Apparitions : le Vatican veut éviter les illuminés et les faussaires

CITE DU VATICAN, 23 mai 2012 (AFP) – Le Vatican a rendu publiques des normes de l’Eglise sur les apparitions et autres phénomènes surnaturels, datant de 1978, mais demeurées jusqu’à présent secrètes, qui visent à contrôler la multiplication des faux miracles.

Ces normes étaient publiées mercredi sur le site de la Congrégation pour la doctrine de la foi (www.doctrinafidei.va), à l’heure de l’internet par le biais duquel chacun peut faire croire à des milliers de personnes crédules avoir fait un miracle ou être témoin d’une apparition de la Vierge.

Intitulé « Normes sur la façon de procéder dans le discernement d’apparitions et de révélations supposées », le document permet aux évêques -compétents pour étudier en premier le soi-disant « miracle »- de l’analyser avec des critères très stricts.

Il était jusqu’alors rédigé en latin, accessibles aux seuls évêques et experts.

Le cas le plus connu de phénomènes présentés comme surnaturels non reconnus est celui des prétendues apparitions mariales à Medjugorge (Bosnie-Herzégovine), dont des « voyants » témoignent depuis 1981. Une commission du Vatican étudie ce cas depuis 2010, alors que des foules affluent chaque année à Medjugorge.

Des critères « positifs » et « négatifs » sont prévus pour décider si un cas est digne d’être étudié. L’équilibre psychique, l’histoire individuelle, l’intégrité, l’absence de recherche d’avantages matériels ou de comportements sexuels jugés déviants, l’authenticité de la foi, l’attachement à l’enseignement de l’Eglise sont autant de facteurs déterminants essentiels pour trancher.

Le pape Benoît XVI, très attaché à une transmission de la foi chrétienne sans dérives ni déformations, est méfiant vis-à-vis de manifestations « magiques » de la religion, détachées de la raison. Pour lui, les seules apparitions dignes d’être considérées sont celles qui révèlent et approfondissent le message de Jésus.

L’histoire religieuse ne manque pas de « voyants » de toutes sortes, parfois fondateurs de sectes, qui se sont révélés être des escrocs ou des personnes ayant des motivations d’ordre sexuel.

De l’Afrique au Brésil, des « gourous » chrétiens, dans une période de crise économique, ont du succès en prétendant avoir reçu le don de guérison et eu des apparitions.

source : VATICAN-PAPE-RELIGION-APPARITIONS

23/05/2012 15:57:27 GMT+02:00 #310513 DVBP 2626 BDJ00 (4) AFP (370)