Canada : La théorie des chakras au primaire

Trois écoles primaires de Lanaudière ont récemment permis à une enseignante et... (Photo: Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

 PHOTO: IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Trois écoles primaires de Lanaudière ont récemment permis à une enseignante et orthopédagogue de donner des ateliers parascolaires pour aider les élèves «à réorganiser leur énergie» en utilisant une approche basée sur la théorie des chakras.

Et d’après ce qu’elle nous a indiqué, d’autres écoles et une autre commission scolaire envisagent d’offrir le même atelier, possiblement durant les heures de classe, dans le cadre du cours d’éthique et de culture religieuse.

Depuis quatre ans, au moins 10 intervenants ont payé 1100$ pour apprendre aux enfants à harmoniser leurs supposés «champs électromagnétiques », représentés sous forme de treillis connecté à l’univers. L’approche a été inventée par l’Américaine Peggy Dubro, qui dit canaliser des esprits. Au Québec, elle est enseignée par une coach de vie des Laurentides, Gisèle Proulx.

Sa lettre type propose d’aider les directions d’école à répondre à la montée des cas de déficit d’attention. Connaître «leur nature énergétique» aide les enfants à se concentrer et à gérer leurs émotions, dit-elle.

Allergique à l’ésotérisme, le chercheur en psychoéducation Serge Larivée est choqué. «Les enseignants sont une courroie de transmission du paranormal», dénonce-t-il.

Quand trois élèves sont devenus psychotiques à quelques semaines d’intervalle, la directrice elle-même est rentrée un dimanche «pour faire chasser les mauvais esprits » de son école, confirme une professionnelle (à condition que nous ne nommions pas l’endroit).

En une seule année (2007-2008), le Centre d’information sur les nouvelles religions (CINR) de l’Université de Montréal a reçu près d’une centaine de demandes d’information sur des organisations controversées qui ont été en contact avec des élèves.

Des écoles avaient notamment invité AGIRA, un centre de Saint-Hubert qui offre des cours de « psychologie spirituelle ésotérique ». Ou encore Narconon, un centre de désintoxication récemment fermé parce qu’il était affilié à l’Église de scientologie.

Environ 25 groupes scolaires montréalais ont par ailleurs visité un lieu qui se présente comme «le réceptacle des énergies de la Hiérarchie des maîtres» (soit l’Ashram canadien des sciences spirituelles et occultes).

Il arrive aussi que des enseignants exposent leurs croyances en classe. «On leur rappelle alors de prendre une posture professionnelle en éducation. On n’a pas obtenu le droit de tout rentrer juste parce qu’on a sorti [le catholicisme] des écoles », indique Louise Coutu, présidente de l’Association des animateurs de vie spirituelle et d’engagement communautaire du Québec.

Scientologie

Règle générale, les enseignants veulent bien faire, précise la directrice du CINR, Marie-Ève Garand. « Ils sont sensibles au discours des groupes qui prétendent pouvoir aider les enfants sans les médicamenter», dit-elle.

Julie Fournier, l’enseignante de Lanaudière, est en effet convaincue du bien-fondé de son approche. «Les enfants se retrouvent mieux outillés. Même les parents méfiants changent leur fusil d’épaule devant les résultats», nous a-t-elle déclaré lorsque nous l’avons interrogée sur ses ateliers de rééquilibrage d’énergie.

Sa formatrice, Gisèle Proulx, abonde dans son sens. «Les classes sont grosses à l’école, les enfants sont sur le Ritalin. Il faut essayer autre chose », plaide l’ancienne infirmière, qui a changé de carrière parce qu’elle désapprouvait le recours excessif aux médicaments. Son analyse : «Le champ énergétique des enfants est souvent trop haut, donc ils ne sont pasgroundés

La commission scolaire des Samares, qui chapeaute les écoles où ont été donnés les ateliers, compte intervenir.

«Comme enseignant, on est un modèle et il faut faire attention à ce qu’on fait. On n’est pasgroundé à l’univers: on a les deux pieds sur terre, dans une classe, et on utilise les stratégies qu’on a déployées à la commission scolaire», nous a dit la directrice générale, Sylvie Anctil.

Pour les intervenants comme pour les parents, il est facile de s’y perdre. À Longueuil, l’Académie Phénix se présente comme un centre d’aide scolaire pour enfants en difficulté. Il faut cliquer sur un lien discret, sur son site internet, pour découvrir qu’on y applique la technique de Ron Hubbard, fondateur de l’Église de scientologie.

Source : http://www.lapresse.ca/actualites/201209/28/01-4578377-la-theorie-des-chakras-au-primaire.php