Canada – Détournements de fonds: un pasteur et ses disciples doivent rembourser

Le révérend Mwinda Lesoka et quelques fidèles de... (Photo: Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Le révérend Mwinda Lesoka et quelques fidèles de l’Église évangélique Béthel doivent rembourser 978 569 $ au Parc Safari, qu’ils ont détournés entre 2006 et 2008.

PHOTO: ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Christiane Desjardins

Mwinda Lesoka, pasteur de l’Église évangélique Béthel, et d’autres fidèles viennent d’être condamnés par la Cour supérieure à rembourser le Parc Safari, qui s’est fait soutirer 978 569$ en détournements de fonds entre 2006 et 2008.

Ces détournements ont été effectués par Ruth Eugène, qui occupait les fonctions de directrice des finances au Parc Safari. Mme Eugène, qui était membre de l’Église Béthel, a fait des transferts de fonds principalement à Actions Béthel, une entité corporative distincte de l’Église, dont le pasteur Lesoka est le président. Dans sa décision, le juge Pierre Nollet décrit Actions Béthel ainsi: «Elle a été constituée pour faire, entre autres, ce que les statuts de l’Église n’autorisent pas. À titre d’exemple, Béthel projette un développement immobilier.»

De fait, l’église était située dans une ancienne école, au 211, boulevard Henri-Bourassa Est, attenante à un vaste stationnement. Actions Béthel ambitionnait d’y ériger des condos.

Pleine confiance

Jean-Pierre Ranger, dirigeant et actionnaire principal du Parc Safari, à Hemmingford, connaissait déjà Ruth Eugène quand il l’a embauchée, en 2006. Il avait pleine confiance en elle. Mais la femme a prêté les fonds à Béthel, qui a été incapable de rembourser. Au procès, Mme Eugène a prétendu qu’elle avait agi avec l’autorisation de M. Ranger, ce que celui-ci a nié. M. Ranger a fait valoir que Mme Eugène avait falsifié des documents pour détourner l’argent. Mme Eugène a fait 37 transferts; 743 734$ sont allés à Actions Béthel. Des transferts ont aussi été faits à Mme Eugène elle-même pour 6084$, à son conjoint Jasmin St-Louis pour 13 000$, à son frère, Yonel Eugène, qui est aussi diacre de l’Église, pour 69 598$, ainsi qu’à la femme de celui-ci, Gilberte Mardi, pour 145 661$.

Le pot aux roses a été découvert en mai 2008, après que le pasteur eut fait une suspension de paiement sur un chèque de 420 000$ qu’il avait émis pour garantir une partie du prêt.

M. Ranger a intenté une poursuite civile. Toutes les personnes citées plus haut, sauf M. St-Louis, qui a déjà remboursé la somme qu’il avait reçue sans droit, sont condamnées à rembourser à hauteur des sommes qu’elles ont reçues, qui ont transité dans leur compte, ou dont elles se sont rendues responsables. Reste à voir si Parc Safari pourra récupérer son argent, vu que certains ont déclaré faillite.[…]

Suite de l’article