Après le retour de la petite Assia, l’« emprise sectaire » du père dénoncée

Selon elle, la radicalisation du père d’Assia « s’est faite sur Internet ». Il passait « ses journées à regarder des vidéos [du groupe djihadiste le Front Al-Nosra], à s’isoler, à être en rupture et à ne côtoyer que des gens qui lui ressemblent ».

> Lire aussi l’analyse : En France, des candidats au djihad de plus en plus nombreux

AUCUNE NOUVELLE DU PÈRE DEPUIS SON RETOUR

La jeune maman, originaire de l’Ain, était restée sans nouvelles de sa fille après l’avoir laissée à son ex-mari le 14 octobre 2013. « Il m’avait fait croire qu’elle était morte, qu’elle avait été victime d’un bombardement ou qu’elle avait été grièvement brûlée », a raconté Mme Rhaiem, qui s’est rendue à la fin d’août pendant une semaine« avec son frère » en Turquie, où elle a convaincu son ex-mari de la rencontrer dans un hôtel à Hatay, près de la frontière syrienne.

Le père a été interpellé à cette occasion par les autorités turques alors qu’il se trouvait avec sa fille. Il a été placé en détention avec la fillette, puis celle-ci a été remise le 2 septembre à sa mère, qui n’a depuis « aucune nouvelle » du père d’Assia.

Mme Rhaiem a assuré qu’Assia allait « très bien » depuis son retour, mais qu’elle était « de temps en temps apeurée ».

Retrouvez cet article sur lemonde.fr