Les écoles cubaines giflent les Témoins de Jéhovah

Refus de se conformer à l’idéologie d’Etat expose les membres de groupes confessionnels à la discrimination.
26 mars 13
Un membre des Témoins de Jéhovah à Cuba a déposé une plainte auprès du procureur de la République le mois dernier alléguant une discrimination contre ses trois filles d’âge scolaire.

Elle dit que les autorités ont fermé les yeux sur les actes de discrimination, y compris la violence physique et verbale, qui ont amené les élèves à manquer la classe et leurs parents à déménager.

« Je demande une solution, car ils sont responsables de la protection des jeunes sur l’île», dit la femme, connue sous le pseudonyme de Ana pour protéger l’identité de sa famille. «Je suis fatigué de les mauvais traitements qu’ils [mes filles] recevoir, et du fait que personne ne fait quoi que ce soit. »

Son appel au procureur général suit les demandes rejetées à d’autres institutions publiques. Cuba n’a pas de mécanisme judiciaire pour traiter des plaintes pour violation de la liberté religieuse.

Ana a expliqué qu’en raison des valeurs détenues par les Témoins de Jéhovah, « Les filles ne portent pas d’uniformes scolaires comme la religion l’interdit. Ils ne chantent pas l’hymne national ou rendre hommage aux symboles nationaux, que ce soit.  »

Le problème a commencé à Bayamo, ville située dans la province orientale de Granma, où les enfants a eu des ennuis pour ne pas prendre part à des activités politiques qui sont une caractéristique de la vie scolaire à Cuba. Cela a été noté dans l’un des rapports les filles que la raison pour laquelle elle n’avait pas la cinquième année.

« La personne en charge des affaires religieuses de la province m’a averti que si les enfants ne fréquentent pas les activités politiques, ils ne parviendraient pas l’année », a déclaré Ana.

Pour l’année scolaire à partir de 2011, la famille a déménagé à la capitale, La Havane. La fille qui n’avait pas de cinquième année a été autorisé à assister à des cours à nouveau, mais selon Ana, «les problèmes ont continué ».

Une autre de ses filles lui a dit que le professeur l’avait giflée sur la tête. Les parents ont signalé à la police, mais l’affaire a été classée.

Ana dit l’école elle-même n’a pris aucune mesure, et les filles continuent d’être maltraités par les enseignants et intimidés par leurs pairs.

Les trois filles sont en colère et inventer des maladies pour éviter d’avoir à aller à l’école. Ana dit qu’ils n’ont pas été à l’école pendant près de deux mois.

Le gouvernement cubain ne reconnaît pas les Témoins de Jéhovah en tant que groupe religieux légitime.depuis 1974. Dans leur dernier annuaire, les Témoins de Jéhovah disent qu’il ya 1400 congrégations à Cuba, et plus de 95,00 «éditeurs», le terme utilisé pour les membres actifs.

Le système d’éducation public est fortement politisée et les règlements scolaires actuelles exigent que tous les élèves à être «prêts à défendre la patrie socialiste ». C’est quelque chose que les Témoins de Jéhovah ne peut pas faire, car ils sont objecteurs de conscience.

Yaremis Flores Marin est un avocat indépendant et journaliste citoyen à Cuba.

Cette histoire a d’abord été publié sur le site IWPR.

Source : http://iwpr.net/report-news/cuban-schools-slap-down-jehovahs-witnesses

Traduction Google

Relayé par Roger Gonnet