Congo – Mampaka levier de la Scientologie? «Je n’ai jamais rencontré Tom Cruise»

 

Mampaka ironise sur les accusations. Mais annonce qu’il portera plainte.

Mampaka ironise sur les accusations. Mais annonce qu’il portera plainte.

BRUXELLES – La Sûreté de l’État accuse Bertin Mampaka d’être aidé par la Scientologie pour gravir les échelons politiques. Le Vice-Président du Parlement bruxellois dément. Et va porter plainte. Pierre Migisha et Gisèle Mandaila sont aussi cités.

Le député bruxellois et conseiller communal à la Ville de Bruxelles Bertin Mampaka (cdH) réclame un audit de la Sûreté de l’État. Mouillé par la Sûreté, l’homme fort des Congolais de Belgique serait au centre de la stratégie de la Scientologie pour s’infiltrer en Afrique.

C’est un article du Laatste Nieuws et de la DH qui le prétend. Mampaka, comme Pierre Migisha ou Gisèle Mandaila, seraient des leviers pour l’extension de l’Église de Scientologie en République Démocratique du Congo. Justine Kasa-Vubu, fille de l’ancien président congolais Joseph Kasa-Vubu, serait également impliquée.

«Un article choc»

Bertin Mampaka est outré. «Je n’ai pas encore rencontré Tom Cruise… Bientôt, la seule chose dont on ne m’aura pas encore accusé, c’est d’avoir dirigé Al-Qaïda au Maghreb», ironise Mampaka. Le conseiller communal bruxellois dément «formellement tout lien totalement fantaisiste avec la scientologie et dépose une plainte en justice», annonce aussi un communiqué émanant de son cabinet. «Je ne connais personne à la Scientologie», appuye Mampaka. Le député tient également à «exprimer son indignation et profond mécontentement par rapport à l’article de la DH sur sa soi-disant appartenance à la scientologie!».

L’homme dénonce encore la mise en page de l’article présenté de manière «choc» en première page. Il estime par ailleurs qu’«une fuite organisée volontairement à l’égard d’un journaliste démontre l’intention de nuire comme par hasard à quatre personnalités politiques, à l’heure où le cdH, comme les autres partis, se prépare à un redéploiement à l’approche des redoutées échéances de 2014».

«Ça pose question»

«Ceci pose des questions sur la manière dont non seulement la sûreté fonctionne, s’informe et informe», regrette encore Bertin Mampaka qui réclame un audit des services concernés auprès de la ministre de la Justice.

Le député a décidé de porter plainte, «la dignité des personnes comme par hasard toutes d’origine africaine et toutes parlementaires étant mises en cause».

Pierre Migisha a quant à lui dit «tomber des nues», n’ayant «jamais été contacté par qui que ce soit» de l’Église de Scientologie. Et la députée bruxelloise Gisèle Mandaila (FDF) a elle aussi démenti «avec force avoir eu le moindre contact avec l’Église de scientologie».

De son côté, la Sûreté de l’État n’exclut pas non plus de porter plainte à la suite de la transmission à la presse d’informations classifiées.

Le Congo au centre des ambitions de la Scientologie?Soutien politique et financier aux Congolais de Belgique pour gagner la RDC et par la suite la Zambie et l’Angola? Pire : un soutien au M23, qui met le Kivu à feu et à sang? La Scientologie opérerait à partir de Bruxelles.

Ce qui met le feu aux poudres, c’est un rapport de la Sûreté sur la Scientologie. D’après les articles du Laatste Nieuws et de la DH que Mampaka attaque, L’Église de scientologie a pour objectif d’étendre ses activités au Congo à partir de Bruxelles.

L’Église souhaiterait favoriser «l’ascension politique» de Mampaka et encourager le «retour» de Justine Kasa-Vubu sur la scène politique congolaise. Pour ce faire, elle mettrait à leur disposition des moyens financiers, humains et techniques. La Fondation Kasa-Vubu servirait de réceptacle pour toutes ces aides, selon les journaux.

Le M23 aussi

Un témoignage repris dans le rapport parle par ailleurs de Bruxelles, l’endroit «d’où tout est possible». Selon la Sûreté, la scientologie a placé le Congo au centre de sa stratégie d’expansion en Afrique. Elle souhaiterait ainsi s’étendre vers la Zambie et l’Angola.

Le mouvement religieux voudrait également apporter son soutien au M23, groupe rebelle soutenu par le Rwanda à la base de graves déstabilisations dans l’est du Congo. Des cadres bruxellois de la scientologie ont eu des contacts avec des personnalités rwandaises. Ces dernières auraient pour mission de convaincre les Belgo-Congolais influents de «promouvoir» la cause du M23.

Source : http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130118_00256964