Dans le Nord-Pas-de-Calais, la lutte contre les dérives sectaires explose

SECTES – L’Association pour la défense des familles et de l’individu (ADFI) du Nord-Pas-de-Calais enregistre une augmentation de 40% du nombre de ses dossiers. Sa présidente met en garde contre des micro-groupes ou même des personnes isolés. Explications.

Dans le Nord-Pas-de-Calais, la lutte contre les dérives sectaires explose

En France, l’Eglise de scientologie est classée comme une organisation à caractère sectaire.Photo : SIPA

Elle n’a jamais eu autant d’affaires à accompagner. En un an, les dossiers traités par Charline Delporte, présidente régionale de l’Association pour la défense des familles et de l’individu (ADFI), ont augmenté de 40% en 2013, soit environ 280 dossiers.

Tandis que l’association vient tout juste de déménager dans des nouveaux locaux lillois, rue des Jardins, cette pasionaria de la lutte contre les mouvements sectaires lance un appel à la prudence : « Les individus sont fragilisés par cette crise à la fois financière et psychologique, qui se poursuit durablement, indique-t-elle. En parallèle, on observe une recrudescence des manipulateurs isolés et de microgroupes. Ils utilisent beaucoup Internet pour recruter sur ce terreau alimenté par la perte de repère et l’individualisme. »

Des dérives thérapeutiques

Dans la région Nord-Pas-de-Calais, Charline Delporte constate que les dérives thérapeutiques ont le vent en poupe. « Certains se font passer pour des thérapeutes et recrutent directement à proximité des hôpitaux psychiatriques, témoigne-t-elle. Ils arrivent à convaincre leur victime d’arrêter leur traitement pour suivre leur doctrine en assistant notamment à des séminaires ».

S’ensuit un engrenage dangereux, car les victimes se sentent enfin écoutées. « Certaines sont obligées de vendre leur maison pour entretenir ces mouvements », se désole Charline Delporte, qui pointe également une hausse du fondamentalisme islamiste, « où des jeunes sont embrigadés et partent à l’étranger ».

Pour tenter d’endiguer ce phénomène, l’ADFI59 ouvre dorénavant ses portes et sa bibliothèque chaque mercredi après-midi. Une bande dessinée a également été éditée à 7 000 exemplaires. Enfin, un livre blanc réunissant des témoignages de victimes depuis dix ans va être déposé par l’association devant la Cour européenne des droits de l’homme.

*ADFI 59 : 7-9, rue des Jardins, Lille. Infos : 03 20 57 26 77 et www.adfi59.net

Source : metronews