After Earth : derrière le film de Will Smith, une ode à la scientologie ?

CINEMA – Le magazine Hollywood Reporter a demandé à un ancien scientologue de regarder After Earth, le dernier film de Will Smith avec son fils Jaden. Surprise : l’univers créé par le réalisateur M. Night Shyamalan emprunterait plus à la réalité de l’église scientologue qu’à la science-fiction.

Will et Jaden Smith, star de père en fils, à l'affiche mercredi prochain dans After Earth.

Will et Jaden Smith, star de père en fils, à l’affiche mercredi prochain dans After Earth.Photo : BEHAR ANTHONY/SIPAUSA/SIPA
CLAIRE LAMOTTE
Après la comédie A la recherche du bonheur en 2007, After Earthréunit pour la deuxième fois les acteurs Will et Jaden Smith, père et fils à la ville. Produit par Sony Pictures et réalisé par le cinéaste M. Night Shyamalan (Sixième Sens), ce blockbuster de science-fiction débarque sur les écrans français mercredi prochain. Si en France, les journalistes n’ont pas été autorisé à voir le film, le magazine américain Hollywood Reporter est parvenu à organiser une projection pour un ancien membre de la scientologie, Marc Headley.

Selon lui, After Earth emprunterait autant aux concepts qu’au vocabulaire et à l’imaginaire visuel de la secte dont Tom Cruise et John Travolta sont des célèbres représentants. Dans le film, les péripéties de Kitai et de son père Cypher, héros échoués sur la terre mille ans après la désertion de l’humanité, iraient bien loin qu’une simple aventure pour survivre dans un futur inventé. Elles seraient en réalité une ode à la scientologie, notamment par sa devise : « le danger est réel, la peur est un choix. »

Les dogmes infiltrés

Point par point, Marc Headley analyse les saillies du film relevant de la théorie de la scientologie. Les dialogues d’After Earthreprendraient selon lui la propagande de l’église. La problématique tissée autour de la peur serait directement inspirée du livre du fondateur de la scientologie L. Ron Hubbard. La peur serait représentée comme un choix et un pur produit de la pensée. De la même façon, il relève l’insistance sur la nécessité de vivre le moment présent, d’en ressentir toutes les sensations et de se détacher du passé.

En dehors des propos et de la philosophie véhiculée, le dissident de la scientologue souligne la prégnance de l’image du volcan, qui est une des récurrentes dans la communication des scientologues. Reste que le budget de 130 millions de dollars d’After Earth en fait un film conçu pour le grand public.[…]

Suite de l’article