Canada – Secte de Bountiful : de nouvelles accusations contre Winston Blackmore

Mise à jour le mercredi 13 août 2014 à 20 h 16 HAE
Annick Forest

Radio-Canada
Le chef de la communauté de Bountiful, Winston Blackmore (archives)
Le chef de la communauté de Bountiful, Winston Blackmore (archives – 2011)  Photo :  PC/Jonathan Hayward

Un procureur spécial indépendant de la Colombie-Britannique a approuvé des accusations contre quatre membres de la communauté polygame de Bountiful située près de Creston.

Les accusations ont été déposées devant la cour provinciale de Cranbrook mercredi matin.

Il s’agit d’accusations de polygamie et d’avoir illégalement déplacé un enfant de moins de 16 ans à l’extérieur du Canada dans le but de commettre des actes violant l’article du Code criminel qui interdit les contacts sexuels et l’incitation à des contacts sexuels avec des mineurs.

Le chef de la secte polygame de Bountiful, Winston Kaye Blackmore, ainsi que James Marion Oler font tous deux face à des accusations de polygamie.

James Marion Oler fait également face à des accusations d’avoir illégalement déplacé un enfant à l’extérieur du Canada.

Brandon James Blackmore et Emily Ruth Crossfield font également face à une accusation d’avoir illégalement déplacé un enfant à l’extérieur du Canada.

En septembre 2009, la Cour suprême de la Colombie-Britannique a rejeté des accusations de polygamie auxquelles faisaient face deux chefs de file de la secte mormone fondamentaliste de Bountiful.

Winston Blackmore était accusé d’avoir épousé 19 femmes alors que James Oler était accusé d’en avoir épousé trois.

À la suite de cette défaite dans le cadre de cette affaire hautement médiatisée, le gouvernement de Gordon Campbell avait sollicité l’avis de la Cour suprême de la Colombie-Britannique à savoir si la loi canadienne interdisant la polygamie respectait la Charte des droits et libertés.

En novembre 2011, la Cour suprême provinciale a déclaré que la loi interdisant la polygamie était légale.

En janvier 2012, Victoria a mandaté l’avocat principal indépendant Peter Wilson pour qu’il évalue le dossier et recommande des accusations.

Celui-ci a reçu deux rapports de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sur la communauté Bountiful, le premier en juin 2013 et le deuxième en janvier 2014 pour l’appuyer dans sa démarche.

Les accusations déposées mercredi ont été recommandées par Me Wilson à la suite de l’étude de ces rapports.

Impôts non payés

D’autre part, en août 2013, la Cour canadienne de l’impôt a ordonné à Winston Blackmore de payer près de 150 000 $ en pénalités pour des impôts non payés entre 2000 et 2006.

La juge Diane Campbell avait alors déclaré que Winston Blackmore avait sous-évalué son revenu de 1,8 million de dollars au cours de ces six années.

Le chef de la secte polygame soutenait que son groupe aurait dû bénéficier d’un statut fiscal particulier, tel que celui dont profitent les colonies huttérites, dont les membres n’ont aucune propriété et travaillent pour leur communauté.

Source : Ici Radio Canada