Philippe-Jean Parquet : les 9 critères pour caractériser l’emprise

Pour Philippe-Jean Parquet, consultant et référent ministériel, les organisations à caractère sectaire « se transforment et présentent des visages différents. Elles utilisent des processus, appelés quelquefois manipulations mentales, qui induisent un état psychologique original, l’emprise mentale. » Elles s’adaptent aux besoins et attentes de nos contemporains et proposent des théories et des méthodes ayant trait à la santé et au développement personnel, au bien-être, à l’écologie et moins à des thèmes pseudo-religieux et ésotériques. Un changement d’échelle est également perceptible : elles forment de petits groupes moins détectables. Cette nouvelle forme en augmente le caractère nocif. De la même manière que les organisations classiques, « ces groupuscules asservissent les personnes, induisent des dommages et coupent les victimes de leur famille, de leur activité professionnelle et de la société. » Cet asservissement conduit même ces victimes « à commettre des actes dommageables voire répréhensibles qu’elles n’auraient pas commis antérieurement ».

Le professeur Parquet a établi une grille de critères pour pouvoir caractériser l’emprise mentale. Pour porter le diagnostic, il faut que cinq des neuf critères soient établis. Ces critères sont :

  1. Rupture imposée avec les modalités antérieures des comportements, des conduites, des jugements, des valeurs, des sociabilités individuelles, familiales et collectives ;
  2. Occultation des repères antérieurs et rupture dans la cohérence avec la vie antérieure et acceptation par une personne que sa personnalité, sa vie affective, cognitive, relationnelle, morale et sociale soient modelées par les suggestions, les injonctions, les ordres, les idées, les concepts, les valeurs, les doctrines imposées par un tiers ou une institution, ceci conduisant à une délégation générale et permanente à un modèle imposé ;
  3. Adhésion et allégeance inconditionnelle, affective, comportementale, intellectuelle, morale et sociale à une personne ou à un groupe ou à une institution : ceci conduisant à une loyauté exigeante et complète, une obéissance absolue, une crainte et une acceptation des sanctions, une impossibilité de croire possible de revenir à un mode de vie antérieur ou de choisir des alternatives, étant donné la certitude imposée que le nouveau mode de vie est le seul légitime ;
  4. Mise à disposition complète, progressive et extensive de sa vie à une personne ou à une institution ;
  5. Sensibilité accrue dans le temps aux idées, aux concepts, aux prescriptions, aux injonctions et ordres à un « corpus doctrinal » avec éventuellement mise au service de ceux-ci dans une démarche prosélyte ;
  6. Dépossession des compétences d’une personne avec anesthésie affective, altération du jugement, perte des repères, des valeurs et du sens critique ;
  7. Altération de la liberté de choix ;
  8. Imperméabilité aux avis, attitudes, valeurs de l’environnement avec impossibilité de se remettre en cause et de promouvoir un changement ;
  9. Induction et réalisation d’actes gravement préjudiciables à la personne, actes qui antérieurement ne faisaient pas partie de la vie du sujet. Ces actes ne sont plus perçus comme dommageables ou contraires aux valeurs et au mode de vie habituellement admis dans notre société.

Ces 9 critères doivent permettre d’identifier avec rigueur l’emprise sectaire et « de ne pas imputer à tort un changement d’attitude et de comportement, qui pourrait avoir d’autres origines comme une pathologie mentale, un trouble de la personnalité ou la réaction à une perturbation survenue dans la vie d’une personne. »
Pour Philippe-Jean Parquet, il est essentiel que le grand public ait les « moyens d’identifier les manœuvres de ces organisations et de ces groupes lorsqu’ils les contactent ».

Lorsqu’ils ne sont pas des cibles directes, les enfants et les adolescents sont les « victimes des croyances induites chez leurs parents, ils en subissent les conséquences : malnutrition due à des régimes carencés, absence de vaccinations et de traitements lorsqu’ils sont malades, déficit des acquisitions scolaires, formatage de la personnalité… ». Il arrive également qu’ils soient directement confrontés dans le cadre de rattrapage scolaire ou d’aide au développement de la personnalité : « On leur propose des méthodes, des activités, des environnements voire des scolarités complètes qui conduisent à les mettre sous tutelle et en faire de futurs adeptes. »

Le professeur Parquet a participé à la rédaction de la bande dessinée proposée par l’ADFI du Nord. L’objectif est « de rendre les enfants capables de repérer les sollicitations qui pourraient leur être dommageables et permettre aux parents d’être plus capables de repérer ces sollicitations et d’en protéger leurs enfants. »

Source : La Voix du Nord, 04.02.2014

Isère: un château d’un million d’euros au coeur d’une enquête pour abus de faiblesse

Publié le 25.10.2013, 17h32

 

Le parquet de Bourgoin-Jallieu a ouvert une information judiciaire pour abus de faiblesse aggravé visant des actes de « prédation » sur les biens d’une quadragénaire, notamment une propriété d’un million d’euros à Vertrieu (Isère), a-t-on appris vendredi.
« On va s’intéresser aux conditions dans lesquelles cette dame a mis en vente ce château », évalué entre 750.000 et 1 million d’euros, a expliqué à l’AFP Cédric Cabut, procureur de la République à Bourgoin-Jallieu, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Âgée de 45 ans, cette femme décrite comme « gravement dépressive » a rejoint au printempsl’association Alvenia, à Seborga, près de Vintimille, en Italie. L’association est dirigée par un couple, « Stéphane et Martine », qualifiés d' »envoyés du divin, comme et avec Jésus et les anges », selon son site internet.
« Le but de l’enquête sera de vérifier si on n’est pas en présence d’un mouvement sectaire se livrant à de la manipulation mentale et ayant pour objet la prédation des biens de cette dame », a expliqué M. Cabut.
C’est la dernière fille, tout juste majeure, de cette mère de trois enfants qui a alerté les autorités.
« La famille est très vigilante », a décrit le procureur.
Le parquet a ouvert une enquête préliminaire en mars et une procédure de placement sous tutelle ou curatelle a été lancée en parallèle.
Mais la femme a refusé de se prêter aux examens médicaux prévus dans le cadre de cette procédure.
Elle a récemment mis en vente sa demeure bourgeoise du XVIIIe siècle, Le Relais du Bac, qui fait aussi chambre d’hôtes.
« Nous faisons des vérifications sur ses comptes pour voir si elle a opéré des virements à destination de l’Italie », a précisé M. Cabut.(…)

Procès des exorcistes : Antoinette raconte son « lavage de cerveau »

AFP
08/10/2013, 21 h 40 | Mis à jour le 08/10/2013, 22 h 02
Les accusés ont toujours revendiqué la sincérité et le bien-fondé de cet exorcisme.
Les accusés ont toujours revendiqué la sincérité et le bien-fondé de cet exorcisme. (PHOTO D’ILLUSTRATION – AFP JANEK SKARZYNSKI)

Au deuxième jour du procès de quatre personnes accusées de l’avoir torturée pour l’exorciser, Antoinette, 21 ans, raconte l’emprise qu’avait sur elle le « gourou » Eric Deron.

« Dans ma tête, Eric c’était Dieu, voilà ». Au deuxième jour du procès de quatre personnes accusées de l’avoir torturée pour l’exorciser, Antoinette, 21 ans, a raconté l’emprise qu’avait sur elle Eric Deron, décrit par certains comme un « gourou » qui « rêvait d’énoncer la parole biblique ». « Il avait un certain charisme. Quand il parlait de Dieu, j’étais captivée », raconte-t-elle. Antoinette avait fait la rencontre d’Eric Deron à l’âge de 16 ans par le biais de l’Eglise adventiste du 7e jour, un mouvement protestant évangélique. « J’étais touchée par tout ce qui concernait Dieu, j’étais très intéressée par tout ça. »

Groupuscule dissident

Dès leur rencontre, elle est séduite. « Il disait que j’étais investie d’une grande mission, que Dieu avait besoin de moi. C’est un discours qui m’a complètement figée ». A tel point qu’elle finit par emménager avec lui et couper les ponts avec sa famille. « Il me disait que ma mère faisait de la sorcellerie, que je ne devais plus la voir ». Radiés de l’église adventiste en raison de problèmes disciplinaires, ils créent alors, avec deux autres personnes, un groupuscule dissident et vivent tous ensemble en quasi-autarcie chez Lise-Michelle, la mère d’Eric. « Après on n’allait plus à l’Eglise, on ne sortait plus », dit-elle.

« C’était comme si Antoinette avait subi un lavage de cerveau », confirme Marguerite, sa mère. « Elle était complètement domptée par Eric ». Pendant de nombreux mois, elle avait tenté de reprendre la main sur sa fille. « Non aux sectes, non aux gourous. Eric Deron et sa mère, 2e porte à droite », avait-elle affiché dans son immeuble à Grigny (Essonne), sans résultat.

« Délires mystiques »(…)

Suite de l’article 

 

Le culte de Devon demande aux petits enfants de «nettoyer leurs péchés»

  • Par DAVID JONES

PUBLIÉ: 22h25 GMT, le 4 Octobre 2013 MISE À JOUR: 23h18 GMT, le 4 Octobre 2013

Les premières brumes de l’automne sont descendus sur les collines de Blackdown, et le week-end prochain l’une des communautés alternatives qui se sont tournés vers cette déprimé, la légende, riche partie de l’ouest du pays va tenter d’éclaircir les esprits en organisant un festival saisonnier.

L’événement de deux jours, à une ferme randonnée près du petit village de Devon Dunkeswell, mettra en vedette les traditions locales comme cercle de danse et de pomme appuyant pour faire du jus frais, et il se terminera par une pièce de théâtre – un conte moral bure édicté par enfants de 20 impairs du groupe.

Pour de nombreux villageois, des nouvelles de cette performance est venu comme une surprise.Car, bien que les membres des Douze Tribus, un sujet controversé, culte aux États-Unis, ont commencé à squatter abandonné la ferme Stentwood il ya 14 ans, et l’ont construit dans une métairie impressionnante, avec un salon de thé pittoresque servant des repas fait maison, leurs enfants sont si rarement autorisés à quitter la commune – caché dans une ruelle peu fréquentée – que peu d’étrangers connaissaient si beaucoup vivent là-bas.

Harsh: Les enfants dans une commune allemande semblable à celui qui est sondé par les services sociaux dans le DevonHarsh: Les enfants dans une commune allemande semblable à celui qui est sondé par les services sociaux dans le Devon

 

Alors que leurs parents baggy smocks salue en passant les randonneurs et les cyclistes avec une vague prudents comme ils le font leurs tâches, et quelques élus sont autorisés à vendre leur pain et des gâteaux locaux de renommée sur les marchés et festivals pop (en même temps essayer de recruter des convertis ), pour leurs fils et leurs filles, le contact avec les non-croyants est sévèrement limitée.

Vêtu puritaine en bonnets et pantalons de toile, ils ne sont pas autorisés à fréquenter les écoles locales, rejoignez les équipes ou clubs sportifs, regarder la télévision ou utiliser l’internet, et encore moins faire des amis au-delà de leur communauté fermée. En effet, il leur est interdit de jouer n’importe quel jeu impliquant imagination ou fantaisie.

Pour la plupart des parents, cette éducation contrôlée seul serait préoccupante. Pourtant, ce n’est pas le procès le plus sombre face aux douze tribus des enfants, car ils doivent se conformer à la doctrine abrutissante de la secte.

Au cours des dernières semaines, via un documentaire télévisé infiltration projeté en Allemagne (où les communes similaires ont été perquisitionnés) et plus tard par des comptes personnels d’anciens membres – y compris une mère britannique qui a échappé à la commune Devon avec son fils – détails de la discipline brutale à laquelle ils sont régulièrement soumis ont commencé à émerger.

Soi-disant pour les purifier du péché et de les préparer pour le salut quand la fin du monde (le culte insiste sur le fait qu’il sera, dans le prochain siècle ou presque), ils sont commandés à plusieurs reprises de se pencher pour être battu sur les fesses nues avec une tige de saule trempé dans l’ une résine pour la rendre plus souple.

Et comme sessions ces soi-disant «correction» sont au cœur des croyances de la secte – un méli-mélo du judaïsme et du christianisme conçu par son chef messianique Eugene Spriggs, un ancien carnaval showman de Tennessee – les enfants sont souvent débattaient plusieurs fois par jour.

Fondateur: The Twelve Tribes culte a été formé par l'homme américain Gene Spriggs, qui croit au châtiment corporel sévèreFondateur: The Twelve Tribes culte a été formé par l’homme américain Gene Spriggs, qui croit au châtiment corporel sévère

 

Ils sont «fessée» pour la même infraction la plus petite, comme parler de tour, et selon l’ancien membre Devon, Vicki (qui veut que son nom supprimé) les raclées sont très douloureux, laissant laides weals rouge et violet. L’objectif de la secte, dit-elle, est de briser la résistance de leurs enfants et il commence presque à partir du jour où ils sont nés.

Comme les bébés, si elles tombent à plusieurs reprises leur bouteille, par exemple, ou ne veulent pas arrêter de pleurer, les parents sont informés de saisir leurs têtes hermétiquement et les pousser vers l’avant et vers le bas – comme s’ils étaient des chiots en cours de formation.

Ou ils pourraient être emmaillotés fermement à limiter leur mouvement. Puis, quand ils atteignent un âge où ils sont jugés capables de comprendre les instructions – qui pourraient être avant leur premier anniversaire – les coups rituels commencent.

Finalement, ils deviennent une partie docilement acceptée de la vie quotidienne d’un culte enfant, de sorte que, au moment où ils atteignent leur adolescence, ils sont si totalement conditionnés à être frappé qu’ils acceptent non seulement leur punition, mais en fait demander à être administré lorsque ils ont mal agi, craignant Dieu les punira si elles n’ont pas expier leurs péchés.

«Je veux qu’il soit clair que nous ne parlons pas la claque occasionnelle d’un enfant méchant ici, Vicki m’a dit.

«Je pense que chaque parent a le droit de discipliner leur enfant comme ils l’entendent, et utiliser les occasionnels smack, s’ils le souhaitent, mais c’est quelque chose d’entièrement différent. C’est conditionnement systématique – une sorte de thérapie par aversion de la forme la plus brutale ».

Correction: Le culte affirme que les séances de punition sont conçus pour nettoyer les enfants du péchéCorrection: Le culte affirme que les séances de punition sont conçus pour nettoyer les enfants du péché

En Allemagne, les autorités de protection de l’enfance s’accordent clairement. Choqué par les scènes à la télévision un documentaire de ce mois, immédiatement après qu’il a été projeté ils ont attaqué deux communes bavaroises de la secte et ont pris toutes les 40 enfants en soin protecteur, où ils restent en attente des procédures judiciaires.

Étant donné que la loi empêche les parents allemands de frapper leurs enfants à tous, et le film montrait un garçon de quatre ans qu’on mène à une cave de punition et fouetté jusqu’à ce qu’il criait miséricorde – simplement pour avoir refusé d’admettre qu’il était « fatigué » – ils sont susceptibles de rester en famille d’accueil.

La NSPCC est suffisamment «anxieux» sur les réclamations que des enfants sont maltraités similaire à Stentwood ferme qu’il a alerté les services sociaux Devon. Cette semaine, un porte-parole a déclaré qu’il avait lancé une «révision» en collaboration avec la police, et le Mail comprend qu’ils ont l’intention d’inspecter la commune.

Cependant, la Loi sur les enfants 2004 permet aux parents britanniques plus de latitude que l’Allemagne, ce qui permet «punition raisonnable», et qu’aucune mesure n’a été prise lorsque Vicki premier a formulé des allégations d’abus d’enfants, après avoir quitté la secte en 2005, elle craint les coups continuent en toute impunité .

A la lumière de l’histoire, elle m’a dit cette semaine, cette croyance mendiant.

Comme bon nombre d’adeptes à travers le monde 3000 de douze tribus, Vicki était vulnérable quand elle a été attiré dans sa douce étreinte il ya neuf ans. Ensuite, dans son 20s, les chômeurs et les soins pour seul son fils de six ans, elle était une perquisition Christian désabusé pour l’accomplissement.

Attiré par le site Web de la secte, qui a promis une nouvelle façon de vivre qui permettrait de rétablir les valeurs spirituelles et communal de 12 tribus originales d’Israël, elle a effectué des visites à son domicile à Bournemouth au Devon commune – toujours accueilli avec des embrassades et des fruits dans sa chambre – et, à l’été 2004, elle a été baptisée.

Jusque-là, dit-elle, elle n’avait pas été informée de ces sévices, et certainement pas qu’elle aurait à débattre de son fils. Chaque fois que les clients sont venus pour rester, les membres ont fait en sorte qu’ils ne pouvaient pas entendre le bruissement des saules et étouffé les cris des enfants.

Mais peu après son intronisation son imparti ‘berger’ – un barbu américain nommé Lawrence Stern qui reste parmi la hiérarchie de la commune – lui a dit qu’il était temps de commencer à «corriger» son fils.

«Je ne me souviens plus ce qu’il était censé avoir fait de mal, mais il était seulement six et c’était quelque chose de très mineur », se souvient-elle.

Coups: Parents à Stentwood Farm sont encouragés à discipliner physiquement leurs enfantsCoups: Parents à Stentwood Farm sont encouragés à discipliner physiquement leurs enfants

 

«On m’a dit qu’il doit toucher le sol avec ses mains pour que son fond était dans l’air. Parce qu’il était jeune et commence tout juste à être disciplinés, on m’a dit «seulement» de le frapper cinq fois, et de lui expliquer à l’avance pourquoi je faisais cela: pour purifier sa conscience. Tout est censé être fait avec beaucoup de calme, jamais dans la colère.

«Mais quand vous frappez un enfant [avec un bâton] pour la première fois, ils tombent instinctivement sur le sol et se recroquevillent pour se protéger, alors je suis allé à Stern et dit que je faisais des difficultés.

«Il a juste dit que si mon fils ne me laisserait pas remplir toutes les cinq coups j’aurais toujours revenir au début et recommencer, même si j’avais eu à nombre de quatre, car un enfant qui n’avait pas accepté volontiers l’ discipline n’avait pas été nettoyée.

«Finalement, mon fils a cessé de résister, mais j’ai dû le frapper beaucoup de temps. Il avait des marques de bandes et des contusions.

Vicki dit que les tiges de saule seraient parfois claquer comme un enfant a été battu, mais la femme de Stern, Chassida, conservé un stock de remplaçants.

Les enfants n’étaient pas seulement battus par leurs parents, dit-elle. S’ils étaient pris en charge par un autre adulte dans le groupe, cette personne a également été autorisé à «corriger» un enfant avec le bâton.

Aujourd’hui, vivre une nouvelle vie dans le Yorkshire avec son fils (maintenant dans son adolescence et remarquablement bien ajusté, dit-elle) Vicki est clairement honte de ses actes. Mais elle a ensuite été tellement endoctrinés, dit-elle, elle était convaincue qu’elle était «le sauver de l’enfer».

Elle avait connu les sombres secrets depuis, elle a appris sur les Douze Tribus et de son chef douteuse, Spriggs – ou Yoneq, comme il préfère (tous les membres ont des noms israélites antiques) – elle aurait pu être moins crédules.

Maintenant, un 76-year-old ratatiné avec une longue barbe grise hirsute et cheveux mi-longs, Spriggs était un conseiller d’orientation au secondaire ainsi que d’un avant-man carnaval avant d’abandonner et de vivre comme un hippie en Californie, où il a formé son propre église.

Puis, il ya 40 ans, réputé se déclarer pour être une réincarnation du prophète Élie, il a décampé avec 1.000 suiveurs à Vermont et a mis en place une commune, l’envoi de missionnaires tard pour commencer 12 nouveaux en Europe, en Australie et en Amérique du Sud: chacun représentant une tribu d’origine d’Israël.

Ils sont exécutés sur les bénéfices d’une chaîne de boulangeries, épiceries fines et de petites usines, et il a été rapporté que le culte a une fortune considérable, caché dans des comptes offshore. Même si il faut dire que par comparaison avec d’autres chefs de culte religieux américains, Spriggs semble vivre relativement modeste.

Le scandale autour de lui concerne sa vie privée. Avec l’homosexualité et l’égalité raciale (qui tous deux aller contre l’enseignement de l’Ancien Testament, les revendications de la secte) le plus grand péché aux yeux de la TT est l’adultère, ce qui est passible de bannissement. Selon d’anciens membres, cependant, les règles ont changé brusquement lorsque Spriggs a découvert que son jeune quatrième épouse, Marsha, avait joui affaires illicites avec au moins deux jeunes «disciples».

Craignant peut-être une défection massive, Spriggs ordonna à ses transgressions à être couverts, il est réclamé. Lorsque la vérité a émergé, dans un courriel d’un des amants de Marsha, il lui a pardonné.

Tout cela est documenté sur des sites anti-sectes. Parmi les adeptes, cependant, leur prophète est irréprochable, pas moins de sa position dans la plus grande victoire des Douze Tribus. Il est venu en 1984 lorsque, alerté sur les coups de l’enfant et d’autres infractions présumées, les autorités de l’Etat ont attaqué le composé Vermont et a pris 114 enfants en charge.

Citant Proverbes 13:24 – d’où dérive l’adage «Spare the rod, gâter l’enfant» – Spriggs se rebelle, l’embauche d’un avocat habile (qui a rejoint plus tard le culte) pour convaincre un juge de l’état avait agi de façon inconstitutionnelle et ordonner la libération des enfants . 

Depuis lors, les autorités américaines ont toléré la méthode d’élever des enfants de la secte, qui est désormais inscrite dans un manuel de 147 pages, jonché de références bibliques qui justifient soi-disant «fessée», comme le groupe l’appellent.

Intitulée «Nos enseignements de formation de l’enfant», le guide parental est orné de photos de famille heureux, passant sous silence une autre vérité qui dérange: que de nombreux douze tribus familles ont été déchirées par leurs points de vue sur whacking leurs enfants.

Pour Vicki, l’iniquité des enfants en grève au nom de la religion levé comme elle a été témoin de la peur de deux jeunes enfants de Stentwood ferme.

L’une était une petite fille de quatre ans, dont «péché» était de s’emmitoufler des chiffons (depuis poupées sont interdits) et prétendre qu’elle berçait un bébé dans ses bras. L’autre, également quatre, c’était un garçon qui, bien que souffrant d’une forme d’autisme, n’a pas été prise de l’aide professionnelle, pour les douze tribus seulement ont recours à que dans les circonstances les plus désespérées (en France un couple a été emprisonné pour ne pas avoir rechercher un traitement médical pour un enfant qui est décédé d’une malformation cardiaque).

Au lieu de cela, il était considéré comme persistante méchant, et a subi les conséquences douloureuses. Donc, après avoir vécu au milieu de ce régime pendant six mois, Vicki sombré dans une profonde dépression, la thérapie culte prescrit pour qui c’était qu’elle doit «rugir comme un lion». Il ne leva après qu’elle et son fils ont fui la ferme.

Quelques semaines plus tard, elle a fait une déclaration de neuf heures à un agent de protection de l’enfance de la police, les rapports non seulement les coups, mais la circoncision effectuée sans formation médicale et d’autres infractions apparentes.

Les services sociaux ont été alertés, mais à son dégoût rien n’a été fait. Cette semaine, un porte-parole du Conseil Devon dit le courrier: «Ils [les] allégations ont été examinées en mais nous avons été incapables de justifier les préoccupations qui ont été soulevées alors.

Maintenant, dit-il, un nouvel examen avait été lancé et ils «recueillir autant de preuves que possible.de toute source possible »et décider d’ouvrir une enquête formelle.

Mais les anciens de la commune m’ont dit qu’ils n’avaient rien à cacher et seraient heureux d’ouvrir leurs portes aux autorités. Pourtant, ils étaient profondément déconcerté par mon arrivée, exigeant je quitte le salon de thé prétendument accueillant.

Mais avant que je quitte la ferme, l’un des anciens – Je crois qu’il était Stern – m’a dit: «Nous faisons corriger nos enfants quand ils sont dans l’erreur, mais nous pensons que cela favorise l’amour, comme le dit la Bible. Nous voulons apprendre à s’aimer. Nous ne sortons pas dans les rues et dire aux gens comment vivre leur vie. Nous ne sommes pas fermés à propos de nos méthodes, mais nous ne cherchons pas à les pousser dans la gorge des gens pour changer la société ».

J’avais été autorisé à rencontrer les enfants, Vicki dit qu’ils auraient probablement semblait trompeusement soigné, après avoir été intimidés dans un état presque robotique tranquille.

Cela peut aussi expliquer pourquoi, même si elles ont été arrachés à leurs parents, les enfants allemands semblaient dépourvu d’émotion.

Ainsi, le week-end prochain, quand ils ont le rare privilège de mettre en scène une pièce de théâtre, les villageois sera sans doute charmé par les enfants des tribus rarement vu – ne se doutant pas comment ils pourraient souffrir une fois le rideau tombe.

Reportage additionnel par Simon Trump

Source : Mailonline – Traduction Google

Approche psychanalytique du discours sectaire

La recherche porte sur les collectifs sectaires contemporains et la participation psychique singulière de l’adepte au sein du collectif. Après avoir déconstruit l’idée de manipulation mentale et d’une emprise transitive du gourou à l’égard de l’adepte, nous interrogeons, par la rencontre clinique (d’adeptes et d’ex-adeptes) et le paradigme du transfert qui s’en déduit, les enjeux psychiques du lien sectaire de l’adepte. Nous soutenons que la notion d’adepte, empruntée à la sociologie des religions, est impropre à indexer avec justesse une spécificité psychique du vécu d’emprise. En réponse aux approches psycho-victimologiques, les conditions de possibilité d’un discours non traumatique sont également explorées dans les rapports du sujet de l’individu avec le sujet du collectif. La thèse vise in fine l’écriture logique de la (ou des) discursivité(s) sectaire(s).

 

http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/86/86/81/PDF/2013NICE2019.pdf

Les groupes sectaires en Chine

Conspuer

A 2012 raid sur un groupe d’étude biblique dans la province du Henan rural a entraîné l’emprisonnement de sept participants d’être membres d’une « secte ».Plus d’un an après l’incident, les condamnés et leurs familles sont toujours à la recherche de réponses, écrit Xu Donghuan. Photos de Simon chanson

  • 84877af4163bceda32019397b97e2d40.jpg
UN MUR EN YE COMTÉ, LA PROVINCE DU HENAN, PORTE LA « RÉPRESSION SUR LE CULTE DE » SLOGAN, EN RÉFÉRENCE AU GROUPE RELIGIEUX LES SHOUTERS.

 » Vous êtes tous entourés, «entendu Wen Yanzhao, avec un début. Il venait de terminer le déjeuner et a été assis sur le toit d’une ferme, à l’ombre d’un grand arbre, jouant avec son téléphone mobile. Il regarda avec étonnement que des dizaines de policiers en civil, chacun brandissant une matraque, ont fait irruption dans la cour.

«Tous les frères chrétiens prenaient une sieste à l’intérieur. Ils ont été traînés par les cheveux, un par un, sur leurs lits et ont été faites à s’accroupir au centre de la cour, » se souvient-il, visiblement encore en colère à propos de l’événement, qui a eu lieu le 14 Avril, l’an dernier.

Wen se précipita dans une chambre d’un côté à cacher, mais a été chassé par un policier avec un bâton. « J’ai eu très peur et n’avait aucune idée de ce qui se passait», le 25-year-old dit.

Venu d’un village voisin pour rendre visite à sa sœur et nièce ans, dans Daying village, dans la province du Henan Ye comté, près de 800 kilomètres au sud de Beijing, Wen avait rejoint un groupe d’étude biblique.

Après avoir été subjugué, lui et une douzaine d’autres hommes du groupe d’étude ont été escortés à un bus stationné sur la route principale du village et conduit à une école primaire locale. Ils ont été conduits à une petite salle de classe avec un sale, sol humide et recevaient de la nourriture « puant » à manger.

Les femmes membres du groupe d’étude ont été organisées ailleurs à l’école, parmi eux la sœur de M. Wen, qui a été rejoint plus tard par la petite fille dont elle avait besoin pour allaiter.

Le lendemain, les deux groupes, 54 personnes en tout – qui avaient été ramassés à partir de trois Daying maisons à cour, dont deux ont été utilisés uniquement comme logements – ont été prises pour animaux station de quarantaine du village pour interrogatoire. Avant il a été libéré à la fin de la journée, M. Wen a été faite pour écrire une promesse en disant qu’il n’avait jamais encore assisté à un tel rassemblement. Deux fonctionnaires de sa ville sont venus le chercher. Après l’avoir ramené à la maison, ils ont demandé à la mère de Wen pour leur donner 200 yuans (250 HK $) pour leur peine. Ils sont partis sans lui offrir une réception.

Le lendemain, M. Wen est retourné à l’endroit où il avait été pris. Chaque coin de la maison avait été saccagée; armoires étaient ouvertes et leur contenu avaient été jetés sur le sol. Il ne pouvait pas trouver ses affaires personnelles, dit-il, qui comprenait une guitare et son téléphone mobile.

« Nous étions juste en lisant la Bible et en chantant des chansons de louange et ne violait pas les lois», dit-il. «Il est difficile de croire qu’ils ont fait pour nous. »

Il a appris plus tard que l’ensemble des villageois du comté complément d’officiers – environ 200 en tout, y compris la police anti-émeute avec des canons à eau – avaient été mobilisés pour le round-up et que les recherches des trois propriétés ont continué jusqu’à la nuit tombée.

«Ils étaient pires que des bandits», dit la femme de Zhang Fengshun, propriétaire de la maison dans la cour principale.

Bai Jiuni montre une photo de son mari emprisonné, Hu Linpo.

Zhang dit des milliers de yuans en espèces ont été portées disparues après le raid et que la police a même pris des vêtements, des bouteilles d’eau et de la nourriture de sa maison. Les autres membres du groupe ont perdu ordinateurs portables et autres objets de valeur. Rien n’a été retourné à eux jusqu’à présent.

Le bureau local de la sécurité publique a une version différente de l’histoire. Il affirme que ses agents ont attaqué un rassemblement illégal d’une secte et ont saisi près de 800 copies du Morning Revival, The Collected Works de Watchman Nee et la version de récupération de la Bible. La sécurité intérieure et l’équipe antiterroriste au Bureau de la sécurité publique de la ville de Pingdingshan, qui a compétence sur Ye comté, identifie les trois titres comme étant des matériaux utilisés par les « secte » Les Shouters.

 

Christianisme a été introduit dans le Henan dans les années 1880 par des missionnaires occidentaux. En 1949, la province comptait 70.000 chrétiens, environ 10 pour cent de la population totale de la Chine. Après 1958, 80 pour cent des églises de la province ont été fermées, ce qui oblige les croyants chrétiens souterrains et de prier lors de réunions familiales secrètes.

La Chine Association Anti-Culte indique sur son site internet que le Shouters, une émanation d’un groupe appelé les Eglises locales, a été fondée en 1962, aux États-Unis, par Li Changshou (aka Witness Lee, un prédicateur qui est né à Yantai, province du Shandong). Ayant atteint la Chine en 1979, le Shouters avaient pris pied dans 20 provinces et a eu plus de 200.000 adeptes du continent par 1984. Lee déformé les enseignements du christianisme et a encouragé ses partisans à scander «Seigneur Changshou », dit le site. Les dirigeants de son organisation, il est dit, déclarent qu’ils « veulent mobiliser toutes les églises et défier le Parti communiste chinois et le gouvernement jusqu’à la fin ».

Le renouveau général de la foi chrétienne dans la partie continentale, qui a commencé aux alentours de 1974, a été accueillie avec de graves mesures de répression du gouvernement. En 1983, Beijing a lancé une campagne anti-crime « frapper fort » du pays. Dans le Henan, églises de maison qui ont refusé de se joindre approuvé par le gouvernement églises ont été étiquetés «crieurs réactionnaires» et les croyants qui ont promu livres par Watchman Nee (un enseignant chrétien qui a travaillé sur le continent au début du 20ème siècle) et Witness Lee ont été envoyées en prison.

La version de Recovery – celui utilisé dans Daying – est une étude de la Bible traduite par le ministère Stream vivant avec le SIDA, tels que notes, des graphiques et des cartes, produites par Lee. Une corporation à but non lucratif fondé en 1965 par Lee, Living flux ministère, qui est basée en Californie, aux États-Unis, publie également les œuvres de Watchman Nee. Morning Revival est une série de brochures consacrées au culte du matin et de l’étude publiée par le ministère.

En 1995, le gouvernement marque Les Shouters et ses dérivés, qui comprennent l’Église de Dieu Tout-Puissant, ou la foudre de l’Est, une secte. D’autres campagnes « frapper fort » ont été lancées en 1996, 2001 et 2010.

« Chaque fois que … il y avait des arrestations dans les églises de maison ici», dit un adorateur dans Daying.

 

UNE SEMAINE après la dernière raids de Avril, sept membres du groupe qui avait été pris dans, quatre femmes et trois hommes, ont été officiellement arrêté pour l’utilisation d’un culte maléfique de saboter l’application de la loi, et le 25 mai, ils ont été arrêtés et placés en la garde du centre de détention du comté Ye.

Le 13 Décembre, un procès a eu lieu. Leurs avocats ont insisté les accusés n’étaient pas Shouters mais les chrétiens respectueux de la loi qui ont pris part à une réunion église de maison et n’avaient pas ébranlé le gouvernement, les gens, la société ou de la science, qui, le gouvernement croit, membres de sectes perverses ont l’habitude de faire . L’équipe anti-terroriste de Pingdingshan, les avocats souligné, n’a pas le pouvoir d’identifier les documents imprimés comme étant ceux utilisés par les Shouters et ne devrait donc pas avoir offert une opinion à titre de preuve contre l’accusé.

Le 1er Avril de cette année, la Cour populaire de Ye comté condamné chaque membre du groupe à entre 7 ½ et trois ans d’emprisonnement. Le tribunal a déclaré dans le jugement que Han Hai, 60 ans, et Hu Linpo, 51 ans, avaient été punis avant pour leur implication dans le Shouters mais ils n’avaient jamais fait preuve de remords, devraient donc être traitées avec sévérité.

Han, qui dit qu’il est devenu chrétien en 1972, a été arrêté six fois pour sa foi, selon un nouvel avocat, Zhang Kai, et a été emprisonné pendant trois ans en 1988. Cette fois, il a été condamné à 7 ans et demi pour recruter des membres et de mener régulièrement des conférences pour eux. Hu, qui a été détenu pendant un mois en 1989, a été condamné à sept ans pour avoir un rôle similaire.

En 2004, la cour de la famille Zhang, le lieu de rassemblement principal pour les fidèles, avait été identifié comme un repaire de Shouters et a été perquisitionné. Avril dernier, Zhang Fengshun, qui a le cancer, rendait visite à un médecin à Guangzhou lorsque la police défoncée sa porte. Sa sœur, Zhang Mian, cependant, était parmi les sept arrêtés.

Peu de temps après l’arrestation de l’année dernière, Zhang Fugen et Zhang Xiuju, deux anciens de l’église chrétienne approuvé par le gouvernement en Ye, ont été invités au bureau des affaires religieuses du gouvernement du comté, où ils ont été invités à regarder deux VCD de Han et Hu prédication à l’église de maison.

«Après avoir regardé les VCD, j’ai dit aux fonctionnaires là-bas, dont un du bureau de la sécurité publique locale, que je ne pouvais pas trouver quelque chose dans leur prédication qui était contre la Bible ou le Parti communiste», dit Zhang Fugen, dans un entretien téléphonique avec Post Magazine . «Je suis chrétien et je ne peux dire des mensonges. »

 

Situé à la périphérie de Daying, la maison de la famille Zhang a été le centre de la vie religieuse des villageois depuis la fin des années 1970, lorsque le chef de famille, qui se sentait fragile, épinglé ses espoirs sur Dieu et a invité ses voisins à venir et prier avec elle.

«La plupart des anciens ici ont commencé leur foi en Dieu pour cause de maladie», dit frère Han, qui ne veut pas donner son nom complet. Avant les raids de l’an dernier, environ 100 villageois, un cinquième du total, fréquentaient la maison pour prier et étudier la Bible. « Au cours de la Fête du Printemps, quand tous les villageois rentrent de leur travail dans la ville, la cour grouille de monde», dit Han.

Calligraphie sur papier rouge définit les expressions «Bienvenue Seigneur » et « Enter la Ville sainte » sur la porte avant et sur chaque porte intérieure en bois. Un mur entier à l’intérieur est recouvert d’affiches et de tableaux expliquant la Bible.

Dans la cour, une affiche portant les mots «l’Eglise locale ». Alors, comment étroitement les Eglises locales et le Shouters affiliés?

Selon www.contendingforthefaith.org , un projet de défense des Eglises locales, les deux sont aux antipodes.

«Les Eglises locales, des groupes chrétiens dont les croyances et les pratiques sont fondées sur les enseignements de Watchman Nee et Witness Lee, n’ont aucun lien avec des groupes religieux aberrantes en Chine, comme le Shouters, la foudre de l’Est ou de l’Église de Dieu Tout-Puissant, qui pratiquent extrême , les enseignements anti-chrétiennes », une déclaration sur le site revendique. Cependant, la pratique de crier le nom de l’Éternel, à l’Églises locales a été une source de confusion. « Bien Witness Lee a enseigné aux croyants de pratiquer appeler le nom du Seigneur, il n’a jamais promu en criant à l’aveuglette, et encore moins la formation d’une secte fondée sur cette pratique, » dit la déclaration.

Sur le même site, un article intitulé «Nous sommes les Eglises locales et non pas le Shouters», dit que, en raison d’un manque de compréhension des enseignements de la Bible, une minorité de fidèles ont dévié dans leurs pratiques, dans le processus de souiller les autres groupes dans les yeux du grand public. La confusion a rendu difficile pour les autorités de faire la distinction entre les groupes et il est devenu commode pour eux de dénoncer tout rassemblement qui refuse de se joindre à une église approuvé par le gouvernement comme Shouters, et l’arrestation de ses membres.

Les Eglises locales ont été lancées en 1922 à Fuzhou, province du Fujian, par Watchman Nee, alias Ni Tuosheng. En 1949, Nee avait établi environ 600 Églises locales en Chine. Cette année-là, comme le Parti communiste est arrivé au pouvoir, il a demandé Witness Lee, un disciple, d’aller à Taiwan, pour poursuivre leur travail. En 1955, le nombre d’Eglises locales à Taiwan a atteint 65 ans, avec plus de 20.000 membres. En 1962, Lee déménagé aux États-Unis, pour renforcer davantage l’adhésion des Eglises locales.

Nee, qui avait séjourné dans le continent, a été arrêté en 1952 et a passé les 20 dernières années de sa vie en prison. Ses œuvres sont toujours officiellement interdits dans le continent.

Aux États-Unis, les Eglises locales ont été accueillis avec méfiance par les évangéliques. Ce n’est qu’en 2009, après une réévaluation de six ans, que l’Institut de recherche Christian a conclu que les Églises locales avaient été mal compris, et n’étaient ni sectaire ni aberrant, mais simplement différent. Dans la même année,Christianity Today Magazine honoré Nee en le nommant l’un des 100 chrétiens les plus influents du 20e siècle. La reconnaissance a été suivie par un hommage à Nee dans la première session du 111ème Congrès, par le député américain Christopher Smith, qui a appelé Nee un grand pionnier du christianisme en Chine.

Aujourd’hui, il ya plus de 3000 églises locales en dehors du continent, y compris plusieurs centaines aux Etats-Unis.

 

QUAND LE verdict les familles des condamnés à Daying, ils voulaient faire appel devant une juridiction supérieure.

«Mon mari n’a rien dit contre le [communiste] Parti. Je ne comprends pas ce que le verdict est basé sur», dit 54-year-old Bai Jiuni, épouse de Hu. Elle dit que la chose est d’autant plus incompréhensible pour elle parce que, à l’intérieur du centre de détention, emploi principal des prisonniers est de faire de l’encens bouddhiste.« Alors que d’autres peuvent pratiquer le bouddhisme et brûler de l’encens, pourquoi ne pouvons-nous pas croire au Seigneur? » qu’elle demande.

Sur le site de microblogging Sina Weibo, les familles chrétiennes ont trouvé avocats prêts à prendre le cas pour une somme symbolique. Le 15 mai 14 nouveaux avocats de la défense, deux pour chacun des défendeurs, ont été nommés.

«Je ne peux pas trouver quelque chose dans le dossier qui montre ma défendeur, Han Hai, a commis mauvaise conduite qui a perturbé l’ordre social», dit Zhang Kai.«La loi ne nous permet de déterminer à partir de son comportement, pas les livres qu’il lit ou ses croyances, qu’il soit coupable ou non.

« Une autre question soulevée ici est de savoir si nos libertés religieuses, qui sont écrites dans la Constitution, tout citoyen peut croire en une religion n’est pas soutenu par le parti. »

Selon le site Web de l’Institut Pushi pour les sciences sociales, un but non lucratif think tank indépendant visant à promouvoir la liberté de croyance dans le cadre de la loi, le Henan a maintenant plus de 17 millions de chrétiens: 2,4 millions dans les églises approuvées par le gouvernement et 15 millions appartenant à des églises de maison.

Un autre des avocats, Fan Biaowen, dit: « la répression du gouvernement sur les sectes maléfiques est un contrôle simple de l’idéologie Il s’agit d’une persécution politique et il porte atteinte à la liberté religieuse des citoyens.».

Le client de Fan, Wang Fr, 25 ans, est accusé de faire des CD contenant des chansons de culte. Elle a été condamnée à trois ans de prison.

Xiao Fanghua, autre avocat de Wang, estime que c’est au-delà de la capacité d’un gouvernement laïque pour juger les croyances de ses citoyens.

«Un gouvernement laïque ne peut intervenir quand on a le comportement nuit à la société. Notre âme est dans la sphère de Dieu. Un gouvernement qui pratique l’athéisme n’a pas la capacité de décider si une croyance est authentique ou pas, » dit-il.

«Certains des Eglises locales sont Shouters mais pas tous d’entre eux», dit Wang Hongjie, un avocat de Guangzhou. « Vous avez besoin de voir leur pratique à l’intérieur de l’église pour prendre la décision. »

Wang Hongjie est en Ye pour représenter 25-year-old Li Dan, qui est également accusé de graver des CD contenant des chansons de culte.

Un appel pour un nouveau procès devait être faite à la Cour populaire de Ye comté jeudi dernier, mais il a été reporté. Il faudra sans doute maintenant un certain temps avant le tribunal populaire intermédiaire de Pingdingshan décide du sort des sept détenus.

En attendant, c’est la saison des récoltes dans le sud du Henan. Sur les deux côtés de la route, de vastes champs de blé doré s’étendent au loin. Wen est rentré chez lui avec sa famille pour aider à la récolte.

Toutefois, lorsque le travail mollit à nouveau, dit-il, il retournera à ses études bibliques.

« Il ya beaucoup d’églises de maison dans les villages», dit-il. «Je suis né et j’ai grandi dans une famille chrétienne. L’incident de l’année dernière ne peut pas changer notre croyance dans le Seigneur. »

 

 

          Xu Donghuan

 

le statut de culte

Voici d’autres sectes perverses, telles que définies par la China Association Anti-Culte quasi-gouvernementale. Les Shouters et les six premiers de cette liste ont été nommés par le Comité central du Parti communiste et le Conseil d’Etat, la finale sept par le ministère de la Sécurité publique. Tous ont été répertoriés entre Novembre 1995 et Mars 1999. Le Falun Gong ne serait pas stigmatisé une « secte » jusqu’à Juillet 1999 pour ne figure pas sur la liste de l’association. Selon Yang Fenggang, auteur deReligion en Chine: Survie et Revival sous le régime communiste , il ya plus de 20 groupes classés comme des sectes diaboliques dans tout le pays, ainsi que d’autres figurant comme tel par les gouvernements provinciaux.

Les Disciples également connu comme le porte étroite dans le désert, dans la province du Hubei, les disciples ont été fondées en 1989 par Ji Sanbao, un agriculteur de la province du Shaanxi. En 1995, les disciples avaient propagé à 300 districts dans 14 provinces et a eu 350.000 adeptes. Ji prétend être Jésus lui-même et avoir 12 disciples. Il a prédit la fin du monde viendra en 2000. Ji est mort dans un accident de la circulation en 1997.

Toutes les gammes Eglise Aussi connu comme le Mouvement Born Again, le Toutes les gammes Eglise a été fondée en Pingdingshan, province du Henan, par Peter Xu Yongze, en 1968, pendant la Révolution culturelle, lorsque toutes les églises ont été officiellement fermés. Il s’agit d’un réseau maison-église dont les membres peuvent coûter des millions. Xu a appris que pleurer était une preuve essentielle de la repentance. Il a été arrêté en 1997 sur des accusations d ‘«être un leader d’une secte religieuse interdite, perturbant l’ordre public et la diffusion de l’hérésie religieuse de la fin imminente du monde ». Il a été emprisonné pendant trois ans et a déménagé aux États-Unis après leur libération.

La Secte Esprit-Esprit Aussi connu comme religion spirituelle et la secte de l’Esprit, ce mouvement a été fondé en 1983 par Hua Xuehe, un agriculteur de Huaiyin, province du Jiangsu. Hua a affirmé qu’un « ne pouvait être sauvé » en croyant dans sa secte. À son apogée, l’adhésion a atteint 15.000. La Secte Esprit-Esprit est également soupçonné d’avoir encouragé ses membres à s’opposer au gouvernement local et le Parti communiste, et attaquent le Mouvement patriotique des trois autonomies (l’église protestante sanctionnée par l’État). Ils ont déclaré que «la nation doit être gouvernée par l’Evangile» et que «la section Esprit-Esprit doit unifier le monde ». Hua a été arrêté au début des années 1990 et envoyé dans un camp de travail en dépit de 700 membres qui protestaient.

L’Église du Nouveau Testament Cette église a été fondée par basé à Hong Kong actrice Kong Duen-yee, en 1963, trois ans après avoir été diagnostiqué avec un cancer en phase terminale. Après Kong est mort, en 1966, Ruth Cheong, sa fille, a pris l’Église du Nouveau Testament à Taiwan. Son chef actuel est Elie Hong, qui a exporté l’Église du Nouveau Testament dans le monde entier, y compris sur le continent.Hong prétend qu’il est le dernier prophète, Nouveau Testament est la seule vraie église et que tous les autres groupes religieux, ainsi que toutes les nations sont satanique.

Déesse de la Doctrine de la Miséricorde , fondée en 1988 par Shi Ching-hai, à Taiwan, la déesse de la Doctrine de la Miséricorde a été introduite sur le continent en 1992. En 1999, l’organisation a affirmé avoir 500.000 fidèles dans 20 provinces et villes.

Seigneur Dieu Religion Fondée en 1993 par Liu Jiaguo, le Seigneur Dieu Religion comptait plus de 10.000 adeptes dans plus de 22 provinces, régions autonomes et villes avant qu’il ne soit interdit en tant que culte en 1998. Liu a été exécuté l’année suivante.

Établi Roi Roi établie a été fondée en 1988 par Wu Yangming, un paysan de la province de l’Anhui. Wu, qui avait seulement un enseignement primaire, est devenu un chrétien dans son 20s en retard, mais peu après, a été entraîné dans des activités de «sectaires». À la fin des années 1980, il se répand activement ses enseignements et se proclamant être le Messie. Les membres du groupe zèle évangélisés, en attaquant le Parti communiste et le Mouvement patriotique des trois autonomies, et déclaré que la fin du monde était imminente. Se vantant d’être Dieu incarné, Wu aurait violé plus de 100 adeptes féminines. L’un d’eux s’est échappé et a alerté la police qui l’a arrêté. Il a été exécuté le 29 Décembre 1995.

Unification Church Aussi connu comme l’Association du Saint-Esprit pour l’unification du christianisme mondial, ainsi que par le surnom de la secte Moon, l’Eglise de l’Unification a été fondée en Corée du Sud en 1954 par le regretté Sun Myung Moon, qui a affirmé qu’il était le Messie. Né dans ce qui est aujourd’hui la Corée du Nord, il avait été emprisonné pour avoir prêché le christianisme il. Il était aussi connu comme un militant anti-commu-niste. Il a attiré l’attention des médias pour présider les mariages de masse et les cérémonies de nouvelle consécration du mariage.

Trois Grades de Serviteurs La secte a été fondée par Xu Wenku, qui a commencé à prêcher dans les années 70 dans la province centrale du Henan. En Novembre 2006, Xu et deux autres membres de la secte ont été exécutés en secret, pour avoir tué 20 membres d’un groupe rival.

Vrai Bouddha école Une nouvelle secte en utilisant les enseignements tirés de bouddhisme et le taoïsme, l’école du Vrai Bouddha a été fondée par le Taïwanais nés Lu Sheng-yen, qui est vénéré par ses disciples comme un bouddha vivant. En 1989, il a présidé une cérémonie à Hong Kong afin de prier pour les âmes de nos compatriotes qui sont morts le 4 Juin.

International Family Formé en tant qu’enfants de Dieu, ce groupe religieux a été lancé en 1968, en Californie, par David Berg, qui a pris le titre de «roi» et «Moïse». Il a communiqué avec ses partisans via Mo lettres – lettres d’instruction et des conseils sur des sujets spirituels et pratiques multiples – jusqu’à sa mort en 1994. Le Groupe a encouragé les enfants à avoir des relations sexuelles avec des adultes et l’autre.

La mission de Dami Un mouvement chrétien fondé en 1988 en Corée du Sud par Lee Jang-rim, la mission est parvenue à la Chine au début de 1992. Lee prédit l’enlèvement et la fin du monde aurait lieu le 28 Octobre 1992. Quand ils n’ont pas, Lee a été reconnu coupable d’avoir fraudé ses disciples de millions de dollars.

Monde Elijah Mission évangélique Actuellement connu sous le nom Elie Dix Commandements Stone Country coréen Farmers Association du Salut, ce groupe a été fondé par Park Myung-ho en 1980. Parc prétendu être le dernier prophète, Elie, et a demandé à ses fidèles à l’adorer comme «la pierre Immortel ». Il a nommé son organisation en pierre de pays, pour lequel il a rédigé une constitution, un drapeau et un hymne national. Il a prédit apocalyptique viendrait en 2000.

Source : Chine morning – Traduction Google

Manipulation mentale : comment les escrocs piègent leurs victimes

Un ancien chef d’entreprise de Charente-Maritime s’est trouvé sous l’emprise de son coach sportif. Un cas de manipulation mentale parmi d’autres, bien plus nombreux qu’on pourrait le penser

Thierry Tilly, jugé à Bordeaux dans le cadre du dossier des

Thierry Tilly, jugé à Bordeaux dans le cadre du dossier des « Reclus de Monflanquin », a été décrit comme un manipulateur hors pair (photo archives Fabien Cottereau )

« Un homme trahi par celui en qui il avait placé sa confiance, lequel l’a placé sous soumission mentale, avant d’obtenir de lui faveurs et argent ». La définition colle de près à l’affaire dite des « Reclus de Montflanquin« , récemment jugée devant la Cour d’appel de Bordeaux. Elle colle tout aussi bien à l’enfer personnel de Christian Radoux, ancien chef d’entreprise de Charente-Maritime, pris dans un engrenage relevant de la manipulation mentale.

Deux hommes auraient, selon son avocat, provoqué « une psychose chez leur victime », l’auraient poussée à la paranoïa  « selon un scénario établi à l’avance, pour lui soutirer de l’argent. » Un cas isolé ? Il n’en est rien, rappellent tant Anne Guibert, présidente du Centre contre les manipulations mentales(CCMM) de Paris, que l’avocat spécialisé Daniel Picotin. Lesquels balaient les idées reçues.

  • Les victimes sont des personnes vulnérables issues de milieux défavorisés

Faux, rappelle Daniel Picotin. « C’est même souvent le contraire. » L’avocat girondin, qui travaille depuis maintenant 20 ans sur la notion d’emprise mentale, ne cesse de recenser les cas de victimes issues de milieux favorisés. Universitaires, médecins, chefs d’entreprise… « Un ouvrage paru récemment, « Croire en l’incroyable« , donne des statistiques sur le milieu socio-professionnel des victimes. Nous sommes très souvent dans le cas de personnes éduquées et aisées. » Un constat que fait également Anne Guibert. « Regardez l’affaire de Monflanquin. Qui aurait cru qu’une famille aussi bien insérée pourrait se laisser embrigader ainsi ? Il y a très souvent, dans ce genre d’affaire un vécu familial, une faille dont s’empare le gourou ou l’escroc pour soumettre sa victime. »

  • Les cas signalés sont de plus en plus nombreux.

Vrai. Daniel Picotin et Anne Guibert font le même constat. Avec cependant un bémol. Les dossiers qui aboutissent sur leurs bureaux respectifs sont souvent consécutifs à la médiatisation de telle ou telle affaire. « Je suis avocat spécialisé, explique Daniel Picotin. Il est normal que je lise plus de dossiers que d’autres. La médiatisation d’affaires comme celle de Monflanquin ou du gourou Robert Lê Dinh, le gourou Tang, incite cependant les victimes à se manifester. » Même constat auprès du CCMM. « Pour le seul mois d’août, alors même que nous étions en équipe réduite, nous avons reçu 250 appels, précise Anne Guibert. Les gens sont encore sous le choc du très bon documentaire « Dans les yeux d’Olivier« , diffusé sur France 2 début août. Il faudra bien entendu faire le tri dans les dossiers. Mais un grand nombre de situations méritent notre attention. »

  • La manipulation mentale est l’apanage des sectes.

Faux. Il existe des manipulateurs de toute sorte. « Cela peut effectivement être un gourou, estime Anne Guibert. Mais tout aussi bien un prêtre, un membre de la famille, un escroc, un coach… Il y a des cas de soumission dans l’entreprise ou même dans le couple. » De nouvelles formes de manipulation mentales émergent. Notamment dans le cadre d’arnaques dites « à la Nigériane », comme les « love scam », qui voient des escrocs séduire des personnes vulnérables par internet avant de les mettre sous pression. « Tout cela procède d’une même logique. Celle d’une rencontre entre un manipulateur et un manipulé, lequel sera complètement soumis à l’autre. Sauf dans le cas des manipulateurs pervers, où la relation est celle de bourreau à victime. »

  • Les manipulateurs sont des personnes très charismatiques.

Vrai et faux. « Certaines personnes ont le charisme nécessaire pour embrigader leurs victimes sans utiliser de techniques particulières. Certains font appel à des techniques apprises par ailleurs. Dans le cas qui nous occupe, l’homme aujourd’hui mis en examen est coach. Une telle personne peut avoir eu une formation sur le comportement qui lui donnerait des bases pour manipuler sa victime. » L’avocat girondin ne manque pas d’exemple. « Certains travaillent la question à fond. Une des dernières affaires que j’ai eue à traiter concernait un faux thérapeute dans la région parisienne. Les policiers ont trouvé sur sa table de nuit un ouvrage sur les techniques de manipulation de la CIA… »

  • Les victimes sont toujours mises en confiance par le manipulateur

Vrai. « C’est la première étape, rappelle Anne Guibert. Ils savent vous mettre en confiance. L’homme mis en cause dans le dossier de Monsieur Radoux a su capter cette confiance. Il le considérait comme un ami. Il y a toujours ainsi une période de séduction préalable. Il y a ensuite une période de déstabilisation, de déconstruction de la victime. » L’avocat de Christian Radoux, Me Moulineau, évoque une « psychose » provoquée chez la victime, une paranoïa élaborée selon un scénario préétabli. « Le manipulateur fait en sorte que la victime pense comme lui », reprend Anne Guibert. Le gourou et/ou l’escroc obtient en général ce qu’il veut. « De l’argent mais pas seulement, précise Daniel Picotin. Cela peut être aussi du pouvoir ou des faveurs sexuelles. Cela peut être les trois à la fois… »(…)

Suite de l’article

On va parler sectes

Daniel Picotin, l’avocat « ex-filtreur » de secte.

Daniel Picotin, l’avocat « ex-filtreur » de secte. (Photo DR)

Elles s’appellent Azael institute, Révélation de la 7e heure, le Village du verseau, l’Institut des sciences holistiques, Mandala 33, le Mouvement du graal, l’association Sri Chinmoy, la Société internationale de trilogie analytique, le Mouvement raélien ou les Chevaliers du lotus d’or. Elles comptent de quelques dizaines à plus de 10 000 adeptes. Elles sont responsables de divorces, de fractures sociales, de ruines, d’incestes, de suicides, de meurtres. Lutter contre elles relève du parcours du combattant car le Code pénal, peu amendé depuis Napoléon, n’a pas prévu ni réprimé ce genre de crime et n’a même pas qualifié la mise sous emprise mentale.

Pourtant, avec le développement de la psychologie, de la psychanalyse et des sciences de l’homme, les sectes prolifèrent partout dans le monde, asservissant de plus en plus d’adeptes.

Manipulation mentale

En France, quatre malades sur dix ont recours aux médecines parallèles. 800 sectes sont répertoriées comme potentiellement dangereuses. 180 centres de formation à des techniques et des connaissances bidons ont pignon sur rue, monnayant allègrement des séminaires de jeûne à 1 500 euros le week-end.

D’invention relativement récente, la manipulation mentale a pris des proportions immenses. Avec Internet, avec les messages subliminaux apparus dans les années 80, avec des neuroleptiques de plus en plus fréquemment utilisés, les gourous ont à leur disposition tous les moyens utiles de persuasion et de coercition. Leurs victimes ne sont pas toujours des idiots, des benêts ou des solitaires. Les techniques sectaires sont parfaitement rodées, aboutissant à des résultats spectaculaires comme on l’a vu récemment dans l’extravagante histoire des reclus de Monflanquin.

Me Daniel Picotin était l’avocat de la famille de Védrines et a obtenu une lourde condamnation du gourou. Cet avocat bordelais s’est passionné depuis plusieurs années pour le problème sectaire, au point qu’il se présente désormais comme un « ex-filtreur de sectes », usant de techniques inverses de celles des gourous pour faire revenir à la raison les personnes manipulées.

Comment s’en sortir ?

Le lavage de cerveau est bel et bien la technique de servage la plus récente et probablement la plus productive car la chasse au spirituel regroupe en France de nombreux adeptes.

Comment peut-on être recruté par une secte, endoctriné au point de quitter son foyer, sa région, son travail ? Comment s’exerce la manipulation des gourous ? Comment arrivent-ils à un total asservissement financier de leurs victimes ? De quelles théories fumeuses se servent-ils ? C’est à toutes ces questions que répondra Daniel Picotin, ce dimanche 8 septembre, à 17 heures, au château de Mongenan, clôturant brillamment cette saison consacrée aux diverses formes d’esclavage, de dépendance et de servitude.

Château de Mongenan ce dimanche 8 septembre, à 17 heures. Entrée 10 euros, gratuite jusqu’à 12 ans.

Source : Sud Ouest

« Pervers et manipulateurs: comment leur échapper? »

YvaneWiart Par YvaneWiart (Express Yourself), publié le 

Diffusée au début du mois d’août, l’émission de France 2 Dans les yeux d’Oliviers’intéressait au cas des pervers narcissiques et manipulateurs en tous genres. La chercheuse Yvane Wiart, spécialiste du sujet, décrypte les cas présentés dans le programme télé.

       
"Pervers et manipulateurs: comment leur échapper?"
Décryptage de l’émission de France 2 Dans les yeux d’Olivier sur les pervers narcissiques.

Getty Images/Design Pics RF/thinkstock

 

Pervers narcissique, manipulateur, terroriste psychique, les mots font peur et après avoir vu l’émission Dans les yeux d’Olivier, titrée Sous l’emprise d’un manipulateur, on n’est nullement rassuré de découvrir que n’importe qui en apparence, même une personne brillante et cultivée, est susceptible de se faire piéger par de tels monstres et d’en voir sa vie totalement ravagée. Mais est-ce vraiment n’importe qui, est-ce vraiment n’importe quand, et insister sur l’impuissance à leur échapper ne revient-il pas à les rendre encore plus terrifiants et à leur donner plus de pouvoir qu’ils n’en ont réellement?

Témoignages et experts

L’émission regroupe quatre ensembles de témoignages. D’abord, celui des certains reclus de Monflanquin, membres d’une famille de notables, « séquestrée » par un escroc qui s’est approprié leurs biens dans une manipulation d’envergure. Suit le récit de Magali, dont la mère s’est érigée gourou d’une secte où elle l’a embrigadée d’office, puis celui de Sophie, piégée par son compagnonpervers au double visage, ange et démon tour à tour. Enfin, on découvre l’histoire d’Anne qui a fait confiance à une psychanalyste, qui se mue bientôt en guide sectaire sous le nom de « Vierge de l’Apocalypse ».

Plusieurs spécialistes de l’emprise interviennent aussi dans l’émission, tentant de répondre aux interrogations d’Olivier, qui ne comprend pas comment on peut se retrouver ainsi piégé, comment on peut perdre un jour toute volonté personnelle, toute lucidité, pour s’en remettre à autrui tout en acceptant saviolence. Le cas qui m’a le plus frappée dans ce contexte, en tant que spécialiste du couple et auteur de Petites violences ordinaires: la violence psychologique en famille, est celui de Sophie et l’analyse qui en est faite par Chantal Paoli-Texier.

Le double visage de la violence

Celle-ci souligne que le pervers narcissique ne s’en prend pas, comme on pourrait le croire, à une « femme fragile, vulnérable », mais à quelqu’un qui a « du répondant » parce que ce qui l’intéresse surtout, c’est de « briser » sa proie. Elle indique que les victimes privilégiées de ces prédateurs sont des personnes tournées vers autrui, professeur, infirmière, médecin, avocat, juge, etc., à l’écoute de l’autre, qui vont l’excuser, essayer de le comprendre, de le réparer. Sophie, elle, avait pour métier « d’aider les autres à se reconstruire », une psy peut-être?Chantal Paoli-Texier insiste aussi sur la complicité de l’entourage qui permet au despote d’asseoir son terrorisme parce que personne ne veut rien voir, rien entendre, ni rien dire.

C’est là passer un peu rapidement à mon sens, sur une des caractéristiques majeures de l’adepte de violencepsychologique, comme je préfère l’appeler, à savoir son double visage, homme (ou femme) idéal(e) en public et tortionnaire en privé, ou encore se déclarant victime du déséquilibre mental de l’autre, capable d’apporter des preuves en ce sens aux témoins extérieurs, généralement loin de se douter que le comportement « étrange » de la vraie victime est le fruit d’un harcèlement et d’une terreur continus. Comment le pourraient-ils, puisque lavictime réelle s’y perd elle-même, oscillant entre « pétage de plomb », déprime, voire pensées suicidaires, donnant l’image de quelqu’un de fou, comme le confirme l’amie de Sophie.

Le cas de Sophie

Les enfants de Sophie décrivent bien la situation, où leur beau-père s’enfermait dans la chambre parentale pour s’en prendre à leur mère. Celui-ci faisait donc tout pour ne pas avoir de témoins directs de sa violence, allant jusqu’à faire semblant de frapper Sophie, mais arrêtant son geste pour ne pas lui offrir de preuves physiques de ses maltraitances, afin qu’elle ne puisse rien tenter contre lui.

Ce qui est troublant encore dans le témoignage de Sophie, c’est la présence de signes de maltraitance dès le début de la relation. Dès le départ, son compagnon a exigé qu’elle soit joignable à tout moment et qu’elle lui rapporte ses faits et gestes. Dès le départ, il s’est mis à souffler le chaud et le froid en permanence, à la menacer, à la punir, à lui faire des reproches, sur son infidélité, sa vénalité, et elle a tout fait pour essayer « d’arranger ça ». Manifestement, son amie n’aurait pas accepté un tel comportement, voyant Sophie se décomposer sous ses yeux à la découverte d’un message et lui disant d’arrêter de se préoccuper de ce téléphone, ou encore lui faisant remarquer qu’elle était comme une enfant battue qui retourne vers son bourreau, ne recueillant qu’incrédulité de la part de Sophie. Quand Olivier lui demande comment elle explique qu’elle ait tenu autant de temps (la relation a duré six ans), Sophie se méprend sur la question, y répond, semble-t-il, par rapport à ses envies de suicide et évoque ses enfants. Olivier reprend sa question ultérieurement et là, la réponse est « je ne me l’explique pas… il était rentré dans mon cerveau où il était en train de tout détruire par petites doses d’explosions… j’étais lobotomisée… ».

Un enfant maltraité sera forcément violent adulte

Lorsque l’on s’intéresse à la violence psychologique et aux travaux scientifiques internationaux sur le sujet, on tombe immanquablement sur la théorie de l’attachement et sur ce queJohn Bowlby, son fondateur, a décrit des mécanismes de la violence intrafamiliale et de ses répercussions. Il affirme ainsi, preuves à l’appui, que l’adulte violent d’aujourd’hui est l’enfant abusé d’hier. Or, le compagnon de Sophie a bien été un enfant maltraité, ce qui l’a rendu encore plus touchant à ses yeux. Bowlby décrit aussi ce dédoublement de personnalité, si clairement observé par Sophie et ses enfants, d’un être qui peut passer d’une brutalité extrême à un calme souriant, comme si de rien n’était.

Bowlby explique que l’abus et la négligence affectives vécues dans l’enfance conduisent les individus, soit à dupliquer en permanence le comportement de leur agresseur d’origine, soit à alterner entre violence et soumission, soit à se maintenir dans lasoumission, inconscients d’avoir été victime de maltraitance et persuadés au contraire d’avoir reçu beaucoup d’amour de la part de leurs parents. Ces enfants ont ainsi appris à ne pas voir la violence psychologique dont ils ont été victimes, à ne pas reconnaître combien ils en ont souffert. Ils ont appris à la trouver normale, voire à se dire qu’ils la méritaient, à se sentir coupables et à avoir honte, ou encore à se trouver justifiés d’utiliser les mêmes méthodes de chantage et de coercition avec autrui.

La théorie de l’attachement

Et l’émission montre nettement à quel point cette emprise est bien une histoire d’attachement. Anne et Magali ont été victimes de gourous qui se font appeler Maman par leurs adeptes qui acceptent de les placer dans ce rôle, au point de renier leur propre mère, elle-même accusée de violence. Amaury, un des fils de la famille de Monflanquin, parle de son besoin de reconnaissance, de sa recherche affective, qui l’ont fait se soumettre à un escroc, qui l’écoutait, le comprenait, le valorisait et lui venait en aide.

Magali souligne l’immense difficulté qu’elle a eue à reconnaitre la véritable violence de sa mère, qui la ravale au rang de simple adepte. Elle était tellement habituée à ses comportements excessifs, à ses colères, à sa capacité à faire pleurer autrui d’un claquement de doigts, qu’il lui a fallu le décès de son père, la découverte que sa mère lui avait totalement menti à son sujet, et le soutien actif de son conjoint, pour réussir à concevoir qu’une mère puisse abuser psychologiquement de ses enfants et que c’est ce qui lui était arrivé.

Or c’est justement de cela que parle la théorie de l’attachement, de cette violence intrafamiliale, si impensable et pourtant si courante, de la manipulation psychique à visée éducative qui se joue à huis clos, ou encore de l’indifférence et du rejet affectif de parents, eux-mêmes traités ainsi par le passé. Bowlby évoque très précisément tout cela dans ses conférences, et L’attachement, un instinct oublié, est un livre qui permet d’en découvrir les fondements scientifiques actuels et de comprendre l’impact à long terme de telles situations.  (…)

Suite de l’article

Bordeaux : vrai inceste ou faux souvenirs induits, le tribunal devra trancher

« Me Daniel Picotin, qui représente le père, n’a pas mis en doute la sincérité de S. Mais pour lui, elle est victime de « faux souvenirs induits » (FSI) »…

Le tribunal de Bordeaux doit décider s’il accorde à une jeune femme des dommages et intérêts en réparation de viols que lui aurait fait subir son père dans l’enfance, ou s’il s’agit de « faux souvenir induits » comme l’a soutenu mercredi la défense.

Le tribunal civil, saisi par la plaignante pour préjudice car les délais de prescription étaient incompatibles avec une action au pénal, se prononcera le 12 juin.

S. aujourd’hui âgée de 38 ans, se plaint d’avoir été violée par son père de 10 à 13 ans.

Les experts qui l’avaient examinée dans le cadre de sa plainte déposée en 2007 ne l’ont pas jugée affabulatrice, et n’ont décelé chez elle aucun trouble psycho-pathologique, a relevé mercredi son avocate Me Patricia Gravellier.

Me Daniel Picotin, qui représente le père, n’a pas mis en doute la sincérité de S. Mais pour lui, elle est victime de « faux souvenirs induits » (FSI), que lui aurait mis en tête une thérapeute bordelaise aujourd’hui en retraite, qui, pour se conformer au décret de 2010 sur ces métiers, se présentait ces dernières années comme « coach en développement personnel ».

Me Picotin, spécialiste national des affaires de manipulation mentale — il représente une partie des victimes dans l’affaire des reclus de Monflanquin — , a observé que « cela fait dix ans qu’on a vu arriver en France ce raz-de-marée terrible des faux souvenirs induits, après les Etats-Unis où ils ont causé un massacre judiciaire ».

Il a dénoncé « les thérapeutes de pacotille, les escrocs qui se permettent de recevoir des personnes en mal-être et de manipuler leur mémoire ». Il a produit aussi les cartes d’anniversaire affectueuses écrites par la fille au père, et des photos du mariage de la jeune femme où elle semble très proche de lui.

Une expertise réalisée pour la défense par un expert judiciaire, la psychologue Isabelle Laurent-Labadie, met en doute une telle amnésie prolongée de S. si elle a été violée aux âges qu’elle avance, et s’étonne dans ce cas du maintien de rapports proches avec son père.

« Il ne faut pas voir dans tous les dossiers des manipulations mentales et des FSI » a remarqué Me Gravellier, arguant que le mari et un frère de S. ont témoigné qu’elle leur avait parlé de tels viols plusieurs années avant de consulter sa « coach ». Des témoignages dont la solidité a été mise en doute par la défense.

source : Le 11 avril à 11h47 par charentelibre.fr – Reléyé par le C.C.M.M.