Burundi: Des adeptes de « Zebiya » ou Eusébie tués par la Police

Les disciples de Zebiya ou d'Eusébie en prière à Businde (Photo Iwacu-burundi.org)

Les disciples de Zebiya ou d’Eusébie en prière à Businde (Photo Iwacu-burundi.org)

On en est pas encore aux types de tueries que l’on a eu aux USA contre des adeptes de sectes religieuses… Mais au Burundi, le phénomène sectaire religieux prend de l’ampleur et devient de plus en plus inquiétant. Des « fidèles d’Eusébie », une secte catholique, viennent d’être tués par la police à BUSINDE en commune Gahombo à Kayanza.

En novembre dernier,  Mgr Gervais Banshimiyubusa, l’évêque catholique de Ngozi, disait: « Nous interdisons formellement tout culte à Businde. Nous demandons à Mme Eusébie et à ses adeptes d’arrêter toute activité qui porte préjudice à l’unité et à la communion de l’église ».
Souvenez-vous alors au mois de Décembre qui suivit, la police burundaise avait regroupé plus de 500 disciples d’Eusébie, qui s’en étaient allé au site de BUSINDE à Gahombo (Kayanza) pour y attendre la fin du monde qui était prévue, selon eux, le 12 décembre 2012.

Ce matin, lors  d’une confrontation entre la police burundaise et ces disciples de Mme Eusébie Ngendakumana (Zebiya en Kirundi), sur la colline Businde en commune Gahombo à Kayanza, plus de 5 disciples ont trouvé la mort et 30 autres blessées. Ces adeptes étaient comme à  leur habitude à la prière qui doit avoir lieux,selon leur précepte, le 12 de chaque mois.

Pourtant, au mois de décembre dernier, le Ministre de l’intérieur du Burundi, M.Edouard Nduwimana, avait  demandé aux adeptes d’Eusébie de passer par les voies légales pour fonder leur église.  Ces adeptes lui avaient répondu qu’ils étaient appelés par l’Esprit Saint et qu’ils continueraient à faire leurs prières sur cette colline benédite qu’ est – BUSINDE -, et précisément chez Eusébie ( Mme Eusébie Ngendakumana).
Le ministère public avait été catégorique, en rappelant que  la localité de BUSINDE ne pouvait pas continuer à accueillir des gens qui agissent en dehors de la légalité.  Le Ministre Nduwimana leur demanda en vain de l’approcher en vue de les aider à mettre en place leur propre église.

Cet incident montre à quel point il devient plus qu’urgent pour le Burundi de s’intéresser à ce phénomène religieux sectaire qui peu à peu ronge les collines du pays.

DAM, NY, AGNEWS, le 12 mars 2013.

 Source : http://burundi-agnews.org/uncategorized/?p=5681