Les Mormons admettent enfin que leur fondateur était marié à une adolescente de 14 ans

Le fondateur de l’Eglise mormone, Joseph Smith, était marié, notamment, avec une jeune fille de 14 ans. Pour autant que la nouvelle surprenne peu en elle-même, elle a la particularité d’avoir été diffusée sur le site Internet de l’Eglise de Salt Lake City, rapporte le Huffington Post.

En effet, c’est la première fois dans son histoire que l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours reconnaît de manière aussi explicite que les premiers jours du mormonisme étaient fait de mariages polygames avec des adolescentes («ce qui était légal à l’époque», rappelle l’article).

Cette déclaration demeure néanmoins relativement évasive sur un certain nombre d’aspects polémiques de la vie du prophète. Notamment en précisant que «la plupart des femmes de Smith avaient entre 20 ans et 40 ans» et ne citant que l’exemple de Helen Mar Kimball (la fille d’un de ses amis) qui fut «unie à Joseph plusieurs mois avant son quinzième anniversaire». Certains historiens sembleraient plutôt avancer l’idée qu’un tiers des femmes de Smith auraient été mariées entre 14 ans et 20 ans.

Mais l’Eglise mormone continue son travail de transparence, notamment après ses prises de position sur polygamie -le mariage plural à l’origine- désormais fermement proscrit.

Ce faisant, elle marque un peu plus la distance de la secte avec laquelle elle est souvent confondue, L’Eglise fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des derniers jours dont le président, Warren Jeffs, a été condamné à perpétuité pour détournement de mineurs et complicité de viol.

Retrouvez cet article sur Slate.fr

Non, la terre ne sera pas plongée dans l’obscurité pendant 3 jours en décembre

MIS À JOUR : 25-10-2014 16:45

CRÉÉ : 25-10-2014 15:11

HOAX – La rumeur circule sur la toile depuis plusieurs jours, relayée sur les réseaux sociaux et par des sites peu fiables. Metronews vous explique pourquoi ça n’arrivera pas.

Non, il n'y aura pas d'obscurité sur terre en décembre trois jours durant (image d'illustration).

Non, il n’y aura pas d’obscurité sur terre en décembre trois jours durant (image d’illustration).Photo : PUNIT PARANJPE / AFP

La rumeur court sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours, si ce n’est plusieurs années. Les 21, 22 et 23 décembre 2014, la terre entière risque d’être plongée dans l’obscurité la plus totale à cause de la plus grande éruption solaire de ces 50 dernières années. Une « information » prise très au sérieux sur de nombreux blogs – et sur les réseaux sociaux – et où les partisans s’appuient sur des soi-disant « aveux » de la NASA, l’agence spatiale américaine ; en réalité, des propos anciens et sortis complètement de leur contexte.

Une rumeur relativement facile à démonter :

1. Aucune trace sur le site de la Nasa

Nul doute que si l’agence spatiale américaine avait confirmé cette « information », elle figurerait en gros, en gras et en une de son site web. On parle quand même d’une hypothèse de trois jours de noir total pour la planète. Force est de constater qu’il n’y a pas une ligne sur le site.

2. Les tempêtes solaires sont imprévisibles

La rumeur évoque une « très puissante tempête solaire » dans deux mois. Or, comme l’assure le site du magazine de vulgarisation scientifique Sciences et avenir, qui appartient au même groupe que le Nouvel obs’, les tempêtes solaires ne peuvent être prévues qu’au maximum… 24 heures à l’avance. Le site tire son affirmation d’une étude publiée dans le magazine Nature.

Contacté par metronews, Tahar Amari, chercheur au CNRS, abonde dans le même sens : « prévoir deux mois à l’avance une tempête solaire est un non-sens scientifique. C’est n’importe quoi ».

3. De biens étranges relais

Nouvelordremondial.cc, tumeniaisestu.ca, les adresses url des sites relayant la rumeur n’ont rien de très sérieuses.

Enfin, la rumeur a été largement démentie vendredi par hoaxbuster.com, un site qui s’est fait pour spécialité de démonter les rumeurs qui circulent sur internet. Vous pouvez ranger les lampes de poche.

Source : metronews

E.U. – Une école catholique refuse le tournage d’un film sur l’homosexualité

Ellen Page et Julianne Moore interprètent un couple dans le film Freeheld, de Peter Sollett. Des scènes devaient être tournée dans l'enceinte d'une école privée catholique américaine, qui a finalement refusé d'accueillir l'équipe. /
Initialement prévu comme lieu de tournage pour le long-métrage Freeheld, avec Ellen Page et Julianne Moore, le lycée de la New Rochelle a changé d’avis. Un refus qui serait lié au sujet du film, assure le producteur.«Utiliser la religion pour justifier l’intolérance me rend triste. Tout mon soutien aux élèves LGBT de l’école qui j’espère parviennent à se sentir acceptés.» Ellen Page a publié ces mots sur son compte Twitter suite à une nouvelle qui a changé les plans du film auquel elle participe actuellement.

En tournage avec l’actrice Julianne Moore pour les besoins deFreeheld, prochain long-métrage de Peter Sollett (Une nuit à New York), elle a été contrainte avec toute l’équipe de devoir trouver un lieu de remplacement pour les prises de vues d’une scène. Salesian High School, une école privée catholique pour garçons située à New Rochelle dans l’État de New York, devait accueillir pour un après-midi le tournage et a finalement changé d’avis.

Freeheld raconte l’histoire de la détective Laurel Hester (Julianne Moore), récemment diagnostiquée d’un cancer en phase terminale, qui se bat pour que sa compagne Stacie Andree (Ellen Page) puisse bénéficier de sa pension de reversion après sa mort. Un scénario inspirée d’une histoire vraie déjà filmée dans le moyen-métrage éponyme de Cynthia Wade, couronné de l’Oscar du meilleur documentaire en 2007. À un moment du film, le couple fait une demande d’union civile. Une scène qui nécessitait un bâtiment qui pourrait se faire passer pour une mairie, telle que l’école en question.

À l’origine, le projet était approuvé mais le conseil d’administration de l’établissement scolaire a fait volte-face, sans explication de son refus, raconte le site américain (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Congo – Les raëliens traitent du « Vivre dans le bonheur »

Mardi 7 Octobre 2014 – 17:22

 

Ils se sont retrouvés dans un hôtel de la place à Pointe-Noire en week-end pour organiser une conférence-débat sur le thème, « Vivre dans le bonheur » où le message du prophète Raël sur le politique, l’économique, le culturel, le scientifique et le religieux a été livré aux nombreux invités et participants.

En abordant la question politique, l’orateur raëlien pense qu’il est temps de créer ce qu’il appelle par les RUK ou Royaumes Unis de Kama. Projet, selon lui qui consisterait en la suppression des frontières artificielles créées de toutes pièces pour mettre en place des micro-États fédérés appelés Royaumes Unis de Kama ( Kama est l’appellation authentique de l’Afrique). Cela donnera une place non négligeable aux Rois, Reines et aux Chefs traditionnels.

Parlant de l’économique et du culturel, les raëliens souhaitent d’une part la création d’une monnaie unique africaine que l’on appellera par le « kamo » tout en envisageant la suppression des taxes douanières et d’autre part aller à la recherche des racines et traditions kamites autrement dites africaines.

Sur le scientifique et le religieux, le souhait pour les raêliens est de voir adopter immédiatement les sciences et technologies du futur, notamment les OGM, le Clonage, l’Internet et la Nanotechnologie afin de réaliser un progrès véritable de l’Afrique. Et du message du prophète Raël, on retient selon l’orateur que, « toute vie sur terre, y compris l’homme, fut créée scientifiquement en laboratoire grâce à une maitrise parfaite de l’ingénierie génétique et de l’acide désoxyribonucléique par ce peuple extraterrestre ».

Après quoi, une phase de questions-réponses a alimenté la conférence-débat où l’on a noté des réactions de bon nombre d’intellectuels et participants ce qui laisse à croire l’intérêt suscité par cette retrouvaille à la fois religieuse et scientifique.

Notons que la religion Raëlienne compte environ 80.000 membres, répartis dans 90 pays.

Séverin Ibara

Source : Adiac

Canada – Les finances de Lev Tahor interrogés comme secte ultra-orthodoxe se déplace d’un endroit à l’autre, paiement en cash

JASON MAGDER, LA GAZETTE DE MONTRÉAL 

Avec logements exigus, de nombreux enfants dans chaque famille, et le fait que quelques-uns de ses membres travaillent (parce qu’ils ne parlent ni le français ni l’anglais), vous ne s’attendrait pas à la secte juive de 250 membres ultra-orthodoxe de Lev Tahor d’être inondé de trésorerie.

Pourtant Novembre dernier, quand trois bus ont tiré pour Ste-Agathe-des-Monts, chef de la communauté Mayer Rosner payé pour le voyage $ 9650 dans le sud de l’Ontario en espèces, selon les témoignages relatifs à la police, et libéré au mois dernier public. La communauté a quitté le quartier, il a appelé la maison pendant plus d’une décennie d’avance sur une date devant le tribunal de la jeunesse de St-Jérôme à répondre aux allégations de négligence extrême, la maltraitance des enfants et de ne pas offrir aux enfants une bonne éducation. La secte a été, et continue d’être, l’objet d’une enquête de la Sûreté du Québec sur les allégations de trafic d’êtres humains, la production de faux documents et les enlèvements.

Les documents délivrés au tribunal par la police d’obtenir des mandats allèguent filles aussi jeunes que 13 et 14 sont régulièrement mariées à des hommes beaucoup plus âgés. L’âge minimum légal pour le mariage au Canada est de 16 ans Les documents allèguent également l’abus sexuel et physique des enfants au sein de la secte. Aucune des allégations n’a été prouvée en cour.

La communauté vit dans un isolement extrême, et les hommes et les femmes ne sont pas autorisés à voir l’autre, sauf pour la famille immédiate. Les femmes sont vêtues de robes noires pleines de type tchador, avec leurs visages couverts, les cheveux rasés, et ils sont toujours porter des chaussettes, des bas et des chaussures, même quand à l’intérieur. Les hommes ont la tête rasée, et extra-longs favoris et barbes. Les enfants sont scolarisés à domicile, et seulement enseigné en hébreu et en yiddish pour comprendre les enseignements de la leader du groupe, le rabbin Shlomo Helbrans. Helbrans a dit qu’il encourage les enfants à se marier à un jeune âge, mais a nié les allégations selon lesquelles il épousa enfants qui étaient sous l’âge légal.

Après avoir quitté Ste-Agathe, la communauté a déboursé de l’argent pour l’hébergement temporaire dans un motel, et a ensuite passé plus d’argent pour déménager dans un certain nombre de maisons de ville à Chatham-Kent, en Ontario., Près de Windsor. La communauté a également payé des avocats pour assister à plusieurs audiences de garde. Quand il semblait les finances de la communauté peuvent avoir été étiré à la limite, la plupart des membres inexplicablement volé au loin et déplacés encore une fois au Guatemala, où la majeure partie de la communauté a été depuis Juin. Au Guatemala, la secte a déjà déménagé une fois. Après un affrontement avec la tribu locale dans le village de San Juan La Laguna, ils sont montés à bord des autobus et se sont dirigés à Guatemala City en Août.

La communauté est dit être un autre mouvement de la planification de la tour converti de bureau qu’il occupe actuellement, dans une ville voisine, où ils ont l’intention de s’installer autour d’une école abandonnée.

Avec quatre villes pour appeler à la maison en l’espace d’un an, et les frais juridiques s’accumulent, Lev Tahor devrait logiquement être à court d’argent, alors d’où vient toute sa argent?

Partie de ses membres, selon des sources proches de la secte.

La recherche garantit détail des témoignages d’anciens membres de la communauté qui ont dit qu’ils ont été forcés de se tourner sur une grande partie de leur épargne à la communauté quand ils ont rejoint. Les membres qui ont des enfants se tournent sur leurs paiements de pension alimentaire pour les dirigeants de la communauté. Les documents de la police disent les membres tournent sur toutes les sources de revenus pour Rosner, dit-on, le trésorier du groupe, en tant que membres se font dire qu’ils n’ont pas les moyens de gérer leurs finances.

Les besoins alimentaires de la communauté sont fournis par ses dirigeants, mais pas gratuitement. Un membre dit aux travailleurs de protection de la jeunesse que le leader de la communauté, Helbrans, fournit des coupons que les membres de la communauté utilisent pour acheter leurs nécessités.

Un avocat de Toronto pour une des familles en Israël, George Berger, a dit qu’il a entendu dire que le rabbin a convaincu un couple qui étaient de nouveaux membres de la communauté de signer sur leur appartement à Jérusalem et leur usine à la secte. Les propriétés ont été vendues et la secte ont empoché l’argent.Helbrans avait apparemment été demandé cette famille des dons pour de nombreuses années, et puis finalement convaincu le couple et leurs trois enfants à quitter Israël et rejoindre la secte à Ste-Agathe.

Une source proche de cette famille (qui ne peut être identifié en raison des lois sur la protection de la jeunesse) a déclaré que le mari prenait des médicaments psychotropes tout en vivant dans la secte. Ils ne sont restés que pendant six mois, puis la femme et ses trois enfants sont retournés en Israël sans-abri et ont fait irruption. L’homme était dans un état psychologique terrible pour plusieurs années après avoir quitté la secte, a dit la source.

«Collecte d’argent auprès AUTOUR DU MONDE»

Berger a déclaré Lev Tahor défenseurs sont collectaient de l’argent partout dans le monde aller autour de synagogues ultra-orthodoxes pendant les services de prière, et portant de fausses histoires sur les enfants atteints de cancer ou d’autres affections terribles pour solliciter des dons. Il a dit un membre de Lev Tahor avait été entendu vanter qu’il soulève 3000 $ par jour pour la secte de cette façon.

L’ancien membre a confirmé que c’est la façon dont la communauté perçoit une partie de son argent.

« Ils sont allés à la synagogue, ils se rendirent dans les maisons. Ils sont même venus à ma maison, la collecte de 1 $, ou 50 cents « , a déclaré Alex Werzberger, un porte-parole de la Communauté hassidique à Montréal. »Il ajoute, mais il ne peut pas être tout ce que le groupe a. Ils semblent avoir des millions « .

Il dit que la plupart des personnes qui recueillent de l’argent pour le groupe n’étaient pas membres de Lev Tahor, mais ont été recrutés par la direction de la communauté.

Werzberger, qui a dit qu’il a donné des petites quantités à des collectionneurs Lev Tahor à quelques reprises, a expliqué que la plupart des juifs ultra-orthodoxes se donner de l’argent à des gens qui demandent de l’aide pour nourrir leur famille, parce qu’ils croient qu’il ya une obligation religieuse pour aider les gens en ont besoin.

« Quand il s’agit de (une demande pour la nourriture), nous ne vérifions pas (si la réclamation est valide), » at-il dit.

Meyer Feig, un autre membre de la communauté hassidique de Montréal, a déclaré qu’il n’a pas donner de l’argent à des collectionneurs Lev Tahor quand il les vit à la synagogue.

« Il ya des gens de collecte de l’argent chaque jour pour différents organismes de bienfaisance, » at-il dit. «Nous sommes une communauté très généreux et charitable. »

ACCORD AVEC LES PRINCIPES DIRECTEURS de SECT

Les deux Werzberger et Feig craignent que Lev Tahor est de donner d’autres communautés ultra-orthodoxes une mauvaise réputation, et ils sont en désaccord avec véhémence avec de nombreux principes directeurs de la secte, y compris le mariage des jeunes et l’isolement extrême.

« Beaucoup de gens craignent que les gens vont généraliser et je pense que c’est la façon dont nous vivons notre vie », a déclaré Feig. « Nous ne voulons pas être associés avec eux. Il devrait y avoir une distinction entre eux et nous. C’est comme le ciel et la terre.  »

Mis à part payer pour les voyages en avion, les avocats et les frais de réinstallation, Lev Tahor a également utilisé son argent pour acheter de nouveaux membres.

Informations de mandat de perquisition mentionne qu’une jeune fille de 14 ans avait été acheté, et d’autres détails ont été expurgé par une ordonnance du tribunal.

Le frère d’un membre de Lev Tahor – dont les enfants font actuellement l’objet d’une bataille judiciaire de la jeunesse, de sorte qu’ils ne peuvent pas être identifiés – a dit sa sœur a été vendue dans le groupe par un entremetteur.

En tant que membre nouvellement religieuse de la communauté ultra-orthodoxe, elle a été embauchée en tant que fille au pair par une autre famille ultra-orthodoxe de Brooklyn. Elle a été encouragée par cette famille d’épouser un homme qui faisait partie de la secte Lev Tahor. Son frère a dit qu’il a découvert récemment, le mariage avait été arrangé par un entremetteur embauché par la secte parce qu’il y avait une pénurie de femmes. La famille qui a encouragé sa sœur de se marier a été donné $ 5000 par la marieuse pour aider à assurer le match. Le marieur a également été accordée.

L’homme a ajouté que, après qu’elle a rejoint la secte, elle allait demander sa famille régulièrement de l’argent.

L’homme dit que la famille a cessé d’envoyer de l’argent récemment parce qu’ils ont réalisé tout cela est allé directement à la direction de Lev Tahor, et que ce sont les dirigeants de la communauté qui disaient de sa sœur à demander de l’argent.

«La plupart des familles en Israël ont cessé de donner de l’argent, d’autant plus que le groupe a déménagé au Guatemala, » at-il dit. « Ils savent qu’il va directement au (chef de la communauté Mayer) Rosner. »

Toutefois, certaines familles en Israël continuent à acheminer de l’argent à la secte.Une famille a récemment donné 3000 $, dit-il.

Semble avoir amassé MILLIONS

Alors qu’au Canada, le groupe semble avoir amassé des millions. Rapports de l’Agence du revenu du Canada montrent une charité religieuse exonérée d’impôt enregistré à Lev Tahor, Congrégation Riminov, selon actifs de 5,6 millions de dollars en 2007, Lev Tahor a également reçu un don 4,3 millions de dollars 2011 Rosner, dont le nom est inscrit comme l’un des officiers de la Congrégation Riminov, a expliqué au Toronto Star l’année dernière était l’argent pour un développement immobilier qui n’a pas fonctionné.

Or, dans la ville de Guatemala, le groupe vit dans un immeuble de bureaux converti. membres de la famille en Israël ont entendu parler de conditions sordides, sans accès à l’eau, une cuisine de fortune dans un parking, des locaux exigus en cours d’exécution et une épidémie de typhus. La communauté est dit être à la recherche dans la construction de douches et d’une kitchenette dans ses quartiers actuels.

Le financement sans communauté juive à proximité, et sans accès à leurs paiements canadien de soutien des enfants, certains ont suggéré Lev Tahor sera probablement se tarir le plus la communauté reste au Guatemala. Le membre de la famille en Israël, cependant, croit que la communauté a encore des poches profondes, et des moyens financiers suffisants pour survivre pendant au moins une décennie ou deux.

Source : Montreal Gazette – Traduction Google

E.U. – Les disciples du prophète polygame ont leurs jours au tribunal

Un autre des disciples de Warren Jeffs a été mis en prison. Jeffs est le prophète de l’Eglise fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours qui purge une peine à perpétuité dans une prison du Texas pour avoir agressé sexuellement deux jeunes filles.

Pédophile et EFSDJ prophète Warren Jeffs avec une de ses victimes.

Le dernier condamné est Nathan C. Jessop, 49 L’Associated Press rapporte que le mardi, Jessop a été condamné à 90 jours de prison après avoir plaidé coupable à abuser de garçons qui ont été envoyés à Idaho sur une «mission de repentir ». Un autre 360 jours de prison ont été suspendus, KPVI-TV a rapporté (http://bit.ly/YMOf3w ).

Jessop dit à la police les garçons, âgés de 12 à 17 ans, étaient également membres de l’église et ont été envoyés à lui par leurs parents parce qu’ils étaient désobéissants. Il a reconnu physiquement les discipliner, disent les garçons étaient difficiles à gérer et pas bien comportés.

Nathan Jessop a reconnu devant le tribunal qu’il verrouillé l’un des garçons dans la salle du four. Les procureurs ont également dit qu’il a omis de déclarer que deux autres garçons se sont enfuis. Les neuf garçons ont été retirés de la maison Pocatello en Juillet, après un garçon qui a échappé signalé l’abus.

Jessop est le fils d’un membre de haut rang de l’EFSDJ Merril Jessop, qui purge 10 ans de prison au Texas, pour présider le mariage de sa puis-12-year-old daughter à Jeffs.

Pour ceux qui ont suivi l’histoire EFSDJ pendant un certain temps, il convient de noter que l’une des épouses de Merril Jessop est Carolyn Jessop. Depuis qu’elle a échappé à ses griffes, Carolyn a écrit deux livres – Évasion et Triumph. Elle était aussi un témoin en Colombie-Britannique Cour suprême lors de l’affaire 2011 de référence qui détermine la loi de la polygamie au Canada est constitutionnel. J’ai écrit au sujet de son témoignage au cours de laquelle elle a déclaré que les membres EFSDJ bébés souvent torturés.

Pas si loin au nord de l’endroit où Nathan Jessop a été condamné, trois autres membres EFSDJ seront en cour la semaine prochaine. Le 9 octobre, quatre personnes de Bountiful feront leur première apparition en cour provinciale à Creston.

Ancien EFSDJ évêque James Oler est accusé d'un chef de la polygamie et d'un chef de trafic d'enfants.

Parmi eux figurent l’ancien évêque James Oler FLDS, les adeptes EFSDJ Brandon Blackmore et une de ses épouses Emily (Gail) Crossfield et ancien évêque Winston Blackmore EFSDJ qui dirige une secte dissidente.

Ancien EFSDJ évêque James Oler est accusé d’un chef de la polygamie et d’un chef de la traite des enfants une fille de sous-âgés du Canada vers les États-Unis sous les ordres de Jeffs.

Brandon Blackmore et sa femme sont accusés d’un chef de trafic d’enfants, alors que Winston Blackmore est accusé d’un chef de la polygamie.

 

Source : The Vancouver Sun – Traduction Google

Nigeria: Makinwa – TB Joshua: le Bon et le Truand

Il ya quatre ans à Aéroport international Oliver Reginald Tambo à Johannesburg, la conversation suivante a eu lieu entre l’auteur et un agent d’immigration qui a été le traitement de routine de la sortie de l’écrivain d’Afrique du Sud. «Étiez-vous au stade? » « Quel stade? » »Samedi dernier, au stade où le Prophète est venu. C’était tellement plein, eish? » « Quel Prophète? » « Prophète Joshua. » « Qui est le Prophète Joshua? »

L’agent d’immigration a crié, littéralement. « Voulez-vous dire que vous êtes un Nigérian et vous ne savez pas prophète Josué? » A quel stade de trois autres agents de l’immigration ont rejoint la conversation fréquenté. Pas question pour autant qu’ils regardaient le passeport et l’auteur, ils véritablement commencé à douter de l’authenticité de sa nationalité. Une réflexion rapide, un peu d’humour et je sauvé mon passeport d’eux et me dirigeai rapidement vers la zone d’embarquement. Une résolution bien – je dois savoir qui était prophète Josué. Non seulement ai-je demandé famille et les amis autour de lui, j’ai visité la Synagogue Church de toutes les nations (SCOAN) dans une semaine d’être à Lagos.

En Afrique du Sud, j’ai commencé à accorder plus d’attention à la photo encadrée du prophète Josué ou lui et sa femme accroché en bonne place sur les murs de maisons.

Il a dit beaucoup de choses sur TB Joshua, l’effondrement de l’immeuble que logé ses clients, actions ou inactions liés, et ce qui doit être fait. Les commentaires ont habité à juste titre sur la perte de 115 vies principalement d’Afrique du Sud. Une telle perte énorme de vies et dans de telles circonstances doit faire toute société saine inconfortable. Ces décès devraient être évitées à l’avenir. Des leçons doivent être tirées. Mais cela doit être fait assez, correctement et avec un sens de l’équilibre de jugement. Une nouvelle réflexion sur l’état et la religion devrait émerger.

L’islam et les religions chrétiennes, à laquelle plus de 90 pour cent d’adhérents de la foi dans le pays appartiennent, ont un rôle à jouer dans le développement socio-économique du pays, au-delà de leur religiosité. Comment pouvons-nous repenser la relation entre l’Etat et la foi? Comment pouvons-nous rétablissons un pragmatique et gagnant-gagnant relation entre les entités confessionnelles état et?La tragédie de SCOAN présente une occasion unique pour enflammer la nouvelle pensée.

Le vieux pasteur de 51 ans est l’une des plus grandes attractions touristiques religieuses au Nigeria. Sa nouvelle version de l’évangélisation est une grande attraction. Églises pentecôtistes nigérians apporter des hordes de gens de partout dans le monde de façon que les gouvernements provinciaux et fédéraux n’ont pas réussi à faire. On n’a pas besoin de partager la foi ou la croyance qui sous-tend les voyages des « touristes » pour voir comment ce type de tourisme à grande échelle est bénéfique pour l’économie d’un pays.Ces visiteurs viennent « louange et d’adoration» et ils achètent aussi des choses, apprendre à se connaître Nigeria et certains d’entre eux, en particulier ceux qui prétendent qu’ils ont été guéris ou sauvés, se retrouvent avec un avis favorable du Nigeria. Ils se rencontrent et interagissent avec les Nigérians. Le défi pour la politique et le gouvernement est de savoir comment faire un meilleur usage de la possibilité que le secteur de la religion présente pour le tourisme. Les deux entités de l’Etat et la foi peuvent bénéficier d’une telle interaction.

Dans un pays où le taux de chômage officiel dans les villes à environ 32 pour cent (non-officiellement au double) et le sous-emploi est proche de 80 pour cent, les méga églises et Christian Les complexes «industrielles» sont d’importants employeurs. Considèrent qu’ils ont bifurqué vers l’éducation à tous les niveaux, la construction de maisons, d’achat-vente de produits. Il n’est pas improbable que les pasteurs et les imams nigérians, en particulier les pasteurs, sont aussi nombreux, sinon plus, que les diplomates travaillent officiellement pour le pays à l’étranger. Où peut-on obtenir des statistiques d’aujourd’hui sur l’emploi au sein des organisations religieuses? Quelle est l’ampleur des transactions d’affaires financières qui sont faits par les entités religieuses et quelles sont les règles juridiques et financières les gouverner? Outre les contributions dans les mosquées et les églises, doit quelques-unes des entreprises financières et les transactions commerciales, comme être soumis à la déduction des revenus?

En revanche, compte tenu des rôles sociaux et de développement ambitieux que certaines entités religieuses jouent, l’État devrait fournir un soutien financier, des infrastructures et d’autres à eux comme des subventions? Quels sont les systèmes comptables utilisés et les autorités regarder dans les livres des organisations de la foi? Ces questions ne sont pas uniques car elles sont faites différemment dans certains pays du monde.

Autant que le Nigeria a dépensé d’énormes quantités de fonds à la marque du pays, il est, au mieux, que des résultats mitigés. Il n’est pas exagéré de dire que la plupart des étrangers n’ont pas une vision positive du Nigeria et les Nigérians en raison de divers facteurs, qui ne seront pas abordés ici. Les chefs religieux et les groupes du Nigeria tiennent certainement leur propre et sont respectés à travers le monde. Comme un point marque la plus vendue, la religion a été un accueilli, attribut positif du Nigeria. Il est encore difficile de savoir si la terreur Boko Haram a atténué ce fait. Néanmoins, la religiosité qui a grandi au Nigeria a été un facteur pour de bon. Il est un facteur important, et pour lequel TB Joshua est parmi ceux qui doivent prendre le crédit.

Malgré les bons points ci-dessus, il ya des côtés laids. Les côtés attrait de la religion au Nigeria étaient nettement présent dans les moyens que TB Joshua mal géré l’incident terrible SCOAN. Jusqu’à présent, des rapports disponibles et jusqu’à plus de faits sont connus, il est juste de supposer ce qui suit: La superposition d’étages supplémentaires pour les deux étages existants du bâtiment effondré n’était pas autorisé. Qu’est-ce qui se passe dans les murs d’une organisation religieuse est considérée comme à l’extérieur des frontières de l’État. Cette mauvaise propension régie TB Joshua. En outre, lorsque le bâtiment s’est effondré et pendant plusieurs heures par la suite membres du personnel SCOAN empêché et entravé l’entrée de travailleurs officiels d’intervention d’urgence et de sauvetage. Pourquoi une organisation empêcherait la sécurité de la vie et de l’aide à ses gens dans le besoin? Que pouvait-TB Joshua a voulu cacher dans une telle situation?

Au fil de l’incident, le chef SCOAN à son tour information non publiée; hypocritement publié des informations à propos de l’avion qui a survolé le bâtiment comme une cause possible; ont suggéré que les actions de l’ennemi étaient responsables de l’incident; et il a offert de l’argent à des journalistes comme indiqué compétence par Nicolas Ibekwe, un journaliste. Un trépied de la rétention d’informations par pas de communication, un manque de communication, et la communication incitation par Josué.

En tout, TB Joshua a montré peu de sympathie, moins d’empathie pour la famille du deuil. Son attention plus importante devrait avoir été réalisé à la mort, leurs familles et ceux de beaucoup de ceux qui étaient traités et la récupération. Il n’a certainement pas l’intention ou l’intention que son immeuble s’effondre. Lorsque le malheureux incident s’est produit donc, il doit faire preuve de leadership – prendre en charge, de soins pour les nécessiteux, faire amende honorable avec les personnes concernées, et de faire ressortir le meilleur dans sa foi pour les autres à apprendre de lui. Il peut encore le faire.

L’Etat doit jouer son rôle. Si de l’énorme perte de la vie et la mutilation d’un si grand nombre à SCOAN, et en cas de manipulation de l’officiel le lendemain de la tragédie, le produit est tamisé de la laideur, la mort ne serait pas mort en vain. L’alliance entre le gouvernement et la foi doit être revu et réformé. S’il n’y a pas, laisser une nouvelle alliance sortir de cet incident sur.

– Makinwa est une communication de leadership entrepreneur basé en Afrique du Sud et le Nigeria. Il a été directeur régional pour l’Afrique de United Nations Population Fund (UNFPA).

Source : All Africa – Traduction Google

Dérives sectaires au restaurant l’Eau Vive de Toulon?

Publié le  – 7

 A Toulon, « l'enfer » des - 26954429.jpg
Vanté par les guides touristiques, le restaurant l’Eau Vive à Toulon est aujourd’hui accusé de « dérives sectaires »doc Valérie Le Parc

Le réseau de restaurants est accusé de « dérives sectaires » dans un rapport. D’ex-travailleuses missionnaires assurent avoir été « exploitées »

Drapée de couleurs kitch, l’atmosphère du lieu saisit sitôt la porte franchie. Une ambiance feutrée, de recueillement, à peine troublée par une timide musique de fond. Presqu’un silence d’église. Dans un coin, une statue de la Vierge Marie bénit un globe chatoyant. Le portrait du pape et un crucifix trônent au-dessus des couverts, religieusement dressés.

Au restaurant l’Eau Vive de Toulon, le paisible ballet se répète chaque jour depuis 25 ans : originaires d’Asie, d’Océanie ou d’Afrique, les « travailleuses missionnaires de l’Immaculée » (TM) accueillent et servent les clients dans leurs habits traditionnels. Le sourire inlassablement accroché aux lèvres de ces laïques consacrées.

Depuis son installation à deux pas du port, la table est devenue une référence : on y vient autant pour le dépaysement de sa décoration pieuse que pour l’indéniable qualité de ses plats exotiques. Ou ses petits prix. Comme d’autres « Eau Vive » implantés à Menton, Lisieux ou Lourdes, l’établissement fait partie de la famille Donum Dei, un mouvement catholique international en marge des diocèses. Mais pas des guides touristiques qui en font une publicité flatteuse.

Derrière ce service irréprochable et les visages rieurs des travailleuses missionnaires se cacherait pourtant une réalité bien sombre.

« Esclavagisme moderne »

C’est ce qui ressort d’un rapport*publié par l’Association d’aide aux victimes des dérives dans les mouvements religieux en Europe et en France. « Au regard des déclarations que nous avons recueillies d’anciennes travailleuses, nous pouvons aujourd’hui parler de pratiques sectaires et d’esclavagisme moderne », dénonce Aymeri Suarez-Pazos, président de l’Avref. Les mots sont forts. Les témoignages de celles qui sont «parvenues à s’enfuir » aussi.

Recrutées très jeunes dans des pays pauvres, séduites par le caractère internationaliste de la mission religieuse, certaines travailleuses vivaient et vivraient encore une situation loin d’être paradisiaque au gré des destinations imposées dans le réseau « Eau Vive ».

Le droit du travail aurait été bafoué. Garcia, une travailleuse citée par le rapport de l’Avref, dévoile ainsi qu’en 1994, « à l’Eau Vive de Toulon, il y avait un mot de passe. Quand on entendait  »banane flambée », il fallait qu’on se cache.Ça signifiait que l’inspecteur du travail arrivait.»

Le réquisitoire est éloquent : « Travail harassant », « absence de sécurité sociale », «harcèlement moral » et même « séquestration » sont autant d’accusations au menu des différentes antennes de l’enseigne ; Toulon ne faisant pas exception.

Contactée, la direction du restaurant l’Eau Vive de la capitale varoise s’est pourtant contenté de balayer en bloc ces accusations : « Tout est faux ! Mais nous préférons nous taire en attendant que nos responsables à Rome choisissent de répondre. » Et, peut-être, de briser cet assourdissant silence.

Source : var matin

Iboga : une quinquagénaire décède dans un temple initiatique à Medouneu

SOCIÉTÉ

  • Le corps retrouvé sans vie de la quinquagénaire © 2014 D.R/Binto Media
Publié le 3 octobre à 06h22mn

Une mère spirituelle aurait cachée dans son temple, le corps d’une patiente à la suite d’une initiation qui aurait mal tournée. Les faits se seraient déroulés durant le week-end dernier à Ntan’n, bourgade située à 18km de Medouneu, le chef-lieu du Haut-Komo, dans la province du Woleu-Ntem dans le nord du Gabon. Le corps en putréfaction d’une femme de 54 ans, candidate à l’initiation d’un rite, a été découvert dans le temple d’une mère spirituelle de 60 ans.

Selon une source sûre, la quinquagénaire s’y serait rendue samedi pour chercher son salut, à la suite des douleurs de ventre qu’elle ressentait régulièrement. Mais elle est passée de vie à trépas après avoir consommé de l’Iboga, une plante communément appelée « bois sacré », ayant des vertus médicinales.

Lors du rituel d’initiation, a avancé la source, la mère spirituelle a administré trois assiettes d’Iboga à sa patience. Mais la santé de la quinquagénaire s’est subitement dégradée. Elle a été ensuite isolé dans l’antichambre du temple.

Les voisins de la mère spirituelle ont été intrigués par une odeur pestilentielle qui s’échappait de l’anti-chambre du temple et une nuée de mouches inhabituelle. En voulant en savoir un peu plus, ils ont finalement découvert l’horreur : le corps en putréfaction de la quinquagénaire gisant au sol. Une enquête a été ouverte.

Source ; Jonas Moulenda

Canada – Les esseniens doivent maintenant rendre des comptes

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le mardi 14 octobre 2014 à 08h39. Modifié à 08h55.
Les esseniens doivent maintenant rendre des comptes

rcinet.ca

(Cogeco Nouvelles) – Le conflit entre la secte des esséniens et la municipalité de Cookshire-Eaton a pris un nouveau virage.

Le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry

L’inspecteur en bâtiment de la ville entre, aujourd’hui, dans le domaine essénien, pour vérifier si tous les bâtiments sont conformes.

La ville fait ainsi un suivi après une inspection effectuée en mai s’étant conclue par l’émission de 14 constats d’infraction en matière de bâtiment et d’environnement.

Le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry, estime que plusieurs édifices pourraient être démolis par le ministère de l’agriculture s’ils ne sont pas conformes.

Olivier Manitara, né Olivier Martin, dirigerait le site qui tirerait ses actifs de la présentation de séminaires présentés sur place.

Source : Cogeco