A Paris, un lycée privé accusé de dérives sectaires sera inspecté

Le groupe scolaire Gerson, un établissement catholique privé du 16earrondissement de la capitale, accusé de dérives intégristes, sera soumis à une inspection, a fait savoir le ministère de l’éducation mardi 15 avril. La Mairie de Paris a réclamé l’ouverture d’une enquête administrative, dénonçant « une guerre idéologique d’un autre temps » imposée aux élèves de ce groupe scolaire.

Des représentants de l’association Alliance Vita, proche de la Manif pour tous, auraient qualifié de « semi-meurtrières » les jeunes filles ayant recours à la pilule du lendemain et assimilé l’avortement à un« homicide volontaire » pendant une intervention en classe sur la contraception, selon des élèves.

Alliance Vita, créée par Christine Boutin, a démenti avoir tenu ces propos, dénonçant « le mensonge, la calomnie et le procédé lâche visant à salir son image et à jeter le discrédit sur son travail ».

Dans un communiqué, l’association se justifie et annonce qu’elle va porter plainte pour « diffamation » :

« Alliance Vita est régulièrement invitée à intervenir, officiellement et au su de tous, dans les écoles, sur les sujets concernant la bioéthique, grossesse et la naissance. »

« LE HARCÈLEMENT (…) PREND TOUTES LES FORMES »

Selon un parent d’élève interrogé par l’Agence France-presse, plusieurs associations « proches de l’Opus Dei » ont été invitées à intervenir dans cet établissement, sans que les parents en soient informés. « Clairement, on veut faire de cette école un établissement Opus Dei et faire partir ceux qui s’y opposeraient », selon le syndicat de l’enseignement catholique FEP-CFDT. « On ne veut pas d’enfants non baptisés, ni d’enfants issus de familles recomposées, de parents séparés ou de familles monoparentales, ni de juifs », a ajouté Valérie Ginet, secrétaire générale du syndicat.

Selon le FEP-CFDT, plusieurs professeurs et personnels de l’administration se sont également plaints de harcèlement, une (…)

Lire la suite sur lemonde.fr