Turban dans les écoles: les Sikhs se mobilisent en France

La communauté sikhe a essayé à plusieurs reprises,... (PHOTO MIGUEL MEDINA, AFP)

Agrandir

La communauté sikhe a essayé à plusieurs reprises, depuis 2004, d’être exemptée de l’application de cette loi, sans succès. Elle voudrait aussi obtenir le statut de «religion», alors que l’État français la considère comme une «secte».

PHOTO MIGUEL MEDINA, AFPABHIK CHANDA

Agence France-Presse
PARIS

La communauté sikhe de France, forte de 30 000 membres, se mobilise pour que ses enfants puissent porter le turban dans les écoles publiques où tous les symboles religieux sont bannis.

Les écoles publiques françaises ont commencé à afficher en septembre une «charte de la laïcité», sur une directive du ministre de l’Éducation Vincent Peillon.

Cette charte reprend une loi de 2004 qui interdit «le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse», visant ainsi le voile, la kippa et l’étoile de David, la croix et… le turban sikh.

Or, «la croix, le voile et la kippa ne sont pas obligatoires et ce sont des symboles», fait valoir Kashmir Singh, membre du comité d’administration du principal temple sikh de France, situé à Bobigny, banlieue nord-est de Paris.

Pour les Sikhs, «en revanche, le kesh (port des cheveux longs) et le pagri (turban) sont obligatoires et ce ne sont pas des symboles, mais une part sacrée inhérente à notre religion», explique-t-il.

Pour la communauté sikhe, c’est par ignorance que la France assimile le pagri à un symbole religieux manifestant l’appartenance à une croyance, alors qu’il s’agit, selon elle, d’un symbole de l’égalité, de la fraternité et de la liberté, les trois piliers de la Révolution française.

En Inde, il y a cinq siècles, «seule l’aristocratie musulmane et les autorités avaient le droit de porter le turban et, parmi les hindous, il était réservé à la caste des prêtres: notre religion a mis fin à cette situation», rappelle Bikramjit Singh, ingénieur sikh de 27 ans, qui a quitté son école en France en 2004, après le vote de la loi.

«En France, le roi a eu la tête coupée pour que tous puissent être égaux: nous, nous avons adopté le turban pour que chacun puisse être roi», résume-t-il. La République serait donc, selon lui, en train de rejeter sans le savoir les principes auxquels elle tient le plus.(…)

Suite de l’article