Canada – Nouvelle Acropole: pas une secte, selon un expert

Publié le 11 avril 2013 à 05h00 | Mis à jour à 07h59

 

Un spécialiste des religions du Cégep de Sainte-Foy,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Un spécialiste des religions du Cégep de Sainte-Foy, Alain Bouchard, estime qu’il est erroné de présenter le mouvement ésotérique Nouvelle Acropole comme une dangereuse secte aux tendances néofascistes.

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

Ces jeunes adultes ont écrit à la Ville de Québec cette semaine pour exhorter ses gestionnaires de ne pas louer un local du Centre Lucien-Borne à des membres de la Nouvelle Acropole qui comptent y tenir une conférence ouverte au public, le 22 avril prochain. Le porte-parole de la Ville, Jacques Perron, a d’ailleurs déjà confirmé que la conférence pourra avoir lieu, car ce n’est pas à l’appareil municipal de décider ce qui est bon ou pas pour la société.

En entrevue avec Le Soleil, M. Bouchard confirme que ce mouvement s’est bel et bien retrouvé sur une liste de sectes qui avait été développée par des parlementaires français, au milieu des années 1990. À l’époque, la France menait une véritable chasse aux sorcières contre les sectes. Selon le spécialiste, certains regroupements spirituels non orthodoxes ont été mis dans le même panier que les véritables groupes sectaires, comme ce fut le cas pour Nouvelle Acropole.

À une certaine époque, dans certains sous-groupes de la Nouvelle Acropole en France, des adeptes avaient tendance à se saluer en effectuant un salut romain qui s’apparentait beaucoup à celui du salut nazi. Un tel geste a bien sûr amplifié la croyance que ce mouvement en était un d’extrême droite, ajoute M. Bouchard.

Racines historiques

Un grand spécialiste des mouvements ésotériques en Europe, Antoine Faivre, s’était d’ailleurs penché sur le cas de la Nouvelle Acropole, dans les années 1990.

Il convient que celui qui a fondé le mouvement en 1957, l’Argentin Jorge A. Livraga Rizzi, pouvait tenir un discours antidémocratique. Au cours des années 1970, le fondateur de la branche française, Bernard Schwarz, a aussi reconnu que des «nostalgiques d’extrême droite» s’étaient faufilés dans le mouvement. Schwarz avait alors dû faire un ménage dans ses membres.

Mais dans ses recherches, M. Faivre n’avait pas trouvé de gens qui s’étaient sentis «contraints d’adopter personnellement ce qui serait la philosophie propre de cette association». Et Nouvelle Acropole ne répondait à aucun des critères par lesquels on peut qualifier un mouvement spirituel de secte. M. Faivre rappelle d’ailleurs que Nouvelle Acropole n’a jamais fait l’objet de poursuites en France.

Il y aurait une centaine d’adeptes de la Nouvelle Acropole au Québec, selon M. Bouchard.

Source : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201304/10/01-4639717-nouvelle-acropole-pas-une-secte-selon-un-expert.php