La neuro-imagerie n’a pas réussi à prouver que la perception extra-sensorielle existait

22 août 2008

Des psychologues de l’Université de Harvard ont développé une nouvelle méthode pour étudier la perception extra-sensorielle (PES) qui, affirment-ils, peut résoudre le vieux débat d’un siècle sur sa supposée existence. Selon les auteurs, leur étude illustre non seulement une nouvelle méthode d’étude de ce phénomène, mais elle fournit aussi la preuve la plus forte jamais obtenue contre l’existence de la PES.

La recherche était dirigée par Samuel Moulton, étudiant au département de psychologie de la Faculté des Arts et des Sciences de l’Université d’Harvard, Stephen Kosslyn et John Lindsley professeur de psychologie à Harvard, et a été publiée dans l’édition de janvier 2008 du Journal of Cognitive Neuroscience [1]. Les scientifiques ont utilisé un IRM pour scanner le cerveau et tester si les individus pouvaient détenir une connaissance qui n’était pas explicable par les processus de perception normaux.

« Si le processus de PES existe, alors les cerveaux des participants devraient répondre différemment aux stimuli de perception extra-sensorielle et aux stimuli sans PES » Explique Moulton. « Au lieu de cela, les résultats montrent que les cerveaux des participants ont répondu de manière identique aux stimuli avec PES et à ceux sans PES, malgré une forte réaction aux différences émotionnelles des stimuli, et tout en montrant des effets subtiles associés au stimulus« .

Nombreux sont ceux qui croient en la perception extra-sensorielle, qui englobe la télépathie (la connaissance directe des pensées d’une autre personne), la clairvoyance (connaissance directe d’événements à distance) et la précognition (connaissance directe du futur). Les gens rapportent parfois comme étant la conséquence d’un phénomène mental paranormal le fait d’avoir pensé à quelqu’un alors qu’il venait de mourir, ou si celui auquel on pense appelle au même moment.

Les gouvernements des États-Unis et de l’URSS ont cru à une époque en la réalité de ces phénomènes, ils ont dépensé des millions d’euros pour recruter et entrainer des espions « médiums » pendant la guerre froide. Certaines recherches ont même conclu en l’existence avérée de la perception extra-sensorielle, grâce à une série influente d’expériences analysées par le psychologue Daryl Bem de l’Université de Cornell. Pourtant, ces études n’avaient donné que peu d’explications sur les mécanismes (normaux ou paranormaux) produisant ces résultats anomaux. Surtout que d’autres n’ont jamais réussi à reproduire leurs résultats.

Pour développer un meilleur test de la PES, les auteurs ont décidé de développer une nouvelle méthode, qui s’adresse directement aux sources présumées de la PES : le cerveau. Ils affirment que parce que le cerveau permet la perception et le stockage de l’information (même les événements que les gens ne perçoivent pas consciemment, ou l’information dont ils ne peuvent pas se souvenir consciemment) il peut représenter un test plus compréhensible de la PES que les comptes-rendus ou les comportements personnels.

« Le cerveau présente une réponse ’refoulée’ des stimuli qu’une personne a vus auparavant, même quand ces stimuli ont été présentés de façon subliminale, ainsi la personne n’était pas consciente de les avoir vus ; en outre, il montre une réponse accrue aux stimuli qu’une personne espère » dit Moulton. « Parce que la connaissance et l’attente trompent l’activation du cerveau, l’imagerie neuronale est un test unique et puissant des processus subtiles de perception ou cognitifs. »

Pour étudier si la PES existe ou non, Moulton et Kosslyn ont présenté à des participants deux types de stimuli visuels : des stimuli PES et non PES. Ces deux types de stimuli étaient identiques à une exception : les stimuli PES n’étaient pas seulement présentés visuellement, mais ils étaient aussi présentés télépathiquement, de manière clairvoyante et précognitive aux participants.

Pour présenter les stimuli télépathiquement, les chercheurs ont montré les photographies aux jumeaux, parents, partenaires ou amis des participants, qui étaient installés dans une autre pièce. Pour les présenter de façon clairvoyante, ils ont affiché les photos sur un écran à distance. Et pour les présenter de façon précognitive, les chercheurs ont de nouveau montré aux participants les photographies dans le futur.

Est-ce que cela prouve définitivement que la PES n’existe pas ? « Non » dit Moulton. « Vous ne pouvez affirmer une hypothèse négative. Mais en même temps, certains résultats négatifs sont plus forts que d’autres. Ceci est la meilleure preuve, à ce jour, contre l’existence de la perception extra-sensorielle. Et peut-être le plus important : cette étude fourni une nouvelle méthode aux scientifiques pour étudier la PES qui évite les écueils des approches passées. »

- Parapsychologie : science ou magie ? James ALCOCK.
- Au coeur de l’extra-ordinaire. Henri BROCH.

Source : http://www.charlatans.info/news/La-neuro-imagerie-n-a-pas-reussi-a