Suède: prison pour des Congolais après des maltraitances lors d’exorcismes

Agence France-Presse

Stockholm

La justice suédoise a condamné mardi à des peines de prison un couple de Congolais de la RDC pour maltraitances aggravées pendant des séances d’exorcisme pratiquées sur leur fille et belle-fille, qu’ils considéraient comme une sorcière.

L’homme, 39 ans, a été condamné à deux ans et trois mois d’emprisonnement et son épouse de 34 ans, considérée comme l’instigatrice des sévices infligés à la fillette, à deux ans et demi de prison.

Ils doivent tous les deux verser 12 000 euros de dommages et intérêts à la victime, dont l’âge n’a pas été révélé, mais qui aurait une dizaine d’années, selon le quotidien local Boraas Tidning.

Un deuxième homme, âgé de 40 ans et se présentant comme un pasteur, a également été condamné pour maltraitance à un an et trois mois de prison, et à verser 2300 euros de dommages et intérêts.

«Je suis très satisfait», a indiqué dans un communiqué le procureur de Boraas (ouest), Daniel Larson, qui avait fait appel d’une relaxe en première instance.

Le dossier de l’accusation reposait majoritairement sur des témoignages de la victime, que la Cour d’appel de l’Ouest de la Suède a jugé «fiables et crédibles», quant à ces violences subies en 2010.

Sa famille d’accueil, les services sociaux et les fonctionnaires de son école n’ont émis aucun doute quant à la véracité des faits dénoncés. «Rien ne porte à croire qu’elle aurait une raison de mentir», a précisé la Cour.

L’enfant a notamment raconté avoir été exorcisée à plusieurs reprises, avoir eu le bras incisé avec un couteau brûlant pour lui faire confesser ses péchés et les cheveux rasés, car «l’esprit» y résidait. Victime de harcèlement moral, elle a également été contrainte à participer à des prières jour et nuit, ce qui l’empêchait d’aller en classe.

[…]

Suite de l’article

Suède : un rapporteur de l’APCE préconise la création d’un groupe d’étude parlementaire sur le phénomène sectaire

Strasbourg, 13.12.2012 – A l’issue d’une visite d’information à Stockholm dans le cadre de la préparation de son rapport sur « la protection des mineurs contre les sectes », le rapporteur de la Commission des questions juridiques et des droits de l’homme Rudy Salles (France, PPE/CD) a relevé qu’en Suède, le système d’éducation nationale, et notamment celui du financement des écoles privés, ainsi que le système d’enregistrement des associations contenaient des failles pouvant engendrer des abus de la part des mouvements à caractère sectaire.
M. Salles a notamment souligné la nécessité d’harmoniser à l’échelle européenne les mesures visant à protéger les mineurs contre l’influence des sectes, le phénomène des dérives sectaires revêtant un caractère de plus en plus international et il a préconisé l’idée de créer un groupe d’étude parlementaire sur le phénomène sectaire.
Au cours de sa visite, M. Salles s’est entretenu avec les membres du Parlement suédois (Riksdag), des représentants de la Commission gouvernementale pour le soutien des communautés religieuses, de l ‘Inspection des écoles, l’Agence nationale pour la jeunesse et des associations d’aide aux victimes des abus sectaires.

Source : http://assembly.coe.int/ASP/NewsManager/FMB_NewsManagerView.asp?ID=8250&L=1