Aux Etats-Unis, un procès contre une pâtisserie qui a refusé de faire un gâteau orné d’un message homophobe

 

En mars dernier, dans l’Etat américain du Colorado, un client est entré dans une pâtisserie avec une requête bien précise: il voulait deux gâteaux en forme de Bible décorés de la phrase «Dieu déteste les gays». Pour célébrer sa haine des homosexuels avec style, Bill Jack, le fondateur d’une organisation éducative chrétienne, avait aussi demandé une illustration comestible: deux hommes qui se tiennent la main recouverts d’une croix rouge.

Choquée, la pâtissière a refusé d’inscrire ces messages, et Bill Jack lui fait maintenant un procès pour discrimination religieuse, rapporte USA Today . «Je pense que la pâtisserie m’a discriminé en raison de ma foi», a-t-il déclaré.

Cette demande de gâteau homophobe n’a pas été faite par hasard. Il s’agit probablement d’une réponse à un récent procès qui a chagriné les ultraconservateurs: toujours dans le Colorado, un propriétaire de boulangerie qui avait refusé de faire un gâteau pour un mariage homosexuel a été poursuivi pour discrimination. L’année dernière, un juge a ordonné à Jack Phillips, le propriétaire, de faire suivre une formation anti-discrimination à son personnel et de servir tous les clients, quelle que soit leur orientation sexuelle, sous peine d’amende. Phillips a fait appel, arguant de sa liberté de conscience. Afin de ne pas avoir à faire des gâteaux pour des couples gays qui se marient, il a cessé de vendre des gâteaux de mariage, mais accepte de faire des gâteaux d’anniversaire pour les personnes LGBT.

«Si un pâtissier peut être condamné pour avoir refusé de faire un gâteau pour un couple gay, peut-il aussi être puni s’il refuse de faire un gâteau avec un message homophobe?», se demande le Guardian.

C’est exactement la question qu’a voulu poser Bill Jack. Mais selon les avocats interrogés par la presse, son recours a peu de chance d’aboutir à une condamnation. Précision importante: la propriétaire de la pâtisserie, Marjorie Silva, avait (…)

Lire la suite sur Slate.fr