Pau : l’ostéopathe est-il un charlatan lubrique ou un habile rebouteux ?

Par B.R.

Publié le 17/01/2014 à 06h00
Mise à jour : 17/01/2014 à 09h16

Cinq heures de débats, hier en correctionnelle, autour de pratiques qui posent question.

Cinq heures de débats, hier en correctionnelle, autour de pratiques qui posent question. (ARCHIVES PP)

Didier N., 60 ans, est-il un « monstre lubrique » et un « charlatan », ou bien un professionnel soucieux du bien d’autrui ? Ce sera au tribunal correctionnel de trancher, après les cinq heures de débats – truffés d’un peu de « charabia » – qui se sont déroulées hier après-midi : il rendra sa décision le 3 mars.

Tout débute en août 2010, quand une jeune femme dépose une plainte au commissariat : elle dénonce alors les pratiques de celui qui venait de la masser avec des « gestes déplacés », allant jusqu’à lui mettre un ou des doigts dans l’anus. Les enquêteurs identifieront trois autres victimes, des jeunes femmes âgées d’une trentaine ou d’une quarantaine d’années, qui ont subi des « actes similaires ».

Les policiers s’intéresseront aussi aux annonces que Didier N. déposait alors sur le site Vivastreet. On le découvre tout à tour sexologue, magnétiseur, rebouteux, psychothérapeute, spécialiste en relaxation ou en soins hors cadre réglementé… et même photographe. Il met aussi en avant son expérience d’ostéopathe. Il recevait alors chez lui des « patients » qui souffraient (du dos, des jambes lourdes, etc.) mais aussi des « modèles », qu’il recrutait pour tester une méthode originale de « drainage, de modelage corporel et d’action sur les points d’acupuncture » : il souhaitait faire breveter celle-ci pour ensuite l’enseigner aux cabinets d’esthéticiennes…(…)

Suite de l’article