Canada – Cookshire-Eaton réclame 33 000 $ aux Esséniens

Publié le 02 octobre 2014 à 15h05 | Mis à jour le 02 octobre 2014 à 15h05

L'Ordre des Esséniens est mené par Olivier Martin.... (Photo tirée de Facebook)

L’Ordre des Esséniens est mené par Olivier Martin.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Ma Presse

 

Claude Plante
CLAUDE PLANTE
La Tribune

(SHERBROOKE) L’Ordre des Esséniens ne mène pas grand train à Cookshire-Eaton, mais il fait mal aux finances de la municipalité.

La petite église située dans le secteur Birchton.... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

La petite église située dans le secteur Birchton.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Martin Tremblay, directeur général et secrétaire-trésorier, confirme que l’administration municipale n’a pas reçu de plainte de citoyens concernant ce groupe religieux s’étant établi dans l’ancien domaine de la famille Drolet.

En tant qu’administrateur municipal, si je n’ai pas de plainte, c’est que le groupe se comporte en bon citoyen corporatif, a-t-il résumé lors d’un entretien accordé à La Tribune.

C’est au chapitre de l’impôt foncier que le groupe mené par Olivier Martin est en défaut de paiement, ajoute-t-il. En 2013, les Esséniens, via la Fondation du mouvement, ont fait clairement savoir qu’il n’a pas l’intention de payer les 33 000 $ dus en taxes et autres frais municipaux, ajoute M. Tremblay.

Le dossier suit les procédures de litiges. Il restera aux membres du conseil municipal de décider si des recours devant le Tribunal administratif du Québec seront entrepris.

Le mouvement est aussi propriétaire d’une petite église sur le chemin de la Chute dans le secteur Birchton. Son «ouverture officielle» a eu lieu en juin 2013. On invitait les participants à s’y rendre pour «faire bénir fruits, légumes, pousses ou plantes pour ramener à la maison une bénédiction dans votre vie quotidienne !»

Cinq millions $

Selon La Presse, l’Ordre des Esséniens a déclaré des revenus de cinq millions $ en quatre ans.

En 2013, la branche canadienne de l’Ordre a enregistré des revenus de 1,3 million, surtout grâce à la vente de biens et services. Elle a distribué des reçus aux fins d’impôts pour 250 000 $ en dons encaissés.

Les Esséniens revendiquent des actifs d’une valeur de 3,5 millions $, dont 500 000 $ en argent liquide. La majorité de leurs actifs se trouve dans le domaine qu’ils possèdent à Cookshire-Eaton, d’une valeur de 2,9 millions $ au rôle d’évaluation, mais payé 1,1 million en 2007.

– Avec Christine Bureau

Source : La presse