Equateur : la Société civile plaide pour une aide en faveur de la secte nudiste Kitawala

septembre 24, 2013, | Denière mise à jour le 24 septembre, 2013 à 10:38

 
Forêt du bassin du Congo. cbfp.org
Forêt du bassin du Congo. cbfp.org

La Société civile de Bokungu appelle la communauté humanitaire à venir en aide aux adeptes de la secte nudiste Kitawala. Selon cette structure citoyenne, les « Kitawalistes » vivent dans de mauvaises conditions depuis leur sortie de forêt il y a quelques semaines. Parmi la centaine de membres de cette communauté, sept sont décédés de maladie en un mois, faute de moyens pour se faire soigner.Ces Kitawalistes ont décidé d’abandonner la forêt dans laquelle ils vivaient depuis 53 ans. D’abord une vingtaine il y a quelques semaines, ils sont aujourd’hui une centaine à en être sorti. Mais ils ont du mal à s’adapter à la vie dans le village.

Selon le président de la Société civile de Bokungu, Camille Baka Isape, ces hommes, femmes et enfants nus vivent dans la promiscuité et dorment à même le sol. Ils ne disposent pas d’installations hygiéniques.

Outre les sept personnes décédées, quinze malades ne bénéficient toujours d’aucune prise en charge.

Bien qu’ayant reçu de l’ONG Caritas des bâches, moustiquaires et ustensiles de cuisine, don de l’Unicef, ces Kitawalistes vivent dans de mauvaises conditions.

La Société civile appelle les autorités à intervenir en leur faveur.

Source : radiookapi.net

 

Equateur : des membres d’une secte religieuse manifestent nus pour «la libération du Congo»

juillet 10, 2013, | Denière mise à jour le 11 juillet, 2013 à 8:23 |

 
Le Parc national de la Salonga, Equateur, RDC (www.google.fr)
Le Parc national de la Salonga, Equateur, RDC (www.google.fr)

Des hommes, femmes et enfants appartenant à la secte religieuse Kitawala ont manifesté sans aucun vêtement mercredi 10 juillet dans le territoire de Bokungu (Equateur) pour réclamer « la libération du Congo ». Sortis des forêts où ils ont l’habitude de se cacher, ces familles se sont relayées toute la journée dans une « lutte de libération » qui, selon eux, va partir de ce territoire pour gagner le reste du pays.

Prévenu, le nouvel administrateur du territoire de Bokungu, Daniel Litshuaka, a affirmé son impuissance à répondre à cette revendication.

« On leur a demandé qu’est-ce qu’ils revendiquent, qu’est-ce qu’ils cherchent, ils m’ont répondu qu’ils veulent libérer le Congo à partir du territoire de Bokungu. Depuis la période des élections en 2011, le pouvoir leur avait donné des promesses qu’il n’a jamais réalisées. J’ai communiqué à ma hiérarchie à Boende et à Mbandaka »,  a-t-il affirmé.

[…]

Suite de l’article