BIRMANIE: LA VIOLENCE SECTAIRE SE PROPAGE À L’INDONÉSIE

Par The Associated Press – Semaine du 2 avril au 8 avril 2013

à 10h49 HAE, le 5 avril 2013.

BELAWAN, Indonésie – Les tensions religieuses et ethniques qui frappent la Birmanie depuis plusieurs semaines se sont propagées à l’Indonésie vendredi, quand des affrontements entre des pêcheurs bouddhistes et des réfugiés musulmans ont fait huit morts et 15 blessés dans un centre d’immigration indonésien.

Les émeutiers se sont battus à coups de pierres et de couteaux.

Les affrontements ont éclaté dans la province du Sumatra-Nord, où plus d’une centaine d’immigrants rohingya — interceptés au large de l’Indonésie après avoir fui leurs domiciles à bord d’embarcations de fortune — et 11 bouddhistes accusés de pêche illégale étaient hébergés ensemble.

La violence aurait éclaté vendredi matin après qu’un religieux rohingya et un pêcheur se soient disputés concernant la vague de violence qui a déferlé sur le centre de la Birmanie le mois dernier, quand des bouddhistes ont attaqué la population musulmane. Le religieux aurait été attaqué par le pêcheur, mettant le feu aux poudres.

Toutes les victimes sont bouddhistes. Les trois pêcheurs survivants ont été placés à l’écart.

Dix-huit détenus rohingya ont été identifiés comme suspects dans cette affaire.

Le centre de détention accueille un peu moins de 300 personnes, soit deux fois sa capacité normale.

Arrestations

En Birmanie, des dizaines de personnes ont été arrêtées et seront traduites en justice sous peu, dans la foulée de la flambée de violences sectaires qui a touché le centre du pays le mois dernier.

Le procureur général birman Ye Aung Myint a indiqué que les suspects seront présentés à la justice le plus rapidement possible, de manière à décourager toute autre violence.

Au moins 43 personnes ont été tuées et 12 000 autres, surtout des musulmans, chassées de chez elles quand la violence a éclaté le 20 mars. L’ordre a été rétabli quand le président Thein Sein a proclamé l’état d’urgence et déployé l’armée dans la région.

M. Ye a expliqué que les autorités sont à compiler 13 dossiers différents. Le premier touche trois employés de la bijouterie musulmane où une querelle a éclaté, donnant naissance aux affrontements. Un autre touche trois personnes soupçonnées d’avoir tué un moine bouddhiste, ce qui a avivé encore davantage les tensions.

M. Ye a indiqué que 26 personnes ont été arrêtées, soit 13 musulmans et 13 bouddhistes. Un policier a plutôt évoqué 42 arrestations, dont 30 bouddhistes. La différence entre les deux bilans n’a pas été expliquée.

Mosquée incendiée

Mardi, au moins 13 écoliers ont perdu la vie mardi quand un incendie a détruit une mosquée de la plus grande ville de la Birmanie, Rangoon.

Les autorités ont rapidement évoqué une défectuosité électrique, niant que le sinistre soit dû aux tensions sectaires qui déchirent le pays depuis quelques semaines.

Des policiers ont bloqué les rues menant à cette enceinte, qui regroupe une mosquée, une école et un dortoir.

On ne rapportait aucune violence dans l’immédiat, mais environ 200 musulmans se sont rassemblés à proximité. Alors que plusieurs d’entre eux ont montré des signes de mécontentement et dit croire que l’incendie était d’origine criminelle, les forces de sécurité ont été déployées afin de bloquer l’entrée des routes dans le secteur.

Les policiers ont défoncé une porte, permettant à la plupart des 75 enfants qui se trouvaient sur les lieux de s’échapper. Les autres portes semblaient verrouillées et des barres de sécurité bloquaient les fenêtres.

Seize enfants qui dormaient au premier étage se sont retrouvés coincés quand l’échelle qui mène à cet étage s’est enflammée. Trois garçons ont survécu en sautant dans le vide.

Un fidèle de la mosquée, Soe Myint, affirme avoir aidé à retirer les corps sans vie du bâtiment en flammes. Il a dit ne pas croire que l’incendie ait été provoqué par un court circuit, pressant les autorités d’ouvrir une enquête dans cette affaire.

«La mosquée en entier sentait le diesel. Nous n’utilisons pas de diesel à l’école», a-t-il soutenu.

Le chef de la police de Rangoon, Win Naing, a indiqué que les directeurs de la mosquée et de l’école étaient soumis à un interrogatoire, ajoutant qu’aucune arrestation n’avait été faite jusqu’à présent. «Compte-tenu du fait que ce sont les deux personnes en charge, elles doivent être tenues pour responsables et nous devons agir», a-t-il déclaré.

M. Naing a écarté la thèse de l’incendie criminel en affirmant que trois policiers assuraient la sécurité de la mosquée, et que ceux-ci n’avaient pas vu quiconque s’approcher du bâtiment au moment du déclenchement du brasier.

Des violences sectaires entre bouddhistes et musulmans ont éclaté le mois dernier dans l’ouest de la Birmanie, faisant des dizaines de morts et chassant des milliers de personnes de chez elles.

Source : http://www.lexpress.to/archives/11547/

Malaisie : une secte armée jusqu’aux dents

11 janvier 2013  |   Rédigé par:   |
Les autorités ont arrêté, le 5 janvier, le gourou d’un mouvement croyant à l’apocalypse et appelant à combattre des êtres surnaturels. Des armes  ont été trouvées à son domicile.

La police a été alertée sur les agissements de cet homme, se prétendant «l’être humain parfait», par certains de ses fidèles mécontents. Après plusieurs semaines de surveillance, elle a décidé de passer à l’action le 5 janvier, raconte le Star. Une descente a eu lieu dans son bungalow de l’Etat de Malacca, dans le sud-ouest de la péninsule de Malaisie. La police y a découvert des dizaines de sabres, de kriss (les poignards malais), de haches, d’arcs et de flèches, de lances et 23 boîtes de poudre. Contre quoi entendait-il partir en guerre ? Apparemment contre des «êtres surnaturels» cherchant à faire du mal aux êtres humains. L’homme a annonçait également la fin du monde le 21 décembre 2012.

Âgé de 46 ans, le gourou aurait commencé à se faire connaître en faisant du porte à porte et en prétendant être un guérisseur traditionnel capable de soigner diverses maladies. A ce jour, les autorités ont identifié 70 membres actifs de la secte Panji Langit, dont le quartier général a été établi à Jasin, dans le centre de l’Etat de Malacca. Mais le mouvement compterait plusieurs centaines de fidèles, dont certains lui ont donné une grande partie de leurs biens. L’homme, qui se dit imam, pourrait être poursuivi non seulement pour détention illégale d’armes mais aussi en vertu de la loi islamique de l’Etat de Malacca qui punit les faux prêches de 3.000 ringgits (750 euros) d’amende et de deux ans de prison.

Source : http://asie-info.fr/2013/01/11/malaisie-une-secte-armee-jusquaux-dents-516267.html

Une secte avait stocké un arsenal pour la «fin du monde»

Mis à jour le 11.01.2013

En prévision de chaos qu’aurait pu provoquer l’apocalypse maya, une secte de «survivalistes» avait amassé des explosifs, des épées, des couteaux ainsi que des fusils à plombs, des arcs et des flèches.

Les sites mayas, à l'exemple ici de Chichen Itza, au Mexique, ont été pris d'assaut le 21 décembre.

Les sites mayas, à l’exemple ici de Chichen Itza, au Mexique, ont été pris d’assaut le 21 décembre.
Image: Keystone

Galerie Photos

Les cérémonies de la fin du mondeLes cérémonies de la fin du monde
L’Amérique centrale et le Mexique célèbrent ce vendredi la fin d’une grande ère de 5200 ans dans le calendrier maya.

Galerie Photos

Bugarach vit paisiblement la fin du mondeBugarach vit paisiblement la fin du monde
Le petit village français, l’un des endroits du monde où il faut être pour ne pas disparaître ce 21 décembre avec le reste de l’humanité, lançait le compte à rebours tranquillement vendredi.

Une secte avait stocké en Malaisie un véritable arsenal d’explosifs, de fusils et d’armes blanches pour se préparer au chaos qui devait suivre, selon elle, l’apocalypse maya annoncée pour le mois dernier, a-t-on appris vendredi de source policière. Le gourou a été arrêté.

« Ils se préparaient à l’apocalypse maya. Il s’agissait de survivalistes », a indiqué un responsable de la police de l’Etat de Malacca (sud). « Les membres (de la secte) étaient convaincus que leur leader avait des pouvoirs surnaturels et qu’il pouvait même parler au diable », a-t-il ajouté.

Une opération policière, menée samedi, a permis de mettre la main sur un impressionnant arsenal constitué d’explosifs, d’épées et de couteaux par dizaines, ainsi que des fusils à plombs, des arcs et flèches, des vivres et des médicaments, a-t-il précisé. Le gourou de la secte, un homme non identifié de 46 ans qui se faisait appeler « Bannière céleste », a été arrêté lors du raid.

Le groupe ne comptait que trente à quarante adeptes. Certains d’entre eux auraient quitté la secte après avoir réalisé que l’apocalypse tant promise pour le 21 décembre ne s’était pas matérialisée.(ats/Newsnet)

Créé: 11.01.2013, 15h44

Source : http://www.tdg.ch/monde/asie-oceanie/secte-stocke-arsenal-fin-monde/story/26188092

Cambodge: après le tronc magique, le cocotier magique

 

Un curieux cocotier possédant de soi-disant pouvoirs de guérison mais ne donnant pas les numéros du loto attire les foules au Cambodge.

Décidemment, les végétaux magiques, vivants ou morts, n’en finissent pas d’être vénérés au Cambodge. En juillet, c’était un troncmagique, censé guérir et donner les numéros gagnants de la loterie, qui avait déchaîné les passions dans la province de Pursat (ouest). A présent, c’est un cocotier à 18 troncs de la province de Banteay Meanchey (nord-ouest), près du temple du XIIe siècle de Banteay Chhmar, dans le district de Thmor Puok, qui aurait guéri son propriétaire. La petite cour de sa maison est maintenant le théâtre d’un nouveau pèlerinage de malades et d’estropiés en attente d’un miracle.

« Un diseur de bonne aventure m’a dit d’offrir au cocotier de la nourriture, de l’encens et de l’argent pour recevoir ses pouvoirs de guérison », a expliqué au Phnom Penh Post du 21 août Sar Yuk, 75 ans, qui marchait depuis trois ans à l’aide d’une canne ou se déplaçait en se traînant sur les fesses. Après une journée passée à faire les préparatifs requis et à prier, il prétend s’être remis à marcher sans aucune aide. « Je peux marcher et manger beaucoup. C’est la différence depuis que je prie le cocotier ».

Depuis, même les bonzes d’une pagode voisine se sont déplacés pour bénir le site qui ne désemplit pas. Le diseur de bonne aventure Sam Nath, pas peu fier de sa trouvaille, a expliqué au journal qu’il était persuadé en rencontrant le vieillard qu’un esprit de guérison n’était pas loin. « Plus l’esprit est spécial, plus il y a de troncs », a-t-il révélé.

Quant au chef de commune Vain Sam Oun, s’il ne pense pas qu’il  s’agisse là d’une escroquerie, il affirme qu’il n’encouragera pas pour autant ses administrés à faire confiance à un arbre. « C’est leur droit de croire en cet esprit, je ne peux pas les en empêcher », a-t-il simplement commenté.

Au Cambodge, pays majoritairement bouddhiste mais fortement teinté d’animisme, et où le merveilleux est toujours roi, des objets, végétaux ou minéraux un peu particuliers sont fréquemment taxés de magiques par la population.

Source : http://asie-info.fr/2012/08/22/cambodge-apres-le-tronc-magique-le-cocotier-magique-58371.html