Benny Hinn, un one man show évangéliste

Samedi 11 et dimanche 12 mai 2013 au soir, le pasteur télévangéliste américain, bête des médias, Benny Hinn était au Parc Expo de Rouen, pour « transmettre aux fidèles le message de Dieu ». Reportage. 

BENNY Hinn1400 personnes étaient attendues samedi soir au Parc Expos de Rouen. A l’invitation du pasteur Daniel Vindigni de l’église évangélique rouennaise « Salut Pour le Monde », le télévangéliste américain Benny Hinn venait délivrer le « message de Dieu ». Une scène, un écran, un orchestre, une régie son, des centaines de chaises sont mises en place. Un show évangéliste à l’américaine. Une première en Normandie.

A 17 h 30 ce soir-là, déjà beaucoup de fidèles sont installés dans la salle. L’entrée est gratuite, il fallait seulement réserver auprès du staff de Daniel Vindigni. Costumes, chemises, robes chics, talons, strass et paillettes pour certains : on s’est mis sur son 31. Le public de Benny Hinn brille de mille feux. Un accueil princier que le pasteur Daniel Vindigni prend le temps d’expliquer, avant de méditer sur un passage biblique et d’annoncer l’Américain : « Benny Hinn, c’estle plus grand, en terme de guérisons, de connexions sur Youtube, il a un charisme extraordinaire ».

Pasteur Daniel Vindigni de l'église évangélique "Salut Pour le Monde"

Pasteur Daniel Vindigni de l’église évangélique « Salut Pour le Monde »

Le plus grand pasteur, donc, mais aussi l’un des plus controversés. Publicité mensongère sur ses guérisons, opacité de son organisation, opulence, soupçon de fraude fiscale, de dérive sectaire… En 2007, Sébastien Fath, historien spécialiste du protestantisme évangélique, écrivait sur son blog : « Il est d’autre part de notoriété publique que le style de vie de Benny Hinn est beaucoup plus proche de celui d’Elton John que de celui de Saint-François d’Assise: il voyage d’hôtel de luxe en hôtel de luxe, possède un jet privé de 36 millions de dollars… se paye des vacances de nabab… Le décalage entre son style de vie et la condition des pauvres et des malades qui constituent l’essentiel de sa clientèle, peut poser question. »

Son hôte d’un soir, Daniel Vindigni, 53 ans, préfère placer ces critiques sous l’étiquette de la jalousie : « Lorsque l’on réussit dans un domaine, on attire les jalousie. La réussite suscite l’envie ». Le pasteur rouennais arbore une bague piquée de pierres brillantes et une montre aussi bling-bling. Ancien chef d’entreprise, il a monté son église il y a dix ans, suite à « une révélation de Dieu une nuit, une illumination » dans son coeur. Depuis, il dit guérir des gens dans son église. Le culte « Salut Pour le Monde » compte une centaine de fidèles, nous dit-il.

En février 2012, Le Monde affirmait qu’une église évangélique s’ouvrait tous les dix jours en France. Avant de se retirer pour méditer, Daniel Vindigni nous explique cette expansion du protestantisme évangélique. « Certains diront que c’est un phénomène de société, les gens ont un besoin de retour à la spiritualité, une besoin d’adoration. Moi je crois que Dieu est en train de convertir des millions de personnes pour préparer l’arrivée très prochaine de son fils, Jésus. Sans compter que c’est la seule religion qui garantit la possibilité de vie éternelle, sans conditions ». Car c’est tout l’enjeu des églises évangélistes : le Réveil spirituel. Avant de nous quitter, le pasteur Vindigni s’adresse à notre « âme » : « Les journalistes cherchent le scoop, les polémiques, ce qui entre dans le jeu de l’Islam qui s’infiltre en France. La France a besoin de se rechristianiser, car si l’on continue comme ça, on va droit dans le mur, car tout ce que cherche l’Islam, c’est imposer la charia ».

BH5Il est 18 h 30, il ne reste plus que deux rangs vides dans la salle. La cérémonie doit commencer à 19 heures. Quarante bénévoles sont missionnés pour l’accueil, vingt-quatre personnes sont déléguées à la sécurité. Dans les rangs, on discute, on se dit bonjour, se complimente sur sa tenue. Roger, 49 ans, est venu de Duclair avec six de ses proches. Il a appris la présence de Benny Hinn seulement quelques heures avant le début du show : « Quand on a su, on a presque couru jusqu’ici« .

Quelques minutes avant le début du prêche, des évangélistes se succèdent au micro pour vendre leur marchandise. On entendra un agent immobilier évangéliste, une publicité pour les formations professionnelles ou des appels à aller acheter les produits vendus sur les stands du hall : « Si vous n’avez pas ce trésor inépuisable qu’est la Bible, je vous invite à venir l’acheter » ou encore « N’hésitez pas à aller planter votre semence en allant acheter les produits du pasteur Benny Hinn ».

BH2

Il est 18 h 59, un compte à rebours s’affiche sur le grand écran, accompagné d’une musique digne d’un film d’aventure. Nous prenons place près de John Robert, 25 ans, et Sinha-Timothy, originaires d’Inde et du Bengladesh. Ils sont venus avec des amis, depuis le centre de Paris pour voir le pasteur Benny Hinn. Ils expliquent leur enthousiasme : « Cet homme a un cadeau de Dieu. Quand il prie, il guérit les gens ». Les deux amis espèrent pouvoir lui parler et lui demander de prier pour eux.

Le pasteur Vindigni prend la parole au micro. Ses mots sont rythmés par les Amen du public. L’audience chante pendant une trentaine de minutes avant l’arrivée du pasteur Benny Hinn. Les paroles des chants sont diffusées sur le grand écran, effet karaoké garanti. Vient le moment de la quête. Daniel Vindigni aurait financé l’événement sur ses deniers personnels. Il lui faut rembourser « la location de la salle, des chaises, la régie ». Aussi, les hôtesses distribuent au public des enveloppes. On peut y insérer un chèque ou de l’argent liquide. Notre voisin, Sinha-Timothy y déposera vingt euros. Si l’on n’a pas pris ses précautions, il est aussi possible d’inscrire sur l’enveloppe ses coordonnées personnelles et bancaires. Et pour convaincre les réticents, il est précisé sur l’enveloppe : « Que chacun donne comme il l’a résolu en son coeur, sans tristesse, ni contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie (2 Cor. 9 :7) ».  Daniel Vindigni rassure l’assemblée : « Le pasteur Benny Hinn vous donnera l’occasion de le bénir personnellement tout à l’heure ».

[…]

Suite de l’article