CHERS FANS DE BOB DYLAN : UNE SECTE ESSAIE DE VOUS RECRUTER

TOUT ÇA PARCE QUE VOTRE IDOLE A DIT TROIS CONNERIES SUR LE MESSIANISME IL Y A 30 ANS

Par Johnny Lambo

Il y a quelques jours, j’ai assisté à un concert de Bob Dylan à Charleston, en Caroline du Sud. En partant, j’ai croisé trois jeunes mecs, des sortes de hippies, qui distribuaient avec enthousiasme des flyers aux gens qui sortaient de la salle. L’un d’eux m’a fourré des papiers dans la main. Je l’ai mis dans mon sac avant de l’oublier rapidement.

Ce n’est que le lendemain que j’ai réalisé qu’on m’avait en fait refilé 23 pages d’un culte religieux bizarro, écrites pour et sur Bob Dylan. La secte porte le nom de Twelve Tribes [Douze Tribus, en français] et tente de recruter Bob et ses fans.

Il m’a fallu une semaine pour me mettre à écrire un truc dessus. Malgré mon envie de le lire d’une traite et de m’en moquer le plus rapidement possible, le document était tellement mal foutu qu’il m’a fallu trois jours entiers pour le parcourir de A à Z.

Il semblerait que l’obsession de la secte pour Bob provienne d’une interview délirante que le chanteur a faite avec le magazine SPIN en 1985. Les paroles rapportées étaient tellement débiles que j’ai cru que la secte avait tout inventé. Mais, j’ai vérifié et il s’avère que cette interview existe vraiment. Voici ce que ce gros weirdo a dit sur « le truc messianique » :

« Le truc messianique touche le monde des hommes en tant que tel. Ce monde est programmé pour durer 7 000 ans. L’homme vit à sa façon pendant six mille ans, puis mille ans à la façon de Dieu. C’est comme une semaine. Il y a six jours de travail et un de repos. Les mille dernières années s’appellent l’Ère messianique. Le Messie imposera sa loi. Il s’agit, il s’agissait et il s’agira de Dieu – de ses trucs de Dieu. Les sécheresses, les famines, la guerre, le vol, les tremblements de terre et tout ce qu’il y a de mal n’existeront plus. Il n’y aura plus de maladies. Tout ça provient de notre monde à nous. »

Ensuite, Bob se met à dire des trucs chelou sur les juifs :

« Tout le monde va se précipiter sur la piété, comme tout le monde se précipite sur les réfrigérateurs, les écouteurs et le matériel de pêche aujourd’hui. Tout le monde va chercher à découvrir Dieu par tous les moyens et vers qui vont-ils se diriger ? Vers les juifs, parce que les juifs ont écrit le livre, et vous savez quoi ? Les juifs n’en sauront rien. Ils sont trop occupés avec les commerces de fourrure ou le prêt sur gages, et à envoyer leurs gamins dans des écoles laïques. Ils sont trop occupés à faire tout ça pour savoir. »

Sérieux, Bob. Je savais pas que t’étais comme ça.

Les Douze Tribus s’adressent directement à Bob dans une partie intitulée, de manière appropriée, « À Bob Dylan » – et où ils lui lèchent les bottes d’une façon que je qualifierais de lourde :

« Les chansons de tes débuts ont fait figure d’hymnes pour des générations entières. Elles sont prophétiques à tellement de niveaux et de tant de manières. Elles touchent le désir complexe et profond de l’âme de trouver une vraie réponse… Tes paroles font remonter à la surface les maux de la société, ainsi que la douleur et la souffrance de nos vies individuelles. »

C’est le genre de trucs que disent les ados qui s’apprêtent à se scarifier l’avant-bras. Mais la secte part ensuite dans des spéculations étranges sur la signification des paroles des plus grands hits du songwriter à gros nez.

Par exemple, saviez-vous que « Blowin’ in the Wind » parle du fait de reconnaître « que si l’espoir d’une vie meilleure dans un monde meilleur disparaît du cœur de l’homme, le mal régnera pour toujours sur la race humaine » ? Ou que « A Hard Rain’s A-Gonna Fall » nous fait savoir que « le jour du Jugement dernier arrive pour toutes les injustices, la cruauté et l’égoïsme qui règnent dans l’humanité » ? Ou que Bob a écrit « I Shall Be Released » parce qu’il savait qu’il devait y avoir « un vrai roi qui nous mènerait dans un vrai royaume » ? Moi non plus.

Puis, les Douze Tribus laissent tomber Dylan pendant un moment et demandent : « À quoi ressemblerait la maison de Dieu s’il vivait dans ma rue ? » Réponse : elle serait grande et jolie (mais pas genre, jolie et neuve) et il inviterait tout le monde à se poser chez lui. Même « le type boiteux avec les jambes bizarres ». Cool.

Ensuite, pendant les dix mille phrases qui suivent, ils disent… des trucs. Je n’ai rien compris. Voici quelques passages que j’ai sélectionnés, peut-être que vous les comprendrez :

« La parole du Messie, « aucun homme ne peut travailler », a marqué l’esprit de Bob Dylan. Ces mots remarquables l’ont amené à se poser des questions. Le fait qu’il se soit posé des questions est très important, parce que ses questions aident les autres à se poser des questions. Aujourd’hui, les gens ne se posent plus assez de questions. Mais il y a une chose dont il ne faut jamais douter, c’est d’où provient ce qu’on a entendu. »

Et puis :

« Il n’y a que dans les ténèbres que quelqu’un peut venir dans un bâtiment pour écouter un seul homme divaguer des semaines durant, et penser que cela équivaut aux instructions de Paul pour les églises… Pendant 1 900 ans, l’institution appelée le christianisme, qui aurait soi-disant quelque chose à voir avec Dieu (mais rien avec l’amour véritable), a toujours été au centre de l’attention. C’est peut-être pour cette raison que Bob n’a pas suivi la parole de Jésus pendant très longtemps. »

Ou encore :

« Un nouveau peuple est en train de se réunir… La voix prophétique d’un nouveau millénaire se fait faiblement entendre… Le peuple n’est plus séparé… plus aliéné… Vivre ensemble en tribus… un commonwealth est en train de se former. Ce nouveau commonwealth ne ressemble pas au Commonwealth britannique ou au Commonwealth du Massachusetts. Il s’agit vraiment de common wealth [richesse partagée, en français]. Il suit un tout nouvel ensemble de règles ! C’est un endroit où nous partageons tout et où l’AMOUR constitue la loi suprême. »

J’ai lu et relu ces trucs une trentaine de fois et je n’ai toujours aucune idée de ce dont ils parlent.

Le prospectus finit sur des lettres que des membres de la secte ont écrites à l’intention de Bob. Comme cette dame, Rose. Ci-dessous, Rose écrit des trucs délirants sur sa relation avec son mari et Bob :

« Notre idylle profondément passionnée émane de chaque mot prononcé par Dylan. Les Saintes Écritures disent qu’une corde à trois fils ne se rompt pas facilement. Il était notre troisième fil… Nous ne pouvions pas continuer sans lui. Nous avions besoin de lui. À quoi aurait ressemblé notre vie sans lui ? Quand j’ai rencontré le Messie pour la première fois, j’ai commencé à prier pour Dylan tous les jours. Au fond de mon cœur, je me sentais si intime avec lui. Quand j’ai appris qu’il avait été « sauvé », j’étais folle de joie. Mais je sais que nous étions si éloignés des chrétiens… Je savais que si Dylan venait voir à quoi ressemblait notre vie, il en tomberait amoureux comme je l’ai fait. J’attends encore ce moment. »

C’est quasiment le seul passage du livre où ils admettent que Bob Dylan ne partage pas leurs croyances religieuses. Elle continue à écrire des trucs dénués de tout sens, comme lorsqu’elle raconte qu’elle a fait environ 800 kilomètres en voiture pour livrer une lettre à Bob, sauf qu’elle est arrivée trop tard et l’a loupé. Par chance, elle a publié cette lettre dans le pamphlet pour qu’il puisse la lire :

« Si quelqu’un prenait le temps d’écrire une lettre directement de son cœur vers le tien… prendrais-tu le temps de la lire ? Et si cette même personne parcourait 800 kilomètres ce jour-là, pour se retrouver face à toi et plonger son regard dans le tien, pour te dire quelque chose du fond de son cœur… Hé Bobby [c’est affreusement informel], cette personne t’attend dehors pour te dire quelque chose. Elle veut te parler d’un endroit auquel tu devrais appartenir, à part… tenir. »

Je ne suis pas sûr que j’aurais fait 800 kilomètres en voiture pour lui livrer ça.

Ensuite, convaincus de la pertinence de leur argument, ils vous demandent si vous envisageriez de vous joindre à eux, en affirmant que c’est ce que Bob Dylan souhaite aussi :

« Vous pouvez venir pour un jour ou pour toujours. C’est la réponse que Dylan ne faisait qu’apercevoir au loin. C’est ce qu’il voulait. Joignez-vous à nous. »


Photo : B. Gibson Barkley

Après avoir lu TOUT CE PUTAIN DE ROMAN, je n’avais toujours pas la moindre idée de ce en quoi ces mecs croyaient. Je me suis alors retrouvé à consulter leur site pour tenter de le découvrir. Après m’être fait entraîner dans un autre vortex de conneries pendant quelques heures, je pense avoir trouvé : en gros, ce sont des chrétiens qui prennent la Bible au pied de la lettre, vivent en communauté et disent sans arrêt des trucs genre « tout est écrit là-haut ». Ah oui, ils sont aussi assez fiers d’être racistes, antisémites, sexistes et homophobes.

Conclusion : je regrette vraiment d’avoir lu ce truc. Pourquoi j’ai lu ce truc ? J’ai envie de frapper Bob Dylan très fort au visage, là, tout de suite.

Par Johnny Lambo 2 days ago

Source : Vice