Cameroun – Edéa : 26 jours enfermée seule dans sa chambre dans l´attente de Jésus

Cameroun - Edéa : 26 jours enfermée seule dans sa chambre dans l´attente de Jésus :: CAMEROON

L´émotion était á son comble mercredi 21 janvier 2015 à Edéa, Cameroun, lorsqu´une famille défonce  la porte d´une chambre dans laquelle s´était enfermée leur fille depuis 26 jours au motif qu´elle attend la venue de Jésus Christ.

Dans une tenue qui rappelle curieusement une représentation de Marie, la mère de Jésus, les populations d´Edéa ont trouvé Anne-Marie assise dans un coin de sa chambre dans laquelle elle est volontairement enfermée depuis 26 jours dans l´attente de Jésus-Christ. Elle marquera même sa surprise face á l´envahissement de sa chambre par les populations inquiètes et curieuses de savoir ce qui lui était arrivée.  Et parmi celles-ci , il y a sa mère pour qui la jeune dame  aura ces propos durs :  » elle n´est pas ma mère, elle n´est rien pour moi ».

Mais pourquoi méconnait-elle sa mère alors qu´elle fait preuve de sollicitude á l´égard de l´une de ses sœurs qui affirme que  » quand je viens ici, je cogne, elle ouvre et elle me donne de l´argent »? « Cela fait une semaine qu´on m´a appelée pour me dire qu´elle ne sort pas » poursuivra-t-elle.

Cameroun - Edéa : 26 jours enfermée seule dans sa chambre dans l´attente de Jésus :: CAMEROON

Selon la mère de Anne-Marie, » c´est depuis l´âge de 15 ans que le mari de sa tante a introduit sa fille dans une autre église sans son consentement. » vous ne pouvez pas prendre l´enfant à cet âge sans le consentement de ses parents pour l´introduire dans d´ autres églises » raconte-t-elle en sanglots au milieu de la foule.

Anne-Marie a été conduite á l´hôpital régionale d´Edéa sous forte escorte tandis que son amant qui l´avait introduite dans cette secte a été jugé coupable d´envoûtement et de séquestration ; il croupit en prison depuis 5 ans déjà.Au fil des jours, le phénomène des églises dites réveillées au Cameroun allonge sa liste de victimes qu´il contribue á abrutir et á détruire la cellule de base qu´est la  famille. Le monde est terrible, vivons seulement.

Source : camer.be

Cameroun – Infanticide, un pasteur enterre un nouveau-né vivant à Douala

D’après la radio d’Etat qui se fait l’écho de la nouvelle, les faits remontent au 18 août dernier. Lorsqu’une adepte d’une église de réveil, donne naissance à un enfant de sexe masculin.

Le pasteur et les 6 autres coaccusés décident d’aller l’enterrer l’enfant vivant sous le prétexte qu’il n’était pas le bienvenu dans leur église.
«Tôt dans la matinée, du 19 août, une tombe est creusée dans la concession d’une des fidèles à PK 21, par Bassa à Douala. Et, le nouveau-né est mis sous terre. La raison, poursuit le reporter, la jeune dame n’avait jamais avoué qu’elle était enceinte. Bien que celle-ci soit visible, et si cette grossesse existe, c’est le fruit des couches de nuit. Mais l’option de la jeune mère est substituée par ce qu’elle ne veut pas avouer qu’elle a eu des rapports sexuels synonymes de fornication. Sinon elle aurait transgressé la parole de Dieu et, elle serait chassée par le gourou qui ne tolère pas les rapports sexuels, d’où le choix d’enterrer le bébé vivant », poursuit le correspondant à Douala du poste national.

C’est une autre adepte de l’église qui décide de vendre la mèche. Le gourou et les adeptes sont interpelés par le commissariat du XVIIe arrondissement et mis à la disposition de la police judiciaire(Pj), du Littoral.
Les éléments de la Pj ont fait une descente sur le terrain, après deux semaines d’enquête, le pasteur et ses ouailles ont été déférés au parquet et mis en examen pour infanticide et négligence en coaction par la police judiciaire du Littoral.

Source : 237 Online

Cameroun: Boko Haram soupçonné de l’enlèvement de trois religieux catholiques

Encore aucune revendication des ravisseurs

Yaoundé, 7 avril 2014 (Apic) La secte islamique nigériane Boko Haram est fortement soupçonnée d’avoir perpétré l’enlèvement, dans la nuit du 4 au 5 avril 2014, de deux prêtres «fidei donum» italiens, les abbés Gianantonio Allegri et Giampaolo Marta, et de la religieuse canadienne Gilberte Bussier. «Jusqu’ici, aucune demande n’a été faite par les ravisseurs» des religieux enlevés dans le diocèse de Maroua-Mokolo, au nord du Cameroun, selon des sources de l’Eglise camerounaise citées par l’agence d’information vaticane Fides.

 

Cameroun Diocèse de Maroua-Mokolo (Photo: gabriel.lucas2.free.fr)

Cameroun Diocèse de Maroua-Mokolo (Photo: gabriel.lucas2.free.fr)

«Etant donné la proximité de la zone de l’enlèvement par rapport à la frontière nigériane – déclarent les sources de Fides qui désirent demeurer anonymes pour raisons de sécurité – le soupçon que les ravisseurs appartiennent à la secte islamique nigériane Boko Haram se renforce. Dès que la nouvelle de l’enlèvement a été connue, des dispositions ont été prises afin de renforcer les contrôles le long de la frontière».

Boko Haram cherche à établir une base de repli au Cameroun

«Depuis longtemps – poursuivent les sources de Fides – les autorités camerounaises ont concentré leur attention sur cette zone parce que l’on sait que Boko Haram cherche à établir une base de repli sur le territoire camerounais afin d’échapper à l’armée nigériane. Les forces de sécurité avaient renforcé leur présence dans le nord du Cameroun afin d’empêcher Boko Haram de constituer des refuges sur notre territoire».

Malgré les mesures de sécurité mises en place par les autorités, Boko Haram est cependant parvenue à frapper encore une fois. «Les enquêteurs suspectent en effet que les ravisseurs aient bénéficié de complicités locales ayant permis d’échapper aux contrôles», affirment les sources camerounaises.

Les prêtres italiens Gianantonio Allegri et Giampaolo Marta, ainsi qu’une religieuse canadienne de 80 ans appartenant à l’ordre des Sœurs de la Divine Volonté de Bassano del Grappa, ont été enlevés dans le nord du Cameroun dans la nuit du 4 au 5 avril. Des hommes armés sont arrivés à bord de plusieurs véhicules vers 2H00, heure locale, et ont dévasté les habitations des religieux avant de les capturer. Ces enlèvements surviennent trois mois après la libération du prêtre français Georges Vandenbeusch. Il avait été kidnappé mi-novembre 2013 dans la même région par des membres de la secte islamiste nigériane Boko Haram, puis détenu au Nigeria voisin. (apic/fides/be)

Source : apic

CAMEROUN – UNIVERSITÉ D’ETAT : MAGIE NOIRE, SATANISME, HOMOSEXUALITÉ ET SECTES

 

Cameroun - Université d’Etat : Magie noire, satanisme, homosexualité et sectes::CameroonLes témoignages sont plus alarmants et bouleversants dans les universités du Cameroun qui sont prises d’assaut pas les gourous des sectes qui y prêchent l’obscurantisme et l’aliénation des esprits. La situation est à la fois inquiétante et déplorable d’autant plus que dans cette course aveugle à l’inclination aux pratiques mystiques et obscènes, ce sont ceux qui sont supposés veiller à la protection de l’éthique, qui sont les maîtres sorciers.

De Ngaoundéré à Buea en passant par Dschang, Soa, Ngoa-Ekellé à Yaoundé, Bamenda, Maroua, le constat est le même les étudiants sont devenus des chairs à plume que l’on sacrifie que l’autel du savoir. Le chemin du succès passe inéluctablement par l’intégration volontaire ou forcée aux sectes ou aux clubs homosexuels qui recrutent sans condition. Comment en est-on arrivé à ce stade de la décrépitude morale et de la promotion anarchique de l’immoralité ?

Pour certains observateurs avertis, les réponses à ce questionnement sont diverses et tiennent du niveau de dégradation vertigineuse des mœurs dans notre société om la voie da la facilitée est prospectée par la majorité des citoyens qui veulent parvenir au bonheur. Le Cameroun est sous l’emprise du diable disait le défunt Monseigneur Jean Zoa au début des années 90 et ceux qui considéraient à l‘époque ces propos comme une critique politique visant les arcanes du pouvoir, ne peuvent plus dire le contraire en cette période où le bateau prend l’eau de toutes part.

Commerce du sexe et dépersonnalisation

Tout commence à se compliquer pour les étudiants lorsqu’ils franchissent le cap de la 3e année. Pointer le nez en master ou à la soutenance d’une thèse de doctorat devient une épreuve de fil de rasoir qui passe par le parrainage de certains vieux professeurs dont l’inamovibilité rime leur enracinement aux sectes. On leur dit par exemple que Platon était homosexuel et avait pour compagnon Dion et que contrairement à ce que préconise la conception homosexuelle de notre société, cette perversion est le chemin du réveil, de la conscience et de la connaissance du mystère. (…)

Suite de l’article

CAMEROUN – UNIVERSITÉ DE SOA : DES PRÊTRES EXORCISTES POUR LIBÉRER SOA

 

Cameroun - Université de Soa : Des prêtres exorcistes pour libérer Soa::CameroonLa nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans les mini-cités de Soa le mois dernier. Un cadre de la présidence de la République (dont nous taisons le nom volontairement), a perdu l’usage de la parole après avoir avalé du sang humain mélangé à du vin rouge.

Plusieurs jours après cette scène quelque peu insolite, les habitants de cette ville universitaire n’en reviennent pas. Autrefois ville paisible, Soa est aujourd’hui la Mecque de toutes les sectes. Les populations réclament à cor et à cri l’arrivée d’un prêtre exorciste pour purifier Soa. Selon des informations reçues à bonne source, ce cadre de la présidence de la république s’est rendu à Soa pendant les fêtes de fin d’année pour passer les moments inoubliables avec sa maîtresse. Une fois sur les lieux, il lui sera servi un plat de poulet arrosé d’un  verre de vin rouge dans lequel sa maîtresse membre d’une secte y amis du sang humain.

Une fois le verre vide, ce dernier s’aperçoit que le vin avait un goût quelque peu salé et sa saveur semblable à cette du sang humain. Il va dans un premier temps apprécier le vin avant de demander à sa dulcinée où elle l’avait acheté. Elle va lui apprendre que ce vin est spécial dans la mesure où elle l’avait acheté pour consolider leur relation mais surtout pour qu’il fasse son entrée dans le cercle vicieux de la grandeur. Pas suffisamment clair dans sa tête, il va insister sur sa provenance, sa compagne va donc lui avouer qu’il fait désormais parti de la secte et que c’est de la même façon qu’elle s’est aussi retrouvée dans le pétrin.(…)

suite de l’article

Cameroun : Encouragé par une secte, Il tente de violer sa mère à Edea

 

Un étudiant de 28 ans, de l’université de Buea, a tenté de violer sa mère mercredi à Edéa, a appris CT de bonne source.

Il a été surpris dans sa tentative par ses sœurs, lesquelles auraient alerté le voisinage. Révoltés, les voisins vont s’unir pour lui administrer une bastonnade au jeune. Après un interrogatoire musclé, il a expliqué avoir reçu des instructions d’une secte à laquelle il appartient à l’université.

L’une des instructions consistait à coucher avec sa mère pour réussir à ses examens et devenir riche.

Source : Cameroun tribune