Peines réduites pour Juliano Verbard et son amant

Publié : mardi 24 septembre 2013 à 12:20 – Modifié : 24/09/2013 à 12:24

Peines réduites pour Juliano Verbard et son amant

La Chambre d’instruction a accordé une confusion de peines partielle à l’ancien gourou Juliano Verbard et à son amant Fabrice Michel. Leurs peines ont été respectivement ramenées à 32 et 30 ans (contre 42 et 35 ans). 

On reparle de la secte « Coeur douloureux immaculé de Marie »et de l’évasion spectaculaire de la prison de Domenjod. L’ancien gourou Juliano Verbard et son amant Fabrice Michel ont obtenu de la Chambre d’Instruction une confusion de peines partielle.

Du fait de cette décision de justice, la peine d’emprisonnement du «  Petit Lys d’Amour » a été ramenée à 32 ans, soit dix ans de moins que la peine initiale. En ce qui concerne l’amant de Juliano Verbard, Fabrice Michel a vu sa peine de prison de 35 ans ramenée à 30 ans.

Les deux hommes sont incarcérés à la prison de l’île de Ré.

Source : linfo.re

Juliano Verbard a quitté la Réunion (coeur douloureux et immaculé de marie)

Juliano Verbard a quitté la Réunion

Consulter le dossier


L’ex-gourou de la secte « Coeur douloureux et immaculé de Marie » a quitté le département. Il est actuellement incarcéré dans un centre de réorientation au sud de Paris. Une information Antenne Réunion. 

Antenne Réunion vous révèle en exclusivité que Juliano Verbard a quitté l’île depuis maintenant plus de deux semaines. Après avoir défrayé la chronique à plusieurs reprises, le gourou de la secte « Coeur douloureux et immaculé de Marie » a été transféré dans la plus grande discrétion.

Son avocat Maître Nicolas Normand a confirmé cette information restée secrète pour des raisons de sécurité. Lors de son dernier procès, l’homme qui se faisait surnommé « Petit Lys d’Amour » avait d’ores et déjà fait part de sa volonté d’être emprisonné en métropole.

La loi exige que les longues peines de prison soient purgées dans une prison centrale. A la Réunion, seule la Maison d’Arrêt du Port aurait pu accueillir Juliano Verbard pour qu’il puisse purger sa peine mais c’est vraisemblablement pour des raisons de sécurité que ce gourou a été transféré en métropole.

Juliano Verbard est donc actuellement incarcéré au sein d’un Centre de réorientation du sud francilien, dans l’attente d’une place définitive dans une Prison centrale.Quant à son amant – Fabrice Michel -, il patiente actuellement à la prison de Domenjod avant de rejoindre Julian Verbard. Les deux hommes sont pacsés et ils devraient pouvoir être incarcérés dans le même centre pénitentiaire.

Condamné à 13 ans de réclusion criminelle pour son évasion de la prison de Domenjod, Juliano Verbard a d’ores et déjà écopé d’une peine de quinze ans de prison pour « viols et agressions sexuelles » et d’une peine de neuf ans de prison pour l’enlèvement du petit Alexandre. Pour l’heure, aucune décision n’a été prise quant au cumul de ces trois peines.

Condamné le 1er juin dernier à 13 ans de réclusion criminelle pour « évasion, séquestration, prise d’otages et détournement d’aéronef« , Juliano Verbard n’a pas fait appel. Au terme d’un procès très médiatique de 10 jours, l’homme que l’on surnommait Petit Lys d’amour s’est plié au verdict rendu par les jurés (cf linfo.re : 13 ans sous les verrous pour Petit Lys d’Amour).

Verbard : Monseigneur Aubry avait alerté contre les dérives sectaires

Le procès de l’évasion de Juliano Verbard s’est poursuivi cet après-midi à la cour d’assises. Monseigneur Gilbert Aubry a été cité comme témoin à la barre par l’avocat du gourou le Bâtonnier Georges André Hoarau. En effet, il considère que l’Eglise a sa part de responsabilité dans l’affaire de la secte « Coeur Douloureux et Immaculé de Marie », car elle n’aurait pas su ramener vers elle ces croyants égarés.

Monseigneur Gilbert Aubry était cité comme témoin cet après-midi à la cour d’assises, dans le cadre du procès de l’évasion de Juliano Verbard. Il a affirmé qu’il avait mis en garde sur le risque des dérives sectaires dès les débuts de la secte « Coeur douloureux et Immaculé de Marie ».

L’intervention de l’homme d’église a débuté par un long historique des différents contacts liés entre Monseigneur Gilbert Aubry et Petit Lys d’Amour. En 1997 déjà, Juliano Verbard, encore adolescent, adopte un comportement étrange lors de ses cours de cathéchisme.

En 2002, le jeune homme demande un entretien avec Monseigneur Gilbert Aubry. Il lui soutient alors qu’il reçoit des messages de la Vierge Marie depuis qu’il a l’âge de 5 ans et désire créer un groupe de prière et voyager à travers le monde. Monseigneur Gilbert Aubry met alors en garde Juliano Verbard, lui précisant que toutes les dévotions ne sont pas reconnues par l’église, qui n’adhère pas l’idée de la fin du monde. Plus tard en 2002, lors des apparitions supposées de la Vierge dans la maison à Savannah, Mgr Aubry prend position en mettant en garde les Réunionnais contre le risque de dérives sectaires et incite tous les chrétiens à ne pas s’y rendre.

En 2003, des parents confient l’évêque de la Réunion que leur enfant a subi des agressions sexuelles lors de ces séances de prière. Mgr Gilbert Aubry leur conseille de porter plainte immédiatement. En 2004, alors qu’il est incarcéré, le gourou cherche de nouveau à renouer contact avec l’évêque et lui écrit une lettre dans laquelle il se présente « comme le sauveur de l’Eglise ». Il lui répond alors qu’il est un homme comme les autres et qu’il n’est pas investi d’une mission particulière.

Puis en 2007, pendant l’enlèvement du petit Alexandre par la secte, Mgr Gilbert Aubry lance un appel à toute la population réunionnaise, demandant de ne pas aider Verbard et ses disciples en les cachant ou en leur apportant un soutien matériel.

A la barre, Monseigneur Gilbert Aubry a affirmé que Verbard avait encore « des chances de réhabilitation » et qu’il comprenait « la tristesse et la déprime » des anciens adeptes. Pour lui, l’église a toujours son rôle de garde-fou par rapport à la secte et la sonnette d’alarme avait été tirée dès 1986 sur le danger représenté par l’ordre de Saint-Charbel.

Soulignant que chacun avait sa liberté de culte et que l’église ne pouvait pas contrôler tous les croyants, il a estimé que l’église n’était pas figée et s’était modernisée au fil du temps. L’évêque n’a cessé de renvoyer à ses contradictions le Bâtonnier Georges André Hoarau qui cherchait à démontrer la responsabilité de l’église dans cette affaire.

http://www.clicanoo.re/325597-proces-verbard-mgr-aubry-appele-a-la-barre Procès Verbard : Mgr Aubry appelé à la barre Clicanoo.re / le 23 mai 2012 Augmenter

+Temps fort du procès de l’évasion de Juliano Verbard aujourd’hui, le témoignage de l’évêque de la Réunion. Cité par Me Georges André Hoarau, ce dernier s’est attaché à déconstruire la stratégie du bâtonnier, qui consistait à établir la responsabilité de l’Église dans la création du mouvement sectaire initié par le Petit Lys d’amour.

À la barre, l’évêque de la Réunion commence par évoquer calmement l’historique de ses relations avec Juliano Verbard : « J’ai pris position depuis octobre 2002 et averti du risque de dérive sectaire. J’ai d’ailleurs appelé les gens à rester chez eux et à ne pas participer au groupe de prière dirigé par Juliano Verbard », explique-t-il d’emblée.

Interrogé par le président de la cour, celui qui se faisait appeler Petit Lys d’amour prend la parole pour expliquer que tous les courriers échangés avec l’évêque étaient dictés par l’ordre de Saint-Charbel. Pour Me Normand, l’avocat de l’ex-gourou, « Juliano Verbard a tué le Petit Lys d’amour ». « Ces derniers jours, il y a eu une grande avancée. Mon client a reconnu ne pas avoir eu d’apparitions. Il a dit qu’il aurait dû vous écouter, Mgr Aubry. Quelle importance accordez-vous à cela ? », interroge l’avocat. « C’est sa déclaration. Il ne m’appartient pas de décider s’il est sincère. Mais si c’est profond, je l’accueillerai ».

Match de ping-pong avec le bâtonnier

Impassible au début de son témoignage, le ton de l’évêque commence à monter lorsque le bâtonnier Georges André Hoarau, qui l’a cité comme témoin, initie ses questions. « Quatorze chrétiens comparaissent devant la cour, vous ne croyez pas que votre place naturelle est ici ? », commence le bâtonnier. La stratégie de l’avocat est claire : établir un lien entre la création du mouvement et l’Église. Mgr Aubry réplique : « Le président de la République n’est pas responsable de tous les gens qui sont en prison ». S’ensuit un échange plutôt vif entre les deux hommes. L’évêque interpelle notamment l’avocat sur la crédibilité de certains documents qu’il avait apporté lors du premier procès. « Ces documents sont disponibles sur Internet », précise Georges André Hoarau. « Mais ils sont faux », rétorque l’évêque.

À sa sortie de la salle d’audience, Mgr Aubry s’agace de sa comparution : « Je suis cité par la justice, j’y réponds, comme j’y ai toujours répondu (…) Mais le bâtonnier a dépassé les bornes. Il faisait un match de ping-pong avec moi. C’est un homme respectable… et il va me respecter ».

Source :http://www.linfo.re/-Faits-Divers-/Verbard-Aubry-avait-alerte-contre-les-derives-sectaires

LINFO.RE : mercredi 23 mai 2012

Reportage : Anne Mariotti (amariotti@jir.fr)

Un gourou pédophile jugé pour sa spectaculaire évasion en hélicoptère

Le gourou de la secte « Coeur douloureux et immaculée de Marie », 30 ans aujourd’hui, était au moment des faits qui lui sont reprochés à ce procès en détention provisoire pour deux affaires : le viol de deux frères mineurs dont les parents étaient membres de sa secte et l’enlèvement et séquestration en 2007 du jeune Alexandre en qui il avait vu un « élu » et son successeur.

SAINT-DENIS-DE-LA RÉUNION, 21 mai 2012 (AFP) – Le procès de l’évasion par hélicoptère en 2009 du gourou d’une secte, Juliano Verbard, s’est ouvert lundi à la Réunion, l’accusé, déjà lourdement condamné pour viols sur mineurs et enlèvement d’un enfant, comparaissant avec 13 complices.

Un important dispositif de sécurité a été déployé devant le siège de la cour d’assises de Saint-Denis où le procès est prévu pendant deux semaines, a constaté un journaliste de l’AFP.

Une vingtaine d’hommes dont des membres du GIPN, armés et encagoulés encadraient les accusés — Juliano Verbard, 13 complices dont 7 femmes — à leur arrivée.

Incarcéré dans la prison de Domenjod, la plus moderne de l’île, ouverte quatre mois auparavant mais dépourvue de filet anti-évasion, il s’était fait la belle en hélicoptère, le 27 avril 2009, en compagnie de deux co-détenus.

Après une gigantesque chasse à l’homme, ils avaient été retrouvés et leurs complices interpellés.

Source : OUTREMER-RÉUNION-SECTE-PROCÈS-ASSISES-974

21/05/2012 12:11:00 GMT+02:00 #300183 DVBP 1288 AUW57 (4) AFP (218)

Juliano Verbard condamné à 13 ans de réclusion criminelle

Le gourou de la secte « Coeur douloureux et immaculé de Marie » Juliano Verbard a été condamné à 13 ans de réclusion criminelle pour son évasion de la prison Domenjod le 27 avril 2009. Son amant Fabrice Michel a également été condamné à 13 ans de réclusion.

Après près de 6 heures de délibérations, les jurés de la cour d’assises ont rendu leur verdict devant une salle d’audience pleine à craquer. Ils ont condamné Juliano Verbard à 13 ans de réclusion criminelle pour son évasion de la prison de Domenjod le 27 avril 2009. L’avocate générale avait requis 20 ans d’emprisonnement à l’encontre de Juliano Verbard. Son amant Fabrice Michel a également écopé de 13 ans de réclusion criminelle.

Celui qu’on surnommait « Petit Lys d’Amour » comparaissait pour la troisième fois devant la cour d’assises. Le 20 avril 2011, il avait déjà été condamné à 9 ans de prison ferme pour l’enlèvement du petit Alexandre (cf linfo.re : Verbard condamné à 9 ans de prison). Précédemment, il avait également été condamné à 15 ans de réclusion pour viols et agressions sexuelles sur mineur.

Un important dispositif de police a été déployé pour encadrer les condamnés. En totalité, 23 policiers ont été mobilisés, dont 12 du Groupe d’Intervention de la Police Nationale (GIPN). Quelques minutes avant le verdict, des renforts ont été demandés.

source : Linfo.re

Vendredi 1er juin 2012

http://www.linfo.re/-Faits-Divers-/Juliano-Verbard-condamne-a-13-ans-de-reclusion-criminelle