Centre de désintoxication Narconon: la Commission des droits de la personne somme le centre de dédommager les victimes

RCQC  |  Par Radio-Canada.caPublication: 14/04/2014 03:52 EDT  |  Mis à jour: 14/04/2014 16:36 EDT

centre de désintoxication Narconon

Le centre de désintoxication Narconon Trois-Rivières, lié à l’Église de scientologie, a soumis des patients à des pratiques humiliantes et à de l’isolement forcé, tout en les exploitant financièrement, soutient des documents de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, obtenus par ICI Radio-Canada.

 

Un texte de Gaétan PouliotTwitterCourriel

 

L’organisme chargé de veiller au respect des droits de l’homme au Québec en est venu à ces conclusions à la suite d’une enquête sur les pratiques de l’établissement, qui a étéforcé de fermer ses portes en 2012. Elle somme maintenant Narconon de dédommager les victimes.

Dans une résolution de la Commission, on peut lire que Narconon Trois-Rivières a contribué à exploiter financièrement et à maltraiter David Edgar Love, alors qu’il se trouvait « dans un état de vulnérabilité ».

Originaire de Colombie-Britannique, M. Love est un ancien client et employé de Narconon Trois-Rivières. Il a porté plainte en 2010 après un séjour de près d’un an dans le centre.

Narconon lui a entre autres facturé « des sommes considérables pour un programme de désintoxication qui n’est pas reconnu scientifiquement et qui comporte des risques pour sa santé et sa sécurité », indique le document de la Commission qui se base sur des témoignages et une preuve documentaire. Le personnel du centre de désintoxication était d’ailleurs « non qualifié ».

La Commission affirme aussi que M. Love a été victime de maltraitance. Narconon l’a soumis à des « pratiques humiliantes et dégradantes », à de « mauvaises conditions d’hébergement et de nourriture » et à des « mesures forcées d’isolement et à de la coercition », indique-t-on.

M. Love a par ailleurs été obligé de travailler sans rémunération.

Narconon veut taire l’affaire(…)

Suite de l’article