Amoreena Winkler, 17 ans dans une secte

 Mardi 14 octobre 2014

 À 36 ans, Amoreena Winkler signe son deuxième livre témoignage sur la secte The Familly.

À 36 ans, Amoreena Winkler signe son deuxième livre témoignage sur la secte The Familly.

En apportant son témoignage dans ses ouvrages, Amoreena Winkler a décidé d’être le porte-parole de tous les enfants nés dans une secte et qui, aujourd’hui – pour ceux qui en sont sortis – tentent de se reconstruire. Elle vient de sortir son deuxième livre narrant son existence au sein “Des enfants de Dieu” devenue par la suite “La Famille” (The Familly international).

Amoreena est née en 1978 à l’intérieur de cette communauté qualifiée de pédophile, proxénète et apocalyptique. Dès sa plus tendre enfance, elle a subi des sévices sexuels imposés par son père, sous les yeux de sa mère. Son premier ouvrage “Purulence” paru en 2010, retraçait cette période terrifiante jusqu’à ses 11-12 ans.

« Le premier livre a reçu un très bon accueil, c’était d’utilité publique en France. C’était la première fois qu’il y avait un témoignage du point de vue de l’enfant. » La jeune femme multiplie alors les plateaux télé et est en contact avec la Miviludes (mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) pour apporter son témoignage dans le rapport rendu au premier ministre en 2010. « C’est un travail de veille et d’alerte sur le discours et les approches que peuvent avoir les sectes aujourd’hui. »

« C’est un combat au quotidien »

Dans son nouveau récit “Fille de chair”, elle poursuit son témoignage, qui est aussi un peu sa thérapie, en narrant son adolescence jusqu’à ses 17 ans. Ils marqueront sa délivrance lorsqu’enfin elle arrive à se confier et est prise en charge par la DDASS. Un récit moins difficile pour le lecteur, avec une écriture moins cinglante. Mais la fêlure est toujours là.

Amoreena tisse aujourd’hui des liens sur Internet avec d’autres personnes de son âge nées dans une secte. Eux n’ont pas trouvé la force de témoigner. « Je suis leur porte-parole, j’endosse ce rôle. Ça donne une fonction, une utilité à mon expérience », souffle la jeune femme pour qui se reconstruire est un long processus. « C’est un combat au quotidien d’avancer. Je lutte tous les jours contre le sentiment d’être misérable. »

“Fille de chair” d’Amoreena Winkler aux éditions ego comme x (15 €)

Le Québec, terre fertile pour les dérives sectaires

Publié le 03 octobre 2014 à 08h22 | Mis à jour le 03 octobre 2014 à 08h22

Décombres d'un chalet de l'OTS à Morin Heights,... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Décombres d’un chalet de l’OTS à Morin Heights, où cinq personnes ont été trouvées mortes le 4 octobre 1994. Vingt ans plus tard, plusieurs intervenants déplorent que le Québec ne soit toujours pas doté d’une organisation ou d’une escouade policière consacrées à la surveillance des sectes.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Ma Presse

 

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD
La Presse

En 1994, 53 membres de l’Ordre du temple solaire (OTS) mouraient dans des suicides collectifs mêlés à des massacres prémédités. Dans les années qui ont suivi, 21 autres adeptes allaient connaître un sort similaire. Vingt ans plus tard, le Québec demeure une terre d’accueil pour les sectes européennes, estime Paris.

Vingt ans après le «début de la fin» de l’Ordre du temple solaire (OTS), le Québec demeure une terre d’accueil pour les sectes et leurs gourous, selon l’organisme public chargé de lutter contre les dérives sectaires sur le territoire français.

La tolérance des autorités d’ici envers ces groupes leur fournirait une porte de sortie rapide lorsqu’ils sentent la soupe chaude en Europe.

«On a beaucoup de mauvais sujets qui s’échappent au Québec. Soyez vigilants», avertit Serge Blisko, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES). La création de cet organisme officiel coïncide avec les tueries de l’OTS, qui ont fait 74 morts au milieu des années 90.

Selon M. Blisko, le Québec et le Canada constituent des terres fertiles pour les mouvements sectaires en tous genres «parce que la législation est plus souple». De façon générale, les pays européens – surtout la France – se sont donné des lois pour surveiller ces groupes, alors que l’Amérique du Nord considère la liberté religieuse comme sacrée.

De plus, «ils jouent beaucoup sur le fédéralisme canadien en passant d’une province à l’autre», affirme M. Blisko. «Regardez avec la secte hassidique des Lev Tahor: on passe du Québec à l’Ontario et après on file ailleurs. Ils sont très habiles.»

«On essaie d’éviter de condamner les mouvements.» M. Blisko reprend ainsi les constats de son organisme. La MIVILUDES s’étonnait, en 2011, qu’«il n’existe au Québec aucune position officielle du gouvernement à l’égard des mouvements à caractère sectaire et aucun ministère n’est chargé des risques liés aux dérives sectaires».

«Le seul outil de lutte contre ces dérives est une association indépendante», continue la MIVILUDES en parlant de l’organisme Info-Secte.

Frédérique Bonenfant, chercheuse au Centre de ressources et d’observation de l’innovation religieuse (CROIR) de l’Université Laval, souligne en entrevue que «les approches françaises sont très différentes des approches québécoises».

«Au Québec on essaie d’éviter de condamner les mouvements, on essaie plus de condamner certains gestes, certaines pratiques, a-t-elle expliqué. On essaie de diffuser l’information le plus juste possible.»

Recommandations demeurées lettre morte

Le coroner Yvon Naud avait enquêté sur le dernier suicide collectif de l’OTS à Saint-Casimir-de-Portneuf, en 1997. Dans son rapport, il ne faisait qu’une recommandation: la mise sur pied d’un organe public d’information sur les mouvements sectaires, afin que les Québécois qui voudraient intégrer un groupe du genre puissent recevoir une information neutre sur le sujet.

«Ça ne s’est pas concrétisé», a indiqué le Dr Naud en entrevue avec La Presse, la semaine dernière, ajoutant être «déçu». Il faut que les autorités puissent «avertir le public, afin qu’il soit plus au courant de ce qui peut faire qu’une secte soit plus dangereuse qu’une autre», a-t-il dit.

Son collègue Roger Michaud, responsable de l’enquête sur le suicide collectif de Morin-Heights, recommandait pour sa part que la police se tienne informée des évolutions dans le monde des sectes. Les renseignements policiers «devront distinguer, pour chaque mouvement, l’organisation mère des différentes filiales, soit officielles, soit masquées», écrivait-il. M. Michaud est mort depuis.

Pas d’escouade spécialisée

De son côté, la Sûreté du Québec (SQ) a indiqué à La Presse que même si elle n’a pas d’escouade consacrée aux mouvements sectaires, ses policiers tiennent quand même ces groupes à l’oeil lorsqu’ils soupçonnent que des infractions peuvent s’y commettre.

«Le service des enquêteurs sur la menace extrémiste, le service des enquêtes régionales et le service des crimes contre la personne» peuvent être appelés à enquêter sur des dérives sectaires, a indiqué Mélanie Dumaresq, porte-parole du corps de police.

La policière a souligné que la mission de la SQ était de «prévenir le crime» et «de traduire les personnes qui commettent des infractions criminelles devant les tribunaux». Les groupes spirituels considérés comme inoffensifs ne tombent donc pas sous sa juridiction.

Le porte-parole de la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a rappelé que la liberté de culte des Québécois est protégée par la Charte des droits et que la lutte contre les dérives sectaires est un enjeu délicat.

«On doit assurer un juste équilibre entre le respect des droits des individus – prévus dans la Charte – et la sécurité de la population», a fait valoir Jean-Philippe Guay.

«Nos autorités concernées – j’inclus le Ministère, la SQ et tous les corps de police – sont à l’affût des phénomènes susceptibles de porter atteinte à la sécurité publique», a-t-il ajouté.

Source : lapresse

E.U. – Procès contre un groupe témoins de Jéhovah pour agression sexuelle

Deux soeurs soulevées dans le Vermont intenté des poursuites mardi contre la congrégation Bellows Falls des Témoins de Jéhovah, alléguant que un ministre ordonné de l’église a abusé d’eux sexuellement les enfants.

Miranda Lewis, 23 ans, a dit qu’elle était dans une réunion d’église quand elle était autour de l’âge de quatre ans lorsque Norton vrai – au moment où un « serviteur ministériel » dans l’église – la retint que tout le monde à gauche.

« Il attendit pour la chambre à effacer, et c’est alors que l’abus a commencé », a déclaré Lewis. Elle ne va pas dans le détail de l’abus, mais le procès, pour être déposée dans le comté de Windsor Cour supérieure, allègue que Vrai souleva sa robe et son touché.

Dans le cas de la sœur Annessa Lewis de Miranda, la plainte indique que vrai la gardait sur sa propriété (ans avant l’incident avec Miranda auraient passé) et l’a emmenée à sa grange et, lors du levage de la place « pour être en mesure de voir les chevaux situés dans une stalle de cheval, « mettre les mains sous ses sous-vêtements et son touché.

Dans les deux cas allèguent que Vrai molesté les sœurs Lewis sur «de multiples occasions. »

La mère des sœurs, Marina Mauvoleon-Folsom, dit-elle signalé l’abus aux aînés de l’église. La poursuite, ils n’ont pris aucune action contre Certes, ne pas avertir quiconque dans l’assemblée sur l’activité présumée de True et « choisi de ne pas signaler les abus à un organisme de protection ou de la police enfant. »

Mauvoleon-Folsom dit que l’église a maintenu une culture du silence qui entoure les abus sexuels des enfants.

«Ils voulaient que je sois tranquille sur ce qui s’était passé. Parce qu’ils n’étaient pas disposés à faire quoi que ce soit dans l’assemblée, ils nous ont permis de passer à une autre congrégation, » dit-elle. « C’était très étrange. C’était une chose très étrange. N’y avait presque pas de soutien pour moi-même ou ma famille, ni aucune compréhension du tout. »

Au centre des Témoins de Jéhovah à Bellows Falls, un homme qui a répondu au téléphone a dit qu’il « ne peut pas résoudre le problème» et qu’il n’était «pas la personne que vous avez besoin de parler à, » et a raccroché.

On ne sait pas si vrai fait toujours partie de l’église, à quelque titre.

Mauveleon-Folsom a dit qu’elle a fait de signaler l’incident à la police, et a fini par travailler avec l’agence de protection de l’enfance de l’État, mais aucune accusation n’a été déposée en fin de compte.

Irwin Zalkin, un avocat de San Diego spécialisé dans les affaires d’abus sexuels, a déclaré qu’il est assez commun pour la police de ne pas porter des accusations dans les cas d’abus sexuels impliquant des jeunes enfants.

«Ils sont des cas difficiles pour [application de la loi], » at-il dit. «Ils ont un niveau élevé, une haute charge de la preuve. Ils sont très différents que les affaires civiles « .

Dans ces cas, les deux poursuites civiles, les sœurs cherchent des dommages non spécifiés et jugé par un jury.

Les deux affaires contre vrai ne sont pas seulement les instances en cours de Zalkin contre les Témoins de Jéhovah. Il a participé à plus de 20 de ces cas à travers les États-Unis, dont six ont été réglées hors cour pour confidentiels, mais les montants « substantiels », at-il dit.

Zalkin ont uni leurs forces pour les cas Vermont avec Jerry O’Neill, le procureur qui a poursuivi le diocèse catholique de Burlington dans un certain nombre de cas d’abus sexuels d’enfants, conduisant à des millions de dollars dans les colonies .

Dans ces cas, les documents tenus par l’église ont montré que les responsables étaient au courant de l’abus sexuel. Zalkin a déclaré que les Témoins de Jéhovah tiennent des dossiers similaires, mais ont refusé de les divulguer sous ordonnance d’un tribunal.

Dans un cas en Californie, Zalkin dit que le refus a conduit à un jugement par défaut contre les Témoins de Jéhovah.

O’Neill a déclaré un refus similaire dans le Vermont ne serait vraisemblablement pas considéré comme acceptable par les tribunaux.

« Je ne pense pas que ça va bien aller pour [les accusés], » at-il dit. «Les tribunaux ne sont pas disposés, dans mon expérience ici, pour permettre la protection de l’information pertinente. Donc, je prévois – je ne sais pas jusqu’à ce qu’il arrive – que les tribunaux de notre pays sont susceptibles d’ordonner la production de ces documents.Ils sont les documents pertinents qui ne sont pas protégés en aucune façon. Je pense qu’ils vont être nécessaires pour les produire « .

Annessa, 27 ans, vit maintenant au Texas. Miranda Lewis vit à la maison avec sa mère.Elle dit qu’elle vient de l’avant maintenant de forcer l’église pour faire face à la question de l’abus sexuel d’enfants et de sauver les autres enfants d’être abusé.

« J’espère que cela aide les faire payer attention, » dit-elle. «Je veux dire, je suppose que c’est le meilleur que je peux dire. J’espère juste que cela les rend attentifs et il suffit de penser à ce sujet un peu plus que ce qu’ils ont dans le passé « .

Source :VPR – Traduction Google

Nigère : TB Joshua : Cessez de perturbez mon esprit ou mourrez ! »

Embattled nigérian télévangéliste, le Prophète TB Joshua, a mis en garde ses critiques et détracteurs d’arrêter mauvais lui ou la mort des risques bouche.Dans une déclaration capturer ce qu’il a dit à l’église le dimanche 28 Septembre 2014, à propos de l’effondrement d’un immeuble qui a tué des dizaines de fidèles à son Lagos dont le siège social tentaculaire Synagogue Church of All Nations (SCOAN) édifice il ya trois semaines, Joshua a averti ses langue-flagellants ainsi que ceux couvant son malheur, faire attention à ce qu’ils disent, ou subir les conséquences spirituelles pour elle. « je l’ai dit, notre Dieu, de revenir à eux. Il a commencé quelque part.Il est à venir. Si votre frère est impliqué, à moins qu’il puisse ressusciter les gens qui sont morts, il se joindra à eux. Si vous pouvez ressusciter les gens qui sont morts, vous pouvez aller gratuitement. Les fonctionnaires, les personnes qui les ont envoyés, les gens qui ont entendu les histoires autour et ceux qui veulent l’utiliser pour eux-mêmes et perturber mon esprit, vous pouvez probablement se joindre à eux. Faites attention. Pour être prévenu en vaut deux. Soyons très prudents de notre langue « , Joshua averti. « Je prie pour les agents sataniques devraient être les seuls à souffrir de cette. Je l’ai dit, notre Dieu, de revenir à eux. Prévenez votre famille et frères au sujet de leur conversation. Vous savez que je suis un homme de Dieu cette fois. « Vous ne pouvez pas m’aider, seulement Dieu. Ne me dérangez pas;laissez-moi s’il vous plaît avec Dieu. Vous verrez le résultat. Je dis cela afin que seuls les gens qui ont fait ça vont souffrir pour elle et vous ne serez pas en aucune façon souffrir pour elle. Les gens qui écrivent ce qu’ils disent – nous allons tous voir le résultat de cette. Laissez-le pour Dieu « , at-il dit à la congrégation. critiques de Joshua sur les médias sociaux ont demandé pourquoi «l’homme de Dieu», comme il est populairement appelé par ses millions d’adeptes à travers le monde, n’a pas réussi à prévoir l’accident dans le domaine spirituel, . comme il l’a fait sur ​​d’autres événements mondiaux . D’autres ont aussi verrouillées sur l’incident de soulever des doutes sur l’authenticité de ses nombreuses prophéties et visions Dans sa réponse à eux, Josué dit: « J’ai été sur ce voyage depuis 27 ans. Pensez-vous que Dieu peut fermer les yeux et tout détritus ici? Ils demandent à Dieu d’apporter plus de preuves du fait que c’est Lui qui m’a appelé. Avertir tout le monde à être très prudent. Cette question qui se pose est une question délicate « . « Les gens utilisent tout cela pour gagner de l’argent et les amis. Ceci est un avertissement.Quoi qu’on veut écrire, qu’ils écrivent; ils seront ceux pour le lire « , at-il ajouté. Le prophète nigérian a également exhorté ses partisans à mettre en garde les détracteurs de l’église ou de telles critiques seront également confrontés à subir le même sort. «Les gens qui sont à la recherche de votre chute et courent à troubler votre esprit, les avertissent de faire attention de leurs langues et les gens qui viennent à eux.Dieu est un Dieu de vengeance – tout le monde peut y aller « .

Source : Ghanaweb – Traduction Google

Le dur labeur de la Scientologie au Royaume-Uni

Par Nick Hilton

Militants anonymes autour de la mouture de l’entrée de Saint Hill Manor. Photo via  Wikipedia

Saint Hill Manor n’est pas votre place moyenne de beauté britannique. Tout d’abord, même si une partie de celui-ci ressemble à un Norman-forteresses toutes les tourelles de canon rond et le type de fenêtres pointues que vous verriez dans un Astérix  bande-dessinée que l’extension a été effectivement construit en 1968 Deuxièmement, sa pièce maîtresse est une grande statue de un homme portant un bouclier orné d’un symbole que vous pourriez reconnaître des pancartes lors de rassemblements anonymes. Troisièmement, il l’habitude d’être plein de scientologues.

Saint Hill est le dernier grand bastion de la Scientologie au Royaume-Uni. Le manoir d’origine a été construit dans la petite ville de West Sussex East Grinstead dans le 18ème siècle et acheté en 1959 par L. Ron Hubbard. Sa décision de le transformer en siège britannique de la Scientologie a une Mecque pour les adeptes de la philosophie de Hubbard, dont on dit maintenant 10 millions (ce nombre est contestée par toute personne qui en fait n’est pas un scientologue signé).

Jon Atack. Photo de Lizy Atack

Atack, qui a maintes fois contesté les chiffres d’adhésion posées par hauts gradés de la Scientologie, m’a dit: «Scientologie n’a jamais été la grande entreprise au Royaume-Uni. Le dernier recensement a montré un peu plus de 2000 membres au Royaume-Uni. La figure internationale est probablement d’environ 25.000 « .

J’ai grandi près de East Grinstead, une ville qui représente Moyen-Angleterre à son plus réprimée. Constituants sont représentés à Westminster par Nicholas « Bunter » Soames, petit-fils de Winston Churchill, et le supermarché de la chaîne la plus proche est près de dix miles de distance. Comme un enfant, j’ai été obligé de jouer au rugby dans un club dont les emplacements sont directement sur la route de Saint Hill. On entendait des chuchotements sur les scientologues (et les Mormons) dans la région, mais je ne m’en souviens pas d’un montant de plus que le genre de bavardage xénophobe norme qui accueille traditionnellement un afflux d’Américains. Avant de Tom Cruise et John Travolta se démasqué, personne ne se souciait vraiment de groupe de fidèles étrangers.

Mais Saint Hill était le siège animée internationale de la Scientologie. Atack était là entre 1975 et 1977, puis à nouveau de 1982 à 1983.

« Il était assez occupé alors, avec environ 180 employés et habituellement environ une centaine d’étudiants, » me dit-il. « Mais, en dépit d’un service hebdomadaire, il y avait pas de prétention à la religion. Le service hebdomadaire a généralement lieu dans une pièce vide, mais c’était une nécessité pour se faire reconnaître comme une religion « .

Avec des centaines de scientologues (« principalement Australiens, Néo-Zélandais, Sud-Africains, et les Israéliens », dit Atack) descendant sur East Grinstead, la ville a commencé à attirer les adeptes de toutes sortes de spiritualités alternatives. East Grinstead pourrait préfèrent visiteurs de se concentrer sur les attractions comme sa belle 14ème bois siècle rue, ou le café du coin appartenant à Peter Andre, mais il était mieux connu pendant des années comme la base britannique de la Scientologie, le mormonisme, l’Opus Dei, et Rose-Croix.

A Londres, les scientologues ont montré aucun signe de reconnaissance de leur diminution suivant. Dans la dernière décennie, ils ont ouvert à la fois une grande église à proximité de la cathédrale Saint-Paul et les Dianétique et la Scientologie Centre amélioration de la vie sur Tottenham Court Road. Coincée entre les différents magasins vendant des radios numériques et des trépieds de seconde main, cela est destiné à être un lieu de réflexion silencieuse et l’acquisition de connaissances.

Un jeune homme poli avec des cheveux blonds gélifié et un accent du nord épaisseur m’accueille à la porte. Il me donne une visite guidée de trois chambres-tout vidéo du centre de leur bordée de copies de texte fondateur de Hubbard, la Dianétique , dans toutes les langues de l’arabe au zoulou et me propose du thé et du café. Je suis charmé. Donc, charmé, en fait, que je m’installe sur un canapé pour regarder un documentaire sur la vie de Lafayette Ron Hubbard.

Les Dianétique et la Scientologie Centre amélioration de la vie sur Tottenham Court Road. Photo via  Wikipedia

Il est intéressant de noter, à ce stade, que je suis la seule personne ici. Chaque passant a quelque chose à dire sur le centre, si c’est une boutade dérogatoire ou un spécifique  South Park citation, mais personne ne va. Peut-être que c’est pourquoi mon nouveau copain est très sympathique: il passe toutes ses journées piégés à l’intérieur d’un musée vide, l’information vidéos sans cesse se répéter comme une sorte de cauchemar Jour de la marmotte . Il doit être agréable d’avoir quelqu’un à qui parler pour une fois.

Irene Thrupp, secrétaire personnel de L. Ron Hubbard pendant son séjour à Saint Hill, me raconte son histoire à partir de l’écran vidéo. C’est une vieille dame chic qui a été charmé par « Ron » et son acquisition de chaises de bureau coûteux. Il ya quelque chose de très triste de la façon dont Irene vénère cet homme à une congrégation vide.

Saint Hill n’est plus ce qu’elle était dans Irène. Je bavardais à un East Grinstead personne âgée sur ses réflexions de la place. Elle se souvient des concerts annuels « Medieval Fayre» et skiffle détenus dans les motifs, l’époque où les scientologues savaient comment organiser une fête décent, de conclure en me disant que j’ai regardé « sensibles » et me mettre en garde de ne pas se faire happer dans.

Mais ce qui est là pour se faire happer? Bien sûr, l’homme au centre est très sympathique, le genre de gars qui avait réparer votre imprimante gratuitement, mais il n’y a rien ici pour participer activement à. Je demande à ce que mon premier pas vers l’éveil doit être. « Err, » at-il perplexe, comme s’il n’a jamais été posé cette question avant. « Vous pouvez essayer de remplir ce test de personnalité gratuit? »

Question 1: Est-ce que vous faites des remarques ou des accusations irréfléchies que vous regrettez plus tard? Oui, je le fais.

Question 88: Si nous envahissions un autre pays, vous sentiriez-vous sympathie pour les objecteurs de conscience dans ce pays? Qui est « nous »?

Question 92: Êtes-vous un mangeur lent? Defiantly sorte.

Question 98: Voulez-vous utiliser les châtiments corporels sur un enfant âgé de dix si elle a refusé de vous obéir? Attendez, quoi?

C’est le test que l’Église de Scientologie utilise pour déterminer si vous pouvez être sauvés par leurs schémas de purification, ou si vous êtes suffisamment pro-discipline. Comme initiations vont, il n’est guère que séduisant pour une foi qui a déjà été battue par la mauvaise publicité.

South Park représentation d ‘des choses scientologues croient en

« Je pense que la combinaison de South Park et anonyme a détourné les recrues potentielles de la nouvelle génération », dit Atack, rêvant sur ​​les statistiques du dernier recensement au Royaume-Uni. « Ajoutez à cela la large disponibilité du matériel sur plusieurs centaines de sites dédiés, et la plupart des gens vont tout simplement secouer la tête et de partir. »

Un de ces sites est « Opération Clambake», une organisation anti-scientologie si largement suivi qu’il a même sa propre page Wikipedia. J’ai parlé à son fondateur, le militant norvégien Andreas Heldal Lund, pour lui demander pourquoi il pense que la Scientologie a échoué au Royaume-Uni.

« La scientologie a pour but l’univers, mais ne dispose que d’un filet assez grand pour prendre un nombre limité de poissons, » me dit-il, un peu à confusion. « Mais vous pouvez faire beaucoup de choses, même avec un peu de poisson si vous remplissez les bonnes personnes. »

L’organisation de Heldal Lund a capté l’attention de ce qu’il appelle «les premiers exécutants ringard de l’Internet ». Et qui, croit-il, c’est là que la Scientologie s’est tiré dans le pied. « Ils ont perdu la bataille grande et la plus importante: l’Internet,» dit-il. « Pour la plupart des gens, le chat est sorti du sac, et ils sont de moins en moins susceptibles de tomber pour cela. »

Malgré ce Atack et Heldal Lund ont de moi, et le vide lugubre des lieux de Scientologie j’ai visité au Royaume-Uni a dit, je ne peux pas m’empêcher de me sentir désolé pour les scientologues de Grande-Bretagne. Il pourrait avoir une hiérarchie bizarrement entreprise pour ce qui est apparemment un vrai, bon, religion grave, mais à un niveau de base il ya des gens impressionnables qui croient réellement ce qu’on leur a dit. Ils ont rempli le test de personnalité, ont découvert qu’ils étaient mortels pathétiques, et a dit que la seule façon de se reconstruire était par la Scientologie. Je dirais que nous devrions sympathiser avec ce lot, plutôt que de constamment réprimander eux. Ce n’est pas comme leur non-sens, la religion fait-up est plus ridicule que toutes les autres religions confectionnés.

Scientologie a toujours été un mauvais ajustement pour le Royaume-Uni. C’est un phénomène mieux adapté à de riches Américains, tannées qui ont passé toute leur vie qu’on leur dise qu’ils peuvent être ce qu’ils veulent être si ils jettent assez d’argent autour, pas la Irene Thrupps de ce monde, ou l’enfant pauvre du Nord animer des visites de Centre de dianétique.

Saint Hill pourrait se présenter comme le siège de la Scientologie au Royaume-Uni, mais qui clairement ne compte pas pour beaucoup. Les pelouses impeccables, des étangs tranquilles, et les intérieurs Travelodge ont été laissés à pourrir, complètement rejeté par une nation qui ne peut même pas faire face à modérée protestantisme plus. Quant à la vieille garde des opérations britanniques, y compris les plus-Irene Thrupp-mort, prenant la Scientologie à la tombe avec eux.

Source : vice – Traduction Google

Russie – Fraude fiscal : Descente de police à Saint-Pétersbourg dans un local Scientologue

Saint-Pétersbourg, le 29 Septembre, Interfax – police jeudi fouillé les locaux de l’église Saint-Pétersbourg de la Scientologie dans le cadre d’une enquête sur les soupçons de fraude à grande échelle par le directeur général d’une entreprise de construction, l’autorité de la police pour Saint-Pétersbourg et la région de Leningrad a dit. Les recherches ont abouti à des « preuves confirmant l’existence de relations financières» entre le suspect et l’église scientologue, l’autorité a déclaré dans un communiqué. enquêteurs affirment que le chef de l’exécutif a remis à l’église d’environ 9 millions de roubles que auraient été les investissements des clients. « Des documents ont été saisis au cours des recherches qui confirment le transfert d’environ 17 millions de roubles au groupe religieux par une organisation commerciale contrôlée par eux pour les dons et l’instruction», a indiqué le communiqué. police poursuivaient leurs enquêtes, il a dit.

Source : Interfax – Traduction Google

«Reclus de Monflanquin» : savaient-ils ce qu’ils signaient ?

,

Justice – Agen (47) – Nouvelle étape judiciaire

Christine et Charles-Henri de Védrines (ici avec leur avocat Me Picotin) hier au palais de justice d'Agen. Leur livre «Nous n'étions pas armés» (Plon) raconte leur calvaire pendant dix ans./Photo St.B.
Christine et Charles-Henri de Védrines (ici avec leur avocat Me Picotin) hier au palais de justice d’Agen. Leur livre «Nous n’étions pas armés» (Plon) raconte leur calvaire pendant dix ans./Photo St.B.

La condamnation de l’escroc manipulateur Thierry Tilly n’était pas la fin des démêlés judiciaire de la famille De Védrines, autrement appelée celle des «reclus de Monflanquin».

Les magistrats de la cour d’appel d’Agen doivent avant le 17 novembre, date de leur délibéré, répondre à cette question simple : le mandat donné à un agent immobilier par les De Védrines est-il nul parce que signé sous la contrainte psychologique et physique ?

Dix ans de prison

Christine, Charles-Henri de Védrines et neuf autres membres de la famille ont vécu reclus pendant 8 ans (2001-2008) dans le château en question, puis à Talade, dans le canton de Monflanquin toujours, avant de migrer en Angleterre sous la contrainte. Après des années d’enquête, la lumière est faite sur les agissements d’un escroc, Thierry Tilly, et d’un complice. Condamnés par le tribunal correctionnel de Bordeaux une première fois, ils l’ont été avec peine aggravée à dix ans en appel. Pour abus de faiblesse, entre autres.

Ce n’est pas la seule décision judiciaire dans le dossier. En 2009, le tribunal de commerce a condamné le couple à payer 40 000 € à un agent immobilier pour ne pas avoir respecté les termes du contrat les liant. Ils disent avoir découvert les actes notariés à leur retour, après l’exfiltration spectaculaire de 2009. Etaient-ils maîtres d’eux-mêmes en vendant ce château ? En signant ce contrat en 2008, alors qu’ils sont enfermés sur eux-mêmes à Oxford ?

Affaire labyrinthe où s’entremêlent le droit pénal et la manipulation mentale, l’état de suggestion des reclus et les textes réglementaires qui régissent les contrats de vente de biens. Charles-Henri de Védrines témoigne : «Notre propre fils jouait les porte-malettes, sous la contrainte, car on lui disait qu’on allait, nous, être exécutés».

Chemin court(…)

Suite de l’article

E.U. – La discrimination à Short Creek dégénère

Hildale – Moins d’un mois après qu’un juge de district a rejeté une requête déposée par le Bureau de l’Arizona procureur général de dissoudre la Ville Colorado, Arizona / Hildale, dans l’Utah, Bureau du maréchal pour des allégations de corruption, les maréchaux locales, après avoir évité imminente dissolution, sont maintenant auraient monter le chauffage de la discrimination dans ces communautés frontalières Utah / Arizona connus pour la population locale comme «Short Creek. »

Les blessures de Randy Jessop guérissent après un délit de fuite a indiqué sa famille a été délibérément commis contre lui, Colorado City, en Arizona, le 25 septembre 2014 | Photo de Cami Cox Jim, St. George Nouvelles

Une série d’incidents survenus dans Short Creek depuis le Bureau du commissaire a esquivé la balle de dissolution – présumé des actes de représailles commis par des membres de l’Église fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours contre l’ex-EFSDJ et non EFSDJ membres – sont maintenant à l’étude comme crimes haineux par le FBI et le ministère de la Justice a maintenant aurait s’impliquer, aussi bien.

Les résidents locaux réclament le Bureau du commissaire est non seulement de protéger les auteurs de ces incidents, mais a manipulé de preuves dans l’un des cas.

Dimanche, le camion d’un ex-résident EFSDJ Hildale a été détruit par des explosifs. Mardi, 16-year-old boy Hildale, un parent de l’homme dont le camion a explosé, a été pris en écharpe par un camion qui passe alors qu’il circulait à vélo, un camion qui a prétendument été identifié par les enquêteurs comme étant enregistrées à l’église EFSDJ. Plus tôt ce mois-ci, un autre garçon Hildale – dont la famille a également quitté l’église EFSDJ – a été monté sur un véhicule à quatre roues quand un passé de conduite de camion allant la direction opposée aurait vu le garçon, renversé un demi-tour, venant par derrière et Le contre- terminé son VTT avec une telle force qu’elle a envoyé le garçon de s’envoler ses quatre roues et au-dessus du haut du camion agresseur, l’atterrissage sur la chaussée derrière elle. À Colorado City, le 4 septembre, une personne ou des personnes non encore appréhendés par la police locale ont tiré la fenêtre du bureau d’un avocat des victimes qui travaille pour Mohave County.

« Vont-ils sur les crimes de haine de masse? », A déclaré résident Hildale Christopher Jessop. « Avons-nous un Waco se passe ici? »

Mardi après-midi à environ 16 heures, le fils de 16 ans de Jessop, Randy Jessop, roulait à vélo au magasin des frontières, une station d’essence à Hildale, quand Randy a dit un camion qui l’a vu, a fait une embardée et lui délibérément frappé.

Randy Jessop a dit:

J’ai réalisé qu’il y avait cette voiture derrière moi. J’ai juste pensé que c’était une autre conduite de camion par. Je me retournai pour regarder derrière moi et cette chose était juste derrière moi, qui venait derrière moi. Je suis allé sur la route un peu plus et il viens à côté de moi et fait une embardée sur comme si elle essayait de me faire peur à nouveau, comme il le fait habituellement, et il a frappé mon guidon et je suis allé sur la route et a frappé ce pneu (qui a été couché sur le côté de la route) et face planté sur le trottoir.

Après en écharpe Randy et lui faisant s’écraser, le camion a quitté la scène.

Randy souffert éruption de route et de graves lésions au visage et à l’épaule à la suite de l’incident et a dû être transporté à la salle d’urgence de subir de multiples tests, y compris un scanner, pour déterminer la gravité des dommages internes. Médecins conclu qu’il avait a subi une commotion cérébrale mal à la suite de l’incident , sa mère, Jesseca Jessop, a déclaré.

Quand elle a découvert ce qui était arrivé à son fils, Jesseca Jessop appelé 911 Lorsque les commissaires locaux sont arrivés, elle a dit Randy donna les deux officiers une description très détaillée du camion qui l’avait frappé; le camion avait des fenêtres très sombre teinté et un emblème de Chevrolet dans le rack de maux de tête.

«C’est le seul camion de la ville qui ressemble à ça, » dit Jesseca Jessop.

Lorsque les commissaires reviennent deux heures plus tard, elle a dit qu’ils ont ramené des photos de camions pour Randy de l’identifier ne ressemblait en rien le véhicule qu’il avait décrit à eux. Elle a déclaré que les commissaires ont également essayé de contraindre Randy en se rétractant son histoire.

« Ils ont essayé de lui faire dire qu’il vient de s’écraser – qu’il faisait tout cela, » dit-elle.

Tandis que les maréchaux avaient été hors de l’enquête – Jesseca Jessop dit qu’ils passé deux heures à « faire semblant de chercher le camion » – un voisin lui a dit après les maréchaux laissé sa maison, le voisin a vu les conduire à l’endroit où Randy a été frappé et commencent éraflures leurs pieds à travers les traces de pneus et se déplacent également le pneu jeté Randy avait couru dans.

« Ils détruisent des preuves », a déclaré Jesseca Jessop.

Une photo des blessures de Randy Jessop, pris le jour où le délit de fuite se sont produites, Hildale, dans l'Utah, le 23 septembre 2014 | Photo gracieuseté de Jesseca Jessop, St. George Nouvelles

Christopher Jessop dit à sa femme qu’il était temps d’appeler dans le département du shérif du comté de Washington.

«Je pourrais dire (les commissaires) n’allaient pas faire quelque chose, » dit-il.

Les députés du shérif sont arrivés alors que les maréchaux étaient toujours là, et Jesseca Jessop a déclaré que les commissaires n’étaient pas heureux à ce sujet.

« Ils n’aiment pas que (l’interférence d’un organisme extérieur) parce qu’ils ne peuvent tirer leur s- de taureau », a déclaré Christopher Jessop.

Dans les 30 minutes, les députés du shérif avaient localisé le camion les maréchaux ont dit qu’ils ont passé deux heures à chercher en vain pour.

Shauna Jones, chef adjoint avec le bureau du Washington County Sheriff, a déclaré que le camion les députés trouvent, ce qui correspondait à la description Randy Jessop leur avait donné, eu bosses et les dommages qui auraient correspondu avec le hit-and-run, mais aucune preuve n’a été trouvé sur le vélo de Randy de lier l’incident au camion. Un barrage routier députés ont frappé alors que l’enquête était qu’ils ont reçu des histoires contradictoires de personnes trouvées en possession du camion sur qui avait été conduite ou si elle avait été chassé du tout ce jour-là.

« Ils ont interrogé et ont essayé d’obtenir des admissions et n’ont pas pu», a déclaré Jones.

Jones dit que l’enquête sur l’incident est toujours actif.

Jesseca Jessop a dit qu’elle a appris la propriété du camion a été retracée à l’église EFSDJ et que le camion n’est pas inscrit à un individu mais à l’église générique.Christopher Jessop a dit beaucoup de membres EFSDJ ont tourné leur propriété à l’église , ce qui rend impossible dans des cas comme celui de retracer la propriété à une personne.

Jesseca Jessop a dit qu’elle et Randy a passé six heures, avec les enquêteurs du FBI au lendemain de l’incident et qu’elle a aussi depuis été contacté par le ministère de la Justice sur le hit-and-run.

Un agent avec le bureau de St. George FBI a dit qu’il ne pouvait pas commenter sur l’affaire et dirigé St. George Nouvelles au service des médias du bureau de Salt Lake City du FBI. Au moment de cette publication, le département des médias du FBI n’a pas encore répondu à téléphone et e-mails concernant le cas.

Un endommagé quatre roues d'un incident de délit de fuite;  la famille a choisi de ne pas porter plainte, Hildale, dans l'Utah, la date n'est pas spécifiée | Photo gracieuseté de Jesseca Jessop, St. George Nouvelles

Le Bureau du Colorado City / Hildale maréchal n’a pas répondu à une demande de commentaire sur l’incident au moment de cette publication.

La famille de l’autre enfant du pays impliqué dans un hit-and-run similaire plus tôt ce mois-ci, qui a été frappé alors qu’il circulait à quatre roues, a choisi de ne pas porter plainte, Jesseca Jessop dit.Jones, avec le bureau du shérif du comté de Washington, a déclaré qu’aucun rapport sur cet incident n’a jamais été déposée auprès de son bureau.

Ciblée

Jesseca Jessop dit hit-and-run de mardi n’est pas la première fois que son fils a été pris pour cible ou physiquement menacés puisque la famille a déménagé à Short Creek.

«C’est la première fois qu’ils ont effectivement pris contact avec lui, mais ils ont fait plusieurs tentatives en essayant de l’écraser ou de courir le bas ou exécuter lui sur la route, lui et ses sœurs», dit-elle.

Randy et ses sœurs ont également fait les frais de d’autres formes de persécution des membres EFSDJ locales.

 » Ils nous ont appelés noms. Ils ont jeté des pierres sur nous, des bouteilles d’eau « , a déclaré Randy.

Jesseca Jessop a dit qu’elle et les membres de sa famille sont constamment surveillés et harcelés par des membres de l’église EFSDJ. Ils ont eu les gens viennent sur leur propriété et empoisonnent leurs poulets, tirent sur leurs chiens avec des fusils BB, tirent sur et jettent des pierres sur leurs chevaux, tournent leurs chevaux libres, beignets de spin en face de leur maison et de jeter du gravier à eux, et lancer des bouteilles en verre dans leur cour.

«Depuis ce qui s’est passé (le délit de fuite contre Randy), notre cour avant tout est recouvert de verre», a déclaré Christopher Jessop.

Christopher Jessop a dit qu’il est inquiet que Randy vieillit, les maréchaux locales – communément appelés à servir l’Eglise EFSDJ premier et de faire respecter la loi des États-Unis d’Amérique deuxième – commencera l’emporter sur de fausses accusations contre Randy et essayer de cerner les crimes sur lui .

« Il doit bien y regarder chacun de ses mouvements », a déclaré Christopher Jessop.

Le camion d'un homme Hildale a été bombardé ce week-end passé, Colorado City, en Arizona, le 22 septembre 2014 | Photo gracieuseté de Jesseca Jessop, St. George Nouvelles

Ce week-end passé, un ex-EFSDJ relative de Jessop a également été pris pour cible alors une personne inconnus ou des personnes ont fait exploser son camion de ferme avec des explosifs. Un membre de la famille, qui a également utilisé le camion à des fins agricoles, a refusé de commenter en détail sur l’incident à ce moment, ne voulant pas compromettre les enquêtes sur l’explosion. Mais, at-il dit aux enquêteurs fédéraux qu’il a parlé avec sont catégoriser cette récente série d’incidents comme des actions terroristes en raison de la 4 septembre fusillade qui a eu lieu dans le bureau de l’avocat des victimes, qui se trouvait sur la propriété du gouvernement.

Alors pourquoi la famille Jessop pris pour cible? Jesseca Jessop a dit il ya plusieurs raisons, et les représailles contre sa famille qui s’est passé depuis qu’ils ont déménagé à la communauté Short Creek il ya un peu plus d’un an.

Christopher Jessop, un ex-membre de l’EFSDJ connu, a choisi de quitter l’église EFSDJ quand il avait 18 ans Sa femme n’a jamais fait partie de l’église et il n’y a pour ses enfants.

«Je suis parti sur mon propre. Il n’y avait pas moyen de l’enfer j’écoutais deux femmes se battre pour le reste de ma vie « , a plaisanté Christopher Jessop.

« Maintenant, il écoute seulement à un », a déclaré Jesseca Jessop, de rire.

-Et-année, un demi-Il ya un, Christopher Jessop a déménagé sa famille à la zone de Short Creek, où il a grandi. Ils étaient la deuxième famille à déménager dans une maison laissée vacante par les expulsions menées par les États-Effort Plan fiduciaire et le tribunal de district 3.

Lorsque les Jessops arrivés à Hildale à emménager dans leur nouvelle maison, ils ont trouvé un groupe d’hommes EFSDJ avait campé dans la maison afin de les empêcher de s’installer.

«Nous avons dû engager un avocat et passer par tout le processus d’éviction ont eux expulsés », a déclaré Jesseca Jessop.

« (L’église FLDS) n’est pas heureux que nous sommes ici», a déclaré Christopher Jessop.

Il a dit qu’il a été annoncé lors d’une réunion de l’église EFSDJ que quiconque pris en relations avec sa famille seraient excommuniés. Un membre de l’église lui a dit à propos de l’annonce avant l’église avait même terminé ce jour-là, dit-il.

 » Je sais qu’ils essaient de nous chasser de la ville , « at-il dit.

Non seulement at-Christophe Jessop ouvertement quitter l’église EFSDJ puis déplacer sa famille de l’extérieur dans une maison ayant appartenu à un membre EFSDJ actif, mais la famille Jessop s’est en outre perçue comme antagonistes quand, peu de temps après avoir déménagé à Short Creek, ils ont commencé à but non lucratif programme pour aider les résidents locaux – la majorité d’entre eux les membres EFSDJ qui étaient dans le besoin de nourriture, de vêtements et autres formes d’aide – essentiellement en leur donnant une autre source d’aide extérieure de l’église EFSDJ.

« L’église n’était pas heureux avec ça », a déclaré Christopher Jessop.

Jesseca Jessop est en outre impliqué dans de filet de sécurité, un programme de sensibilisation qui relie les familles polygames avec l’aide et services à l’extérieur, y compris l’aide aux victimes de violence familiale dans la communauté EFSDJ et aider ceux qui souhaitent quitter la polygamie à faire la transition à la vie dans le monde extérieur. Les Jessops ont également joué un rôle en aidant les jeunes hommes et les femmes quittent l’église EFSDJ.

Alors, pourquoi rester dans un endroit où une telle persécution est nivelée sur eux?Pourquoi ne pas les laisser Jessops Short Creek?

«J’adore être ici», a déclaré Christopher Jessop. « Cet endroit n’est pas un mauvais endroit; ce sont les «bons» (qui sont mauvais) « .

« Je pense que de Short Creek comme étant une maison millions de dollars qui est infesté de termites», a déclaré Jesseca Jessop.

La famille est là pour rester, dit-elle, et la persécution ne va pas les chasser.

 » Quelqu’un doit leur tenir tête et montrer au reste du peuple de ne pas avoir peur , à résister à ces gars-là », a déclaré Jesseca Jessop.

«Vous savez ce que nous allons faire? » Demanda Christopher Jessop. « Nous allons faire demain quand le soleil se lève – Je vais effectivement me lève avant le soleil se lève – je vais aller travailler, et quand j’aurai fini, je vais revenir à la maison , et si nous nous sentons comme l’écoute de notre musique de bruit que nous allons écouter fort, et nous allons être heureux que nous avions un autre jour. Ils ne sont pas va nous ruissellement « .

Source : St Georges – News – Traduction Google

Canada – Mariage de mineurs, abus sexuels dans la secte Lev Tahor

Nouveaux documents judiciaires montrent la police a liste des jeunes filles dans le groupe juif radical qui avait été mariées et imprégnés par des hommes plus âgés jours avant ils ont fui vers l’Ontario

Les membres de la Lev Tahor à pied dans une rue de Chatham, Ont., Le 5 Mars 2014, l'information sur d'éventuels grossesses mineures et les abus sexuels a été contenu dans un nouveau lot de documents judiciaires publiés aux médias vendredi.

DAVE CHIDLEY / LA PRESSE CANADIENNE

Les membres de la Lev Tahor à pied dans une rue de Chatham, Ont., Le 5 Mars 2014, l’information sur d’éventuels grossesses mineures et les abus sexuels a été contenu dans un nouveau lot de documents judiciaires publiés aux médias vendredi.

MONTREAL-Quelques jours avant que les membres du groupe juif radical Lev Tahor fui Québec pour l’Ontario, les autorités de protection de l’enfance ont reçu une liste contenant les noms des filles trop jeunes dans la communauté dit avoir donné naissance à des enfants conçus par des hommes beaucoup plus âgés.

C’était la deuxième fois dans la même semaine que les fonctionnaires responsables de la protection de l’enfance au Québec avaient entendu des allégations détaillées des mariages trop jeunes et l’inconduite sexuelle possible au sein de la communauté religieuse isolée d’environ 200 personnes.

Il n’est pas clair ce qui sont venus des allégations, si elles étaient d’une enquête approfondie et si elles ont finalement été vérifiées ou discréditées.

Mais seulement 10 jours plus tard, le 18 novembre 2012, la grande majorité du groupe est monté à bord des autobus dans la ville de Ste-Agathe-des-Monts au Québec dans le milieu de la nuit et s’enfuit à travers la frontière Ontario-Québec pour de nouveaux logements à Chatham-Kent.

Leurs actions leur a permis d’échapper à une enquête protection de l’enfance massive et enquête criminelle qui est en suspens près de deux ans plus tard, la majeure partie du groupe maintenant avoir réinstallé en Amérique centrale.

Quelques jours après leur vol de minuit initiale, un juge du tribunal de la jeunesse du Québec a ordonné 14 enfants Lev Tahor en famille d’accueil, mais cette ordonnance a été contrecarrée par des querelles de compétence entre l’Ontario et du Québec et les limites juridiques strictes qui empêchent efficacement autorités au Québec de suivi de la groupe.

Plus d’un an plus tard, lorsque les tribunaux de l’Ontario triés qui avait compétence pour traiter avec le groupe problématique que certains ont appelé un culte religieux, et où les travailleurs humanitaires de Chatham-Kent enfants intensifié sa surveillance de Lev Tahor, ils ont fui le pays pour le Guatemala .

Les informations sur les possibles grossesses mineures et les abus sexuels a été contenu dans un nouveau lot de documents judiciaires publiés aux médias vendredi.

Les documents contiennent des informations sur une enquête de police sur les enlèvements et la traite des personnes accusations portées contre le groupe et ont été utilisés pour obtenir un mandat de perquisition pour les propriétés Lev Tahor au Québec en Novembre 2013, près d’un an après avoir fui à l’Ontario. Aucune des allégations au sujet de Lev Tahor dans les documents ont été prouvées en cour.

Mais la police affirme que le 8 novembre 2012, trois mois après les fonctionnaires de protection des enfants ont commencé à étudier leurs préoccupations au sujet du groupe, ils sont venus en possession d’une liste de noms censé être des jeunes filles mineures qui avaient donné naissance à des enfants avec des hommes plus l’âge de 18 ans, qui, s’il est vrai, pourrait être une violation du Code criminel.

Chef spirituel de Lev Tahor, le rabbin Shlomo Helbrans, aurait prône le mariage entre les enfants dès l’âge de 13 ans, selon son interprétation de la loi juive. Le fils de Helbrans, Nachman Helbrans, a insisté à plusieurs reprises que les mariages Lev Tahor survenus au Canada ont été effectuées en conformité avec la loi, qui fixe à 16 ans l’âge minimum.

Le document indique que les enquêteurs de la protection de l’enfance avaient l’intention de vérifier la liste des noms qui avaient été déposées contre les dossiers des hôpitaux locaux, mais on ne sait pas ce que le suivi a été fait et ce que les conclusions ont été faites. Les sections du document ont été expurgée par le tribunal pour protéger les renseignements sensibles de la sonde de la police.

Un porte-parole de la Direction de la protection de la jeunesse pour la région des Laurentides, une région au nord de Montréal, n’a pas voulu répondre à des questions sur ce qui est venu de leur enquête sur la liste.

« Le Centre jeunesse des Laurentides ne sont plus des commentaires sur la situation de Lev Tahor. Nous fournirons pas d’interviews ou des réactions « , a écrit Julie Lemieux-Côté dans un courriel.

Quelques semaines plus tard, le 11 Décembre 2012, un autre incident troublant émergé quand une femme enceinte de 17 ans, fille a été transporté à l’hôpital avec un état inconnu apparemment assez grave qu’elle a été transféré à l’hôpital pour enfants de Montréal.

« Elle a dit au personnel hospitalier d’avoir été battue par son frère, agressée sexuellement par son père et se marier à l’âge de 15 à un homme de 30 ans, » écrit la police dans le document utilisé pour obtenir un mandat de perquisition.

La police a été incapable de répondre avec la jeune fille et l’interroger, car elle était dans un état grave agité, mais le personnel de l’hôpital ont pris des photos de ses blessures et la police a ouvert une enquête sur une agression sur l’incident.

Lorsque la police a finalement pu rencontrer la jeune fille une semaine plus tard, le 18 décembre 2012, elle ne fait aucune mention d’avoir été agressée.

L’enquête de police en Lev Tahor a continué avec l’aide d’allégations de résidents israéliens dont les familles vivaient avec Lev Tahor ainsi que Adam Brudzewsky, un ancien membre de Lev Tahor qui ont fui la communauté avec sa femme et son enfant à naître ainsi que d’une mémoire bâton, il a dit des documents internes contenues prouvant la direction de Lev Tahor engagés dans la fraude documentaire.

Enquêteurs de la Sûreté du Québec ont également obtenu des mandats de perquisition pour rechercher des propriétés Lev Tahor à Chatham-Kent, une opération à laquelle ils ont saisi des ordinateurs et d’autres fichiers à l’appui de leur enquête.

Aucune accusation n’a été portée contre un membre du groupe. La probabilité de charges futures semble mince après la grande majorité du groupe a fui au Canada pour Le Guatemala plus tôt cette année. Le mois dernier, les services de Chatham-Kent enfants, qui supervisait un nombre d’enfants Lev Tahor qui avaient été placés dans des familles d’accueil en Ontario, a déclaré que les familles qui étaient restés pour garder le contact avec les enfants avaient également disparu quelque temps le soir de Jul . 27. Ils n’ont pas été localisés.

En plus de cela, deux jeunes filles de Lev Tahor qui avaient été placés en famille d’accueil avec une famille à Toronto ont également pu s’enfuir aux États-Unis, malgré un gardien qui avait été affecté pour assurer leurs déplacements.

Source : The star – Traduction Google

E.U. – LUtah faire appel concernant un arrêt sur la polygamie dans l’affaire ‘Wives Sister’

Publié: jeudi 25 septembre 2014 13:01 MDT

Mise à jour: jeudi 25 septembre 2014 13:01 MDT

DOSSIER – Dans ce fichier image de la publicité fournie par TLC, Kody Brown, au centre, pose avec ses femmes, de gauche, Robyn, Christine, Meri et Janelle à une photo promotionnelle pour la série télé-réalité, «Femmes soeur. »

TLC, George Lange, fichier, Associated Press

Résumé

SALT LAKE CITY – Utah a l’intention de faire appel de la décision d’un juge fédéral qui a invalidé une partie de la loi anti-polygamie de l’Etat dans un procès intenté par la famille qui apparaît sur l’émission de télévision « Wives soeurs. »

Procureur général Sean Reyes a déposé un avis d’appel en Cour de district des États-Unis mercredi soir. L’Etat a maintenant 14 jours pour présenter ses arguments à la Cour de circuit 10 d’appel de Denver.

Kody Brown et ses quatre épouses ont contesté la loi bigamie de l’Utah en 2011, en disant qu’elle violait leurs droits constitutionnels. Comté Utah procureur Jeff Buhman menacé de les poursuivre après « Wives sœurs» a fait ses débuts, mais n’a finalement pas plainte. La famille a finalement déménagé de Léhi à Las Vegas.

Le juge Clark Waddoups a jugé qu’une disposition de la loi interdisant la cohabitation a violé la liberté de religion des Browns.

L’Etat a tenté de faire le costume jeté après Buhman a adopté une politique de ne pas poursuivre la bigamie à moins qu’il ne se produit avec un autre crime ou si une personne dans la relation est moins de 18 ans.

Les Browns de l’avocat, Jonathan Turley, a déclaré que les Browns sont prêts à défendre Waddoups de la décision qui réaffirme la liberté de religion et la protection égale.

« C’est une position assez curieuse pour l’état de l’Utah en cherchant à renverser l’une des défenses les plus solides de la liberté religieuse a rendu depuis des décennies », a posté sur son blog.

Source : Deseret News – Traduction Google