Curiosity : des points lumineux sur mars, explications de la Nasa

Dans les images prises par le rover Curiosity de la NASA le 2 et le 3 avril, des points lumineux apparaissent, ils pourraient avoir pour origine les reflets du soleil sur un rocher ou des rayons cosmiques frappant le capteur de la caméra.


Cette image du rover Curiosity a été prise le 3 avril 2014 et montre une tache lumineuse dans le coin supérieur gauche. Les explications possibles sont un reflet du soleil sur un rocher ou autre phénomène du à des rayons cosmiques. Illustration: NASA / JPL-Caltech

Le rover a pris l’image juste après son arrivée à un waypoint appelé « le Processus de Kimberley. » La tache lumineuse apparaît sur l’horizon, dans la même direction du rover ouest-nord-ouest que la position du soleil l’après-midi.
« Dans les milliers d’images que nous avons reçues de Curiosity, nous en voyons avec des points lumineux presque chaque semaine », a déclaré Justin Maki du Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, Californie, leader de l’équipe qui a construit et exploite l’appareil de navigation. « les explications les plus probables sont que ces lumières peuvent être causées par des rayons cosmiques ou le reflet du soleil sur des surfaces rocheuses. »
Si les taches lumineuses sur les images des 2 avril et 3 avril sont sur des roches brillantes, les directions des spots de la rover suggèrent que la roche photographiée le 3 avril pourrait être sur une crête à environ 175 mètres de l’emplacement du rover.

Les points lumineux apparaissent sur les images de la caméra droite de la NavCam stéréo, mais pas dans les images prises par la caméra située à gauche. Maki explique « Normalement, nous pouvons identifier rapidement la source probable d’une tache lumineuse dans une image prise par les deux objectifs de la paire stéréo. Dans ce cas, présent ce n’est pas aussi simple, une image prise par la caméra gauche de la NavCam moins d’uneseconde après celle de droite ne comprend pas la tache lumineuse. Dans une paire d’images de la NavCam prise dans la même direction l’après-midi, il a été détectée une tache lumineuse similaire située dans l’image de droite mais pas dans l’image de gauche .

Une explication possible de la tache lumineuse dans cette image est un reflet d’une surfacerocheuse qui reflète le soleil, une seconde est un rayon cosmique frappant le détecteur delumière de la caméra, un capteur CCD (dispositif à couplage de charge).

Les chercheurs envisagent d’utiliser les instruments scientifiques de Curiosity pour en savoir plus sur les conditions d’environnement et les changements survenus au pointKimberley et plus tard sur la pente du Mont de Sharp, à l’intérieur du cratère de Gale,

Source : Techno science

Halo blanc de l’île de la Réunion : Manifestation de La Présence d’Uriel – 29 septembre 2013

Le 29 septembre est apparu dans le ciel de la réunion est magnifique halo de lumière blanche qui paraissait se déplacer.

uriel-29-septembre-20132

Mais qu’est-ce donc ?

Suivant le site http://www.arcturius.org/chroniques/?p=19664 il s’agirait de, je cite :

« « Signe de l’entrée dans l’Oeuvre au Blanc dont l’opérateur final est Uriel »
***Lumière blanche d’Uriel et la mise en oeuvre du corps ascensionnel ***
*** La présence manifestée d’Uriel sonne l’heure du retournement complet et total *** »

Mais, qui est donc Uriel ????

La réponse ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Uriel

L’ascension d’un Archange, comme c’est beau. Et sous nos yeux de pauvres humains !

Arrêtons le délire, la réalité est moins romantique : C’est un dégazage probable de la fusée Falcon 9 de la société Space X !!!!

http://www.maxisciences.com/ciel/un-mysterieux-halo-blanc-observe-dans-le-ciel-de-la-reunion_art30942.html

Conclusion : Uriel est moderne, il fait une ascension en vaisseau spatial ^_^

 

Christophe Jaming

Derive Sectaire

Démystification : La NASA aurait trouvé un « message de la part de Dieu » sur Mars

 

projet-de-telerealite-de-mars-one-10903048bnjzs_1713

La NASA a annoncé que son Curiosity Rover a trouvé un message clair de Dieu écrite sur des tablettes dans une grotte martienne.

Selon un communiqué de presse officiel deux dalles de pierre géantes de la taille de petits éléphants se trouvaient au fond d’une caverne butée Aeolis Mons, une grande montagne.

Sur une tablette est une copie des Dix Commandements et le texte de Jean 3:16 écrite en 12 langues – dont l’anglais, l’espagnol, le chinois, le basque et l’hébreu. D’autre tablette est un message simple en anglais lu «Je suis réel.”

Selon les meilleurs scientifiques qui ont étudié la découverte largement, ces résultats peuvent avoir définitivement établi le christianisme comme la seule vraie religion.

«C’est incroyable», dit Syms Covington, un chercheur australien travaillant pour le programme d’exploration de Mars de la NASA. “Nous sommes entrés dans la grotte à la recherche de l’eau, et nous avons trouvé la preuve de l’existence de Dieu à la place.

“Je veux dire sinon comment ces tablettes ils arrivés là? Je peux vous dire une chose: il n’y a pas un seul athée à l’intérieur de la salle de contrôle de la NASA maintenant. Ce que nous avons vu était à couper le souffle “.

Genèse 1:1
Rover Curiosity de la NASA est arrivé sur Mars en Août de l’année dernière avec une mission d’étudier le climat martien et de la géologie des signes d’habitabilité.

Jusqu’à présent, la mission a été un succès, avec la découverte d’un ancien fond marin et les produits chimiques nécessaires à la vie suggérant que Mars était une fois adapté à la vie.

Toutefois, les comprimés, les deux sont signés “Peace and Love – Yahweh,” représentent la plus importante trouver du rover à ce jour, et c’est sans doute l’événement scientifique le plus important dans l’histoire.

“Lorsque les gens apprennent à ce sujet, ils exigeront des changements dans notre société», explique un politologue à l’Université de Georgetown. «La démocratie devra céder la place à la théocratie. Nous allons avoir à construire plus d’églises et de réintroduire la prière dans les écoles. L’avortement est un air de défi va être illégal dans quelques mois “.

En dépit de son importance potentielle, Covington craintes que la découverte bouleversante peut pas faire de l’impact qu’il le devrait.

«Malheureusement, les médias traditionnels est tellement anti-chrétienne, ils pourraient même ne pas ramasser cette histoire», explique-t-il. “Mais Dieu est réel. Nous avons la preuve. Et tout le monde mérite d’entendre la vérité.

 

 Sauf que, en cherchant quelques minutes sur Google, on découvre vite que c’est un canular !

LA NASA TROUVE MESSAGE DE DIEU SUR MARS – ANALYSE DE HOAX

17 juillet 2013      3183     La NASA trouve Message de Dieu sur Mars - Analyse de Hoax

HISTOIRE:

La NASA a annoncé aujourd’hui que sa Rover Curiosity a trouvé un message clair de Dieu écrite sur des tablettes dans une grotte martienne. 

AUTRES VERSIONS 

Rover Curiosity de la NASA a trouvé un message de Dieu aujourd’hui sur deux tables de pierre sur Mars. 

« Nous sommes entrés dans la grotte à la recherche de l’eau, et nous avons trouvé la preuve de l’existence de Dieu à la place. »

HOAX OU RÉALITÉ:

Hoax.

ANALYSE:

Messages qui circulent prétendent que la NASA a trouvé un message de Dieu sur Mars alors que la recherche d’eau, et qu’il prouve l’existence de Dieu. Ce n’est pas un fait.

La source de tous ces messages est un article publié dans Le Quotidien Groseille site, qui est essentiellement un journal en ligne qui publie des histoires satiriques. Bien qu’ils signifient pour régler les problèmes du monde réel à travers la satire, toutes leurs histoires sont purement fictifs. La publication satirique est intéressant même si, comme vous pouvez lire l’article en entier ci-dessous, il est basé sur l’atterrissage de Curiosity Rover de la NASA de l’année dernière en Août 2012 et peut-être l’obsession de la religion parmi les gens.

LA NASA TROUVE MESSAGE DE DIEU SUR MARS

La NASA a annoncé aujourd’hui que sa Rover Curiosity a trouvé un message clair de Dieu écrite sur des tablettes dans une grotte martienne.

Selon un communiqué de presse officiel deux dalles de pierre géantes de la taille de petits éléphants se trouvaient au fond d’une caverne butée Aeolis Mons, une grande montagne.

Sur une tablette est une copie des Dix Commandements et le texte de Jean 3:16 écrite en 12 langues – dont l’anglais, l’espagnol, le chinois, le basque et l’hébreu. D’autre tablette est un message simple en anglais lu «Je suis réel. »

Selon les meilleurs scientifiques qui ont étudié la découverte largement, ces résultats peuvent avoir définitivement établi le christianisme comme la seule vraie religion.

«C’est incroyable», dit Syms Covington, un chercheur australien travaillant pour le programme d’exploration de Mars de la NASA. « Nous sommes entrés dans la grotte à la recherche de l’eau, et nous avons trouvé la preuve de l’existence de Dieu à la place.

« Je veux dire sinon comment ces tablettes ils arrivés là, je peux vous dire une chose:. Il n’y a pas un seul athée à l’intérieur de la salle de contrôle de la NASA maintenant ce que nous avons vu était à couper le souffle. »

Genèse 1:1

Rover Curiosity de la NASA est arrivé sur Mars en Août de l’année dernière avec une mission d’étudier le climat martien et de la géologie des signes d’habitabilité.

Jusqu’à présent, la mission a été un succès, avec la découverte d’un ancien fond marin et les produits chimiques nécessaires à la vie suggérant que Mars était une fois adapté à la vie.

Toutefois, les comprimés, les deux sont signés « Peace and Love – Yahweh, » représentent la plus importante trouver du rover à ce jour, et c’est sans doute l’événement scientifique le plus important dans l’histoire.

« Lorsque les gens apprennent à ce sujet, ils exigeront des changements dans notre société», explique un politologue à l’Université de Georgetown. «La démocratie devra céder la place à la théocratie. Nous allons devoir construire plus d’églises et de réintroduire la prière dans les écoles. L’avortement est un air de défi va être illégal dans quelques mois. »

En dépit de son importance potentielle, Covington craintes que la découverte bouleversante peut pas faire de l’impact qu’il le devrait.

«Malheureusement, les médias traditionnels est tellement anti-chrétienne, ils pourraient même ne pas ramasser cette histoire», explique-t-il. « Mais Dieu est réel. Nous avons la preuve. Et tout le monde mérite d’entendre la vérité. »

Par conséquent, les allégations disant NASA a trouvé un message de Dieu sur Mars qui prouve son existence ne sont que mystification. Il est intéressant de noter que des reportages satiriques comme celui-ci circulent bien ces jours-ci et sont en nombre croissant.

Source : hoaxorfact.com 

Des chercheurs croient avoir trouvé une trace de vie extraterrestre

C’était, jeudi dernier, à la « une » du site Internet du quotidien The Independent des chercheurs britanniques affirment détenir la preuve de la vie extraterrestre. Normalement, toutes les chaînes d’information du monde auraient dû interrompre leurs programmes pour donner la nouvelle et les rotatives de tous les journaux se seraient arrêtées, le temps pour les rédacteurs en chef de faire changer les plaques. Impossible pour un média digne de ce nom de rater ce scoop répondant à une des plus anciennes questions de l’humanité : sommes-nous seuls dans l’Univers ou pas ? Toutefois, au lieu de cette furia planétaire, il y a eu quelques reprises à droite ou à gauche et l’histoire a fait pschitt…

 

S’agit-il d’un nouveau complot de l’establishment politico-médiatique destiné à étouffer un scoop prouvant une bonne fois pour toutes que les soucoupes volantes existent ? Non. Mais avant d’expliquer pourquoi ce n’est pas le cas, voici les informations de base. Une équipe britannique emmenée par Milton Wainwright, du département de biotechnologie et de biologie moléculaire de l’université de Sheffield,a publié dans le Journal of Cosmology une étude relatant une curieuse découverte effectuée dans la stratosphère. Le 31 juillet dernier (la date est importante), ces chercheurs ont lâché un ballon-sonde au-dessus de Chester, dans le nord-ouest de l’Angleterre. Il était équipé d’un dispositif simple, un tiroir télécommandé dont l’ouverture a été déclenchée lorsque le ballon a atteint 22 kilomètres d’altitude. La boîte est restée ouverte pendant plus d’un quart d’heure, alors que l’ascension se poursuivait. Elle a été refermée à 27 km d’altitude. Puis le dispositif expérimental a été décroché du ballon et est tranquillement redescendu accroché à un parachute.

L’étude en question précise que le tiroir avait été scrupuleusement nettoyé avant le vol de façon à s’assurer que rien ne viendrait « polluer » la récolte dans la haute atmosphère. Pour les mêmes raisons, les chercheurs avaient installé une protection censée empêcher que des particules situées sur le ballon ne tombent dans la boîte. Une fois celle-ci récupérée, son contenu a été passé non pas à la loupe mais au microscope électronique à balayage. Et là, les scientifiques ont eu la surprise de découvrir la minuscule structure qui figure en photo au début de ce billet.

Pour les auteurs de l’article, cela ressemble fort à un « squelette » de diatomée, ces algues unicellulaires qui s’entourent d’une petite boîte de silice, le frustule. Simplement, comment cette chose a-t-elle bien pu se retrouver à 25 kilomètres d’altitude, se demandent ces chercheurs, puisqu’ils excluent toute contamination de leur dispositif expérimental ? Deux solutions s’offrent à eux, expliquent-ils. Ou bien ce morceau de frustule de seulement quelques micromètres de long appartient à une micro-algue terrestre et il vient d’en bas, ou bien il provient de l’espace et il s’agit d’une preuve de vie extraterrestre. L’étude se résume ensuite à une argumentation qui consiste à démontrer qu’aucun mécanisme terrestre connu ne peut expliquer la présence d’un frustule de diatomée à cet endroit de la stratosphère. Aucun avion, aucune tempête, n’a pu l’apporter si haut. Seule une puissante éruption volcanique aurait eu le pouvoir de la propulser à cette altitude mais d’éruption aussi importante il n’y a pas eu depuis un moment. Or, ajoutent les chercheurs, selon un modèle atmosphérique datant de 1968, une particule de la taille et de la densité de ce morceau de frustule retombe au sol à la vitesse minimale d’un mètre par seconde et ne peut rester en suspension dans la stratosphère.

On en arrive donc au raisonnement suivant, que Sherlock Holmes aurait adoré : une fois toutes ces hypothèses terrestres écartées, la seule explication qui demeure, l’origine extraterrestre, est forcément la bonne. Dans The Independent, Milton Wainwright ne s’embarrasse pas de prudence en disant qu’il est « convaincu à 95 % » que cette structure vient du cosmos. Le communiqué de presse de l’université de Sheffield, qui a accompagné la parution de l’étude, est encore plus affirmatif : « Notre conclusion est que la vie arrive continuellement sur Terre depuis l’espace, que la vie n’est pas restreinte à cette planète et qu’elle n’en est certainement pas originaire », dit un Milton Wainwright visiblement conquis par la théorie de la panspermie. Il ajoute que si la Terre est perpétuellement arrosée par cette vie cosmique, sans doute transportée par les pluies cométaires qui donnent les étoiles filantes, « il nous faudra complètement modifier la façon dont nous voyons la biologie et l’évolution. De nouveaux manuels devront être écrits ! »

Alors, révolution darwino-copernicienne ou pas ? Il faut reprendre les choses point par point. Et commencer par le dispositif expérimental : on nous dit par exemple que le fameux tiroir a été nettoyé par… flux d’air et tamponnage à l’alcool. Soit. Mais rien n’est précisé sur son étanchéité ni sur les précautions prises à son ouverture. Ensuite, le frustule : l’équipe n’a visiblement pas pris la peine de demander son avis à un spécialiste des diatomées pour savoir à quelle espèce terrestre il pouvait appartenir. De plus, avant de se lancer dans leur série d’hypothèses, les chercheurs auraient pu commencer par l’analyse isotopique de cette micro-structure afin de déterminer si elle était oui ou non d’origine terrestre (le communiqué de presse évoque d’ailleurs cette expérience). Il y a aussi la chronologie de l’étude : le vol du ballon-sonde a eu lieu le 31 juillet et l’étude a été acceptée par la revue le 9 août. On est sans doute très près du record du monde de l’expérience la plus rapidement analysée, retranscrite, envoyée et acceptée. Ce qui pose bien sûr la question de ladite revue.(…)

Suite de l’article

Les EMI des pilotes de chasses

James WHINNERY, médecin, spécialiste des transports aériens.

Dans les années 70 et 80,l’explication d’expérience de mort imminente progresse de façon inattendue. L’armée de l’air américaine s’était équipée de nouveaux avions, des F 15 et des F 16 qui avaient une capacité d’accélération extrême. Nous cherchions un moyen d’accroître la tolérance des pilotes à l’accélération afin qu’ils puissent exploiter au mieux les possibilités de l’avion en situation de combat.Lors dune série de tests, les pilotes prennent place dans une centrifugeuse.La rotation de  la centrifugeuse ressemble beaucoup aux mouvements de rotation des avions au moment de manœuvres très rapides. On peut passer dune accélération de 1G à 9G en moins d 1 seconde. C’est-à-dire qu’un pilote qui pèse 90 kg passe à 900 kg en un rien de temps. Soumis à de telles accélérations, l’être humain s’évanouit car son cerveau nest plus irrigué. Ce phénomène est connu.
2. Mais les pilotes font aussi d’étranges récits. Les pilotes racontent qu’ils avaient vu une lumière vive, qu’ils avaient vu leurs amis, leurs familles, des images familières. Il décrivait des expériences extracorporelles, ils avaient l’impression de se voir eux-mêmes d’en haut. Les pilotes ont été brièvement privé d’oxygène mais à aucun moment leur vie était en danger. Conclusion, les expériences de mort imminente ne seraient pas des phénomènes mystiques, ce serait la réaction du cerveau à un stress extrêmement important.David HOVDA, neurochirurgien.Lorsque le cerveau est proche de la mort,ils n’activent plus que les fonctions strictement indispensables à la survie. Ce sont des zones proches du tronc cérébral, une partie tout à fait fondamentale et primitive du cerveau. Le cortex visuel situé à l’arrière du cerveau par exemple ou encore le colliculus supérieur.
3. Quand ces zones sont activées, la  seule chose que l’on voit, c’est de la lumière et quand on perçoit une tache lumineuse au milieu de l’obscurité, on l’interprète tout naturellement comme un tunnel et on a envie daller vers elle parce que, comme tous les mammifères,l’homme est attiré par la lumière. Mais les expériences de mort imminente gardent malgré tout une part de mystère. On ignore par exemple à quel moment précis elles se produisent. Est-ce à l’approche de la mort ou au contraire lors du retour à la vie? Les rêves fonctionnent sur le même principe, il cristallise le flot de signaux qu’envoi notre système nerveux central pendant notre sommeil.Grâce à notre vécu, nous organisons ces signaux pour en faire des images.Ces représentations peuvent nous sembler bizarre dans nos rêves,mais c’est sans doute la même chose qui se reproduit lors l’expérience de mort imminente.
4. Au réveil, d’autres zones du cerveau reprennent du service. Il y a toutes sortes de choses enfouies dans notre conscience. Notre vécu tout entier. Ces éléments se trouveraient activés à ce moment-là, c’est pour cela qu’on entend dire :  » j’ai vu défiler ma vie devant mes yeux. » Je crains toutefois, qu’à force d’entendre ces histoires, les gens se les soient appropriés et quelles leur paraissent réelles malgré eux.Cela ne signifie pas que ces personnes n’ont pas eu des visions lorsqu’ils ont frôlé la mort, quelles sont fausses ou qu’ils ont menti, c’est la nature humaine qui est ainsi faite. Plus on y réfléchit, plus les détails affluents.

Source : Retranscription d’un documentaire tv

Démystification : La lumière blanche aperçue avant la mort enfin expliquée par la science

GentsidePar Gentside | Gentside – mer. 14 août 2013

Une étude américaine explique les phénomènes vécus par les personnes ayant frôlé la mort

Afficher la photo

  • Une étude américaine explique les phénomènes vécus par les personnes ayant frôlé la mort

Une étude américaine montre que la sensation de « lumière blanche » pré-mortem correspond à un regain d’activité du cerveau avant le décès.

La fameuse « lumière blanche au fond du tunnel » aperçue par les personnes ayant réchappé de peu à la mort n’est désormais plus un mystère. Selon une étude publiée ce lundi aux Etats-Unis et relayée par l’AFP, ces visions étranges, dont font part certaines victimes d’arrêts cardiaques, correspondent à un regain de l’activité cérébrale lorsque la circulation sanguine cesse dans le cerveau.

Cette recherche effectuée sur des rats est « la première à analyser les effets neurophysiologiques d’un cerveau mourant », précise Jim Borjigin, professeur de neurologie à l’université du Michigan et principal auteur de ces travaux parus dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences du 12 au 16 août. Elle devrait donc éclairer les 20% de personnes victimes d’un arrêt cardiaque qui ont fait part d’une expérience de « sensation pré-mortem » durant leur décès clinique.

Une activité plus intense qu’un cerveau sain

« Nous sommes partis de l’idée que si cette expérience résulte d’une activité cérébrale, elle devrait pouvoir être détectée chez les hommes comme chez les animaux, même après l’arrêt de la circulation du sang dans le cerveau », détaille le neurologue. Ainsi, les chercheurs ont analysé clinique l’électroencéphalogramme de neuf rats anesthésiés chez qui ils ont provoqué un arrêt cardiaque.

Résultat : dans les 30 secondes, tous les rongeurs sont passés par une augmentation de leur activité cérébrale très organisée dans l’ensemble du cerveau, et correspondant à un état d’éveil élevé. Le phénomène a également été constaté chez des rats qui s’asphyxiaient.

« Nous avons été surpris par les hauts niveaux d’activité du cerveau », explique George Mashour, professeur d’anesthésiologie et de neurochirurgie à (…)

Lire la suite sur Gentside.com

Demystification : Le citron est 10.000 fois plus puissant que la chimiothérapie !

Ah qu’il est bon de surfer sur le net afin de trouver une multitude de mensonges, tous plus bêtes les uns que les autres !

Aujourd’hui : le citron vs la chimiothérapie.

Voici le texte original :

Le citron (citrus) est un produit miraculeux pour tuer les cellules cancéreuses.

Il est 10.000 fois plus puissant que la chimiothérapie.

Pourquoi ne sommes-nous pas au courant de cela?

Parce qu’il existe des laboratoires intéressés par la fabrication d’une version synthétique qui leur rapportera d’énormes bénéfices.

Vous pouvez désormais aider un ami qui en a besoin en lui faisant savoir que le jus de citron lui est bénéfique pour prévenir la maladie.
Son goût est agréable et il ne produit pas les horribles effets de la chimiothérapie.
Si vous en avez la possibilité, plantez un citronnier dans votre patio ou votre jardin.

Combien de personnes meurent pendant que ce secret est jalousement gardé pour ne pas porter atteinte aux bénéfices multimillionnaires de grandes corporations ?

Comme vous le savez, le citronnier est bas, n’occupe pas beaucoup d’espace et est connu pour ses variétés de citrons et de limes.

Vous pouvez consommer le fruit de manières différentes: vous pouvez manger la pulpe, la presser en jus, élaborer des boissons, sorbets, pâtisseries, …

On lui attribue plusieurs vertus mais la plus intéressante est l’effet qu’elle produit sur les kystes et les tumeurs.

Cette plante est un remède prouvé contre les cancers de tous types. Certains affirment qu’elle est de grande utilité dans toutes les variantes de cancer.

On la considère aussi comme un agent anti microbien à large spectre contre les infections bactériennes et les champignons, efficace contre les parasites internes et les vers, elle régule la tension artérielle trop haute et est antidépressive, combat la tension et les désordres nerveux.

La source de cette information est fascinante: elle provient d’un des plus grands fabricants de médicaments au monde, qui affirme qu’après plus de 20 essais effectués en laboratoire depuis 1970, les extraits ont révélé que:

Il détruit les cellules malignes dans 12 types de cancer, y compris celui du côlon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancréas…

Les composés de cet arbre ont démontré agir 10.000 fois mieux que le produit Adriamycin, une drogue chimiothérapeute normalement utilisée dans le monde, en ralentissant la croissance des cellules du cancer.

Et ce qui est encore plus étonnant: ce type de thérapie avec l’extrait de citron détruit non seulement les cellules malignes du cancer et n’affecte pas les cellules saines.

Source : http://www.eddenya.com/index.php/sante-et-sciences/1677-le-citron-est-10-000-fois-plus-puissant-que-la-chimiotherapie

Santé et science ? Hum, hum…

 

Cela ressemble fort à un canulars mais, pour en être certain, allons le vérifier sur un site spécialisé : hoaxbuster.com. Et, miracle de la technologie, nous apprenons la chose suivante :

 

La rumeur bat son plein sur le web francophone : le citron serait le remède ultime contre le cancer, « 10.000 fois plus puissant que la chimiothérapie« . Quoi qu’en dise le message en circulation, il serait surprenant que les cancérologues n’en soient pas informés.

Nous avons donc demandé l’avis du docteur Françoise May-Levin, conseiller médical à la Ligue contre le cancer, son verdict est sans appel : « Le citron, on le sait est riche en vitamine C, supposée avoir une action antitumorale. Mais actuellement, en médecine, on ne se contente pas de supposition : la médecine doit être basée sur des preuves, apportées par des arguments expérimentaux, en laboratoire, mais aussi sur des personnes : ce sont les essais, essais de tolérance  (phase I) essais d’efficacité (phase II) et enfin comparaison avec les traitements référentiels tels que la chimiothérapie citée dans le message. Or, aucune preuve ne vient étayer l’activité du citron dans le cancer. Il serait donc très dangereux d’inciter des malades à préférer le citron aux traitements classiques. » Ajoutons que l’actualité s’est déjà chargée de lui donner raison.

Et pourtant, le message invoque la caution de « l’Institut de Sciences de la Santé de Baltimore« . Certes, mais un simple tour sur le site de ce mystérieux Health Sciences Institute dédié aux médecines alternatives suffit pour juger de sa fiabilité. Sa directrice, une certaine Jenny Thompson, n’a pas la moindre formation médicale, comme son CV le prouve. Et son site vous conseille par exemple d’acheter un livre qui vous permettra de guérir du cancer, au moyen d’une soi-disante révélation étouffée par les laboratoires pharmaceutiques : le cancer est un microbe, si, si ! Et bien sûr, il vous déconseille aussi formellement la chimothérapie. Tout en vous prévenant gentiment que « les informations fournies sur ce site ne doivent pas être interprétées comme des conseils médicaux personnels« , ben voyons.

Bon, mais leur article sur les bienfaits des agrumes(citrus fruits ayant été naïvement traduit par citron dans la version francophone en circulation) fait quand même référence à une étude du très sérieux CSIRO – le CNRS australien.

Sauf que les chercheurs du CSIRO sont loin d’arriver aux mêmes conclusions que le message ! Non, ils ont simplement examiné des études sur le sujet, et constaté que 69 % d’entre elles « démontrent un effet préventif statistiquement significatif contre certains types de cancers de la consommation d’agrumes« , effet sans doute lié au fait que les agrumes ont « l’activité antioxydante la plus élevée de toutes les sortes de fruits« . Ainsi, la réduction du risque observée atteint 50 % pour les cancers des voies digestives.

Autrement dit, vous pouvez espérer voir diminuer vos chances d’avoir un cancer de l’estomac en consommant des agrumes, mais une fois que la maladie est là, les fruits ne pourront rien pour vous, et il vaudra mieux vous en remettre aux traitements éprouvés comme la chimiothérapie plutôt qu’à des régimes de charlatan – c’était déjà le conseil du docteur Françoise May-Levin.

Conclusion : Il suffit d’une étude lue en diagonale, une ou deux erreurs de traduction, une bonne dose d’exagération, un soupçon de conspirationnisme, une rondelle de citron. On remue le tout, on sert bien frais : et voilà un Lemon Hoaxest, cocktail détonnant de mauvaise foi à l’acidité éprouvée. Seul remède connu contre cette ahurissante rumeur : la pilule miracle HoaxBuster

Le texte présenté est légèrement différend de celui de hoaxbuster. En effet, le CISRO à été changé par « la source provient d’un des plus grands fabricants de médicaments au monde[…] ». Par contre la question est : mais de qui parle t’il ? Et là est le mystère !

Conclusion : le citron c’est bon, mais contre le cancer c’est très moyen !

Christophe Jaming

Attentats World Trade Center – Nostradamus l’avait prédit… après sa mort !

S’il était facile de prévoir que les attentats qui ont frappé les USA mardi 11 septembre allaient déchaîner les rumeurs les plus folles, nous ne nous attendions pas à ce que les premiers à réagir soient les partisans du fatalisme divinatoire.

Quand l’indicible horreur se produit, il est toujours des catastrophistes pour y voir la réalisation d’une prédiction moyenâgeuse. La catastrophe était écrite dans les Grimoires depuis plus de 500 ans.  » Nostradamus

l’avait prédit «  apprend-t-on par voie de mails reproduits ci-dessous qui se sont répandus sur la toile comme une traînée de poudre et dans toutes les langues. « Il l’avait dit ! »; « tu vois, c’était écrit… »; « D’après ce texte, nous n’en sommes qu’au début »; « Le pire reste à venir ! », voilà quelques commentaires accompagnant les fameuses prédictions.

Heureusement, les Hoaxbusters sont prompts à réagir eux aussi et remontent rapidement à l’origine de la prétendue « centurie » du prophète.

Le texte original provient en fait un essai de Neil Marshall, un étudiant de l’université de Brock au Canada.  Dans cet essai, point de prophétie, mais une véritable critique des soi-disant prévisions et une extrapolation de son auteur qui va, de lui-même, émettre une prophétie, pour prouver qu’un texte suffisamment vague peut se révéler exact dans le futur… Bingo !

Quelques années plus tard (la page est en ligne depuis les années 90), ce qu’il dénonce se produit en effet :

« If you make enough prophecies and are intelligent enough to word them in such a way that they are abstract you become instant future seeer person. »

« Si vous inventez quelques prophéties et êtes assez intelligent pour les construire de manière suffisament abstraite, vous deviendrez instantanément un devin. » De là à penser que ce jeune homme est un prophète, il n’y a pas loin…

Là où la rumeur prend de l’ampleur c’est lorsque les mails que nous recevons sont de plus en plus détaillés sur la pseudo prophétie :

Le texte écrit par Neil Marshall ne faisait aucune mention de date ? Pas de problème, nous recevons une prophétie de Nostradamus qui commence par « In the year of the new century and nine months ».

L’original situe l’action dans « the city of God », on nous envoie plusieurs versions comprenant :

« the city of gold »; « the big city »; « the great new city »; « the city of york » etc.

Passons sur le fait que Nostradamus écrivait ses centuries en vieux français et que absolument personne ne nous en transmet dans cette langue. Le plus incroyable reste à venir : selon les dates indiquées, il aurait écrit cette centurie en 1654 et nous recevons très rapidement un autre mail nous indiquant une autre prophétie du brave homme beaucoup plus précise :

« It has been foreseen that exactly three hundred and fifty years into the future, silver phoenixes shall strike down the twin brothers of oppression that carried the king’s nation, which shall bring upon the apocalypse.
Nostradamus 
(September 11th, 1651) »

Nous sommes donc bien en présence de deux centuries décrivant sensiblement les attentats du 11 septembre 2001 et datées l’une de 1654, l’autre de 1651.

Nous venons de prouver que l’une a été écrite dans les années 90 par un étudiant voulant démontrer la facilité avec laquelle il était possible de prévoir les catastrophes, l’autre si elle émane de Nostradamus, l’aura été post mortem puisque le valeureux devin est mort en 1566 ! Ce qui convenons-le serait encore plus fort…

Article par

Guillaume – HoaxBuster.com