Canada : les disciples féminines ont une foi inébranlable dans leur guérisseur reconnu coupable d’agression sexuelle

TIMOTHY APPLEBY

Saint-Mathieu-d’Harricana, Qué. – Le Globe and Mail

Publié 

Dernière mise à jour 

Il compare ses doigts puissants aux «scalpels de Jésus », et certains pensent de lui.

D’autres, cependant, considèrent autoproclamé guérisseur Claude Provencher comme un charlatan et prédateur sexuel.

Et comme il tire sur une autre cigarette, M. Provencher, 56 ans, admet qu’il est nerveux au sujet de ce qui va transpirer lundi matin quand il doit être condamné, une fois de plus, pour avoir agressé sexuellement un patient, après avoir été condamné en Janvier.

«Je suis doué. Dieu m’a montré comment le corps fonctionne, et je suis capable de guérir presque n’importe quoi », il insiste, en ajoutant qu’il a fait quelques exorcismes aussi. «Je ne peux guérir tout cela – cœur, les poumons, la thyroïde, les reins, les infections, rien, bien que parfois pas tous à la fois. »

Il va aller en prison pour l’agression sexuelle de Trina Breault, 43 ans, une femme qui était sa patiente, et qu’il a agressé au cours de plusieurs visites sous prétexte d’être son guérisseur.

Le surpoids et un gros fumeur, bas de son corps tordu hors de forme par l’enfance polio, M. Provencher n’a pas de formation médicale et semble peu probable une publicité pour une bonne santé.

Ce qu’il fait avoir, cependant, avec une tache sur le registre des délinquants sexuels provincial, est une coterie de fidèles femmes dévoués qui croient fermement dans ses pouvoirs de guérison.

Près de 20 d’entre eux attesté à son bon caractère à son procès en Janvier. Et quand il est condamné lundi sur six chefs d’accusation d’agression sexuelle et 23 chefs de bafouer les ordonnances judiciaires découlant de charges sexe agressions antérieures à Sudbury, certaines de ces croyants seront probablement assister.

Il en sera de Mme Breault, une écurie, mère de trois heureusement marié qui est tombé dans les griffes de M. Provencher après des années d’atroce, médicaments contre la douleur trempé qui l’avait mis dans un fauteuil roulant et l’a laissée dans le désespoir.

Avant qu’elle a dénoncé sur son bourreau, il était son dernier espoir, dit-elle. Au lieu de cela, il a agressé sexuellement ses six moments différents au cours des traitements en 2011 que progressivement devenus plus invasive et dégoûtant, même si ils ont accordé une petite mesure de soulagement de la douleur.

La décision de Mme Breault porter plainte a apporté sa détresse considérable.

Plusieurs fois, elle a été accosté et maudit par les partisans de M. Provencher, dont les conditions de libération sous caution lui interdire de traiter n’importe qui pour n’importe quoi. Dans la succursale Walmart récemment, « l’un d’eux est venu vers moi et m’a poked dans la poitrine, dur, et dit:« Nous allons tous être là le 27.  »

Ajoutez à cela le fossé silencieuse au sein de sa propre famille. Elle a été adressée à M. Provencher par des proches de son mari, Yves, et ils restent d’ardents défenseurs de leur héros.

« Mais je ne sentais que je devais parler, » dit-elle.

« C’est un gars effrayant, mais il ne peut fonctionner que parce que les gens sont calmes. Vraiment, il a le meilleur set-up pour un délinquant sexuel: Il faut des gens les plus vulnérables et les manipule en leur faisant croire qu’il est leur seul espoir.Et il le fait lentement, donc au moment où il fait des choses terribles à vous, vous pensez: «J’ai choisi d’être ici. »

« Si quelqu’un avait (un pas en avant) avant, peut-être qu’il ne serait pas arrivé à moi. Dans le même temps, je suis aussi inquiet que quand il sort de prison, il va tout simplement de le faire à nouveau.  »

M. Provencher, sa femme et leurs nombreux animaux vivent dans une maison à ossature modeste à Saint-Mathieu-d’Harricana, une petite communauté de langue française dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue Nord-Ouest québécois.

Dans la cour est une remorque hors d’usage, à un moment de sa clinique. Mais il n’a pas traité quelqu’un dans sa province natale pendant des années après avoir été poursuivi et condamné à une amende pour avoir pratiqué illégalement la médecine, à la suite du décès d’un patient atteint de cancer qui était sous sa garde.

Il a également été efficace excommunié, après la locale diocèse catholique instruit les autorités ecclésiastiques à l’éviter.

Ainsi, en 2000, il a déplacé les opérations de l’Ontario, la mise en place de Sudbury et de la région de New Liskeard, de la restauration à une moyenne de 80 patients par semaine qui lui donnerait, dit-il, 40 $ ou plus par traitement.

Tout était tellement enveloppé dans le mystère, dit Mme Breault, qu’elle n’était même pas certain du nom complet de M. Provencher quand elle est allée à la police en Avril 2011. Il était juste « Claude ».

Sa plainte chevauchée par trois chefs d’accusation d’agression sexuelle de Sudbury qui a commencé en 2007 et a finalement abouti l’an dernier à deux condamnations, pour lequel il a reçu une peine d’emprisonnement de six mois.

En toute mesure M. Provencher est un personnage hors du commun. Une fois, il a également été reconnu coupable de méfait pour casser vers le haut fontaines publiques qu’il a dit a été la distribution d’eau sale.

«Les gens comme moi, qui sont doués, nous avons le monde contre nous, parce que je dis que c’est pas moi qui guérit mais Dieu, à travers moi. »

Dieu a d’abord parlé de lui à 7 ans, il raconte, en lui disant que, durant sa vie, il verrait beaucoup de femmes nues et de devenir célèbre.

En ce qui concerne ses problèmes actuels, il demande pourquoi Mme Breault a poursuivi ses visites si elle a été agressée sexuellement.

Une réponse vient de l’époux de Mme Breault, Yves, contremaître pour une entreprise de construction, qui a témoigné au procès et a résisté solidement avec elle au cours des deux dernières années. Dès le début, il a senti qu’il y avait quelque chose d’anormal.

« Mais je suis allé avec elle parce que j’étais tellement désespérée pour qu’elle puisse obtenir de l’aide», at-il dit.

« Elle avait essayé tout ce qu’elle pouvait, elle avait essayé partout, rien ne fonctionnait, les médecins avaient à peu près son radié, si Claude était notre dernier espoir. Et il a été recommandé par mes sœurs ».

Source : The globe and mail

Traduction Google