Braderie : questions autour d’un stand

08/09/2014 05:32
Certains passants choqués ont pu manifester à côté du stand, à la condition de ne pas troubler l'ordre public. - Certains passants choqués ont pu manifester à côté du stand, à la condition de ne pas troubler l'ordre public. - (Photo cor. NR, Pascal Montagne)

Certains passants choqués ont pu manifester à côté du stand, à la condition de ne pas troubler l’ordre public. – (Photo cor. NR, Pascal Montagne)

La Grande Braderie de Tours s’est déroulée sans incident notable hier (lire page 3). Comme chaque année, malgré une information largement diffusée et les panneaux installés bien en vue, les services de la police municipale ont dû faire évacuer un certain nombre de véhicules laissés par leurs propriétaires dans les rues où le stationnement était interdit.

« On en a enlevé 33, confie Franck Boyer, directeur de la police municipale. C’est moins que l’an passé où on avait dû en enlever une cinquantaine. Pourtant, le périmètre interdit était plus étendu cette année. »
Le seul « incident » s’est situé rue des Halles où était installé un stand qui vendait des DVD et livres scientologues. Cette présence a choqué quelques passants : une femme a voulu porter plainte au commissariat qui a refusé de l’enregistrer. « Je ne comprends pas : l’église de Scientologie est une secte et sa propagande est interdite. »
En fait, si l’église de Scientologie est effectivement répertoriée parmi les sectes par une commission parlementaire, elle n’est pas interdite. Elle a été poursuivie par la justice pour certaines dérives tombant sous le coup de la loi (abus de confiance, escroquerie) mais rien ne l’empêche de faire de la propagande. La Cour européenne de justice protège même son existence au nom de la liberté religieuse et la considère comme une religion à part entière.
« La société qui tenait le stand était régulièrement inscrite au registre du commerce (une SARL d’Angers), nous l’avons donc autorisée à s’installer », explique Franck Boyer. « En revanche, nous avons autorisé ceux que cette présence choquait à manifester à proximité du stand sans troubler l’ordre public. »

Source : La nouvelle république