E.U. – Les Mennonites liés aux cartels mexicains

Republier Réimpression

Jen Gerson | 25/09/13 | Dernière mise à jour: 26/09/13 11:30 HE
Plus de Jen Gerson | @ jengerson

Bien que fondé sur les principes de simple, une vie pieuse, les communautés mennonites mexicains ont été en proie à des problèmes sociaux de la dernière décennie, y compris l'abus de drogues et d'alcool et le trafic de drogue.  Miné par la détérioration des conditions économiques, plusieurs centaines de Mennonites retournés au Canada dans l'année écoulée.

FichierBien que fondée sur les principes de simple, une vie pieuse, les communautés mennonites mexicains ont été en proie à des problèmes sociaux de la dernière décennie, y compris l’abus de drogues et d’alcool et le trafic de drogue. Miné par la détérioration des conditions économiques, plusieurs centaines de Mennonites retournés au Canada dans l’année écoulée.

Sous le couvert d’un mouvement religieux qui s’abstient de tous les péchés du monde moderne, les mennonites mexicains ayant des liens avec certains des cartels les plus vicieux de la planète ont mis en place un pipeline de trafic de drogue près de la frontière de l’Alberta.

Plus tôt ce mois-ci, la US Drug Enforcement Administration (DEA) a inculpé sept personnes et saisi £ 11,000 de la marijuana à destination du Midwest des Etats. Il a également confisqué 30 kilogrammes de cocaïne qui était lié depuis plusieurs petites villes de l’Alberta. Selon les enquêteurs, les médicaments ont été finalement destinés à Calgary, où les revendeurs peuvent faire un profit plus élevé qu’aux États-Unis.

«Il est très populaire parmi les membres du cartel mexicain de tenter d’acheminer de la cocaïne au Canada parce qu’il commande un prix élevé », a déclaré Jim Schrant, un agent de la DEA. «Dans une de nos enquêtes, [le concessionnaire] a dit que c’était la terre de lait et de miel pour eux, car ils pourraient doubler leur argent expédier et de le vendre au Canada. »

Courtesy de l'Administration de la Drug Enforcement

Avec l’aimable autorisation de l’Administration Drug Enforcementcontrebande de marijuana et les équipements agricoles mennonites mexicains utilisés pour cacher tout en traversant aux États-Unis

L’enquête a débuté il ya plusieurs années aux Etats-Unis avec la découverte que les vieux tracteurs et du matériel agricole ont été utilisés pour masquer les expéditions de cocaïne et de marijuana du Mexique vers les États-Unis Il s’est répandu au Canada lorsque la DEA, en utilisant écoutes téléphoniques et la surveillance, a identifié un groupe en Alberta qui recevait beaucoup de la cocaïne, M. Schrant dit.

«Nous avons collaboré très bien avec la GRC et entre les deux organismes, nous avons identifié une organisation internationale beaucoup plus large qui comprenait beaucoup de personnes de la communauté mennonite du Mexique, qui avait profondes relations historiques avec d’autres communautés mennonites aux États-Unis et au Canada. »

Les mennonites sont une secte chrétienne, semblable à d’autres pacifistes et les sociétés agraires basés comme les Amish ou les huttérites. Fuyant la persécution en Europe et en Russie, ils se sont installés à travers les prairies de l’Ouest au tournant du siècle. Dans les années 1920, plusieurs milliers de mennonites du Manitoba et la région de Swift Current de la Saskatchewan plié bagage pour former des colonies au Mexique. L’un d’eux, dans les pays sans littoral État de Chihuahua, était proche de la ville de Juarez – ville frontalière maintenant en proie à la violence entre les autorités mexicaines et le cartel de la drogue Juarez. Selon les estimations, des dizaines de milliers de personnes sont mortes dans la guerre qui a suivi sur les médicaments.

OMAR TORRES / AFP / Getty Images

OMAR TORRES / AFP / Getty ImagesLes membres d’une comunnity mennonite de Salamanque Ville voyez le ciel comme un avion survole Chetumal, au Mexique dans un abri situé à l’école Madero Francisco.

Bien que fondé sur les principes de simple, une vie pieuse, les communautés mennonites mexicains ont été en proie à des problèmes sociaux de la dernière décennie, y compris l’abus de drogues et d’alcool et le trafic de drogue. Miné par la détérioration des conditions économiques, plusieurs centaines de Mennonites retournés au Canada dans l’année écoulée.

Courtesy de l'Administration de la Drug Enforcement

Courtesy de l’application de la loi Drug Administrationmarijuana que les mennonites mexicains clandestinement aux États-Unis

«Dans cette région de Chihuahua, au Mexique, dans un grand nombre de domaines de mennonites mexicains, il ya de grandes exploitations de marijuana sur certains de ces endroits», a déclaré M. Schrant. «Il y avait aussi une alliance avec le cartel de Juarez, qui est l’un des cartels les plus puissants du Mexique. Ils payaient une taxe ou un hommage à expédier le nord de la marijuana et de la distribuer « .

Les mêmes méthodes ont été utilisées pour distribuer la cocaïne grande plus rentable, qui est généralement expédiée d’Amérique du Sud via le Mexique.

La GRC a répondu agressivement à la perspective des cartels mexicains opérant au Canada, a déclaré M. Schrant, ajoutant que d’autres accusations devraient être posé au nord de la frontière dans les prochaines semaines.

La GRC a refusé de commenter une enquête en cours. Cependant, un élément de la nature évolutive de la criminalité transnationale publié dans le magazine de la GRC La Gazette reconnaît la présence émergente des cartels.

« Plus récemment, il ya eu des preuves d’une présence entente définitive au Canada, les cartels mexicains en particulier, » l’article, par le surintendant. Rick Penney avec les activités liées aux drogues du Grand Toronto, lire. «Les rôles de ces personnes au Canada sont très ceux des gardiens, impliqués dans l’importation et la distribution de cocaïne, ainsi que la logistique et le blanchiment d’argent [et] des fluctuations des devises. »

Courtesy de l'Administration de la Drug Enforcement

Courtesy de l’application de la loi Drug Administrationmarijuana que les mennonites mexicains clandestinement aux États-Unis

. Frédéric Desroches, un Professeur de sociologie à l’Université St. Jerome à Waterloo, en Ontario, a écrit un livre publié en 2005 intitulé Le crime qui paie: le trafic de stupéfiants et le crime organisé au Canada . Il a interviewé des trafiquants de drogue incarcérés représentant des dizaines de groupes – y compris un mennonite mexicaine.Il a dit trafiquants de drogue préfèrent garder leurs opérations au sein de clans ethniques soudées pour réduire le risque de la trahison.

«[Le Mennonite mexicain] concessionnaire n’était pas différente de celle des autres. Ils avaient des réseaux de parenté ici qu’ils déchargé le produit sous tension. Les mennonites mexicains étaient ceux amener dans le pays et de le télécharger pour les Mennonites canadiens qui ont ensuite été vend beaucoup de lui.  »

Chaque fois que vous traversez la frontière d’un pays, le prix monte

Comme la quasi-totalité de la cocaïne dans le monde peuvent être achetés à l’Amérique du Sud, le produit devient plus cher – et donc plus rentable – plus les frontières qu’elle traverse.

«Chaque fois que vous traversez la frontière d’un pays, le prix monte de cinq à 10,000 $ le kilo», at-il dit. Au moment où il a publié le livre, M. Desroches a déclaré: « vous pouvez acheter en Colombie en grandes quantités aussi bas que 1,000 $ le kilo. Puis vous le vendre pour 35.000 dollars ici: sûr qu’il ya de très grandes marges, mais alors comment voulez-vous sortir ici « ?

La DEA a dit qu’il a arrêté environ 20 personnes dans le cadre du réseau de trafic de drogue au cours des dernières années. Sur les sept personnes figurant dans l’acte d’accusation ce mois-ci, l’un a été arrêté au Nouveau Mexique en Août. Les autres six sont toujours en cavale. En outre, deux personnes sont détenues au Canada en vertu de mandats d’extradition des États-Unis, M. Schrant dit. GRC a arrêté deux autres suspects dans le cadre d’une enquête spin-off.

Source : National Post – Traduction Google