Les interventions chirurgicales Clitoraid ont été contrecarrées par le retrait des licences médicales des chirurgiens au Burkina Faso

OUAGADOUGOU, Burkina-Faso, 18 mars 2014/African Press Organization (APO)/ — Les licences des médecins qui étaient auparavant délivrées au personnel médical de Clitoraid (http://www.clitoraid.org), une organisation à but non lucratif qui vise à aider les victimes de mutilations génitales féminines à recourir aux réparations clitoridiennes, viennent d’être annulées au Burkina Faso, en raison d’une « discrimination flagrante contre le mouvement Raëlien », d’après un communiqué publié aujourd’hui par Clitoraid.

 

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/clitoraid-1.png

Photo 1: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/or_3.jpg

Photo 2: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/kamkaso_2.jpg

Photo 3: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/photos/kamkaso_1.jpg

 

« Bien qu’ils aient été accordés sans problème particulier par le passé, nos permis d’exercer nous ont été retirés, après une semaine seulement d’exercice », a déclaré le Dr. Brigitte Boisselier, présidente de l’organisation Clitoraid et porte-parole du mouvement Raëlien. « Nous n’avons pas pu ouvrir notre nouvel hôpital Kamkaso entièrement équipé, après que le ministre de la santé a refusé de signer les documents qu’il nous avait promis. La situation était épouvantable mais les médecins ont pu réaliser leurs interventions dans un autre hôpital. Ce dernier coup, l’annulation des licences à cause de ce que le ministre de la santé a appelé ‘irrégularités non divulguées,’ est bien la preuve d’une discrimination organisée à notre encontre ».

 

L’existence de ce type de discrimination a été confirmée par M. Sebgo, le ministre de la santé lui-même, a affirmé Boisselier.

Il a fait la déclaration suivante à l’agence de presse Thompson Reuters Foundation : « Les organisations médicales devraient s’occuper avant tout de sauver des vies, au lieu de faire la promotion de leur religion dans l’espoir de convertir des personnes vulnérables ». Boisselier a fait remarquer : « Dans un pays qui compte de nombreux hôpitaux chrétiens et musulmans, cette déclaration est non seulement extrêmement discriminatoire, mais elle est également absurde. Bien qu’inspirée par Raël, leader spirituel du Mouvement Raëlien, Clitoraid est une entité indépendante du Mouvement Raëlien et ne saurait initier une quelconque action de prosélytisme au sein de son hôpital. Les femmes qui nous contactent ont besoin de nos services médicaux et de notre soutien psychologique et c’est ce qu’elles vont recevoir de la part de l’équipe médicale. L’appartenance religieuse de nos membres de l’équipe médicale est à la fois variée et non pertinente. Elle nous est très souvent inconnue ».

Elle a ensuite ajouté que l’équipe Clitoraid a aussi été extrêmement choquée d’apprendre que la ministre des femmes du Burkina Faso, Madame Nestorine Sangare, a déclaré que « vivre sans clitoris n’était pas la fin du monde ».

« Lorsqu’une femme meurt parce qu’elle a été excisée, c’est bel et bien la fin du monde, de son monde », a affirmé Boisselier. « Et lorsque des femmes doivent endurer des douleurs intolérables à chaque rapport sexuel, j’appelle ça aussi la fin du monde car personne ne devrait jamais vivre une vie de douleurs simplement pour satisfaire une coutume ancestrale. Ou pire encore, devrait-elle continuer à vivre avec cette douleur simplement parce que ceux qui proposent de l’arrêter sont membres d’une minorité religieuse ».

Boisselier a rendu hommage aux chirurgiens volontaires de Clitoraid et aux autres membres du personnel médical.

« Malgré les bouleversements qui ont suivi leur arrivée, nous sommes extrêmement reconnaissants que de tels professionnels hautement qualifiés se soient portés volontaires pour s’occuper de ces personnes venues demander notre aide », a déclaré Boisselier. « Ils ont opéré avec succès 29 femmes la semaine où leurs licences étaient encore valables, et ils ont aussi formé un chirurgien burkinabé à ce type d’opération. Dans ce contexte, les 50 femmes que l’on doit opérer pourront recevoir cette intervention ».

D’autres femmes ont vu tous leurs espoirs de se faire opérer gratuitement s’envoler lorsque les chirurgiens volontaires américains ont perdu leurs droits d’opérer au Burkina Faso.

« Cela nous a brisé le cœur», a affirmé Boisselier. « Deux femmes étaient venues exprès du Sénégal, et l’une d’elles vivait dans une douleur permanente. Nous espérons que le chirurgien récemment formé pourra l’opérer ».

Un avocat a été engagé conjointement par Clitoraid et l’AVFE (le partenaire local de Clitoraid) afin de lancer des poursuites pour diffamation et régler leurs problèmes de licences retirées ou annulées.

« Les aspects discriminatoires seront également ajoutés à notre dossier en attente, au rapporteur des Nations Unies sur les droits de la personne et la discrimination religieuse », a affirmé Boisselier. « Ce dossier contient la liste des nombreux cas de discrimination subis par le mouvement Raëlien dans les pays francophones ».

 

Distribué par APO (African Press Organization) pour Clitoraid.

Source : icilome