Royaume-unis – Le QG de la Scientologie à Birmingham : «culte corrompu, sinistre et dangereux »

17 mai 2013 10:06

Objecteur de Peter Bailey a décrit l’organisation comme une « secte sinistre et dangereuse corrompu» et dit conseil municipal de Birmingham il serait « lavage de cerveau » des jeunes.

La secte américaine bénéficie d'adeptes célèbres, dont les acteurs Tom Cruise et John Travolta
La secte américaine bénéficie d’adeptes célèbres, dont les acteurs Tom Cruise et John Travolta

Le comité de planification de Birmingham s’est trouvée impuissante à arrêter l’Eglise de Scientologie controversée ouvrant un siège 6 millions £ en Moseley.

L’organisation controversée, dont les adeptes célèbres incluent les stars d’Hollywood Tom Cruise et John Travolta, deviendra le bureau classé Grade II Pitmaston bâtiment dans un nouveau lieu de culte, centre de formation et d’éducation.

Mais un opposant, Peter Bailey, espérait arrêter le plan décrivant l’organisation comme une « secte sinistre et dangereuse corrompu» dit le comité de planification de Birmingham City Council qu’elle «laver le cerveau» des jeunes.

Il a été rejoint par John Dring de la Société Moseley qui a fait valoir que Pitmaston doit être préservée comme un bureau et mis à disposition pour la création d’emplois dans la région.

« C’est l’endroit la dernière étape de la construction d’emplois de production, le potentiel de Moseley. Sans elle, nous allons devenir juste un autre banlieue résidentielle dormant « , at-il dit.

Un représentant de Broadway Malyan, agent de planification de l’Eglise, a écarté les objections, soulignant que le bâtiment s’était révélée non viable comme un bureau et qu’il y aurait moins de trafic et les problèmes de stationnement que si elle était restée un bureau.

Il a expliqué que le bâtiment vide serait entièrement restaurée et ouverte au public comme un centre de la communauté. Il a dit: «Ce devrait être bien accueilli par le conseil municipal de Birmingham. »

Le Comité a appris que leurs points de vue sur la Scientologie avait pas de motifs de planification pertinents pour les refus et le Conseil pourrait quitter elle-même ouverte à des poursuites judiciaires coûteuses si la demande a été rejetée.

Malgré cela, les membres du comité sceptiques ont essayé de pousser pour une raison de retarder ou de refuser, mais ont été incapables d’en trouver.

Membre du Comité Con Barry Henley (Lab, Brandwood) a déclaré que, bien que reconnu comme une religion aux Etats-Unis, il n’est pas au Royaume-Uni, la France ou le Canada. « Il a été décrit comme une secte qui lave le cerveau de ses membres.

« Mais quand on regarde ce qui est proposé, le design est superbe et ce que vous voulez pour un bâtiment classé. »

Il a critiqué les responsables de la planification pour soulever une phrase sur le site Internet de l’Église qui le décrit comme une religion.

Voir la vidéo de la réunion du comité de planification ici.

Source : http://www.birminghammail.co.uk/news/local-news/scientology-hq-corrupt-sinister-dangerous-3865668

Traduction Google

Psychospirituel : Mgr Raffin met en cause La Croix et son confrère Mgr Brincard sur la reconnaisance par l’épiscopat des sessions AGAPE

Mgr Raffin, fidèle à la devise de son Ordre : Veritas, vient de faire paraître un communiqué du 17 janvier 2013 (1), qui en surprendra plus d’un. Dans le bulletin religieux du diocèse de Metz du mois de mars, en effet, on peut lire une mise au point sur l’approbation de l’Agapè par la Conférence des évêques de France, lors de l’assemblée de novembre 2012.

 

Mgr Raffin écrit : «  L’information donnée le 11 décembre 2012, selon laquelle la Conférence des Evêques de France lors de son assemblée de novembre aurait officiellement reconnu les retraites Agapè du Puy-en-Velay est inexacte. En réponse à une question posée, tous les évêques ont reçu de la part de l’évêque du Puy une documentation, comportant notamment le rapport d’audit diligenté par le frère Thierry-Dominique HUMBRECHT, mais cela n’a donné lieu à aucune discussion et aucune approbation. D’ailleurs, le temps manquait pour cela. » Il poursuit : « Maintenant les plus vives réserves à l’égard d’Agapè, j’ai saisi le Conseil permanent de janvier 2013, pour que cette inexactitude soit corrigée. »

La question porte sur une fausse information répandue par le journal La Croix, donc de façon publique. Il faut dire ici, que ce fait n’est pas anodin, et bien des chrétiens ont été scandalisés par l’annonce d’une telle reconnaissance, arrivant comme un défi. Défi lancé aux pouvoirs publics, puisque suivant de près l’audition de l’ancien et du nouveau président de la Miviludes devant le Sénat, où ils ont mis en cause les pratiques psycho-spirituelles des Béatitudes et l’Agapè, dans le cadre de l’enquête des dérives sectaires du domaine de la santé ; mais aussi défi aux victimes du psycho-spirituel dont le Livre noir a révélé la détresse.

Or, toujours dans le même communiqué, nous apprenons que, pour toute correction, le président de la C.E.F. a écrit à l’évêque du Puy pour « lui dire que les commentaires faits par Agapè de l’appréciation de l’assemblée plénière sont très exagérés ; lui demander que les documents diffusés par Agapè soient corrigés en ce sens ; lui rappeler que la reconnaissance de l’Association privée de fidèles ne concerne que le diocèse du Puy-en-Velay. » Le cardinal Vingt-Trois remplace donc les affirmations publiques de l’article de La Croix par des « documents diffusés par l’Agapè » et demande ainsi une mise au point privée.

Il fait ici allusion à une lettre envoyée par Philippe Coumau à tous les retraitants Agapè le 11 décembre 2012, le jour même où paraissait l’article de La Croix mis en cause. On pouvait y lire : « Le 15 novembre 2012, Monseigneur Brincard qui revient de Lourdes nous a annoncé plusieurs bonnes nouvelles : – Il a pris la parole devant l’assemblée des évêques de France lors de l’Assemblée de Lourdes pour leur parler de l’Agapè ; il a reçu alors un accueil très favorable par l’ensemble de ses pairs : l’Agapè est très bien accueillie et reconnue comme une structure d’évangélisation dans l’Eglise. – Mgr Brincard nous a annoncé qu’il acceptait d’agréer nos statuts canonique qui nous relient de façon officielle à l’Église diocésaine du Puy ; l’Agapè est donc reconnue comme ‟Association privée de fidèlesˮ depuis le 8 décembre, en la fête de l’Immaculée Conception. »

Par contre, ce même 11 décembre 2012, on lisait dans La Croix : « MgrBrincard a présenté à l’Assemblée plénière des évêques en novembre à Lourdes les résultats de l’audit. ‟Aucune objectionˮ n’a été soulevée. »

Les deux versions d’un même évènement diffèrent notablement mais laissent entendre une approbation de l’Agapè par l’assemblée des évêques de France. Ce qui ne peut que surprendre lorsque l’on sait que, dans une interview avecStéphane Longin sur les sessions Anne-Peggy Agapè, le 17 janvier 2012 (2), Mgr Brincard s’était expliqué sur le fonctionnement de la C.E.F. On se souvient qu’à cette date, le rapport du groupe de travail Spirituel et Psychologie venait d’être divulgué par Golias . Mgr Brincard précise : « C’est un dossier de travail. Il n’exprime pas les conclusions de l’assemblée. Ils sont à la disposition des évêques pour réfléchir et discerner. Ce n’est pas un rapport définitif. Il ne deviendrait définitif que si l’assemblée l’avalisait. Ce qu’elle n’a pas fait. Elle n’avait pas à le faire. Ce n’était pas présenté sous ce jour. C’est pour pouvoir travailler sérieusement et profondément que ce document, qui doit être ensuite enrichi d’autres documents, était réservé aux évêques. »
C’est donc exactement le cas de figure de la « documentation, comportant notamment le rapport d’audit diligenté par le frère Thierry-Dominique HUMBRECHT », qui a été remise aux évêques à l’assemblée de novembre 2012. Alors comment en conclure que « l’Agapè est très bien accueillie [par les évêques] et reconnue comme une structure d’évangélisation dans l’Eglise » puisque aucun vote n’a avalisé cette reconnaissance ?

On peut aussi se demander pourquoi, dans ces conditions, le président de la C.E.F n’a pas demandé à Mgr Brincard un démenti officiel, puisque La Croixavait donné une information publique ? D’ailleurs jusqu’à ce jour, les retraitants Agapè n’ont toujours pas reçu de correction aux fausses informations véhiculées par la lettre du 11 décembre 2012. Il semble que la Conférence des évêques de France soit utilisée à son gré par l’Agapè.

La réponse du président de la C.E.F. pose une autre question. Il a écrit : « la reconnaissance de l’Association privée de fidèles ne concerne que le diocèse du Puy-en-Velay. » Or par le post-Agapè, l’Association Anne-Peggy Agapè est présente dans quatorze diocèses dont deux à l’étranger. Comment sa reconnaissance ne concernerait-elle que l’évêque du Puy ? Des retraites Agapè ont d’ailleurs lieu aussi en dehors du diocèse, comme cela a été le cas au foyer de Charité de Lacépède près d’Agen, en novembre 2012.

Il est vrai que le P. Humbrecht avait écrit dans son rapport d’audit : « Si l’Église estime suffisante la maturité de l’œuvre de l’Agapè, l’évêque du Puy sera amené à reconnaître canoniquement l’Association. » Mais que veut dire « l’Église » ? Mgr Brincard ? La C.E.F.? Le Saint-Siège ? Sans se soucier de clarifier ce point fondamental, l’Agapè, mettant à profit cette confusion, a promulgué de son propre chef l’approbation désirée. Ce qui permet à Philippe Coumau de terminer sa lettre par ces mots : « Cette reconnaissance de l’Agapè par l’Église nous réconforte, donne du poids à la validité de notre action et nous encourage à aller toujours plus loin dans le service du Seigneur et de son Église. » Il s’agit d’une auto-reconnaissance. Ce qui est bien dans la ligne de l’auto-guérison, de l’auto-délivrance, qui se pratiquent à l’Agapè. Le subjectivisme a atteint son paroxysme. Et voilà comment des catholiques se font prendre dans les filets des dérives sectaires.

1. Mgr Raffin, « A propos de l’Agapè du Puy-en-Velay », Église de Metz, mars 2013.
2. http://podcast.rcf.fr/emission/135746/269732

Word - 125.1 ko
Communiqué de Mgr Raffin : A propos de l’AGAPE du Puy-en-Velay
Source : http://golias-news.fr/article5727.html

Apprenez à reconnaître un « gourou » en 16 points !

Un gourou (ou supposé comme tel par lui-même ou les autres) est reconnaissable aux 16 points suivants. Plus y il a de point commun avec cette liste, plus la personne se trouvant devant vous est proche d’un charlatan !

Voici les 16 points récurrents.

1. Il peut changer son nom pour en choisir un plus New-Age (Tel que Rael ou Moon par exemple).

2. Il utilise un jargon ésotérique mélangeant plusieurs sources pouvant n’avoir aucun rapport. Ainsi, chaque personne peut y trouver un intérêt.

Exemple de jargon trouvé sur un forum ésotérique :

« […]Je vais essayer d’illustrer un peu la chose… C’est comme lorsque nous somnolons, en fait. Si toutes les parties qui sont en nous (prenons pour simplifier un peu la chose le corps physique dense, le physique subtil, le vital/astral et le mental) étaient reliées les unes aux autres par des interactions dénuées de tout obstacle, notre propre conscience circulerait de l’une à l’autre librement. Dit autrement : nous pourrions déplacer notre conscience à nous, en tant que personne, de l’un à l’autre de ces corps (et donc de ces plans universels à travers eux) en étant tout à fait réveillés. C’est ce que font notamment les personnes qui arrivent à se décorporer consciemment, c’est à dire sans passer par une phase transitoire de sommeil. »

3. Il peut également utiliser le syncrétisme religieux (mélange de Christianisme, Bouddhisme, etc…).

4. Il utilise des notions pseudo scientifique afin d’expliquer les théories ésotériques donnant à son explication une légitimité (même principe qu’à la publicité ou le fait d’avoir une personne en blouse blanche fait augmenter les ventes).

Exemple : Chromothérapie, magnétothérapie, etc.

5. Il peut citer des textes scientifiques semblant abonder dans son sens, mais sortis de leurs contextes.

6. Il possède la vérité (en fait, ils la possèdent TOUS SANS EXCEPTION)

7. Il refuse les débats contradictoires. Si une personne met en doute son savoir il peut répondre par :

– « Tu n’as pas encore le niveau pour comprendre » ou « Comment oses-tu me contredire? »

– Il peut également changer le sens de la discussion afin de réorienter le cours de la discussion sur un sujet qu’il maîtrise.

8. Il peut créer un système de guérison spirituel de toutes pièces. Par exemple créer un dérivé du Reiki qui lui ressemble quasiment trait pour trait. Faisant ainsi payez des stages afin que l’adepte puisse en obtenir la maîtrise.

9. Il peut faire des voyages astraux et expliquer ce qui ce passe dans d’autres dimensions. Le tout sans preuves (« ce n’est pas l’objet du voyage » ou bien « Je ne le fais pas pour ça »). Il faut le croire sur parole.

10. Il peut faire du Chanelling, c’est-à-dire être en contact avec des entités supérieures (Jésus, Bouddha, ou même des extraterrestres chefs de coalition galactiques). Il sert de guide et là aussi il faut le croire sur parole (même si il y a des contradictions dans les messages).

11. Dès que l’on connait son identité réelle, il efface ses traces. Ceci est surtout vrai sur internet ou toute divulgation de sa véritable identité est proscrite.

12. Il a une connaissance encyclopédique sur son sujet citant plusieurs Maîtres à penser différents (Maîtres qui sont eux aussi sujets à controverse dans la plupart des cas). En aucun cas il ne s’aventure vers un sujet qu’il ne maîtrise pas.

13. Il se revendique antisecte tout en citant des auteurs et des associations pro-sectaire (il ne cite jamais la CCMM, ADFI et la MIVILUDE mais plutôt la CNCS).

14. Il possède généralement plusieurs diplômes de « guérisseur » (Maître de reïki, chromothérapeute, magnétiseur, etc.). S’il n’en a pas, il dit en avoir les connaissances (innés ou acquises).

15. Il ne se revendique pas gourou ou maître spirituel se faisant passer ainsi pour une personne humble.

16. A une très mauvaise image des scientifiques (qui « ne comprennent rien au monde spirituel »)

Si vous rencontrez une personne qui satisfait la majorité des points évoqués ci-dessus, soyez extrêmement vigilant et rester sur vos gardes.

Version du 19/12/2012 – Prévention secte

Texte sous licence CC-BY-NC-ND

LE « GOUROU » ACCUSÉ DE VIOL DEVANT LES JUGES

LA BRESSE

Charismatique, manipulateur ou bien encore persuasif au plus haut point. Ce sont là les qualificatifs les plus utilisés pour dépeindre Hervé Granier, leader d’une secte implantée à La Bresse depuis le début des années 90.

Cet homme de 53 ans doit comparaître devant la cour d’assises d’Epinal pendant trois jours, de mercredi à vendredi, pour de multiples faits dont ceux de viol aggravé, agression sexuelle aggravée, abus de faiblesse aggravé et violences. Les actes qui lui sont reprochés se seraient déroulés pendant 5 ans, entre 2004 et 2009.

«FEMME DIVINE»

A la tête d’un groupe d’une dizaine de personnes, Hervé Granier se serait fait passer pendant des années pour le Messie de retour sur Terre. En 2004, le « gourou » aurait expliqué à la mère de sa future victime qu’il souhaitait prendre pour « femme divine » sa fille, tout juste âgée de 14 ans. La mère, placée sous la coupe de cet homme persuasif, aurait accepté ce choix, affichant même une certaine fierté.

Pendant les premiers mois, Hervé Granier se serait livré à des attouchements sur l’adolescente. Dès qu’elle a atteint l’âge de 16 ans, le prévenu aurait demandé à avoir des rapports sexuels avec elle. La victime, également endoctrinée, se serait alors exécutée. L’homme se serait aussi livré à des violences sur elle entre 2006 et 2009 en lui mettant des claques, des coups de poing et de pieds, en lui tirant également les cheveux sans parler des diverses humiliations, crachats et autres insultes qu’elle aurait également subies.

Des faits qui se seraient déroulés sans qu’aucun membre du groupe ne réagisse. Un groupe d’autant plus manipulé qu’il aurait travaillé bénévolement pour Hervé Granier, responsable d’une société spécialisée dans la vente à distance.

DÎME IMPOSÉE

Chacun des membres lui aurait versé 150 € tous les mois. Une sorte de dîme imposée par le chef de clan.

La victime et sa mère lui auraient même versé une somme mensuelle encore plus conséquente : 800 € pour la mère et 670 € pour la fille. Le « gourou » a reconnu les attouchements et les rapports sexuels mais il soutient que l’adolescente avait plus de 15 ans lorsqu’il a entamé sa relation avec elle.

Lors de son procès, Hervé Granier sera défendu par M e Liliane Glock, du barreau de Nancy. M eElisabeth Lasseront et M e David Collot, tous les deux du barreau d’Epinal, assisteront la mère et la fille en tant que parties civiles. Le vice-procureur Yann Daniel représentera quant à lui le ministère public.

Sergio DE GOUVEIA

Source : http://www.vosgesmatin.fr/vosges/2012/11/05/le-gourou-accuse-de-viol-devant-les-juges

L’université d’Angers répond aux accusations

Capture Angers 7

En réponse à l’article « La faculté de médecine gangrenée par l’ésotérisme » paru dans l’édition du jeudi 25 octobre 2012 du journal Ouest France, l’Université d’Angers souhaite apporter un droit de réponse.

« Ce qui est gênant, c’est le coefficient considérable accordé aux sciences humaines : 200 points sur 500 » indique Olivier Hertel dans l’interview qui lui est accordée. L’enseignement des sciences humaines dispensé par la Faculté de médecine d’Angers ne représente en réalité que 20% des enseignements obligatoires en première année (à savoir 200 points sur 1000). Ce taux est tout à fait conforme aux recommandations de la Commission pédagogique nationale des études de santé qui sont suivies par l’ensemble des facultés de médecine françaises. L’Université d’Angers s’inscrit donc dans une démarche nationale et n’est en rien « un cas unique en France ».

Il est regrettable que la nécessité d’un enseignement en sciences humaines soit remise en cause dans la mesure où celui-ci aborde des thèmes aussi importants que le droit médical, l’histoire des sciences, l’histoire de la médecine, la sociologie, la relation avec le malade ou bien l’éthique. L’évocation du chamanisme, cité dans l’article, s’inscrit dans une évocation épistémologique et ne représente qu’une part infime de cet enseignement. Sa place dans ce cadre est totalement légitime et il ne représente que quelques pages sur les 700 que compte l’ouvrage « Médecine, santé et sciences humaines », mis en cause par l’enquête de « Sciences et avenir ». « L’utilisation de ce support, rédigé par le Collège national des enseignants de sciences humaines en médecine, comme manuel d’enseignement est tout à fait légitime », précise Jean-Paul Saint-André, président de l’Université d’Angers.

Face à ces accusations infondées d’ésotérisme, Jean-Paul Saint-André, président de l’Université d’Angers, Isabelle Richard, doyen de la Faculté de médecine, et l’ensemble de la communauté universitaire, apportent leur soutien le plus complet à Jean-Marc Mouillie. Maître de conférences en philosophie et président du Collège national des enseignants de sciences humaines des facultés de médecine, Jean-Marc Mouillie est nationalement reconnu par ses pairs. Il dirige notamment la collection « Médecine et sciences humaines » des éditions « Les Belles Lettres ».

Afin de lever tout doute sur l’organisation et les contenus de l’enseignement dispensé au sein de la Faculté de médecine, le président de l’Université d’Angers a adressé ce jeudi 25 octobre 2012 un courrier à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et à la ministre des Affaires sociales et de la santé, dans lequel il sollicite une inspection des deux ministères à ce sujet.

Source : http://www.my-angers.info/10/25/luniversite-dangers-repond-aux-accusations/18792

E.U. : La cour d’appel confirme le rejet d’une action pour homicide contre l’Église de Scientologie

Par JOE CHILDS et THOMAS C. TOBIN , Personnel fois Writers
chez l’éditeur: Vendredi 21 Septembre, 2012

Une cour d’appel fédérale a confirmé le rejet d’une action en justice pour homicide agressive contestée déposée contre l’Église de Scientologie et de trois paroissiens après le suicide apparent d’un homme qui est mort en Virginie lors de la visite de son père scientologue à Clearwater.

Kyle Brennan, 20 ans, de Charlottesville, en Virginie, s’est tiré une balle dans la nuit du 16 février 2007, avec une arme de poing qu’il a trouvé dans l’appartement de son père, police de Clearwater déterminée.

Thomas Brennan, un bricoleur qui a également vendu des livres de Scientologie à la State Fairgrounds à Tampa, dit à la police qu’il a trouvé son fils après son retour du travail.

Kyle Brennan mère, Victoria Britton, également de Charlottesville, a poursuivi en 2009 à Tampa devant un tribunal fédéral, au nom de la succession de son fils. La poursuite soutient que lors de la visite Kyle Brennan – la dernière étape d’un à deux mois, cross-country trip-Thomas Brennan dit à son conseiller Scientologie, résident Clearwater Denise Gentile, que Kyle a été de prendre le médicament antidépresseurs Lexapro.

Les scientologues s’opposent fortement à la psychiatrie et les médicaments psychotropes.Kyle Brennan n’était pas scientologue, ni Britton.

Gentile et son mari, Gerald Gentile, et Thomas Brennan a essayé de convaincre Britton que son fils doit entrer dans un établissement affilié à la scientologie Narconon traitement de la toxicomanie, selon des documents judiciaires. Britton a refusé.

Une église en éthique a alors dit à Thomas Brennan à diriger son fils de quitter l’appartement et à «gérer » lui après la Scientologie politique, les dossiers dire. Thomas Brennan verrouillé Lexapro son fils dans le coffre de sa voiture. Kyle Brennan était mort dans les 24 heures.

Maillot de Britton, qui a nommé Thomas Brennan et les deux nations en tant que défendeurs, ont affirmé avoir agi sans égard à la sécurité de Kyle et que Brennan a retiré à tort médicalement nécessaires Lexapro.

Après des tonnes de documents judiciaires et des heures de dépositions, juge de district américain Steven Merryday droit à une requête église de rejeter dernière Décembre. Il a cité un manque de preuve sur des points clés: la fréquence avec laquelle Kyle a pris sa Lexapro, qu’il s’agisse de l’arrêt produit un effet négatif et si le père de Kyle prit le Lexapro sans l’autorisation de Kyle.

Trois juges de la Cour du 11 US Circuit Court of Appeals a confirmé la décision Merryday de mardi après avoir entendu brèves plaidoiries vendredi à Jacksonville Clearwater avocats Lirot Luc, représentant Britton, et Robert V. Potter, pour l’église.

Britton n’a pas retourné les appels demandant des commentaires.

Clearwater basée église porte-parole de Pat Harney a déclaré: «La décision de la Cour de district américaine à Tampa et à l’affirmation rapide de la 11ème Cour d’appel d’Atlanta à la fois confirmer ce que nous avons dit dès le début – la preuve est accablante que le procès Brennan jamais eu aucun fondement factuel ou juridique. »

Joe Childs peut être atteint à childs@tampabay.com. Thomas C. Tobin peut être atteint à tobin@tampabay.com.

Source : http://www.tampabay.com/news/scientology/appeals-court-upholds-dismissal-of-wrongful-death-suit-against-church-of/1252563

Traduction Google

O.S.A. – Les espions de la scientologie (1.29.31)

 

Publié le 26 Août 2012 par Équipe du kiosque

Émission en français de la chaîne Arte
.
L’organisation O.S.A. a avant tout pour mission de contrer ceux – avocats, juristes, politiques, médias, anciens adeptes – qui tentent de dénoncer les agissements des scientologues. Pour ce faire, elle ne recule devant rien : opérations de communication, noyautage de certaines institutions et instances publiques, actes de sabotage, campagnes de diffamation et d’intimidation, etc. Ceux qui critiquent la scientologie se sentent souvent espionnés et directement menacés.
.
En 2010, la secte a traversé une grave crise avec le départ de plusieurs de ses cadres dirigeants, notamment celui qui fut longtemps le chef de l’O.S.A. Son témoignage ainsi que celui d’autres responsables au plus haut niveau permettent de découvrir les différents rouages de l’organisation. Ces membres autrefois zélés attaquent ouvertement le dirigeant actuel de la scientologie, David Miscavige, l’accusant de coups et de maltraitance à leur encontre. Considérée comme une secte extrémiste dans différents pays européens, la scientologie est surveillée de près par les instances publiques. Mais le grand public ignore généralement que la secte a bâti sa propre structure de renseignements, dont certains agents ont été condamnés pour espionnage, cambriolage, coercition et autres délits criminels dûment prouvés. Qui sont vraiment les collaborateurs de l’O.S.A. ? Sur quels réseaux s’appuient-ils ? Au cours de leur enquête, les réalisateurs ont découvert d’étonnants liens entre l’O.S.A. et des décideurs politiques qui ont pignon sur rue à Washington, en particulier au ministère des Affaires étrangères.
.
Pour sa part, la secte affirme que l’O.S.A. est un simple service de presse et d’affaires juridiques qui se contente de récolter par des voies légales des informations sur les esprits critiques et les adeptes renégats.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=i2qvmcgoJiA?feature=player_embedded]

Source : http://kiosquemedias.wordpress.com/2012/08/26/o-s-a-les-espions-de-la-scientologie-1-29-31/

 

L’évêque de Séez ne reconnaît pas une nouvelle communauté

Mgr Jacques Habert, commentant hier soir l’installation d’une communauté de neuf moines à Saint-Denis-sur-Huisne, a précisé que « cette communauté a été fondée par l’Abbé de Nantes et se réclame de la Contre-réforme-Catholique (CRC). Elle n’a jamais été reconnue par l’église catholique.Plus grave, son fondateur a été frappé à plusieurs reprises de graves sanctions canoniques par l’autorité compétente. Les membres de cette communauté se sont installés sur la commune sans aucune autorisation ni même contact pris avec l’évêque de Séez. Pour ma part, je ne reconnais en aucun cas cette communauté comme faisant partie des communautés religieuses appartenant au diocèse de Séez ».

source : Ouest France

Religions vendredi 06 juillet 2012

Source : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-L-eveque-de-Seez-ne-reconnait-pas-une-nouvelle-communaute_40771-2093957-pere-bno_filDMA.Htm