Inde : le gourou Asaram Bapu accusé de viol

Mercredi 6 novembre 2013, les autorités ont rendu un dossier d’instruction de 1.011 pages concernant le gourou hindouiste Asaram Bapu et quatre de ses coreligionnaires. A l’issue de 77 jours d’enquête, les policiers ont produit 121 documents, dont 58 témoignages qui mettent en cause le religieux de 72 ans pour : viol sur mineur, agressions sexuelles, attentat à la pudeur, trafic humain et esclavage. Il risque entre 10 ans de prison et une peine à perpétuité.

La victime de ces crimes, Manish Vyas, a 16 ans. Elle avait régulièrement des vertiges et s’était rendue au temple près de chez elle où on lui avait dit qu’elle était l’hôte d’esprits maléfiques, ce qui l’avait décidée à se rendre à Jodhpur, où le gourou l’a séquestrée et violée. Il l’aurait ensuite menacée si elle dévoilait quoi que ce soit à quiconque.

Cette affaire en a fait ressurgir d’autres. Les cadavres de deux jeunes hommes découverts près du temple qui auraient vraisemblablement été victimes d’un rituel de magie noire notamment. Des témoins ont expliqué que les quatre co-accusés du gourou étaient des rabatteurs qui oeuvraient pour lui ramener de jeunes gens.

Pour le gourou, emprisonné depuis début septembre, toutes ces accusations sont un coup monté. Il inquiétait effectivement l’élite indienne de par sa popularité grandissante et ses discours puritains et ultra-conservateurs, notamment concernant le viol et l’assassinat d’une jeune indienne de 23 ans dans un bus à New Delhi en décembre 2012. A ce moment là, le religieux avait déclaré : « Cette tragédie ne se serait pas produite si elle (la victime) avait chanté le nom de Dieu en tombant aux pieds de ses assaillants. L’erreur n’a pas juste été commise par un camp ».

Jeudi 7 novembre, des indiens en colère ont démoli le temple du fils d’ Asaram Bapu, Narayan Sai, à Kumbharpada, près de Virar dans la métropole de Bombay. Ce dernier avait été accusé par un fidèle d’avoir agressé sexuellement une jeune femme.

Sources : Time of India, DNA India, Le Monde.
Photo AFP/STRDEL.

L’hindouisme, 7e religion de Belgique

Bientôt une 7e religion en Belgique ? L’hindouisme s’apprête à déposer une demande de reconnaissance. Un chemin long et tortueux. Les hindouistes de Belgique peaufinent leur dossier : d’ici quelques semaines, ils demanderont que leur religion soit reconnue officiellement en Belgique

La communauté Krishna installée à Durbuy veut que l’hindouisme soit reconnu comme une religion positive. . « Cela fait deux ans que nous travaillons sur le dossier pour qu’il soit le plus complet possible. Il est disponible en anglais et en néerlandais. Nous sommes en train de terminer la traduction en français, » explique Mahaprabhu. Mahaprabhu, c’est le nom hindou de Martin Gurvich, le responsable de la communication de l’ASBL radhadesh. Sous ce nom difficile à prononcer se cache la communauté Krishna installée au château de la petite Somme, à Durbuy. Mais quand Martin Gurvich s’exprime, il ne représente pas juste la communauté « Vishnu » de Belgique : il est secrétaire du forum hindou de Belgique, créé en mars 2007. Une douzaine d’associations hindouistes travaillent actuellement ensemble sur la demande d’officialisation de leur religion, une dizaine d’autres pourraient les rejoindre, soit un peu plus de la moitié des 40 variétés de la religion présentes sur notre territoire. L’importance d’être reconnu « Il y a en Belgique plus de 20 000 personnes qui se sentent rattachées à l’hindouisme.Une reconnaissance officielle leur permettrait de se sentir au même niveau que les autres Belges. Notre priorité, c’est vraiment d’être reconnus comme une religion qui est positive pour la société belge », explique Martin Gurvich. Il insiste sur l’aspect moral de la reconnaissance, qui prime selon lui sur une simple démarche administrative. « La Belgique est différente de ce qu’elle était il y a 150 ans, dans sa polarisation entre laïcs et chrétiens. Nous, on veut montrer que la Belgique du XXIe siècle est composée de beaucoup de communautés différentes. Cette ouverture peut enlever les tensions passées. » La reconnaissance entraînerait un subside de l’État, qui n’est pas négligeable pour une communauté qui a toujours vécu sur ses fonds propres. Mais les hindouistes sont aussi intéressés par les implications du côté de l’enseignement. « Il nous faudra des années pour mettre au point un programme, former des professeurs, reconnaît Martin Gurvich. Mais entre-temps, on aimerait que les enfants soient dispensés de suivre les cours de religion, comme en Flandre, à la demande des parents. Nous estimons que la morale laïque est une conviction comme une autre, proche de la laïcité organisée. » Le chemin de l’hindouisme sera peut-être aussi compliqué que celui du bouddhisme, qui a introduit déjà en 2006 une demande de reconnaissance en Belgique comme philosophie non confessionnelle, encore non aboutie aujourd’hui… Mais le forum hindou de Belgique est motivé

source : Journal Belge « L’AVENIR DU LUXEMBOURG » du 28.01.2013

E.U. : Un swami recherché pour « assaut » envers des jeunes filles se réfugie en Inde

HOUSTON : On a dit un gourou spirituel indien attaché de fauteuil roulant de 83 ans, un fugitif après avoir été condamné de chercher deux jeunes filles, a pu avoir parti furtivement clandestinement en l’Inde, une cour des USA.

Les maréchaux des USA, le recherchant toujours, suspectent ce Prakashanand Saraswati, connu de ses passionnés comme Swamiji, ont pu s’être sauvés l’Amérique dans la connivence avec ses associés proches.

Quelques jours seulement après qu’un jury du comté de Hays dans le Texas l’a condamné en mars 2011 sur 20 comptes d’immodesté pour molester deux adolescents, le soit-disant gourou a été absent.

Un juge l’a condamné in absentia à 14 ans en prison sur chaque compte et le gourou a également renoncé à USD 1,2 millions dans les billets à ordre en esclavage et.

Les documents judiciaires nouvellement classés indiquent que Prakashanand, qui se déplace autour dans le fauteuil roulant apparemment croisé plus d’en le Mexique deux jours après sa conviction tout en étant à grand sous caution et a pu avoir employé un réseau des passionnés pour faire son chemin vers l’Inde.

Pendant dix-huit mois plus tard, les agents fédéraux se démêlent toujours le mystère de la façon dont il est sorti du pays et de qui l’a aidé.

Député US Marshal Robert Marcum, qui mène l’enquête pour dépister le gourou vers le bas, a appelé son vol avec l’aide de ses adhérents religieux le Texas, en Pennsylvanie, la Californie et la Floride comme « plan le plus sophistiqué que j’ai vu dans la mesure où les investigations fugitives disparaissent. Elles étaient très futées au sujet de ce qu’elles ont fait. »

Marcum l’a ajouté est probable certains des passionnés du gourou sera chargé d’héberger un fugitif, de la complicité de l’évasion ou fabrication des fausses déclarations à un agent de gouvernement.

L’information, aussi bien que descriptions détaillées de la façon dont les disciples du gourou l’ont déplacé dans le pays tout en éludant la police, fait partie des documents classés récemment devant le tribunal.

Une des filles, qui a été embrassée et cherchée à tâtons par le gourou, a indiqué que son évasion vers l’Inde finit effectivement le point de droit contre lui. « Je me sens que la porte est fermée là-dessus, » elle a dit.

« Il n’y a rien à davantage être fait. » Elle a ajouté : « Je suis sûr que nous dormirions tout mieux s’il étaient enfermés. Mais il est dans sa propre petite prison. »

Karen Jonson, que cette année a édité le « sexe, les mensonges, et deux gourous indous, » un livre concernant sa vie à l’ashram, a dit : « Tandis qu’une mesure de justice était servie par sa conviction, c’était toujours la bonne chose pour que Prakashanand doive supporter le résultat de ses crimes contre des enfants, pour servir sa punition de déterminer par les cours de ce pays. »

Toujours, elle a ajouté, « tant que il est vivant, là toujours sera espoir pour sa capture et reviendra au Texas.

Source : http://timesofindia.indiatimes.com/world/us/Swami-wanted-in-US-over-molestation-charge-flees-to-India/articleshow/16556011.cms

traduction Systran

Argentine : Le gourou indien Ravi Shankar retenu deux heures par le fisc en Argentine

Le gourou indien Sri Sri Ravi Shankar, qui a des fidèles dans le monde entier, a été retenu deux heures sur l'aéroport de Puerto Iguazu, au nord-est de l'Argentine, pour un contrôle fiscal, après une campagne de collectes de dons, a indiqué mercredi la presse locale.

Le gourou indien Sri Sri Ravi Shankar, qui a des fidèles dans le monde entier, a été retenu deux heures sur l’aéroport de Puerto Iguazu, au nord-est de l’Argentine, pour un contrôle fiscal, après une campagne de collectes de dons, a indiqué mercredi la presse locale.

AFP – Le gourou indien Sri Sri Ravi Shankar, qui a des fidèles dans le monde entier, a été retenu deux heures sur l’aéroport de Puerto Iguazu, au nord-est de l’Argentine, pour un contrôle fiscal, après une campagne de collectes de dons, a indiqué mercredi la presse locale.

Ravi Shankar, président-fondateur de la fondation « L’art de vivre », a été contrôlé alors qu’il s’apprêtait à quitter l’Argentine pour le Paraguay, prochaine étape de sa tournée en Amérique latine.

Selon le quotidien La Nacion, le gourou, qui est soupçonné d’évasion fiscale, aurait recueilli environ 20 millions de pesos (4,27 millions de dollars, 3,3 millions d’euros) auprès des quelque 1.200 personnes qui avaient assisté à un entretien ou une méditation dirigés par lui, devant les célèbres cataractes d’Iguazu.

L’administration fiscale souhaite savoir d’où vient l’argent des donations et où il va, supposant des mouvements suspects de fonds au sein de la fondation de Ravi Shankar, selon le journal.

Au cours de sa visite en Argentine, le gourou a réuni dimanche dernier des dizaines de milliers de personnes pour une journée de méditation dans les bois de Palermo à Buenos Aires.

Elu par le magazine Forbes comme la 5e personne la plus influente dans le monde, Sri Sri Ravi Shankar est l’inventeur d’une méthode de respiration et de méditation destinée à instaurer « une société libérée de la violence et du stress », selon les organisateurs.

Source : http://www.france24.com/fr/20120913-le-gourou-indien-ravi-shankar-retenu-deux-heures-le-fisc-argentine