Japon – La surveillance de la secte Aum prolongé de trois ans

 

Kyodo, JIJI

La Commission d’examen de la Sécurité publique dit que deux retombées de Aum Shinrikyo, le culte apocalyptique qui a effectué l’attaque au gaz sarin mortelle sur le système de métro de Tokyo en 1995, resteront sous surveillance pendant trois ans à partir du 1er février.

La prolongation de trois ans est le cinquième depuis la surveillance a débuté en Janvier 2000 et se appliquera à Aleph, que le culte a été rebaptisé et Hikarinowa ou Cercle de Rainbow Light, la commission a déclaré vendredi.

La force de sécurité nationale, l’Agence du renseignement de sécurité publique, dit les deux cultes ont rassemblé 32 établissements à travers le pays.

La commission d’examen de la sécurité est un organe externe du ministère de la Justice qui emploie un panel de sept experts de décider comment les groupes organisée devrait être traitée conformément à la loi.

La commission a souligné que Aleph continue explicitement à exiger la soumission absolue au gourou Aum incarcéré Shoko Asahara, dont le vrai nom est Chizuo Matsumoto, et que Hikarinowa, dirigé par l’ancien porte-parole de la secte Fumihiro Joyu, a une structure organisationnelle et le système de formation presque identique à Aum .

Selon l’Agence du renseignement de sécurité publique, les deux cultes ont augmenté dans les deux actifs et membres depuis l’ordonnance de surveillance a été prorogé en dernier lieu en 2012. Ensemble, les deux ont maintenant environ 1650 membres ici et environ 160 en Russie, et 32 ​​propres installations réparties dans 15 préfectures au Japon.

Encaisse et dépôts représentaient environ ¥ 690 000 000 des actifs combinés des deux groupes comme d’Octobre dernier.

Seiichi Fusamura, président de la commission, lors d’une conférence de nouvelles que les groupes devraient corriger leurs attitudes introvertie et auto-trompeur et sincèrement affronter les victimes de l’attentat au sarin.

Source : The Japan Times – Traduction Google

Attaque au gaz sarin. Un ex-adepte de la secte Aum jugé au Japon

Le procès d’un ex-adepte de la secte Aum Vérité suprême s’est ouvert au Japon, 20 ans après un attentat au gaz sarin qui avait fait 13 morts dans le métro de Tokyo.

Le procès d’un ex-adepte de la secte Aum Vérité suprême s’est ouvert vendredi au Japon, vingt ans après un attentat au gaz sarin qui avait fait 13 morts et intoxiqué près de 6.300 personnes dans le métro de Tokyo.

Katsuya Takahashi, dernier suspect à avoir été arrêté, en juin 2012, a clamé son innocence dès l’ouverture des débats.

« Je ne savais pas que c’était du gaz sarin »

« Je ne savais pas que c’était du gaz sarin qui avait été répandu », a déclaré l’homme de 56 ans, costume noir et cravate bleue, au tribunal de Tokyo. Jugé pour meurtre et d’autres crimes, il est accusé d’avoir servi de conducteur à l’un des individus de l’équipe le 20 mars 1995.

Ce jour-là, en pleine heure de pointe, des membres d’Aum avaient diffusé du gaz sarin, substance inodore, incolore mais neurotoxique même à faible dose, dans plusieurs rames de métro au coeur de la capitale.

« Je ne voulais pas tuer de gens », s’est défendu d’une voix calme M. Takahashi, interpellé après 17 ans de cavale.

Colis piégié au gouverneur de Tokyo(…)

Suite de l’article

Japon – Les successeurs de Aum restent «dangereux»

Le culte apocalyptique Aum Shinrikyo et un groupe dissident pourraient rester sous surveillance pendant au moins les trois prochaines années, l’Agence du renseignement de sécurité publique a déclaré lundi.

Il a déposé une demande à la Commission d’examen de la sécurité publique de prolonger la période de surveillance, après le mandat actuel expire à la fin de Janvier.

Aum milliers de sarin gazés de navetteurs sur le système de métro de Tokyo, en Mars 1995. Le groupe a présenté ses excuses pour les événements de cette période, mais il reste un corps riche avec des centaines d’adeptes. Elle se appelle désormais Aleph.

La branche est appelée Hikari no Wa (Cercle de Rainbow Light) et est dirigé par l’ancien chef Aum Fumihiro Joyu.

L’agence a déclaré que les deux groupes restent dangereux. Ils conservent traits antisociaux et enseignent à leurs disciples que l’attaque au gaz sarin était justifiée.

La surveillance est une mesure prévue par une loi qui vise à empêcher les organisations responsables de l’assassiner en masse aveugle de la récidive.La commission décidera de prolonger la période de surveillance pour la cinquième fois après consultation des deux groupes pour leurs opinions.

Les deux groupes ont environ 1650 membres au Japon, en hausse d’environ 150 à partir de 2012, l’agence dit. Ils ont aussi environ 160 membres en Russie, en hausse de près de 20.

Leurs possessions matérielles comprennent 32 installations dans 15 préfectures japonaises et des actifs de trésorerie de l’ordre de ¥ 650 000 000, une augmentation d’environ ¥ 80,000,000 par an au cours des trois dernières années.

Aleph oblige ses membres à faire preuve de loyauté absolue gourou Chizuo Matsumoto, l’ancien chef Aum qui est maintenant en prison des condamnés à mort. Matsumoto est mieux connu comme Aum gourou Shoko Asahara.

L’agence a déclaré l’épouse et la fille de Matsumoto restent membres supérieurs de Aleph parce qu’ils jouent un rôle direct dans les activités du groupe.

Il dit Hikari no Wa a supprimé peintures bouddhiques qui symbolisent Matsumoto de l’autel, mais le groupe reste sous son influence – peut-être dans le but de minimiser sa relation et de se exemptés de davantage la surveillance.

Bien que le groupe a mis en place un audit externe par des individus tels que Yoshiyuki Kono, un survivant d’une attaque au gaz sarin Aum en 1994 à Matsumoto, Préfecture de Nagano, le système d’audit n’a pas entraîné dans le groupe tout droit, a indiqué l’agence.

Source : Japan Times – Traduction Google

Japon – Deux adeptes d’une secte séquestrés pour conversion forcée

Tokyo – Les contraindre à quitter de force une secte afin de les faire revenir à la « vraie religion » : c’est dans ce but que deux membres de l’église de l’unification au Japon, âgés de 40 ans, ont été enlevés par leurs parents grâce à la complicité d’un ministre évangélique. C’est ce qu’apprend l’Agence Fides de l’organisation Human Rights Without Frontiers , qui rappelle que ces cas d’enlèvements d’adeptes des minorités religieuses en vue d’une « conversion forcée », ne sont pas rares au Japon. Au cours de ces dernières années, de nombreuses familles influencées par des préjudices ont cherché à faire abjurer la foi aux membres de sectes de dérivation chrétienne.
En juillet dernier, le Conseil de l’ONU pour les droits fondamentaux a exprimé sa préoccupation pour « les nouvelles d’enlèvement et de confinement de convertis aux nouveaux mouvements religieux de la part de membres de leurs familles », invitant à adopter des mesures efficaces pour garantir le droit de toute personnes à la liberté religieuse.Ainsi que l’indique HRWF, les deux personnes ont été séquestrées par la ruse et confinés dans un appartement sis à Osaka, en les arrachant à leurs enfants de 8 et 3 ans. Le pasteur évangélique Takazawa a collaboré au séquestre. Les deux personnes ont été libérées par la police grâce à une demande d’aide envoyée de nuit et ont pu regagner leur domicile.

Source : News VA