Canada – Nouvelle Acropole: pas une secte, selon un expert

Publié le 11 avril 2013 à 05h00 | Mis à jour à 07h59

 

Un spécialiste des religions du Cégep de Sainte-Foy,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Un spécialiste des religions du Cégep de Sainte-Foy, Alain Bouchard, estime qu’il est erroné de présenter le mouvement ésotérique Nouvelle Acropole comme une dangereuse secte aux tendances néofascistes.

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

Ces jeunes adultes ont écrit à la Ville de Québec cette semaine pour exhorter ses gestionnaires de ne pas louer un local du Centre Lucien-Borne à des membres de la Nouvelle Acropole qui comptent y tenir une conférence ouverte au public, le 22 avril prochain. Le porte-parole de la Ville, Jacques Perron, a d’ailleurs déjà confirmé que la conférence pourra avoir lieu, car ce n’est pas à l’appareil municipal de décider ce qui est bon ou pas pour la société.

En entrevue avec Le Soleil, M. Bouchard confirme que ce mouvement s’est bel et bien retrouvé sur une liste de sectes qui avait été développée par des parlementaires français, au milieu des années 1990. À l’époque, la France menait une véritable chasse aux sorcières contre les sectes. Selon le spécialiste, certains regroupements spirituels non orthodoxes ont été mis dans le même panier que les véritables groupes sectaires, comme ce fut le cas pour Nouvelle Acropole.

À une certaine époque, dans certains sous-groupes de la Nouvelle Acropole en France, des adeptes avaient tendance à se saluer en effectuant un salut romain qui s’apparentait beaucoup à celui du salut nazi. Un tel geste a bien sûr amplifié la croyance que ce mouvement en était un d’extrême droite, ajoute M. Bouchard.

Racines historiques

Un grand spécialiste des mouvements ésotériques en Europe, Antoine Faivre, s’était d’ailleurs penché sur le cas de la Nouvelle Acropole, dans les années 1990.

Il convient que celui qui a fondé le mouvement en 1957, l’Argentin Jorge A. Livraga Rizzi, pouvait tenir un discours antidémocratique. Au cours des années 1970, le fondateur de la branche française, Bernard Schwarz, a aussi reconnu que des «nostalgiques d’extrême droite» s’étaient faufilés dans le mouvement. Schwarz avait alors dû faire un ménage dans ses membres.

Mais dans ses recherches, M. Faivre n’avait pas trouvé de gens qui s’étaient sentis «contraints d’adopter personnellement ce qui serait la philosophie propre de cette association». Et Nouvelle Acropole ne répondait à aucun des critères par lesquels on peut qualifier un mouvement spirituel de secte. M. Faivre rappelle d’ailleurs que Nouvelle Acropole n’a jamais fait l’objet de poursuites en France.

Il y aurait une centaine d’adeptes de la Nouvelle Acropole au Québec, selon M. Bouchard.

Source : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201304/10/01-4639717-nouvelle-acropole-pas-une-secte-selon-un-expert.php

Canada – La Ville de Québec sommée de ne pas louer ses locaux à Nouvelle Acropole

Un exemple des affiches et des prospectus annonçant... (Photo courtoisie)

Agrandir

Un exemple des affiches et des prospectus annonçant une conférence du groupe Nouvelle Acropole.

PHOTO COURTOISIE

(Québec) Des étudiants du Cégep Garneau exhortent la Ville de Québec de ne pas louer à l’organisation philosophique Nouvelle Acropole un local du Centre Lucien-Borne que le groupe a déjà réservé le 22 avril au soir, pour y tenir une conférence ouverte au public. Nouvelle Acropole traîne une réputation d’être une secte néofasciste, notamment en Europe.

Le comité de mobilisation de l’Association étudiante du Cégep a d’ailleurs fait parvenir un courriel à la Ville de Québec, dans lequel elle la somme de ne pas accueillir cette organisation dans ses locaux.

«Nouvelle Acropole, désignée par de multiples travaux académiques et commissions parlementaires françaises, souhaite une société gouvernée aristocratiquement et totalitairement, la démocratie étant « antinaturelle » selon l’organisation, a écrit Félix Gingras-Genest, au nom du comité de mobilisation. Le groupe a attiré des nostalgiques du fascisme nazi et a des affinités fortes avec différents courants de pensées d’extrême droite.»

Des étudiants du Cégep Garneau avaient d’ailleurs tout mis en place pour nuire au déroulement d’une conférence similaire qui s’était déroulée dans cet établissement d’enseignement, en septembre dernier. Ils reviennent donc à la charge contre Nouvelle Acropole.

La Ville donne accès à la salle

Lors d’un entretien téléphonique, le porte-parole de la Ville de Québec, Jacques Perron, a affirmé que Nouvelle Acropole pourra tenir sa conférence dans cette salle.

«Ce n’est pas à la Ville de Québec de décider ce qui est bon ou pas bon pour la société, a expliqué M. Perron. Si ce groupe tenait un discours public dans lequel il encourage à la violence ou qui serait contraire aux valeurs généralement admises dans la société québécoise, on ne prendrait peut-être pas la même décision. Mais selon les informations que je détiens, on parle d’un groupe philosophique.»

M. Perron a d’ailleurs rappelé qu’en novembre dernier, la Ville avait loué une salle à Nouvelle Acropole à deux reprises pour des rencontres similaires, et qu’aucun incident n’avait été rapporté.

Le nom Nouvelle Acropole a bel et bien figuré dans des rapports parlementaires français au cours des années 1990 dans lequel on parlait de l’organisation comme d’une secte. Le Soleil a fouillé dans les rapports annuels de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) de 2003 à 2010, et on n’y trouvait pas le nom de Nouvelle Acropole. La MIVILUDES est un organisme fédéral français qui surveille le mouvement des sectes en France.

Source : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/la-capitale/201304/09/01-4639258-la-ville-de-quebec-sommee-de-ne-pas-louer-ses-locaux-a-nouvelle-acropole.php

Relayé par Roger Gonnet

Canada : Échec monumental pour Nouvelle Acropole au Cégep Garneau

Un exemple des affiches et des prospectus annonçant... (Photo courtoisie)

Agrandir

Un exemple des affiches et des prospectus annonçant la conférence du groupe Nouvelle Acropole.

PHOTO COURTOISIE

Pierre-Olivier Fortin

(Québec) La conférence controversée qu’a donnée mardi soir une représentante de Nouvelle Acropole au Cégep Garneau, que l’association étudiante dénonce comme une «secte néofasciste», s’est soldée par un échec monumental.

La réalité à savoir si le groupe est une secte ou non et adhère ou non à l’extrême droite est un peu plus nuancée. Mais, chose certaine, l’association étudiante, inquiète de voir un tel mouvement s’inviter au Cégep, n’a pas mis de gants blancs pour accueillir la conférencière Céline Bouchard et dissuader les étudiants d’y assister.

Le comité de mobilisation n’a pas eu à chercher bien loin pour recruter. Les étudiants se sont installés près du local pour discuter avec ceux qui avaient l’intention d’assister à la conférence, présentée comme une rencontre philosophique. «Ils ne laissaient pas passer personne avant d’avoir dit: « Bonjour, êtes-vous ici pour la secte? »» relate Félix Gingras Genest, responsable des communications de l’association étudiante. Ils avaient aussi des tracts et des affiches montrant une flèche avec l’inscription secte néofasciste. «Trois ou quatre personnes ont rebroussé chemin», indique M. Gingras Genest.

Informée tardivement de la nature du mouvement, la direction du Cégep avait tout de même autorisé la tenue de la conférence, mais avait avisé le Département de philosophie. Les professeurs, préférant ne pas juger trop vite, ont demandé à voir.

Quatre invités ont payé 10$ pour assister à la conférence: trois professeurs de philosophie et un journaliste.

«Je me suis rarement autant amusé», rigole le professeur de philosophie Bassam Adam, en parlant de ses deux heures et demie à la rencontre. «Des fois, c’était trop, je me retenais pour ne pas éclater de rire. […] Honnêtement, c’était n’importe quoi: des banalités, des généralités, des contradictions. C’était difficile d’avoir quelque chose qui se tient, du contenu cohérent, valable.»

Selon Nouvelle Acropole, le monde contemporain a oublié une dimension de l’humain et, pour renouer avec cette dimension, «on va faire un retour en arrière et on va chercher la sagesse des anciens». Sauf que ce n’est pas parce que des écrits traversent les temps qu’on doit à tout prix s’en inspirer, répond le professeur. Selon lui, Socrate et Platon se sont retournés dans leur tombe en entendant ce que la conférencière leur faisait dire.

«Transformer les gens»

M. Adam rigole, mais il s’inquiète aussi. «Ils ne veulent pas informer, ils veulent transformer les gens. C’est inquiétant.» La recherche de la vérité avec un grand V, selon ce qu’a compris M. Adam à la conférence, «se fait par cycle, et les réponses, c’est plus tard que tu vas les avoir», au fil des rencontres et des formations. Pourquoi ne pas enseigner les «réponses» directement? ont demandé les philosophes. «Combien ça va me coûter pour avoir la réponse?»

«En apparence, c’est mignon, même si c’est n’importe quoi. Mais ce qui est inquiétant, c’est qu’on utilise la crédibilité d’un cégep pour aller chercher des jeunes qui sont peut-être fragiles, avance le professeur. Il ne faudrait plus que ça arrive.» La direction du Cégep avait indiqué mardi qu’elle avait l’intention de revoir ses règles pour être mieux informée sur ceux qui demandent d’utiliser ses locaux.

Confrontée par les professeurs aux écrits controversés du fondateur de Nouvelle Acropole qui circulent sur Internet, la conférencière a mis abruptement fin à la conférence, vers 22h, indique M. Adam.

Source : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201209/26/01-4577778-echec-monumental-pour-nouvelle-acropole-au-cegep-garneau.php