Les enfants grandissant dans une secte sont confrontés à des problèmes plus tard

 

12/07/2013

Les enfants qui grandissent dans les cultes religieux sont confrontés diffiulties non seulement pendant leur enfance, mais aussi après avoir quitté le groupe.

Telle est la conclusion de la recherche présenté aujourd’hui, vendredi 12 Juillet 2013, par le psychologue agréé Jill Mytton à la Conférence annuelle de la Division de la Société de psychologie de l’orientation à Cardiff.

Dans sa recherche Jill Mytton a travaillé avec 262 adultes (95 femmes et 167 hommes) qui avaient vécu dans un groupe religieux comme des enfants. Environ 70 pour cent de l’échantillon ont perdu leur famille à la sortie, 27 pour cent ont signalé les abus sexuels des enfants et 68 pour cent avaient trouvé l’expérience de laisser traumatique.   

Elle leur a demandé de remplir une batterie de mesures psychologiques. Les résultats ont montré que les scores moyens des 264 partiticpants sur ces mesures étaient significativement plus élevés que la population générale.

Deux autres measurss – Le groupe psychologique échelle d’abus et de l’ampleur du Groupe Identité échelle – ont été utilisés pour évaluer l’environnement du groupe et le niveau d’implication du groupe respectivement, et des corrélations cignificant ont été trouvées entre eux et toutes les mesures cliniques. Cela peut signifier que les spécificités de l’environnement du groupe, conjuguée à quel point l’identité du groupe est empêtré avec l’identité personnelle, sont des facteurs clés dans l’étiologie de la détresse dans cet échantillon. 

Jill Mytton dit:

« Survivants adultes de la deuxième génération de groupes à forte demande sont confrontés à des difficultés particulières, non seulement pendant leur enfance, mais aussi de quitter le groupe, car ils sont confrontés à l’assimilation à une culture qui n’est pas étranger à eux mais aussi celui qui leur a été enseigné est méchant et d’être haï. « 

Source : The British psychological society – Traduction Google