Conversion : « J’étais adepte du satanisme »

À l’adolescence, entraîné par des copains d’école, Benjamin se met à pratiquer le satanisme. Quelques années plus tard, des rencontres le conduisent à découvrir une autre vie.

L’1visible

10.03.2014
l’1visible
À 16 ans, sous l’influence de copains, j’ai commencé à traîner dans des milieux metal, punk, rock, etc. À cette époque, je changeais même de look tous les mois! Puis je me suis mis à fumer des pétards et à porter un crucifix à l’envers. Par ailleurs, je cherchais sur internet tout ce qui touchait au satanisme. Avec mes copains, à force de regarder des films d’épouvante dont nous raffolions, on s’est lancé dans le spiritisme. On cherchait à se faire peur par tous les moyens.

C’est ainsi qu’en l’espace de six mois, j’ai glissé du «gentil garçon» à l’adepte du satanisme. La mort de mon arrière-grand-mère, que j’aimais beaucoup, et pour la guérison de laquelle j’avais prié, me renforçait dans mon attitude. Dieu m’avait laissé tomber? Eh bien, je voulais lui montrer que puisqu’il ne faisait pas attention à moi, j’allais «voir ailleurs».
Cette expérience m’a ouvert les yeux
À 18 ans, diplôme en poche, j’ai décidé de partir à la Légion étrangère pour m’éloigner de cette vie devenue trop lourde. Un an après, j’avais déjà bien changé. J’ai accepté un emploi dans un centre pour personnes souffrant d’un handicap moteur ou mental et cette expérience m’a ouvert les yeux. Aux côtés de ces personnes fragiles, j’ai appris à me donner moi-même et à aimer les autres. Et le soir, je suivais des cours pour devenir ingénieur en téléphonie et fibre optique.

Grâce à cette formation, j’ai trouvé un emploi très bien rémunéré. Cette vie trop facile m’a emmené de nouveau vers le chaos. Chaque soir, je ramenais une nouvelle fille à la maison…
Mais au bout de deux ans, cette vie m’a semblé complètement vaine. J’ai décidé de partir sur les routes de France, proposant mes compétences en échange du gîte et du couvert.(…)

Suite de l’article