Au Mexique, fin de partie pour « La Tuta », chef d’un cartel entre secte et mafia

Lemonde | Par Lemonde

 

Fin de cavale pour Servando Gomez, chef du cartel mexicain des Chevaliers templiers. Vendredi 27 février, celui qu’on surnomme « La Tuta », a été arrêté dans la ville de Morelia, capitale de l’Etat du Michoacan (ouest du Mexique), fief de son étonnante organisation criminelle, à la fois secte et mafia. Cet ancien instituteur de 49 ans, décrit comme un stratège ultraviolent, a longtemps fait trembler les hommes politiques en diffusant sur le Web des vidéos révélant ses réseaux de corruption.Aucun coup de feu n’a été tiré lors de la capture de « La Tuta », vendredi à l’aube, dans une maison d’un quartier populaire de Morelia. Le criminel le plus recherché du Mexique, dont la tête était mise à prix 30 millions de pesos (1,8 million d’euros) par le gouvernement, était à la tête d’une organisation mafieuse d’un genre nouveau. Fondé en 2011, le gang des Chevaliers templiers impose un code moral et religieux à ses membres, contraints de manger du cœur humain lors de rites initiatiques. Spécialisé dans le trafic de méthamphétamines vers les Etats-Unis, le cartel a étendu ses activités aux enlèvements, au racket des producteurs de citrons ou d’avocats du Michoacan et à l’exportation frauduleuse de minerai de fer vers l’Asie.

Son profil criminel, réalisé par le ministère public, le décrit comme un manipulateur, fan de combats de coqs, et un superstitieux, adepte du tarot.

Né le 6 février 1966 dans la ville d’Arteaga, dans le sud du Michoacan, M. Gomez, a été instituteur avant de se consacrer, corps et âme, au début des années 2000, au trafic de drogue. « J’avais un travail très sain et très honnête, mais il ne satisfaisait pas mes aspirations », justifiait-il dans une bande audio diffusée le 2 février sur les réseaux sociaux. Surnommé aussi « El Profe » (Le Prof), M. Gomez a continué de percevoir jusqu’en 2010 un salaire versé par l’éducation nationale. Pourtant, quatre ans plus tôt, il était déjà identifié par la police comme un des fondateurs du cartel de La Familia Michoacana, réputé pour décapiter ses ennemis. Son profil criminel, réalisé par le ministère public, le décrit comme un manipulateur, fan de combats de coqs, et un superstitieux, adepte du tarot.

Producteur de vidéos(…)

Suite de l’article