sont entraînés à recevoir les nouvelles recrues », affirme Chuck Beatty, qui sait de quoi il parle : il a lui-même créé les modes d’emploi utilisés pour recruter.

De l’art de convaincre les réfractaires(…)

Suite de l’article

E.U. : Le législateur vise à supprimer l’exemption religieuse des scientistes chrétiens

Quand il s’agit de problèmes d’abus ou de négligence envers les enfants, les adeptes de la Science Chrétienne devraient être soumis aux mêmes normes que les membres d’autres groupes, dit l’État de Washington le sénateur Mark Mullet, D-Issaquah.

Rapporte le Herald Bellingham qu’il a introduit un projet de loi qui permettrait d’éliminer une exemption en droit l’État de Washington qui permet aux chrétiens-scientifiques ne sont pas membres d’autres groupes religieux – pour traiter leurs enfants avec la prière ou des méthodes de guérison par la foi à la place de la médecine traditionnelle.

« Un enfant n’a pas son mot à dire », a déclaré Mullet le journal. «Si vous êtes malade, la prière n’est pas considéré comme un traitement médical. Vous pouvez le faire et un traitement médical, mais il doit être à la fois « .

Mullet a déclaré que son projet de loi est surtout inspiré par les incidents qui ont eu lieu dans les Etats voisins de Washington de l’Oregon et de l’Idaho.

L’État de l’Oregon en 2011 a adopté une loi qui a supprimé la protection juridique pour les parents qui choisissent de guérison par la foi sur une intervention médicale lors du traitement de leurs enfants.

C’était une réponse à de nombreux décès évitables chez les enfants de parents qui appartiennent aux disciples de Christ Church , une secte religieuse des enseignements extrémistes concernant la foi vers l’aide médicale.

Un député de l’Idaho a également rédigé un projet de loi qui traite de la façon dont ses offres de l’Etat avec la question de la guérison par la foi lorsque des mineurs sont impliqués.

Le projet de loi de République Démocratique John Gannon a été inspiré par d’innombrables décès évitables au sein d’un groupe dissident de l’église dans l’Oregon.

Mullet – dont le projet de loi est co-parrainé par la majorité au Sénat Rodney Tom, D-Medina, ainsi que le sénateur démocrate Jeannie Darneille de Tacoma – dit que la situation à Washington n’est pas aussi grave qu’elle l’était en Oregon durant les années 1990, ou comme il est actuellement dans l’Idaho.

« C’est une sorte de une de ces questions où vous attendez-vous pour un mauvais incident, ou faites-vous quelque chose avant que cela arrive? »

Soins de santé des enfants est une obligation légale

Le Bellingham Herald dit

Le projet de loi a également le soutien d’un groupe national connu sous le nom de soins de santé des enfants est une obligation légale (ENFANT), qui a combattu à adopter des lois contre les abus et la négligence d’inspiration religieuse dans plus d’une douzaine de pays.

Le groupe est dirigé par Rita Swan, un ancien scientifique chrétien qui a quitté l’église après son fils de 16 mois, Matthew, est mort d’une méningite en 1977. Il a reçu la guérison de la foi, mais pas de soins médicaux, dit-elle.

Swan a déclaré la loi de Washington « est étroite en ce qu’elle s’applique uniquement aux scientistes chrétiens, mais il est certainement assez flagrant en appelant un traitement médical de la prière. »

«Je ne vois pas pourquoi les scientistes chrétiens devraient avoir le droit de laisser leurs enfants meurent», a déclaré M. Swan. «Je ne vois pas pourquoi ils devraient avoir une loi qui leur permet de faire cela, même si elles ne signifient pas pour le faire. »

Christian Science

Malgré son nom, la Science chrétienne n’est ni chrétienne ni de nature scientifique.

Chrétiens considèrent la Science Chrétienne à être, théologiquement, unculte du christianisme . Ce mouvement religieux nie les doctrines essentielles de la foi chrétienne , et réinterprète la Bible

Enseignements non bibliques de la Science Chrétienne sur guérison par la foi ont fait de nombreux morts inutiles .

Curieusement, la Science Chrétienne a néanmoins été en mesure de négocier diverses exemptions aux projets de loi de soins de santé .

Source : religion news blog – Traduction Google

Un tribunal français a accordé des dommages pour la Scientologie en raison des retards de procédure

Un tribunal français a accordé des dommages de Scientologie pour les retards dans la longue bataille juridique qui a mis fin à des condamnations de fraude contre l’année dernière. Mais ce n’est pas tout à fait la victoire qu’ils espéraient.

Scientologues célèbrent cette semaine après qu’un tribunal français a accordé des dommages de mouvement pour les retards dans le procès qui s’est terminé en condamnations pour fraude contre l’organisation l’année dernière.
Le tribunal a reconnu en partie leur plainte que le processus judiciaire, dans une affaire qui remonte à une plainte déposée en Décembre 1998, a parfois été d’une lenteur inacceptable.

 

Mais les sommes en jeu sont loin des € million qu’ils cherchaient. Et le tribunal a rejeté leur accusation la plus grave: que l’Etat avait commis une faute lourde ( faute lourde ) lors du premier procès.

Principal grief de la Scientologie centrée autour de l’appel de la poursuite pour les deux organisations de scientologie dans le dock pour être arrêté.

Cette demande, qui est entré en phase de fermeture arguments lors du procès initial 2009, avait quelque chose d’une bombe à l’époque et a obtenu une couverture internationale.

Il est apparu plus tard, cependant, que cette sanction – la dissolution de la personne morale – n’était pas disponible à la cour. Quelques semaines avant le début du procès, les députés avaient voté cette mesure dans les livres de lois dans le cadre d’un ensemble de mesures.

Le gouvernement a ensuite insisté sur le fait que cela avait été une erreur administrative et la sanction a depuis été restauré – mais trop tard pour être appliqué dans ce cas.

Comme nous l’indiquions ici à l’époque, l’incident a déclenché une ligne importante ici en France à l’époque, avec la scientologie nier farouchement suggestions de certains milieux qu’il pourrait en quelque sorte avoir une main dans le changement crucial de la loi.

Le Celebrity Centre, l’un des deux organisations de scientologie dont la condamnation pour escroquerie en bande organisée a été confirmée par la plus haute cour de France l’année dernière, a été parmi les plaignants dans ce dernier cas.

Il a été demandé pour € 935 000 en tout – 900.000 pour la prétendue négligence de la poursuite pour demander sa dissolution.

Scientologie Espace Librarie (SEL), l’autre organisation reconnue coupable de fraude organisée l’an dernier, a demandé € 100 000 de dommages et intérêts sur ce qu’il a fait valoir étaient retards répétés dans le processus judiciaire.

Quatre des scientologues reconnus coupables de fraude ou de l’exercice illégal de la pharmacie dans le même procès réclamé des sommes plus modestes pour ce qu’ils ont dit était des retards inacceptables dans le cas: 1

  • Alain Rosenberg, ancien directeur général du Celebrity Centre, a demandé pour € 20 000;
  • Sabine Jacquart ancien président de la Celebrity Centre, a demandé pour € 45 000;
  • François Valli, un ancien meilleur vendeur à la librairie SEL, qui a également travaillé pour le Celebrity Centre, a demandé pour € 35 500;
  • Aline Fabre, qui a déjà supervisé la procédure de purification au Celebrity Centre, a demandé 20 000.

Bien que le tribunal a partiellement en leur faveur, il ne leur donne pas les sommes qu’ils cherchaient.

Les quatre plaignants individuels ont reçu € 7000 chacun;. Celebrity Centre et dans les librairies du SEL juste 3500 2 La Cour a ordonné à l’État de récupérer leurs frais de justice, mais n’ont rejeté la demande de la Scientologie à avoir un jugement publié dans la presse française.

Le Tribunal de Grande Instance de Paris a entendu les arguments dans le cas le 4 Décembre et a rendu sa décision le 22 Janvier.

Il n’a fallu que quelques paragraphes de rejeter l’accusation plus grave de négligence grave. Il n’a pas été impressionné par le fichier de coupures de presse de journaux français et internationaux que les avocats de la Scientologie soumis au tribunal.

C’est l’appel des poursuites pour les deux organisations à l’essai doit être dissoute avait reçu une couverture internationale n’a pas en soi d’établir que le procureur l’avait été négligente, le tribunal a noté.

Procureur principal Maud Morel-Coujard a laissé tomber la bombe lors de la fermeture des arguments dans le premier procès, de retour en Juin 15 2009. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que la loi avait été modifiée quelques semaines plus tôt, le 12 mai.

La décision du tribunal a noté que les avocats de la défense ne semblent pas savoir non plus. Ils n’ont pas, après tout, soulèvent la question au cours de leurs propres arguments de clôture, qui a suivi celle des procureurs 3

En tout cas, l’arrêt de cette semaine a noté que la condamnation de la cour contre les défendeurs émises en Octobre 2009 n’avait pas inclus la sanction en question. Il a préféré imposer de lourdes amendes contre les deux organisations.

Il était difficile alors, de voir quel mal avait été fait, le jugement a conclu, rejetant la demande de négligence grave.

Des retards inacceptables

La décision n’a accepter qu’il y avait eu des retards déraisonnables cependant – mais pas tous ceux cités par la Scientologie dans leur plainte.

Les scientologues avaient dénoncé un marathon judiciaire de 14 ans avant que l’affaire est même venu à la cour. Mais cette période a été très occupée, avec des procédures juridiques des deux côtés, le tribunal a indiqué. 4

Par l’enquête de temps avait été achevé, neuf personnes ont été face à des accusations, dixième était «une personne d’intérêt » et il y avait quatre plaignants demandent réparation (à ce stade, au moins).

Ajoutez à cela des rapports des témoins experts, la paperasse générée par des mandats de perquisition et processus normal d’une enquête et que l’on ajoute à beaucoup de paperasse, la Cour a ajouté: 1839 documes individuels couvrant 23 volumes en tout.

Le tribunal a toutefois accepté qu’il avait pris apporter trop longtemps le cas au tribunal une fois l’enquête achevée en Juin 2004.

Le procès après tout, seulement ouvert en mai 2009 -. Au moins deux ans plus tard qu’il devrait avoir, même en tenant compte des complications de l’affaire 5

Et après les condamnations initiales en Octobre 2009, il a fallu au moins une année de trop pour le procès en appel d’ouvrir, la cour a ajouté. (Actes a finalement débuté en Novembre 2011.)

Eric Roux, un des porte-parole de la Scientologie en France, a salué la décision dans un communiqué.

« C’est une décision qui confirme le caractère inéquitable de la procédure, ainsi que les violations des droits fondamentaux des scientologues qui ont émaillé cette affaire depuis le début,» dit-il. 6

Scientologie était en train de formuler une plainte à la Cour européenne des droits de l’homme au cours des ces convictions, at-il ajouté.

Il reste à voir toutefois si le Strasbourg même d’accord pour l’examiner.

1 Valli a été reconnu coupable de fraude. Fabre a été reconnu coupable d’exercice illégal de la pharmacie au cours des doses massives de vitamines utilisées dans la procédure de purification. Rosenberg et Jacquart ont été reconnus coupables de deux infractions. Pour plus de détails voir le résumé du jugement final ici .
2 SEL, le jugement dit en passant, avait fourni aucune preuve à l’appui de son affirmation selon laquelle il avait souffert financièrement des délais légaux.
3 En fait, Patrick Maisonneuve, l’avocat principal de la Scientologie lors du procès initial, a dit nouvelles hebdomadaire Le Point qui, alors qu’il savait que la loi avait été modifiée, il ne voyait pas que c’était son travail à la pointe de la cour de l’erreur du procureur. Maisonneuve a dit Le Point : «Nous avions décidé de ne pas soulever cette question parce que nous étions plaidons pour la libération et pas pour (un briquet) phrase. Nous ne voulions pas faire ce public jusqu’au jugement. «  » La Scientologie se Savait Intouchable  » Le Point (27 Octobre 2009).
Nouvelles de la modification de la loi a éclaté à la mi-Septembre après l’avocat du groupe de contre-culte UNADFI Olivier Morice averti Georges Fenech à des MIVILUDES culte de surveillance du gouvernement. Il est devenue publique en Septembre 2009, de sorte que le tribunal avait beaucoup de préavis avant qu’il a rendu ses verdicts et les peines du mois suivant – en supposant qu’ils n’avaient pas déjà repéré le problème. Voir  » The Great Escape? « , ailleurs sur ce site.
4 scientologue Aline Fabre avait écrit à la cour se plaindre du temps l’ enquête était en cours, le jugement a noté: mais elle n’avait pas été en mesure d’indiquer tout moment pendant cette période où l’affaire avait fait en sommeil, sans le parti de chaque prise de côté toute action.
5 La décision a reconnu les complications causées par le fait que le bureau du procureur a annoncé en Septembre 2006 qu’il ne voulait pas aller de l’avant avec l’affaire alors que le juge d’instruction a décidé de prendre de toute façon à la cour. Il a reconnu aussi que un nouveau juge d’instruction chargé de l’affaire le temps nécessaire pour lire à ce sujet. Néanmoins, les deux procureurs et les juges d’instruction ont été trouvés à différents stades d’avoir pris plus de temps que ce qu’ils devraient avoir à faire avancer l’affaire.
6  » Condamnation de l’Etat Français « , publié le 22 Janvier, le jour où le jugement a été rendu, à la fois au PR le site Web de la Scientologie et ailleurs.

Canada : Les mormons en mission dans le métro

MONTRÉAL – Bien qu’ils ne pourraient pas avoir frappé à votre porte, il n’y a jamais eu autant de missionnaires mormons vivant au Québec. Un récent changement de politique permet aux jeunes mormons à s’enrôler pour ce travail deux ans plus tôt (hommes peuvent commencer à 18 ans, les femmes à 19), et le nombre de missionnaires ici a doublé en un an.

«Nous comptons maintenant 176 jeunes missionnaires (au Québec) en provenance de partout dans le monde», dit Victor Philipp Patrick, président de mission des Saints des Derniers Jours au Québec et une partie de l’Ontario. Parmi ceux-ci, 63 vivent sur l’île de Montréal. Ils sont parmi les plus de 82 000 missionnaires de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours qui servent dans le monde entier.

Missionnaires mormons sont envoyés à des centaines de grandes villes et des milliers de petites collectivités. Bien que l’Église mormone est basée à Salt Lake City, Utah, ils viennent de partout dans le monde. Ils ne peuvent pas demander leur zone d’affectation et ils ne savent pas à l’avance s’ils auront besoin d’apprendre une nouvelle langue. C’est seulement quand les bénévoles reçoivent une lettre du siège de l’église qu’ils trouvent où ils finiront.

C’est une vie de règles strictes. À Montréal, le jour d’un missionnaire typique commence à 06h30 pour quelques heures d’étude religieuse.Ensuite, il ya les activités prévues que donner des leçons aux convertis potentiels sur l’Église mormone, ou prendre et donner des cours de langue.

Mais objectif principal d’un missionnaire est de répandre la parole de Jésus par des visites à domicile, de rencontrer des gens dans la rue, et de s’engager auprès des navetteurs. Sur une journée moyenne, les missionnaires passent environ 30 minutes sur la rue et à 90 minutes dans le métro.

«Plus de 80 pour cent de notre recrutement se fait dans le métro», explique sœur Smith, un mormon de 20 ans originaire de l’Utah dont la mission est de cibler les personnes en âge de collège. «Habituellement, nous choisissons une ligne de métro et essayons de parler aux gens sur le chemin. Si ils ont le temps, nous avons commencer une conversation avec eux et ensuite fixer un rendez-vous pour faire avancer la discussion « .

Faire des approches sur le système de métro est nouveau, dit Patrick.

«Nous voulons communiquer avec les gens qui sont prêts à être contacté. Il est plus facile à déterminer que dans le métro car il est plus ouvert, alors que si vous frappez à une porte que vous n’avez aucune idée si cette personne veut parler à vous ou pas « .

Parler de nouvelles personnes chaque jour est un défi, dit Elder Norman, un jeune de 18 ans originaire de Californie. « Vous faites face à beaucoup de refus. Vous allez dans le monde, étant une personne totalement différente en portant une étiquette de nom tout le temps, et les gens de regarder immédiatement à vous et vous juger.  »

Les jeunes hommes en mission sont connus sous la désignation de « personnes âgées », tandis que les noms des jeunes femmes sont précédés par « soeur » pour la durée de leur mission.

En moyenne, les missionnaires parlent à environ 30 personnes par jour.

« La plupart du temps je reçois deux ou trois personnes à s’engager dans une bonne conversation avec», dit Elder Norman, qui est arrivé à Montréal il ya quatre mois.

Une autre partie de la vie missionnaire est d’avoir un compagnon constant.

«Partout où je vais, je dois être avec Sœur Landeen», dit sœur Smith. »Nous ne pouvons pas être seul dans une pièce avec un homme, soit.Tout simplement parce que des raisons de sécurité « .

La seule fois où un missionnaire arrive à être seul lors de l’utilisation de la salle de bain ou pendant un rendez-vous avec Patrick.

« Moi et mon compagnon sont littéralement toujours ensemble. Nous devons utiliser le même téléphone portable, aussi. Il peut créer des situations difficiles, parfois », dit un autre missionnaire, le pasteur Wright.

Depuis le travail missionnaire est volontaire, économiser pour leur mission fait partie d’un long processus de préparation. La plupart du temps, la famille et les amis aident financièrement. A 400 $ Contribution doit être payé chaque mois à l’église, ce qui couvre les besoins de base comme la nourriture et le logement au cours de la mission.

Vingt ans Wright aîné a dû mettre en place pour son passage à Montréal. Il vivait dans une ferme dans le Wyoming. « J’ai dû vendre quelques-uns de mes vaches pour pouvoir mettre de ma mission », dit-il.

Il a quitté les États-Unis il ya un an, alors qu’il était inscrit à l’université, et il a encore un an pour aller au Canada. Pour en revenir à l’école semble loin.

« J’imagine que ça va être un peu difficile de se réadapter», dit-il, parlant un français quasi parfait. « Mais ce n’est pas grave. »

Les Mormons croient que l’Église du Christ a été restauré dans les années 1820 par un prophète appelé Joseph Smith, et que l’église est maintenant guidé par des prophètes et des apôtres.

Ils croient en la Bible, ainsi que d’autres livres religieux, tels que le Livre de Mormon.

Le service missionnaire est basé sur le modèle du Nouveau Testament de missionnaires servant dans les paires, l’enseignement de l’Évangile et de baptiser les gens au nom de Jésus-Christ.

Mormons sont encouragés, mais non l’obligation, de partager leur foi et à faire une mission.

À la fin de 2013, membres du monde entier de l’Église mormone a été presque 15 millions. Sur ce total, plus de la moitié vivent à l’extérieur des États-Unis. Au Canada, environ 188 000 Saints des Derniers Jours appartiennent à 472 congrégations. Québec compte plus de 11 100 membres, contre 9000 en 2002.

Saints des Derniers Jours ne sont pas à confondre avec les Témoins de Jéhovah, qui font également un travail de sensibilisation pour diffuser leur foi, mais dont les convictions sont différentes.

Source: The gazette – Traduction Google