Belgique – Inquiétant: un scientologue était présent pour l’évacuation des scouts, à Jalhay

O.T.

C’est l’image forte des nombreuses précipitations de ces derniers jours : ces scouts treuillés pour sortir de leur prairie menacée par la montée des eaux, ce mercredi à Royompré (Jalhay). Un sauvetage où la présence d’un membre de la scientologie faisait plutôt tache, alors que nos ruisseaux ne sont plus en phase d’alerte depuis hier selon le Sethy (Région wallonne).


Quelqu’un avec un coupe-vent de la scientologie a assisté de près à toute l’évacuation.

GDS

Quelqu’un avec un coupe-vent de la scientologie a assisté de près à toute l’évacuation.

La scientologie, c’est ce mouvement d’origine américaine, poursuivi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles notamment pour «  organisation criminelle, escroquerie et pratique illégale de la médecine  ». Était-elle présente, discrètement, dans nos camps de jeunesse pour tenter de «  convaincre  » de nouveaux adeptes ? C’est la question que l’on peut très sérieusement se poser, alors que 5 camps de jeunes ont été évacués en urgence à Royompré (Jalhay), mercredi suite aux fortes pluies des derniers jours. Une évacuation en urgence, à l’aide des pompiers.

C’est là, dans le feu de l’action, que nous avons aperçu un homme d’une quarantaine d’années, portant un bien approprié coupe-vent rouge, marqué « Dianetics » à l’arrière et au devant. La « Dianetics » est la bible des scientologues, sur laquelle ils établissent leur mouvement qui consiste, pour faire simple, à vous promettre de devenir un surhomme, une élite largement au-dessus de la populace, qui survivra à la fin du monde.

Mercredi, nous avons interrogé cet homme discret, qui nous a ainsi justifié sa présence sur place : «  je suis là pour aider les camps  », sans plus de précisions. Il n’a pas pu nous dire quel camp, ni qui était qui dans les différents camps établis le long de la Hoëgne.

Une présence étrange, mais peut-être pas si inhabituelle que cela. «  La présence de cette personne sur les lieux d’une catastrophe est loin d’être étonnante  », explique le député fédéral André Frédéric, président de la Commission de l’intérieur sur les sectes au Parlement fédéral en 1997.

Source : La meuse