Canada – Bataille judiciaire autours du nom « L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours »

Daphne Bramham: Mormons win battle to distance themselves from B.C. polygamist

Winston Blackmore polygame de Bountiful, en Colombie-Britannique, laisse tribunal de Vancouver, en Colombie-Britannique sur le 25 janvier 2012 lors d’une pause dans son affaire fiscale.

Photo par: Jason Payne, Vancouver Sun

Les Mormons ont leurs noms dos. Mais il a fallu Lawyering et aller au tribunal pour les arracher loin de Winston Blackmore polygame.

En fin de compte, Blackmore ne était pas pour le combat. Il a accepté de donner les noms « Mormon » et toute variation du nom «Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours. »

Peut-être que ce est parce que depuis Août, l’attention de Blackmore a été plus axée sur l’accusation criminelle déposée contre lui pour pratiquer la polygamie.

(Sa prochaine date d’audience est le 29 janvier à Creston cour provinciale, où il devrait apparaître avec trois autres de Bountiful. Son frère-frère James Oler est également accusé d’un chef de la polygamie, tandis que son frère Brandon Blackmore et L’épouse de Brandon Gail Crossfield sont chargés de soustraction d’un enfant du Canada.)

Il peut également être en raison du grand projet de loi qu’il a eu à payer pour arriérés d’impôts, amendes et frais de justice après avoir échoué dans sa tentative d’avoir du revenu du Canada lui et ses disciples impose pas comme des individus mais comme une communauté religieuse.

Dernière Septembre, la Cour d’appel fédérale a confirmé une décision de la Cour fédérale des contributions que Blackmore et son groupe ne ont pas respecté l’une des quatre conditions de la Loi de l’impôt qui doivent être remplies pour constituer une congrégation religieuse.

Sans doute à la grande joie de l’église dominante, les juges des deux tribunaux a déterminé que le groupe de Blackmore ne est pas affilié en aucune façon avec le LDS.

La décision a également noté que le groupe de Blackmore ne nécessite pas tous les biens qui se tiendra en commun ou que tous ses membres consacrent leur vie professionnelle aux activités de la congrégation.

La lutte pour savoir qui a le droit légitime d’être appelé Mormon ou utiliser le nom L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a été en cours depuis 125 ans.

Ce est un combat axé sur la « révélation » la plus controversée du fondateur de la religion Joseph Smith – la polygamie.

En 1890, alors président de l’église Wilford Woodruff avait sa propre «révélation» et suspendu la pratique de la polygamie – après le Congrès américain a adopté une loi qui lui aurait permis de saisir tous les actifs de l’église. Il a ouvert la voie pour l’Utah pour devenir un état.

Mais au fil des années, il y avait ceux qui étaient en désaccord avec Woodruff et de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours. Parmi eux se trouvaient le père de Blackmore, Ray Blackmore, et son oncle, Harold Blackmore. Leur désaffection de l’église dominante conduit à leur création en 1946 de la communauté appelée Bountiful, où les gens partageant les mêmes idées ont ouvertement pratiqué la polygamie depuis.

Au fil des ans, ceux qui pratiquent la polygamie se sont organisés sous différents noms incluant les États-Ordre, l’apostolique des Frères Unis et de l’Église fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Winston Blackmore était une fois un évêque de la FLDS, le plus grand groupe en Amérique du Nord. Mais après son excommunication, il a commencé son propre groupe, qui compte moins de 500 adeptes (la quasi-totalité d’entre eux, y compris de nombreux parents de ses enfants 135-Plus).

En mai 2010, Blackmore a enregistré le nom «L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours Inc.» en Colombie-Britannique.

L’église de l’Utah, qui revendique une adhésion des pays de 15 millions à 170, n’a pas remarqué jusqu’à l’année dernière quand il est allé à enregistrer le nom au Canada.

Le lundi, par consentement, la Cour suprême de la province a émis une ordonnance interdisant Blackmore et ses disciples d’utiliser le nom «L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours Inc.» ou des noms similaires – connu dans la cour parler comme «toute autre déguisée imitation. « 

L’ordonnance interdit également de diriger l’attention du public d’une façon qui serait source de confusion entre le groupe de Blackmore et de la LDS ou en aucune façon laisser entendre qu’il existe une association entre les deux groupes.

En outre, il interdit Blackmore et ses partisans de «questionnement, attaquer, contester, [et] contester la validité de, et se opposer à, opposant ou autrement contester ou entraver de quelque manière, y compris par voie de procédures judiciaires de toute nature » avec le basé dans l’Utah utilisation de l’église de ses marques de commerce.

Ceux-ci incluent: L’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours, saints des derniers jours et Mormon.

Blackmore doit aussi changer immédiatement la dénomination sociale de son groupe à l’Église de Jésus-Christ (Original Doctrine) Inc.

L’église de LDS mainstream a réussi à obtenir ses noms dos.

Mais il est presque certain que l’une des défenses Blackmore utilisera quand commence son procès criminel, ce est que, comme l’un des vrais disciples de Joseph Smith, pratiquer la polygamie est son droit religieux.

Source : The Vancouver Sun – Traduction Google