E.U. – Le Chemin Néocatéchuménal montre des signes sectaire

<B> Mgr Anthony Apuron </ B>

Mgr Anthony Apuron

L’imposition du Chemin néocatéchuménal à l’Eglise catholique en Guam est une des causes des controverses récemment rapportés ici dans ce journal.

Le Chemin Néocatéchuménal, comme beaucoup le savent déjà, est un mouvement au sein de l’Eglise catholique qui a commencé dans les années 60 en Espagne. Il s’est maintenant répandu à travers le monde et il est rapporté que plus d’un million de membres. Il a reçu un certain niveau de l’approbation des derniers papes, mais pas sans recevoir aussi des avertissements sévères de ces mêmes papes.

Pourquoi le Chemin Néocatéchuménal suscite discussions et de controverses? En un mot, « The Way » présente de nombreux signes classiques d’un culte ou une secte, et c’est ce sectarisme qui est la source de la plupart des problèmes. Quand je dis «culte, » s’il vous plaît savoir que je ne les compare à quelque chose d’aussi dangereux que les peuples Temple Jim Jones, je dis juste qu’ils présentent des tendances sectaires alarmantes.

Voici quelques exemples de leur sectarisme:

• Les adeptes appellent leur mouvement « la Voie » et l’article défini «le» semble être pas un hasard, car à chaque fois, leur pratique pastorale suggère qu’ils croient qu’il n’y a pas d’autre moyen.

• Les membres du Chemin néocatéchuménal pratiquer leur foi d’une manière qui les sépare de leurs paroisses largement. Par exemple, ils célèbrent la messe éloignés de l’Église bonne chaque samedi soir, au lieu d’assister à des messes paroissiales normales. Alors ils insistent pour que ces messes sont ouverts aux autres, dans la pratique, ils ne sont pas. Ils ne sont même pas publiées dans le bulletin paroissial.Même les grandes fêtes du Triduum – Jeudi Saint, Vendredi Saint et Pâques – sont célébrés en dehors de la paroisse.

• Le est un culte de la personnalité définie entourant le fondateur du Chemin Néocatéchuménal, Francisco « Kiko » Arguello. Toute la musique et de l’art utilisés dans le culte par les membres ici est composé par leur fondateur, Kiko, comme c’est beaucoup ou la plupart des objets liturgiques. Lire plus à ce sujet à http://thoughtfulcatholic.com/?page_id=824 .

• l’enseignement Néocatéchuménal se trouve dans un 13-volume »Directeur de la catéchèse, » mais ces documents n’ont pas été rendus publics et sont assez difficiles à trouver. La plupart des membres de la Voie ne les ont jamais vu.

• Environ deux ans après de rejoindre le mouvement, les membres qui aspirent à entrer dans un sujet de stade supérieur eux-mêmes pour un « examen », où ils sont obligés de partager leurs plus sincères croix / secrets / péchés publiquement avec leur communauté. Je souligne les dangers en ligne àhttp://thoughtfulcatholic.com/?page_id=895 . Environ deux ans plus tard, les membres subissent un « examen », où ils sont soumis à un comité qui va sur tous leurs défauts et péchés. Ils sont alors obligés de faire un « geste concret » pour montrer leur attachement au Christ, un acte qui consiste à donner loin des bijoux de luxe, terrains, voitures et autres biens.

Mgr Anthony Apuron a exigé que chaque homme qui cherche à Guam coordination doit « marcher pendant un certain temps dans la Voie. » Il a fait quelques concessions à ce mandat, mais pas sans beaucoup de lutte de la part des hommes les cherchent.

Prêtres locaux se plaignent de favoritisme de la part de l’archevêque. Les prêtres et les séminaristes Néocatéchuménales sont traités beaucoup plus favorable, il est dit. Quand un prêtre, le Père Paul Gofigan, a toujours refusé de permettre la Voie dans sa paroisse sans quelques concessions, il a été évincé uncanonically de la direction de sa paroisse. Cette affaire est en appel à Rome.

L’archevêque lui-même est «Marcher sur le chemin. » Quand on marche dans la voie, on se place sous l’autorité des « catéchistes » qui sont affectés à sa communauté Néocatéchuménal. Ces catéchistes, malgré les affirmations Néocatéchuménales contraire, sont membres d’une hiérarchie internationale qui agit indépendamment des pasteurs et évêques.

Pour beaucoup d’entre nous, l’archevêque semble être sous le contrôle de la direction Néocatéchuménal, et il ne semble pas agir dans le meilleur intérêt de son troupeau diversifiée ici. Il ya quelque temps – il ya environ deux ans, je crois – à la demande de la direction Néocatéchuménal, l’archevêque a proposé de transmettre la propriété séminaire de Yona à un organisme sans but lucratif contrôlé par la Voie. Cette propriété est estimé de façon conservatrice à une valeur de 35 millions de dollars.

Lorsque son conseil des finances et conseiller juridique des objections, il a tiré les membres du conseil des finances qui se sont opposés et nommé de nouveaux membres qui seraient d’accord.On ne sait pas si l’archevêque a fait quelque chose depuis de transmettre ou brouiller le titre de cette propriété.

Il ya eu de nombreuses occasions où les séminaristes et les prêtres d’autres pays, ainsi que d’au moins un professeur de séminaire, ont exposés une arrogance à l’égard de la culture autochtone de Guam, en particulier, ridiculisant la pratique locale de prier pour les morts et de manière erronée des croyances locales sur cette prière. Un exemple de ce qui peut être consultée en ligne à http://thoughtfulcatholic.com/?page_id=7587 .

J’ai essayé d’exposer certains de ces problèmes dans mon blog, Le Réfléchi catholique, et j’ai recueilli les liens vers ces postes particuliers dans une page à http://thoughtfulcatholic.com/?page_id=766 .

Source : Guampdn – Traduction Google